Deux Français sur trois pour la retenue à la source, le « cadeau » de Hollande pour 2017

 |   |  1129  mots
(Crédits : REUTERS)
Près de deux Français sur trois (64%) se disent favorables à la retenue à la source de l'impôt sur le revenu, envisagée par le gouvernement, selon un sondage Odoxa paru samedi pour Le Parisien/Aujourd'hui en France et iTELE.

Populaire, la retenue à la source ? Oui, d'après un premier sondage réalisé à la veille du week-end. Près de deux Français sur trois (64%) se disent favorables à la retenue à la source de l'impôt sur le revenu, envisagée par le gouvernement, selon un sondage Odoxa paru samedi pour Le Parisien/Aujourd'hui en France et iTELE. A contrario, 35% sont opposés à ce prélèvement d'après cette enquête (1% ne se sont pas prononcés).

Pas dupe, une large majorité (57%) prête néanmoins à François Hollande des arrières-pensées électorales. Ils considèrent que le chef de l'Etat a annoncé cette mesure parce qu'il estime qu'elle "le favorisera électoralement", contre 42% qui pensent "qu'il estime que c'est une mesure bonne pour la France et les Français".

Le prélèvement de l'impôt sur le revenu à la source a ressurgi dans le programme de réformes du gouvernement à la faveur de la remise en ordre de marche de la majorité, après le congrès de Poitiers. Enterré en début de quinquennat avec la fusion de l'impôt sur le revenu et de la Contribution sociale généralisée (CSG), le prélèvement à la source a été évoqué par le président François Hollande dans son discours de Carcassonne le 19 mai, puis confirmé par le Premier ministre Manuel Valls au congrès socialiste de Poitiers.

Une mesure "technique" ?

Une mesure présentée par Bercy comme « technique », mais aussi "irréversible", a prévenu le ministre des finances Michel Sapin. Elle est donc politiquement risquée. C'est la raison pour laquelle le gouvernement a décidé de ne la mettre en œuvre qu'après les élections, en 2018, tout en faisant de 2017, une année « blanche » fiscale. En clair, rien ne changera jusqu'en 2017, les Français déclarant leurs revenus 2016 et payant sur cette base l'impôt. En revanche, en 2018, la retenue à la source s'appliquera directement sur les revenus de l'année en cours. Pour éviter les effets d'aubaine dont chercheraient à profiter ceux qui tenteraient de réaliser des arbitrages (plus-values, primes) en faveur de l'année blanche, Bercy cherche cependant des parades. La régularisation aurait lieu après la déclaration des revenus 2017, en 2018. Mais ces mesures correctrices entrent en contradiction avec l'effet de boom en faveur de la croissance que cherche le gouvernement, qui veut profiter de la période électorale pour faire un "cadeau" aux Français, après des années de hausses des impôts. Bruno Le Roux, chef de file du groupe PS à l'Assemblée, souhaite que l'année blanche concerne uniquement les revenus salariaux.

Des syndicats méfiants, voire opposés

Populaire, le problème de ce genre de mesures « techniques » est que le diable se cache souvent dans les détails. "On a l'impression que c'est la seule chose qu'ils ont à offrir aux Français", déclare à l'AFP Vincent Drezet, secrétaire général de Solidaires Finances publiques, le principal syndicat des impôts. Pour lui, le "message général est de dire qu'on va réformer et sur la fiscalité on a rien, alors on va faire la retenue à la source". Craignant pour l'emploi, les syndicats de Bercy sont farouchement opposé à une telle réforme si elle n'est pas accompagnés d'une refonte globale de la structure de l'impôt. Les tiroirs de Bercy débordent de rapports définissant les modalités d'un prélèvement de l'impôt à la source, mais l'institution, ses hauts fonctionnaires et ses agents, traînent des pieds depuis des années face à cette véritable arlésienne.

Côté syndicats, le « cadeau » pré-électoral de Hollande ne fait pas l'unanimité. La CGT a affirmé que la retenue à la source de l'impôt sur le revenu envisagé par le gouvernement constituait "une nouvelle imposture gouvernementale" : cette mesure "ne constitue en rien les prémisses de la réforme fiscale nécessaire" pour rendre "l'impôt plus juste et efficace", affirme la centrale dans un communiqué. "Plus grave encore", selon la centrale, "sous prétexte de vouloir simplifier l'impôt sur le revenu" le gouvernement "crée les conditions de nouvelles inégalités et expose encore plus la vie privée des travailleurs vis-à-vis de leurs employeurs".

"La retenue à la source fournirait à l'employeur des éléments sur la vie privée des salariés - situation de famille, niveau de revenus du conjoint", qui, pour la CGT, "doivent absolument demeurer confidentiels". Pour la même raison, le Medef et la CGPME ont exprimé leurs réserves, les entreprises craignant de devenir des auxiliaires du fisc et refusant de devoir gérer la complexité d'un impôt familiarisé.

Par ailleurs, cette réforme n'entraînera pas de "simplification pour les salariés", souligne la CGT. "Les déclarations annuelles de revenus" resteront de mise et en cas de baisse des revenus "le montant de l'impôt ne pourrait pas être immédiatement modifié". Pour cette raison, la centrale ne voit pas de bénéfice "par rapport au dispositif de la mensualisation".

La CFE-CGC le syndicat des cadres, est aussi réservée. Elle estime que la retenue à la source de l'impôt sur le revenu, envisagée par le gouvernement, pourrait être "une fausse bonne idée" et se prépare à défendre les intérêts des classes moyennes qui risquent d'être lésées par cette mesure. La CFE-CGC, reste "très prudente" sur cette réforme. Elle participera à toutes les réunions proposées, sera très opiniâtre pour défendre le pouvoir d'achat de la classe moyenne qui, à elle seule, porte l'essentiel de l'imposition directe", affirme dans un communiqué Alain Giffard, membre de la direction du syndicat des cadres.

Il rappelle que "le foyer fiscal représente la norme en France", l'impôt étant "familiarisé", et alors "se pose la question de savoir si l'employeur doit connaître la situation du conjoint et la situation patrimoniale du ménage". Selon lui, "le risque existe que ce surplus d'informations défavorise le salarié en cas de négociations salariales", un point qui "affecterait notamment l'encadrement qui, en règle générale, est assujetti à l'individualisation des augmentations de salaire", relève-t-il.

