Fin 2020, la dette publique de la France s'est envolée à 115,7% du PIB (Bercy s'attendait à pire)

 |  | 320 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Benoit Tessier)
En 2019, avant la crise sanitaire, la dette s'affichait à 97,6% du PIB et le déficit à 3,1%. En 2020, ces deux indicateurs ont atteint des niveaux jamais vus depuis 1949 (et la crise économique post-Seconde Guerre mondiale). Et pourtant, en termes de dérive des finances publiques, le gouvernement s'attendait à pire...

La dette publique s'est envolée en France l'an dernier à 115,7% du produit intérieur brut (PIB) et le déficit s'est creusé à 9,2%, soit son niveau "le plus élevé depuis 1949", résultat d'une crise sanitaire et économique inédite, a indiqué vendredi l'Insee.

La dette atteint ainsi 2.650,1 milliards d'euros et le déficit 211,5 milliards d'euros, même si la dérive des finances publiques est un peu moins importante que ce à quoi s'attendait le gouvernement, qui tablait sur un déficit de 11,3% et une dette d'environ 120%.

En 2019, avant la crise, la dette s'affichait à 97,6% du PIB et le déficit à 3,1%.

Soutien massif de l'État pour éviter un tsunami de faillites

Mais la pandémie de Covid-19 a fait plonger l'économie française, avec une récession de 8,2% en 2020, et poussé le gouvernement à soutenir massivement l'économie pour éviter les faillites d'entreprises, privées d'activité par les restrictions sanitaires, et les suppressions d'emplois.

Les dépenses des administrations publiques (Etat, collectivités et Sécurité sociale) ont ainsi bondi de 5,5%, soit +73,6 milliards d'euros, tirées notamment par la hausse des prestations sociales, des rémunérations dans le secteur hospitalier et les aides débloquées pour les entreprises.

Repli de l'activité et recul des recettes (impôts et cotisations)

En parallèle, le repli de l'activité a creusé le niveau des recettes, qui reculent de 5%, soit -63,1 milliards d'euros, du fait de moindres revenus issus des impôts et des cotisations sociales.

"La progression des dépenses et la contraction des recettes sont plus prononcées qu'en 2009", au moment de la crise financière, souligne l'Insee. "Les recettes avaient alors diminué de 3% et les dépenses avaient augmenté de 4,1%" pour un déficit de 7,2%, a ajouté l'Institut nationale de la statistique.

Pour cette année, le gouvernement prévoit à ce stade de ramener le déficit public à 8,5% du PIB, tandis que la dette devrait continuer à augmenter pour atteindre plus de 122%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2021 à 14:17 :
Le gouvernement s'attendait au pire. Donc, il a encore de la marge pour renflouer les caisses de retraites et reporter sa réforme.
a écrit le 26/03/2021 à 10:25 :
On voit bien que désormais l'état et ses porte parole peuvent dire tout ce qu'ils veulent avec la baisse générale du niveau intellectuel de la population gavée au numérique et au cholestérol ça passe. Ici un immense échec avec 500 milliards partis en fumée devient presque un succès de ce gouvernement !!! ( s'attendait à pire)
Personne pour demander la destination de ces 500 milliards ?
a écrit le 26/03/2021 à 10:22 :
C'est grâce à la technique du "quoi qu'il en coûte". La Dette de la France, ce n'est que 10% du montant des Dettes mondiales, et la France n'est pas le plus pauvre des pays dans le Monde.
Étant donné que "la Dette" va rouler indéfiniment avec des taux bas, voire négatifs, le montant de "la Dette" n'a plus de sens. Il y a tellement de liquidités à placer dans le Monde, que les investisseurs auront toujours de l'appétit pour les emprunts d'Etat.
Ils savent d'ailleurs implicitement que s'ils ne jouent pas le jeu, le financement de "la Dette" pourrait revenir à un financement Public, via le Trésor et la Banque de France. Impensable pour des libéraux.
Réponse de le 26/03/2021 à 13:53 :
Dans quelle boule de cristal avez vous lu que les taux vont rester indéfiniment bas ? Le problème n'est pas la dette mais la récurrence du flux de déficit qui depuis 40 ans ne sert qu'aux dépenses courantes et qui alourdit irrémédiablement le stock de dettes comme une machine infernale. Si les dettes avaient servi à l'investissement, nous en aurions récolté les fruits qui auraient équilibré le coût financier de celles-ci. Or nos dépenses publiques croissent plus vite que nos revenus et rien ne semble pouvoir l'arrêter car il y a une surenchère de demande d'assistanat auquel tous les partis politiques répondent avec une brosse à reluire en promettant les étrennes de Noël tous les jours et en semant ainsi la graine de l'irresponsabilité individuelle. Prétendre résoudre ce problème de fond en roulant la dette c'est vouloir nous rouler dans la farine
a écrit le 26/03/2021 à 10:14 :
Existe t-il un pays qui n'est pas endetté nous vivons au milieu d'une montagne de dettes et le premier qui s'écroule entrainera les autres, la Chine peut être se baissera pour ramasser les miettes. Mais réjouissons nous les dettes des uns font la richesse des autres qui à entendu parler par exemple d'OPENLUX cette enquête qui révèle l'importance de l'optimisation fiscale et cela se passe chez nous entre pays dit civilisés et en toute légalité parait-il.. Le problème est purement politique faut-il passer par une guerre pour le régler..
a écrit le 26/03/2021 à 9:42 :
1511.7 Mds en 15 ans, et quand on va faire le bilan mai 2007/2022 ça se sera encore aggravé. Ils ont vraiment pas de bol nos grands remplaçants d'hériter de ça.

une économie qui ne s’endette pas suffisamment, c’est une économie qui ne croit pas en l’avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du lendemain....
a écrit le 26/03/2021 à 9:42 :
En France, on se contente de peu. La mediocrite en guise de viatique generalise .
a écrit le 26/03/2021 à 8:53 :
he ben quand faudra rembourser, on verra ce que c'est quand c'est 'paye par personne'
a écrit le 26/03/2021 à 8:48 :
" le gouvernement s'attendait à pire..."

S'attendait ou espérait ? Ca commence à être difficile de savoir au milieu de tout ce brouillard.

En tout cas le record de Sarkozy qui nous a couté 500 milliards est battu non ? Quel suspens...
Réponse de le 26/03/2021 à 9:46 :
Comme quoi, il ne faut pas désespérer Une fois de plus, les mêmes sont capables de battre leur record Une question d'entrainement ? ça veut dire qu'ils se bonifient avec l'âge ?
Réponse de le 26/03/2021 à 13:18 :
On va voir mais disons qu'il serait quand même étonnant que Sarkozy fasse pire qu'un arrêt total de l'économie ! Surtout avec la vente du quart du stock d'or français ! Mais pourquoi pas...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :