Covid : un "choc économique" inégalement réparti selon les territoires

Des départements très affectés comme la Savoie, les Hautes-Alpes ou Paris, et une "amorce d'exode urbain": le "choc économique" du Covid a été très "inégalement réparti entre les territoires", souligne une note parlementaire, présentée lundi aux partenaires sociaux.

2 mn

(Crédits : Reuters)

Réalisé par le député MoDem Jean-Noël Barrot, en pleine mission sur la sortie de crise dans les territoires, ce rapport d'étape souligne que la "géographie de la crise ne recoupe pas celle des fragilités antérieures". En matière de "baisse de la masse salariale privée", la Savoie, les Hautes-Alpes, Paris, la Corse-du-Sud ou les Alpes-Maritimes sont les départements où l'impact du Covid est le plus fort, insiste le parlementaire. L'Insee avait déjà relevé combien les départements touristiques du sud et de montagne avaient été frappés, notamment par la fermeture des stations de ski, ainsi que Paris, en raison de l'absence de touristes internationaux et l'arrêt des voyages d'affaires. "Le but de cette mission est de livrer le diagnostic que nous avons formulé sur la base des déplacements dans treize régions, de plusieurs enquêtes et d'informations de ressentis des Français sur les réseaux sociaux" a expliqué l'élu lors d'un point presse.

30 zones d'emplois frappées de plein fouet

Plus précisément, Jean-Noël Barrot, élu des Yvelines, liste les 30 zones d'emplois les plus touchées par la crise, à commencer par la Tarentaise (Savoie), Roissy (Val-d'Oise) et Saint-Louis (Haut-Rhin).

Il mentionne en outre "l'infortune des métropoles et une amorce d'exode urbain": "les grandes métropoles ont connu une baisse d'activité deux fois supérieure à celle de territoires ruraux ou de villes de périphérie. Cela doit être un motif d'attention", indique le centriste, économiste de formation et ancien enseignant au MIT.

"La baisse d'activité est particulièrement importante dans les grandes métropoles comme Paris, Lyon, Marseille alors que les petites unités urbaines ont connu une résilience de l'activité. Les départs depuis Paris ont augmenté de 30%. Les départements plus ruraux et moins denses ont profité de ces départs proches de ces métropoles" a-t-déclaré.

A partir de données notariales immobilières, il souligne un "rééquilibrage territorial" avec "d'importants départs" des métropoles vers les départements voisins: la grande couronne, la Normandie voire le Loiret pour les ex-Parisiens; l'Isère ou l'Ain pour les ex-Lyonnais.

Une source d'opportunités

Ces "dynamiques territoriales" peuvent être une source "d'opportunités" si elles sont "accompagnées", juge le député, qui cite des "packs télétravail" en Ariège pour attirer les salariés de la région toulousaine.

Le parlementaire réclame une "attention particulière" pour 21 zones d'emplois où se superposent les "fragilités" pré et post Covid, comme Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), Abbeville (Somme), Thionville (Moselle) ou autour de Marseille (Bouches-du-Rhône).

Confiée par le Premier ministre, la mission doit s'achever fin juin - début juillet par des recommandations de mesures territorialisées comme "le prêt de main d'oeuvre" entre entreprises ou la "mutualisation de fonds de revitalisation" locaux.

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.