Par ailleurs, argue la CFE-CGC, "la mise en place du prélèvement à la source préfigure la fusion de la CSG et de l'impôt sur le revenu". Or, estime la centrale, une telle fusion "est incontestablement préjudiciable à la classe moyenne qui verra la CSG, aujourd'hui proportionnelle, devenir progressive". Le syndicat relève aussi les aspects techniques compliqués de la réforme, notamment la prise en compte des "niches fiscales". Seules celles "véritablement utiles" devraient être gardées, préconise-t-il.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2016 à 16:26 :
Et dans le 64% qui sont pour il y a les 50% qui ne sont pas imposables.
a écrit le 16/03/2016 à 16:24 :
Et dans le 64% qui sont pour il y a les 50% qui ne sont pas imposables.
a écrit le 24/06/2015 à 12:02 :
Arretons de nous sortir tous les deux jours ce faux sondage commandité par le gvt.
Ce qui voudrait dire que les Français sont d'accord pour toucher un net moins important sans droit de regard sur le montant prelevé.
a écrit le 23/06/2015 à 20:40 :
Encore un sondage qui va dans le sens de ce qu'ils nous imposer. La plupart des travailleurs qui ont quelques abattements, ou qui ne paye pas d'impôts (la très très grosse majorité) sont forcement contre... Pourquoi payer de janvier à novembre des impôts qu'on nous restituera en fin novembre ou décembre?(crédit d'impôts habitation, cotisation retraite exonéré...) En gros pour noël, on aura droit à un gros réveillon et de janvier à novembre on arrête de manger?
a écrit le 23/06/2015 à 0:28 :
Promesse pour 2017?De 1,qui peut croire encore aux promesses de F Hollande?De 2,2017,année électorale donc cet homme pusillanisme trouvera encore plus prudent...d'attendre.Pipeau,pipeau!
a écrit le 22/06/2015 à 11:42 :
Fondamentalement on s'en fiche que l'impôt soit à la source ou pas : il faudra toujours au bout du compte régler au minimum le même montant (avec encore plus de complications). Où est donc l'avantage ? À moins que quelques "loups" tapis dans l'ombre de cette "réforme" et décelés dans divers commentaires ci-dessous (avance au fisc, intégration de la csg, électoralisme, etc ) n'en soient les réelles motivations…
a écrit le 22/06/2015 à 10:50 :
Un bon moyen pour l'état de faire de la trésorerie. Avec le prélèvement mensuel, je pouvais ajuster. En faisant ma déclaration, j'ai constaté que j'avais tout réglé mon IR donc j'ai fait cesser les prélèvements. Avec le prélèvement à la source on continuera à prélever 2 fois: sur mon salaire et sur celui de mon conjoint. Le fisc ne remboursera que l'année d'après.
De plus les banques tiendront compte du salaire net pour vous accorder un prêt sans s'intéresser au fait que le fisc vous a rendu des sous. La capacité d'emprunt va donc diminuer.
Réponse de le 22/06/2015 à 12:32 :
@Nadia: si on s'achemine sur une imposition à la canadienne (je dis "à la canadienne" parce que toutes les réformes récentes sont des copies conformes du Canada), ton époux n'existera que pour lui-même, car les déclarations sont individuelles. Quant à la capacité d'emprunt, elle relèvera du "credit score" (solvabilité) auprès des établissements financiers. Cela deviendra en effet plus compliqué parce que pour être considéré solvable, il faut avoir montré patte blanche pendant plusieurs années (paiement en temps voulu du solde de la carte de crédit, des différentes factures des services publics et privés, etc.), Les remboursements sont négilgeables (j'ai reçu 24 dollars cette année), mais il est certain que pour l'État il vaut mieux que les gens paient en avance plutôt qu'au bout d'une année; d'autant plus que le prélèvement à la source (sur salaire) évite que les gens ne puissant pas payer :-)
Réponse de le 22/06/2015 à 13:59 :
Je suis plus pessimiste que vous ,car les banques feront tout pour être le percepteur de nos impôts !
a écrit le 22/06/2015 à 9:40 :
Faut arrêter de penser que tout est fait pour des raisons électoralistes. Le monde est dirigé par des hauts fonctionnaires qui s'en fichent pas mal et qui restent d'un gouvernement à l'autre.
Le prélèvement à la source était évidemment dans les tuyaux depuis qu'on a vu les déclarations pré-remplies, ils n'ont pas fait tout ce boulot pour rien.
a écrit le 22/06/2015 à 9:28 :
Le prélèvement à la source sera encore une usine à gaz....Pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple. Pour le prélèvement à la source,faire 10 prélèvements mensuels sur la base des revenus de l'année n-1 et régulariser par une déclaration en fin d'année. Pas de prélevements par les employeurs. Une année blanche pour les salaires et les retraites. Pour les revenus hors salaire ceux de l'année blanche devraient correspondre à la moyenne des années précédentes. Je veux dire impots 2017 pas payés mais au 1er janvier on payerai pour 2018 sur la base de la déclaration de 2016, la régularisation étant faite en fin 2018 puisque la base pour 2018 étant celle de 2017.Apres il suffira d'ajuster son prélèvement comme actuellement avec le prélèvement mensualise.Le gouvernement ne perdra au final que sur la déclaration d'impôts après décès qui n'existera plus.
a écrit le 22/06/2015 à 8:40 :
@nico .l Les pays de l'OCDE n'ont pas la CSG .
Réfléchissez le prélèvement à la source n'est que le préambule à la fusion de l'IRPP et La CSG !
Sapin vous a menti .
Pour ceux qui ont de l'immobilier ceci s'apelle un impôt sur le capital .
a écrit le 22/06/2015 à 8:04 :
la quasi intégralité des pays OCDE sont avec un prélèvement à la source, mais chez nous ça serait impossible...?
Réponse de le 22/06/2015 à 8:28 :
vous êtes vraiment un bisounours en France les politiques ne brillent pas par leur honnêteté, ils vont profiter de cette réforme pour nous mettre encore une couche mais comme vous ne devez pas en payer, des impôts, vous vous en taper.
a écrit le 22/06/2015 à 7:32 :
