Décès d'Henri Emmanuelli, figure de gauche respectée par la classe politique

 |  | 596 mots
Lecture 4 min.
Banquier de profession, Henri Emmanuelli est nommé en mai 1981 secrétaire d'Etat aux DOM-TOM dans le gouvernement de Pierre Mauroy puis secrétaire d'Etat au Budget en mars 1983.
Banquier de profession, Henri Emmanuelli est nommé en mai 1981 secrétaire d'Etat aux DOM-TOM dans le gouvernement de Pierre Mauroy puis secrétaire d'Etat au Budget en mars 1983. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Le député des Landes, qui avait annoncé en décembre 2015 souffrir de neuropathie, avait été hospitalisé vendredi dernier à Bayonne pour une "double bronchite infectieuse".

Il était une figure historique de l'aile gauche du Parti socialiste. L'ancien président de l'Assemblée nationale Henri Emmanuelli, est décédé à l'âge de 71 ans, a-t-on appris mardi auprès du groupe socialiste de l'Assemblée. Le député des Landes, qui avait annoncé en décembre 2015 souffrir de neuropathie, avait été hospitalisé vendredi dernier à Bayonne pour une "double bronchite infectieuse", selon le quotidien Sud Ouest.

Soutien de Benoît Hamon

L'ex-Premier secrétaire du Parti socialiste, pilier de la commission des Finances de l'Assemblée dont il a été le rapporteur général et le président, avait apporté son soutien en janvier à Benoît Hamon, investi depuis candidat du PS à l'élection présidentielle d'avril-mai. Il avait été réélu en 2015 président du conseil départemental des Landes.

"Ça me bouleverse, c'était comme on dit une forme d'âme sœur pour moi", a réagi l'ancien ministre de l'Education en marge d'un déplacement à Bruxelles. "Il a joué un rôle extrêmement important dans ce que je suis, je lui dois beaucoup".

"Il était plus vieux que moi mais comme un frère en politique", a-t-il ajouté.

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a pour sa part exprimé sur Twitter sa "stupeur" et son "émotion", saluant un "homme de gauche, de convictions".

Le candidat de La France insoumise et co-fondateur du Parti de Gauche Jean-Luc Mélenchon y est également allé de son éloge.

Les personnalités politiques de tout bord ont également rendu un homme appuyé à celui qui a siègé non loin d'eux sur les bancs de l'Assemblée nationale.  L'ancien Premier ministre Alain Juppé, maire (Les Républicains) de Bordeaux, a salué dans un communiqué "un homme politique qui savait assumer ses responsabilités jusqu'au bout". Ajoutant :

"Il était chef de parti, Premier secrétaire du Parti socialiste, et il en a subi les conséquences. Cela avait créé entre nous une forme de compréhension mutuelle. Dans les moments difficiles, nous nous étions échangé des mots plutôt sympathiques."

De banquier à Premier secrétaire du PS

Banquier de profession, Henri Emmanuelli est nommé en mai 1981 secrétaire d'Etat aux Dom-Tom dans le gouvernement de Pierre Mauroy puis secrétaire d'Etat au Budget en mars 1983. Il est confirmé à ce poste en juillet 1984 par le nouveau Premier ministre Laurent Fabius. Président de l'Assemblée nationale de juin 1992 à avril 1993, il devient premier secrétaire du PS de juin 1994 à octobre 1995.

Henri Emmanuelli est condamné en décembre 1997 dans le cadre de l'affaire de financement occulte du Parti socialiste - dite "affaire Urba" - à 18 mois de prison avec sursis et deux ans de privation de ses droits civiques. Le 17 juillet 2012, il est nommé président de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations (CDC).

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2017 à 17:36 :
une place libérée est à prendre pour nos valeureu(se)x socs
a écrit le 21/03/2017 à 17:35 :
Hollande, après le casque de moto, Léonarda et j'en passe, il déclare aujourd'hui Henri Emmanuelli "'un homme droit". Quel manque de discernement d'un Président alors qu'Henri Emmanuelli a été condamné en 1997 dans l'affaire URBA.
a écrit le 21/03/2017 à 15:25 :
Cette dégoulinade de compliments est assez insupportable. HE était sectaire, très à gauche, ancien franc maçon. Bref tout pour plaire à 20% de la population, mais certainement pas aux 80 autres%. La cerise sur le gâteau, c'est Bayrou qui donne des gages à la gauche.
Réponse de le 21/03/2017 à 16:11 :
" Bref tout pour plaire à 20% de la population, mais certainement pas aux 80 autres%".

Tiens, cela me rappel d'autres partis.A noter qu'il y a aussi des francs macon à droite comme Xavier Bertrand membre du Grand Orient.
Réponse de le 21/03/2017 à 17:00 :
Il y a aussi des franc Macron
a écrit le 21/03/2017 à 14:25 :
"Les morts sont tous de braves types" (G. Brassens)
On rappellera quand même qu'il a été condamné ...
a écrit le 21/03/2017 à 13:54 :
Un soc de moins puy un soc de plus c est toujours un soc
a écrit le 21/03/2017 à 13:42 :
Pas une grosse perte, parce que celui-la aussi avait son lot de casseroles !!!
a écrit le 21/03/2017 à 13:38 :
Mais il avait une casserole au derrière, pour mémoire:
Rattrapé par les affaires, Henri Emmanuelli avait été condamné en 1997 à deux ans de privation de ses droits civiques dans l’affaire Urba de financement illégal du PS en tant que trésorier.
a écrit le 21/03/2017 à 12:46 :
Aprés tout ce que l'on voit chez les socialistes en particulier, avec derniérement l'affaire
Bruno. Leroux on fini par douter de l'hônneteté de M Henri Emmanuelle. C'est triste mais c'est comme cela que voient les politiques les citoyens français et étrangers.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :