Des vœux sans cotillons pour Macron

Emmanuel Macron présente ses vœux aux Français ce jeudi à 20H00 au terme d'une année particulièrement éprouvante, marquée par une épidémie qui ne faiblit pas et continuera à bousculer l'agenda présidentiel en 2021.

5 mn

Photo d'illustration. M. Macron devra trouver un équilibre entre la solennité de l'exercice des vœux et la nécessité d'accompagner l'état d'esprit des Français et tracer des perspectives très précises, alors même que la France est tributaire de toutes sortes de facteurs extérieurs incertains voire inconnus, a expliqué Sylvain Fort, ancien conseiller du président, jeudi sur Europe 1.
Photo d'illustration. M. Macron devra "trouver un équilibre entre la solennité" de l'exercice des vœux et la nécessité "d'accompagner l'état d'esprit des Français et tracer des perspectives très précises", alors même que la France est "tributaire de toutes sortes de facteurs extérieurs incertains voire inconnus", a expliqué Sylvain Fort, ancien conseiller du président, jeudi sur Europe 1. (Crédits : Reuters)

Selon Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, le président de la République aura, ce jeudi à 20H00, "un message de vérité, de transparence sur une année extrêmement difficile pour le pays", à l'occasion des traditionnels vœux aux Français.

Après une année 2020 jugée négative par 82% des Français, selon un sondage Harris-Interactive, le chef de l'État devrait "donner des perspectives sur la suite" avec "l'arrivée du vaccin" et "notre économie qui doit repartir", ainsi qu'un "message d'unité", précise-t-il.

Lire aussi : Une campagne de vaccination "bien trop lente" pour être efficace

2021 sera une année de "résultats", "d'actions concrètes" et de "poursuite de l'agenda des réformes", promet l'Élysée.

"Ce que nos concitoyens attendent de nous pour l'année 2021, c'est d'en faire une année utile de combat, de relance et d'ambition", avait lancé Emmanuel Macron, lui-même atteint du Covid-19, au dernier Conseil des ministres le 21 décembre.

Lire aussi : Covid-19: nouvelle année, mêmes problèmes

Il entend reprendre la main après une année 2020 balayée par "une pandémie historique, les crises internationales, le terrorisme, les divisions de la société et une crise économique et sociale sans précédent". Et qui s'est terminée par le décès au Mali lundi de trois militaires français, auxquels le Premier ministre Jean Castex rendra hommage depuis le Tchad juste après les vœux télévisés du chef de l'État à l'Elysée.

Dans ce contexte, M. Macron devra "trouver un équilibre entre la solennité" de l'exercice des vœux et la nécessité "d'accompagner l'état d'esprit des Français et tracer des perspectives très précises", alors même que la France est "tributaire de toutes sortes de facteurs extérieurs incertains voire inconnus", a expliqué Sylvain Fort, ancien conseiller de M. Macron, jeudi sur Europe 1.

"Incontrôlée"

La crise sanitaire reste la priorité du président dont ce sera, jeudi à l'heure du couvre-feu, la neuvième allocution télévisée cette année.

Après avoir endossé l'uniforme de chef de guerre pour la première vague du virus, Emmanuel Macron a enfilé le costume de président protecteur face à la deuxième, appelant à "l'unité".

Mais ceux qui espèrent la levée des restrictions anti-Covid en 2021 en seront pour leurs frais: "il semble assez peu probable qu'on puisse alléger un grand nombre de contraintes", selon M. Attal, sceptique sur le fait que les lieux culturels puissent rouvrir le 7 janvier.

En outre, le couvre-feu, suspendu le 24 décembre mais en vigueur pour le réveillon, devrait être avancé à 18H00 à partir de samedi dans les régions les plus touchées. Une mesure jugée trop légère par des élus de ces territoires.

Lire aussi : Pas de reconfinement local mais un couvre-feu avancé à 18h dans une partie de l'Est

Le niveau moyen des contaminations quotidiennes reste sur un "plateau assez haut" de 15.000, selon M. Attal, loin de l'objectif de 5.000. Mercredi, 24.560 malades du Covid étaient hospitalisés (-183 en 24 heures), dont 2.652 en réanimation (-14).

Et après les brassages de population des vacances de Noël, le Conseil scientifique juge "probable" une "reprise incontrôlée de l'épidémie".