Je pense qu'il serait plus honnête de ne demander l'avis que de ceux qui payent l'impôt sur le revenu
c'est à dire 47 % des français !
Je parie que le résultat serait très différent !
a écrit le 21/06/2015 à 21:21 :
60 % des français qui paient véritablement un impôt , soit 60% de 45%.
Ou 60% de l'ensemble des Français ?
Pourquoi on ne fait jamais de référendum ? C'est ça la véritable démocratie et ça évite aux gens de se déchirer ! ( mariage pour tous entre autre)
a écrit le 21/06/2015 à 18:21 :
Grâce à la société de sondage ODOXA, nous apprenons que les français sont majoritairement favorable à la retenue à la source...et j'ajoute à 100% pour ceux qui qui ne sont pas concernés...ce que ODOXA ne mesure pas sur son échantillon représentatif ...de quelle population de gens concernés/non concernés? !
Réponse de le 21/06/2015 à 21:37 :
Pour une personne mensualisée la réforme semble en apparence neutre. Sauf que comme pour la mensualisation des retraites, le diable (caché pour le moment) est dans le détail technique du prèlèvement à la source. En effet en fonction des modalités de calcul pour le prélèvementcelui ci pourrait se révéler défavorable sur la base de l'exemple suivant:
pour un prélèvement qui serait de 8.33 % mensuel contre 10 % actuellement basé sur l'impôt acquitté en n-1 le prélèvement à la source serait gagnant pour le contribuable. Mais cette hypoyhèse reste à vérifier au vu des infos gouvernementales à venir et resterait hypothètique en fonction des dates effectives de prélèvement effectivement appliquées (aujourd'hui la mensualité intervient vers le 15 de chaque mois alors que en fonction de la date de perception du salaire cette date peut varier entre le 25 et le 31 de chaque mois).
Pour les retraités cela serait à tout coup un aménagement perdant en terme de trésorerie puisque les prélèvements interviendraient sur des versements à échoir. Donc une perte de trésorerie supplémentaire après celle intervenue à l'occasion de la mensualisation des retraites l'an dernier qui s'est faite à leur détriment.
Tout ceci sans compter que la ficelle de cette réforme est un peu grosse pour nous faire avaler l'alignement de l'impot sur le revenu et de la CSG et autres prélèvements sociaux et donc une hausse de la fiscalité directe!
a écrit le 21/06/2015 à 17:41 :
Et beaucoup de gens ne réalisent pas non plus que les déclarations de type anglosaxon ne sont pas simples et nécessitent un comptable ou du moins un bureau spécialisé pour effectuer ladite déclaration de 2 fois 20 pages (provincial + fédérale). Au Canada par exemple, il faut d'abord remplir la déclaration provinciale et ensuite la déclaration fédérale (genre reporter la case 328 de votre déclaration provinciale à la case 208 de la déclararion fédérale). Et pour les naïfs, je précise que le service de déclaration est payant :-)
Réponse de le 22/06/2015 à 8:23 :
vous êtes le spécialiste des comparaisons. Je vais faire de même comparer une Ferrari avec un âne, vous voyez le résultat. Le Canada n'est pas la France la base de leur calcul est différente de la notre. Alors les naïfs vous renvoient dans vos buts percés.
Réponse de le 22/06/2015 à 9:36 :
@ Patrick: et voudrais-tu bien nous préciser en quoi l'imposition au Canada est différente...en supposant bien entendu que tu saches de quoi tu parles. Raserait-on gratis chez les autres par hasard :-)
a écrit le 21/06/2015 à 17:37 :
La justice fiscale commence par l’imposition de l’ensemble des rentrées dans le foyer, c’est-à-dire les allocs, la rentrée scolaire, l’APL;…… les aides!!!!! à foison donc le revenu fiscal devra prendre en compte tout Euro qui rentre dans un foyer qu’il soit une rémunération, salariale, un dividende, un loyer une aide sociale, pour les plus démunis qui perçoivent le RSA l’impôt sera une participation à la collectivité au prorata de l’argent reçu. Cela concerne l’impôt national et local car il est inadmissible que plus de la moitié des citoyens résidents ne paient pas un impôt. Ne pas oublier qu’ une personne seule rémunérée au SMIC est un contribuable en puissance. La Grèce doit une partie de son marasme aux politiques mais également à ces mêmes voyous par la distribution « électoraliste » sans grand discernement et aux magouilles des particuliers, la grande ristourne au bonheur!!! des grecs a plongé ce pays dans la situation actuelle. Ceux qui reçoivent ces aides ne se rendent pas compte qu’ils seront les premiers à impartir. Les plus démunis en France sont devenus les esclaves des politiques ils sont déjà les grecs de demain, en sont-ils conscients non car le politique leur fait croire que la France qui paie peut encore payer sauf que ceux qui paient beaucoup partent ou son partis avec eux parfois l’emploi, ceux qui paient moyennement sont pressurisés alors demain ceux qui reçoivent auront droit non pas à la soupe populaire déjà en place pour certains mais à l’eau et au pain. Le politique a bien compris la devise et la met en musique: diviser pour régner. Croire que le Front de Gauche ou son clone le FN , demain raseront gratis en disant au monde entier nous on décide, se mette le doigt pardon le bras dans l’œil. Alors l’impôt à la source une affaire électorale , avec la ligne de mire la grande escroquerie future un « mélange » impôt direct et CSG ce qui permettra de pressuriser un peu plus les contribuables actuels.
a écrit le 21/06/2015 à 16:51 :
j'imagine que les grands professionnels de la tribune n'ont posé la question qu'aux payeurs de l'IR ?
a écrit le 21/06/2015 à 16:15 :
Commençons d'abord par réformer la fiscalité :
1. suppression de toutes les niches fiscales
2. paiement de l'impôt par tous
3. revalorisation des plafonds des parts qui en diminuant chaque année va faire disparaître dans 5 ans les parts représentées par les enfants et personnes à charge

Après on pourra regarder cette mesurette de prélèvement à la source qui n'amène pas grand chose par rapport au prélèvements mensuels.
Réponse de le 21/06/2015 à 20:26 :
Complètement d'accord et le pire est que les français n'ont pas compris qu'ils allaient se faire avoir à partir du moment où ils sont concernés par une "niche fiscale" et ce quelle qu'elle soit !
Le prélèvement à la source se fera sans tenir compte des divers dégrèvements et rares sont les journalistes à le dire: l'impôt sera payé à 100% et en fin d'année il y aura un remboursement partiel le cas échéant ! Nous ferons donc une avance a l'état ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent.
a écrit le 21/06/2015 à 15:53 :
Le prélèvement à la source n'est pas adapté à notre système d'imposition!
Le système actuel avec mensualisation et régularisation en fin de parcours convient mieux et est relativement universel.
Le prélèvement ne fera que complexifier en introduisant un ou deux intermédiaires supplémentaires (employeurs et/ou banque), des régularisations en chaîne.
Et, de toutes façons, une bonne partie de la population ne pourra pas y être soumise, cela créera encore des différences de traitement et des inégalités face à la transparence!
Inadapté et inutile!!
a écrit le 21/06/2015 à 15:42 :
comme les français sont des veaux ils ont posé la question aux bisounours. Chaque fois qu'il y a une réforme c'est au détriment des contribuables surtout avec ces bobos de gauche qui détiennent les manettes pour nous spolier. En Espagne le toréador d'opérette n'y aurait même pas pensé. Il faut bien que l'on paye ses voyages personnels et ses futures vacances.
a écrit le 21/06/2015 à 10:29 :
Personne ne parle de la Csg des revenus fonciers et mobiliers qui elle se paie en fin d'année et qui va être encaissée double sur une année.Donc propriétaires prévoyez assez de trésorerie pour faire face
a écrit le 21/06/2015 à 10:24 :
Le Gvt sera sous les 3% de déficit grâce aux recettes exceptionnelles dégagées par la double imposition des revenus autres que ceux du travail qui seront taxés doublement:tel les revenus fonciers,mobiliers et autres qui ne bénéficient pas de l'année blanche et en plus le Gvt pourra faire des dépenses pour les fonctionnaires et ses électeurs.
Réponse de le 21/06/2015 à 11:53 :
Très juste ....mais qu'importe puisque le but des socialistes est de faire payer les riches...... c'est à dire la majorité de la classe moyenne : celle qui a déjà pris de plein fouet la diminution du quotient familial, la baisse des allocations familiales et bien sûr les retraités qui ont eu plus de 3 enfants (taxation des 10% supplémentaires) ...bref ceux qui souvent n'ont pas voté pour eux mais qui n'ont pas assez de sous pour partir à l'étranger.....
a écrit le 21/06/2015 à 8:58 :
Que le Français moyen est naïf
Réponse de le 21/06/2015 à 12:01 :
Oh ! Oui assurément, pour cette raison que nous avons connu jusqu'à ce jour de telle situation et c'est pas fini.
Réponse de le 21/06/2015 à 19:11 :
AH .. QUAND NOS ELUS SE METTENT A REVER..............!,!,!,!,???
Avec mon salaire de 35 heures/semaine --- je dois résoudre entre '' me nourrir '' ou '' payer mon loyer '' ----- solution ''' manger , et me loger dans une vieille voiture sous la voute des cieux -----
a écrit le 21/06/2015 à 8:48 :
64% des francais sont pour sachant que 55% ne vont pas payer d'irpp..... donc 10% sur 45 sont pour, ce qui fait moins d'un quart !!!!!!!!!!
a écrit le 21/06/2015 à 7:11 :
Prélèvement à la source à condition que tous y soient soumis et pour tous revenus. J'hésite entre l'évidence: encore une mesure qu'on nous présente comme d'initiative révolutionnaire, mais qui s'inscrit simplement dans la continuité de l'alignement sur le modèle commun transatlantiste. Au final, il ne sera même plus besoin de faire des accords entre pays de l'UE sur les taxes. Le plus gros aura été fait. D'un autre côté, cela ne changera absolument rien aux finances publiques, ni en termes de clientélisme ni en termes d'avantages particuliers donnés à tels ou tels acteurs, de préférence les plus gros.
a écrit le 21/06/2015 à 0:23 :
Une mauvaise mesure pour le pouvoir d'achat de ceux qui paient des impôts, cela aura un impact sur la croissance et l'emploi .
a écrit le 21/06/2015 à 0:19 :
La France est le dernier pays de l'OCDE a ne pas opérer ce prélèvement a la source.