"Reconstruction"

Pour marquer cette année, la promotion de la Légion d'honneur du 1er janvier rendra hommage aux personnes, connues ou anonymes, mobilisées contre le Covid-19.

Alors que le virus aura tué en 2020 plus de 60.000 personnes en France, l'exécutif mise sur le déploiement de la campagne vaccinale, dont des soignants et responsables politiques de tous bords critiquent la lenteur.

Une stratégie "assumée" par le ministre de la Santé Olivier Véran, qui veut prendre le temps de la "pédagogie" face à une forte défiance envers les vaccins.

Si l'incertitude demeure sur la réouverture des restaurants et bars le 20 janvier, Emmanuel Macron devrait également insister sur la "reconstruction économique" du pays.

Il pourrait aussi évoquer les autres dossiers de son quinquennat éclipsés par la crise, comme la réforme des retraites.

Lire aussi : Réforme des retraites : la majorité se fissure

"La réforme, le changement", resteront "dans son programme et dans son action. On ferait une erreur si on ne faisait que de la Covid matin, midi et soir", a souligné le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes Clément Beaune sur LCI.

Ses vœux seront l'occasion de "passer un certain nombre de messages" dans la perspective de la présidentielle de 2022, alors que son "image de réformateur audacieux" de 2017 s'est "progressivement diluée au point que l'on se demande ce qu'est le macronisme en 2020", a remarqué Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof, sur LCI.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 31/12/2020 à 19:49
Signaler
Je trouve hallucinant que nos dirigeants lancent toutes ces recrut de crise sur les fêtes, alors que l'on voit bien que le second confinement n'a pas servit du tout, si il avait été efficace et que les fêtes étaient responsables, aujourd'hui nous ser...

à écrit le 31/12/2020 à 19:27
Signaler
Non merci, il n'a rien à nous dire : même pas capable de vacciner les Français qui le veulent. L'impuissance administrative !

à écrit le 31/12/2020 à 19:13
Signaler
Non, Macron, étant donné son jeune âge, pourrait encore être là pendant au moins 5 quinquennats et j’espère d’ailleurs qu’il va changer la Constitution pour que cela devienne possible. Car avec son parti « ni de droite, ni de gauche », qui occupe la ...

le 31/12/2020 à 21:23
Signaler
Vous, vous êtes macroniste 😁. Une fonction élective ?

à écrit le 31/12/2020 à 17:17
Signaler
"Des vœux sans cotillons pour Macron" Ni postillons d'ailleurs.Ça y est,il va mieux notre Jupiter ,pas bien méchant ce virus ,un peu fébrile ,une grosse fatigue ,7 jours chez soi pour son anniversaire ,bref, même symptôme qu'une grippe saisonnière...

à écrit le 31/12/2020 à 16:21
Signaler
Le pire, c'est que la très grande majorité des français va le regarder mentir et fuir la responsabilité de ses décisions et de ses actes.

à écrit le 31/12/2020 à 13:50
Signaler
Ce qui est inquiétant c'est de nous rendre dépendant d'un vaccin faute d'une méthode plus naturelle! Nous pourrons nous attendre a "des vœux" victimisé pour se déresponsabiliser!

le 31/12/2020 à 19:52
Signaler
Moi ce qui m'inquiète encore plus c'est de voir Brigitte Macron s'isoler de son mari pour pas le choper alors qu'elle l'avait eu en septembre... Donc y a des chance que nous ne fabriquions pas d'anticorps si on peu le faire plusieurs fois. Ce faisant...

le 03/01/2021 à 12:18
Signaler
Le véritable problème reste qu'après plus d'un an on a toujours pas lancer d'études sérieuse sur ce virus. On sais toujours pas combien on a eu d’asymptomatique, si ils sont immunisés, si ceux qui ont eux la maladie le sont aussi... Désolé mais ce qu...

à écrit le 31/12/2020 à 12:17
Signaler
Un vaccin non mutant est plus rassurant, un vaccin en moins de un an ça ne rassure pas car quand la santé est touchée le retour en arrière est voire dès fois impossible ou trop longue. Les soignants et les politiciens sont libres de se vacciner sans...

le 02/01/2021 à 10:53
Signaler
Avec seulement 50 vaccinés par jour et 500000 doses (donc seulement 250000 vaccinables par semaine dans 3 semaines) on a pas besoin de se demander si les 60% qui veulent pas être vaccinés le voudront ou non plus tard... Commençons par vacciner les 40...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.