Notre problème est le haut degré de conservatisme de nos vieux compatriotes qui rend difficile toute reforme.
Réponse de le 21/06/2015 à 8:12 :
Et surtout une propension à inventer les systèmes fiscaux les plus compliqués du monde...qui font que justement cette opération s'avère beaucoup plus complexe qu'ailleurs
Réponse de le 21/06/2015 à 12:15 :
Ce n'est pas parce que les autres le font que ces un signe de bonnes mesures. Pour rappel plus de la moitié des américains doivent faire appel à des fiscale pour remplir leur déclaration. et cela se répète dans l'ensemble des pays ayant mis en place le prélèvement à lasource.
De plus en cas d'absence de déclaration ou de retard le fisc considére qu'il y a une tacite acceptation. A titre d'exemple en Allemagne des dizaines de milliards serait pas réclamé.
On peut également rappelées la mise en place de la csg qui a vue son taux multiplier par sept en toute discrétion.
a écrit le 20/06/2015 à 23:07 :
Année blanche quenini tu payes tes impots de 2016 en 2017 et dés janvier 2018 tu payes.
Donc tu payes tout le temps....
L année blanche c est la premiere ou tu as travailler c tout....
a écrit le 20/06/2015 à 22:33 :
Plus de 50% des francais ne paye pas l impot sur le revenu comment peuvent is etre favorable a une mesure qui ne les concernent pas
Réponse de le 21/06/2015 à 8:50 :
ben le francais il est pour les impots qu'il ne paye pas ( IS, Irpp, isf, c3s, etc), par contre il est contre les impots qu'il paye ( tva, etc) ' car c'est injuste vu que je la paye'
a écrit le 20/06/2015 à 19:07 :
collecte de l’import par l'employeur ...... qui augmentera le travail des fonctionnaires pour une vérification des prélèvements individuel , la déclaration restera en vigueur ......... question gain de cette mesure --- montant de gain réalisé , en Euros et en fonctionnaires , somme gagnée par le contribuable . Ou usine à gaz électorale ?
a écrit le 20/06/2015 à 17:23 :
Encore un sondage approprié allant dans le sens du gouvernement donc du vent....
Réponse de le 21/06/2015 à 0:13 :
Si je vous comprend bien, seuls les sondages défavorables au gouvernement ont le droit d’être publiés.
Réponse de le 21/06/2015 à 15:47 :
c'est vrai les bobos de gauche sont vraiment adepte des bisounours ou ils bénéficient à fond des aides de l'état.
a écrit le 20/06/2015 à 17:17 :
Si la réforme a pour seule finalité le changement de mode de recouvrement de l'impôt alors elle n'a aucun intérêt car 2/3 des français sont déjà mensualisés. Si par contre c'est la première étape d'une restructuration de notre système socialo fiscal alors il peut y avoir de gros gains à la clé..encore faut-il qu'on débatte de cette restructuration. En tout état de cause le calcul de ce qui sera prélevé sur le salaire ne doit dépendre que du salaire comme en Angleterre ou au Danemark; Je suis pour ma part fermement opposé à l'idée que la DRH ait connaissance de la tranche d'imposition actuelle du salarié pour les raisons que chacun comprendra aisément....
Réponse de le 20/06/2015 à 19:16 :
Pas besoin de connaitre ta tranche d'imposition, il suffit d'individualiser l'impôt (i.e. chaque personne du couple paie sur son salaire), de prendre un %age progressif en fonction du brut et de supprimer toutes les niches.
Pour la partie quotient familliale, ça peut rester car la situation familiale est déjà connue des entreprises.
Réponse de le 21/06/2015 à 8:09 :
D'une part la situation familiale n'est pas connue de l'entreprise (et n'a pas à l'être) et d'autre part l'individualisation ne suffit pas : il faut aussi qu'on puisse calculer séparément prélèvement sur les salaires et prélèvements sur les autres types de revenu...Sinon bien évidement, en restructurant complètement notre système socialo fiscal (crédit forfaitaire par adulte et augmentation/déplafonnement des allocations familiales au lieu et place du quotient familial par exemple) on a la solution mais ce n'est plus simplement un changement de mode de paiement de l'impôt.
Réponse de le 21/06/2015 à 11:50 :
Pour le premier point je ne suis pas d'accord, l entreprise connaît bien souvent ta situation familiale pour le paiement de la mutuelle... Après effectivement tu peux mentir et omettre de déclarer un enfant ou un mariage mais je ne suis pas sûr que ce soit le cas de la majorité des employés, ni même dans leur interêt (cheque cadeau pour le noel des enfants, mutuelle moins chere, jours de repos supplémentaires...)

Pour le second point effectivement il faut une refonte globale du mode de calcul et je suis persuadé que le prélèvement à la source n'est que le premier pas... Ce qui est pris n'est plus à prendre.
a écrit le 20/06/2015 à 16:55 :
qui a pu poser cette question idiote.....51 % des Français ne payant pas d'impot je ne vois pas comment on peut annoncer un tel résultat....arretons de faire dire n'importe quoi sur une modification envisagée qui ne tient pas compte des complications...perso ne devant pas payer d'impot en 2017 2018 et 2019 ayant un pinel en cours je me demande comment on va prendre en compte ce calcul d'impot établi sur 2016 ou je serai imposable
Réponse de le 20/06/2015 à 20:20 :
vous paierez ce que vous devriez payer sans Pinel... et on vous remboursera 1 an plus tard = prêt sans intérêt pour l'État ... et pour 2017 ?????? moi je prévois déjà de supprimer mes dons pour cette année et limiter les emplois à domicile cette année là .....
a écrit le 20/06/2015 à 16:28 :
La manipulation de l'information tourne à plein pot. Peu de média reprennent la vraie question du prélèvement à la source. Car il s'agit de quoi en fait ? il s'agit de pouvoir intégrer la CSG et l'IRPP dans le calcul de l'impôt autrement dit de rendre la CSG et l'IRPP proportionnels aux revenus.. Autrement dit, ce sont les classes moyennes et moyennes supérieures qui vont encore trinquer...
Réponse de le 20/06/2015 à 17:32 :
On peut aussi ne garder que la formule de la tranche à 30% pour tout le monde ce qui aboutirait d'une part à une formule de type 30%R - RSA par adulte (en cas de revenu nul ça marche aussi) et par ailleurs à une augmentation des allocations familiales pour tenir compte de la demie-part par enfant (ainsi qu'à un retour à leur déplafonnement). Ensuite la composante proportionnelle au revenu (30%R) pourrait être regroupé avec la CSG/CRDS et les cotisations non contributives (cotisations hors chômage et retraite). Ca simplifierait considérablement les choses et les riches n'y gagneraient pas compte tenu de la suppression des niches...Donc il existe beaucoup d'hypothèses autres que la dilution de la CSG dans l'IRPP actuel...
a écrit le 20/06/2015 à 15:51 :
Encore un cadeau empoisonné pour les entreprises ...
Qui vont devoir sAdapter et a qui cela va générer des coûts et des complexités
Le nombre de fonctionnaire sera t il réduit ?
Les charges des entreprises réduites ?
Le salaire faciale des employés va baisser sur le dos des employeurs
Vive les impôts taxes Csg etc.
Vive la France
a écrit le 20/06/2015 à 14:38 :
Une manipulation de plus, dans la "campagne 2017" du diviseur président. Quand 51% des contribuables sont exonérés d'impôts quelle peut être la valeur d'un sondage comme celui-là ? Zéro
a écrit le 20/06/2015 à 14:12 :
Le prélèvement à la source ? Why not ?... mais on est tellement loin des réformes nécessaires et des enjeux auxquels est confrontée la France. C'est assez pathétique en fait d'avoir élu des gens pour faire cela. On devrait presque ne pas avoir à en parler tellement c'est anecdotique. Et puis rien d'autre à faire en ce moment ce gouvernement ? Quid des chômeurs ? De la pauvreté ? Du niveau d'éducation en pleine déliquescence ? De la dette qui continue à se creuser ? ...
a écrit le 20/06/2015 à 13:34 :
Dans notre pays, la résistance au changement est incommensurable. 80% des redevables sont déjà mensualisés donc cela ne compte que pour les 20% qui peut-être ont des problèmes pour payer leurs impôts et qui en auront moins....
Ce système marche très bien et de toute façon, il y a déclaration à la fin et rectification.
Les passages aux points suivants seraient plus "perfides":
- possibilité de faire sauter petit à petit le quotient familial en imposant par individu mais avec réduction d'impôts en € par enfants.
- imposition du salaire en comptant le nombre de jours travaillés et en extrapolant sur 365 jours. Dans le cas où on n'a travaillé que quelques mois dans l'année, on y perd beaucoup par rapport à la situation actuelle. Cela se fait dans d'autres pays.
Cordialement
Réponse de le 20/06/2015 à 14:55 :
Le prélèvement à la source est une bonne chose pour les opportunités qu'il amène.
Dans un premier temps effectivement ça ne changera rien car comme vous l'indiquez une bonne partie des contribuables sont déjà mensualisés, mais à terme on peut imaginer plein de choses :
- le quotient familiale : comme vous l'indiquez chaque parent aura une réduction versus le nombre d'enfants (ça règle en même temps les déclaration pour les parents divorcés)
- les niches qui ajustent l'impôt en fin d'année : on peut espérer à terme leur suppression totale avec forte diminution du taux d'imposition pour faire passer la pilule
- enfin on peut imaginer un élargissement de l'assiette avec le paiement de l'impôt par TOUS les salariés.

Conclusion : plus d'impôt collecté pour plus de personnes et pour moins cher
Cordialement
a écrit le 20/06/2015 à 13:31 :
quels sont les sondés? moins de la moitié des français ne paient pas l'impôt sur le revenu.
ceux qui ne le paient pas font-ils parti des sondés?
Réponse de le 20/06/2015 à 14:18 :
Archétype de la manipulation sondagiere dont le gouvernement a déjà usé et abusé avec les lois Macron et Touraine...On revendique le soutien de l'opinion sur trois mots clés alors que personne n'est capable d'expliquer au moment du sondage en quoi consiste concrètement la mise en oeuvre des trois mots clés de la mesure imposée par l'executif...
Réponse de le 20/06/2015 à 14:52 :
Le plus important, c'est qui réussissait à ne pas déclarer de revenus en seront pour leurs frais. Reste les professions libérales qui pourront toujours truander, les artisans, les manouches, et tous ceux qui se font payer mano à mano.
a écrit le 20/06/2015 à 13:23 :
Tout vat bien pour nos elus depuis le 01 01 2015 achat de 4300 ds5 prix unite 44000 euros
a écrit le 20/06/2015 à 13:18 :
On va donc augmenter notre dette du montant total des prélèvements correspondants plus intérêts pour organiser cette année blanche présentée comme un cadeau électoral afin d'inciter à voter socialiste. Il est vrai que le problème sera celui du nouveau gouvernement qui devra alors prendre des mesures de redressement ou supprimer la cadeau. On joue le tout pour le tout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :