Échec du dialogue entre Matignon et des "gilets jaunes"

 |   |  671  mots
(Crédits : Reuters)
La rencontre prévue ce vendredi 30 novembre à Matignon entre Édouard Philippe et les "gilets jaunes" a tourné court, l'un des deux seuls interlocuteurs à s'être présentés ayant aussitôt tourné les talons face au refus du Premier ministre de téléviser en direct la réunion. Les Champs-Élysées se préparent à la deuxième manifestation ce samedi.

Une tentative de dialogue a échoué ce vendredi 30 novembre à Matignon entre des "gilets jaunes" et le Premier ministre Edouard Philippe, que les syndicats ont alerté sur l'urgence d'apporter des réponses immédiates à la colère des Français, à la veille de nouvelles manifestations.

D'Argentine, où il participe au sommet du G20, le président Emmanuel Macron avait exclu quelques heures auparavant tout "recul", semblant confirmer une nouvelle fois la hausse des taxes sur les carburants le 1er janvier, qui a contribué déclencher le mouvement perturbant le pays depuis deux semaines.

D'énormes pressions

Seuls deux des "Gilets jaunes" invités à rencontrer le chef du gouvernement se sont présentés vendredi à Matignon, l'un d'entre eux choisissant de ne pas être vu par les journalistes. Le second, Jason Herbert, l'un des meneurs des "Gilets jaunes" en Charente, a annoncé avoir quitté l'entretien avec Édouard Philippe et le ministre de la Transition écologique François de Rugy après leur refus que cette discussion soit retransmise en direct à la télévision.

"Je souhaitais et j'ai demandé à plusieurs reprises à ce que cet entretien soit filmé et retransmis en direct à la télévision, cela a été refusé", a t-il déclaré à la presse.

Jason Herbert a d'ailleurs précisé que le Premier ministre lui avait proposé une nouvelle rencontre la semaine prochaine, en un lieu de son choix. Par ailleurs, ce dernier à dénoncé des "pressions de la part d'autres gilets jaunes".

"Aujourd'hui nous ne sommes que deux, nous avons tous reçu d'énormes pressions. Je parle de menaces d'agression, verbales ou physiques, notre vie est en jeu (...) Les pressions "ont été à 99% de la part d'autres  gilets jaunes (...) Les menaces venaient de personnes radicales, qui ne souhaitent pas qu'on avance", a t-il indiqué.

Dans un communiqué des "gilets jaunes" diffusé en fin de matinée, la rencontre avec Édouard Philippe était qualifiée de "prématurée", au motif que François de Rugy avait évoqué un "entretien futur visant à réunir autour d'une table le Premier ministre et/ou le porte-parole du gouvernement avec les référents gilets jaunes des différents départements".

La CFDT et FO plaident pour une prime transport

Les syndicats reçus dans la matinée par le Premier ministre ont demandé à l'exécutif de nouvelles mesures "immédiates" ou du moins "concrètes" pour répondre à la crise des "gilets jaunes", allant d'une prime transport à la hausse des salaires, en passant par un moratoire sur la taxe carburant.

Principale figure présente, le dirigeant de la CFDT Laurent Berger a notamment poussé, comme Force Ouvrière, en faveur d'une prime transport pour les salariés se rendant au travail en voiture.

"On a redit qu'il fallait des mesures concrètes. On ne rentre pas dans un processus (de concertation, ndlr) s'il n'y a pas de marges de manœuvre pour des mesures réelles pour les travailleurs", a affirmé M. Berger à sa sortie de Matignon.

La quasi-totalité des élus locaux reçus à Matignon jeudi avaient déjà réclamé un nouveau "geste" de l'exécutif, et au-delà de François Bayrou, l'idée d'un moratoire à la hausse des taxes fait débat au sein même de LREM, le parti présidentiel.

Une manifestation des "gilets jaunes" dégénère à Bruxelles

De l'autre côté de la frontière, à Bruxelles, la police belge a utilisé vendredi des canons à eau et des grenades lacrymogènes pour disperser quelques centaines de manifestants inspirés par le mouvement français des "gilets jaunes" qui lançaient des pierres près du bureau du Premier ministre Charles Michel, dans le centre de la ville.

Environ 500 protestataires, qui s'étaient réunis à la suite d'un appel sur les réseaux sociaux, et dont la manifestation n'était pas autorisée, ont paralysé le centre de la capitale belge pendant plusieurs heures. Au moins deux véhicules de police ont été incendiés et divers projectiles lancés sur les forces de l'ordre.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2018 à 12:43 :
C'est pas illogique... Quand on voit le dimanche matin e président visiter les dégâts et que quelques gillets jaunes viennent et que Mr Macron ne va pas ni les voir (ce que je comprend pour la sécurité) ni même ne demande à sa sécurité d'aller en chercher par petits groupe pour discuter et surtout écouter leur véritables demandes... On voit là le véritable courage de nos dirigeants !
a écrit le 01/12/2018 à 19:18 :
j ai encore été sencure, decidement la tribune ne garde que les explications de gens qui vas dans leurs orientation , ou est ma liberte d exprestion sur ce site de la tribune???
a écrit le 01/12/2018 à 17:19 :
J’enlève du dialogue les imbécilités telles que démission du Président, dissolution de l’assemblée et du sénat demandes stupides car un pays sans institution n’existe pas. Même si les nôtres ne sont pas parfaites ou démocratiques car la démocratie parlementaire est politique et non de la représentation des citoyens. L’élection hallucinante du remplaçant de M. Valls, élu avec 60 pour cent de voix des 18 pour cent de votants est sur le plan démocratique une insulte au mot DEMOCRATIE. Pour notre pays une assemblée nationale aux ordres de l’exécutif on peut, et plus particulièrement sous ce quinquennat, considérer que le troupeau de « moutons » de la majorité est inaudible en dehors de bêler pour le berger de l ‘Elysée. En revenant aux demandes des gilets jaunes que l’on peut résumer en un seul mot pouvoir d’achat l’exécutif est dans l’incapacité de répondre positivement car les marges budgétaires sont inexistantes en dehors de quelques pourboires. Si l’exécutif et les bêlants répètent sans arrêt l’ effort!!!! de 500 millions ce n’est pas à la hauteur de la demande ni ai niveau de la demande des derniers et du milieu de la cordée. La demande ne peut-être entendue sauf mensonge comme actuellement et encore moins satisfaite pour plusieurs raisons. La première une erreur de M. Macron et du gouvernement, l’assemblée encore une fois compte pour du beurre, de ne pas avoir dès mai 2017 pris à bras le corps la dépense publique car toute baisse de cette dépense est le poumon d’un réajustement. Deuxième problème l’engagement sur un déficit en dessous des 3 points qui aura, étant donné la croissance mole ,des difficultés à être réalisée en 2018 mais je fais confiance!! à l’exécutif pour bien emballer un faux sous 3 points avec la connivence de Bruxelles. Autre point la prise dans la dette de 30 milliards de la SNCF car aujourd’hui l’état ne garantie plus la dette mais la prend pour partie à son compte croissance faible plus surplus de dette fait que notre pays va passer la dette au dessus des 100 points de PIB. Conclusion les gilets jaunes ne peuvent être entendus la question, le mouvement pourrait il durée plusieurs mois avec des hauts et des bas obligeant l’exécutif à revoir toute sa politique qui en dehors de promesses ne donnent aucun résultat probant peut-être à la marge mais ce n’est pas la marge qu’il nous faut mais la feuille de papier. Reste une mise en difficulté de l’exécutif et de la majorité aux européennes par un vote massif des gilets jaunes contre LREM. . Je ne pense pas que les gilets jaunes se rendent compte aujourd’hui de leur force potentielle dans les urnes Les gilets jaunes seront-ils ceux qui vont plomber ce quinquennat? le chemin est pris.
a écrit le 01/12/2018 à 17:10 :
dialogue est le synonyme politique de noyer le poisson le gouvernement connait tres biens les revendications mais comme depuis le debut il gagne du temps en esperant le pourissement car de toute facon il est tenu par bruxelle qui tiens les cordons de la bourse
il a besoin de l'argent de ces taxe pour combler les déficites de l'etat rien a voir avec l'écologie
a écrit le 01/12/2018 à 15:55 :
Ce qu'il faut c'est que les gilets jaunes fassent de la pédagogie avec le gouvernement. Une fois que le gouvernement aura bien compris le quotidien des français ils abandonneront les taxes. Le problème c'est que nos élites sont tellement persuadée de n'avoir rien à apprendre du peuple que ce n'est pas gagné.
Réponse de le 01/12/2018 à 17:41 :
Beaucoup ont une hérédité sociale chargée (parents CSP+, noblesse décadente, ghetto Neuilly-Auteuil-Passy de riches sans contacts avec le monde réel, et tellement d'impôts à payer !).

En plus ils ont subi une éducation très déficiente en sciences de l'humanité (Science po, HEC, ENA...).

Les casseurs sont en train de mettre aux bobos de l'ouest parisien la peur de leur vie. Pas sûr qu'ils en remercient macron.

Vue la situation où le le gouvernement a mené le pays, il ne leur reste plus que l'état d'urgence, le couvre feu sur la moitié du département et sortir les blindés...
Ce gouvernement a perdu toute crédibilité dans une manif de 5500 personnes.

Hollande a su faire avec des manifs à Paris de 1500 000 personnes, Sarko de 1 130 000 personnes et Chirac idem.

Tout ça pour refuser de lâcher temporairement 3.5 Mds € sur un budget de plus de 400 milliards. A ce niveau c'est de la C....e en barre.

Il nous avait déjà fait le coup avec la SNCF en acceptant de faire perdre des dizaines millions d'€ à l'entreprise et quelques milliards € à l'économie dans un conflit social évitable pour le seul plaisir de dégommer le statut cheminot.

Ce soir, les paroles de Hulot résonnent encore plus fort qu'il y a 10 jours.
" ce conflit était évitable..."
Réponse de le 01/12/2018 à 18:03 :
Beaucoup ont une hérédité sociale chargée (parents CSP+, noblesse décadente, ghetto Neuilly-Auteuil-Passy de riches sans contacts avec le monde réel, et tellement d'impôts à payer !).

En plus ils ont subi une éducation très déficiente en sciences de l'humanité (Science po, HEC, ENA...).

Les casseurs sont en train de mettre aux bobos de l'ouest parisien la peur de leur vie. Pas sûr qu'ils en remercient macron.
Réponse de le 01/12/2018 à 19:22 :
@Réponse de faut les comprendre.
"hérédité sociale chargée"
On peut être né riche et être ouvert aux autres. Le problème c'est les 1% qui ne parlent qu'aux 1%, qui ne travaillent qu'avec les 1% et qui ne sont d'accord qu'avec les 1% sur tous les sujets, tout en étant persuadés de fréquenter la classe ouvrière parce qu’on a fait un diner avec Jean qui ne gagne que 3 000€ par mois.
a écrit le 01/12/2018 à 15:51 :
E.Macron est un serviteur de l'oligarchie. Rien d'autre!
Nous avons la preuve que la démocratie n'existe plus, et seule l’autocratie de rares privilégiés est affichée par la dictature de leurs "employés" aux postes du pouvoir. La volonté du Peuple est piétinée!
Où sont donc ces "sauveurs de la France" tant plébiscités lors de l' élection présidentielle? A part récupérer à leur profit personnels, on ne voit pas de représentants élus s'afficher dans l'action et soutenir le peuple, ni d'acteurs célèbres pour soutenir ce mouvement citoyen. Mais ces "mange-mer..." sauront venir faire les beaux lorsqu'il n'y aura plus rien à craindre pour leurs fesses !
TOUT ce qui se passe a été annoncé dans le dernier débat présidentiel en 2017. Mais personne n'a ouvert les yeux afin d'éviter le pire, et surtout d' avoir su reconnaître cet homme politique, Fondateur de l' UPR - Union Populaire Républicaine de valeur et honnête (exceptionnel) dont les actes et la vérité sont étouffés par les médias. Cela fait plus de 10 ans qu'il annonce la vérité et ce qui se passe. Nous y sommes!
En sortant de l' UE, la France retrouvera sa souveraineté. Actuellement, la France et l' UE. ne sont que des vassaux à la botte de Washington par l'intermédiaire de Bruxelles ! Tous les regards du monde entier sont pointés sur ce qui se passe en Europe...
Réponse de le 01/12/2018 à 19:23 :
Oui, le souveranite de payer 20% de plus, en nouvelles francs, pour tous vous importations, le prix d'un barril de petrole inclus. Bon courage.
a écrit le 01/12/2018 à 15:28 :
Et tout cela pour céder quand les gilets jaunes menaceront de bloquer les supermarchés juste avant Noel
a écrit le 01/12/2018 à 15:08 :
Les gilets jaunes vont s'organiser en une grande association nationale. Ceux qui sont intéressés à l'avenir du peuple français dans la liberté pourront s'inscrire librement. Une organisation démocratique accessible va ainsi pouvoir inspirer avec justice la politique de la France dans ce domaine particulier et sensible : l'écologie véritable, autrement dit quelle place pour l'activité humaine de chacun dans la nature qui se réchauffe, en lui en donnant les moyens par la baisse des impôts. Ras le bol de l'Etat obèse qui fragilise les citoyens par l'impôt abusif sans les protéger.
Réponse de le 01/12/2018 à 18:10 :
Mais les GJ ont déjà une grande association nationale, c'est l'état français.

Et c'est pour cela qu'il ne sont pas réductibles à un parti, un syndicat, des "porte-parole", des présidents d'association avec trésorier et siège social. Même s'ils ne le formalisent pas aussi nettement c'est évident.

Ce qu'ils demandant c'est l'application de la démocratie, le pourvoir au peuple, par le peuple et pour le peuple pour que la justice soit assurée dans tous les domaines, économique, social, privé, public et aussi fiscal.
a écrit le 01/12/2018 à 15:02 :
Nos chefs politique doivent aller à l'école...c'est urgent
Quand on fait du gaz oil, on fait aussi de l'essence, du kérosène, du gaz... C'est la transformation du pétrole
Si on nous interdit de consommer du gaz oil en France... qui le consommera ? l'Afrique ? dans des véhicules aussi dépollués que nous ? On est tous sur la même boule...

Et sinon...pour la voiture électrique...qui n'a pas d'autonomie... on devra aussi les revendre dans 5 ans ? Parce que les batteries c'est pas écolo ?

Il faut vraiment qu'ils arrêtent d'urgence de mépriser à tout va
a écrit le 01/12/2018 à 14:27 :
Le pouvoir en France, a la solde de Bruxelles, veut absolument un dialogue qui soit un monologue pédagogique dans l'intérêt des seuls lobbyistes!
a écrit le 01/12/2018 à 11:27 :
N'y il a pas plus d'argent dans la caisse. Le BCE ne peut pas a continuer eternelle avec un taux d'interet zero. En fois de profiter des interets bas des emprunts pour reformer les finances de l'etat, les gouvernements procedents ont encore gaspiller plus dans leurs reves, et les reves des electeurs profiteurs, d'un paradis sociale.
Macron lui n'a rien plus a dire en l'UE pour le raison du disrespect de la France en face des pactes financiers.
C'est fini. La France est faillite.
a écrit le 01/12/2018 à 10:38 :
Contrôle technique automobile la cour européenne devrait vraiment se remettre en question et revoir ses compétences en matière de choix ????????

Impossible financièrement pour les européens de faire la navette entre les centre de contrôle automobile, les garagistes, les concessionnaires trop onéreux !
a écrit le 01/12/2018 à 10:17 :
Voilà une preuve flagrante, indiscutable, que notre gouvernement se moque de nous quand il nous parle de transition écologique.

Quand est-ce que ça s'arrête le cauchemar lrem svp ?

"Éolien en mer : déception et inquiétude en Occitanie" https://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr/economie/environnement/2018-11-30/eolien-en-mer-deception-et-inquietude-en-occitanie-799455.html

"lors des annonces sur la Programmation pluriannuelle de l'énergie, le ministre de l’Ecologie a indiqué, le 28 novembre, qu'il réduit la voilure en matière d’éolien en mer"
a écrit le 01/12/2018 à 9:44 :
AU mans le gilet jaune qui a rencontre la ministre a ete designe par les renseignements généraux ,,,,,,,,,????? cette rencontre n'etait vraiment que de l'INTOX
a écrit le 01/12/2018 à 9:36 :
le conseil des droits de l'homme et de la justice de geneve
a demande a m macron de negocier le 27 11 2018 ce que celui ci refuse toujours
a écrit le 01/12/2018 à 9:06 :
La dictature des minorités agissantes est insupportable : la démocratie a des règles, des élections sont régulièrement organisées, chacun peut s'y exprimer. Le droit de manifester n'est pas celui de créer des émeutes et d'imposer ses idées par la force. Il n'y a pas 65 millions de gilets jaunes en France, et seule la moitié des Français paie l'impôt sur le revenu. Il faut arrêter d'encourager les comportements déviants pour "faire de l'antenne" ou "du texte". La vie démocratique mérite mieux que cette crise d'adolescence de quelques uns. Et quand on vote pour un candidat, on assume le fait d'avoir voté pour lui : on est responsable !
Réponse de le 01/12/2018 à 9:20 :
Nous sommes dans un paradoxe: ceux qui ne paient pas l'impôt sur le revenu, et profitent en plein de la redistribution (700 milliards), se soulèvent pour exprimer un raz-le-bol fiscal, sur une question futile... et in fine, la seule question qui vaille, celle de l'efficacité de la dépense publique, n'est pas mise en avant. On objecte toujours les nécessaires dépenses d'Education et de santé, mais les chiffres montrent que ces postes sont loin de représenter la majeure partie de la dépense publique (500 milliards au total contre 1291 milliards de dépenses publiques l'an passé). Nos systèmes sont usés par des dépenses publiques avec une très grande inertie, et qu'avec la meilleure volonté du monde, il est très difficile de ré-adresser..
Réponse de le 01/12/2018 à 9:55 :
"et seule la moitié des Français paie l'impôt sur le revenu"

Ce qui donne une idée de la faiblesse des salaires dans ce pays.
Réponse de le 01/12/2018 à 11:07 :
une democratie a des regles ok mais dans une democratie les deputes sont là pour representer le peuple dans le cas present avec LES LREM se n'est pas le cas !!!!! la minorite 81% ????? LA democratie ,,,,,??? ex Notre dame des landes 180 jugements + un vote ,,,,Les pauvres ne paient pas d'impots ok mais les taxes++++ Un ex un smicard pour une amende de 135 € donne 11% DE SONT salaire le depute qui a vote la loi ne donne que 2,54 % et je ne compte pas les privileges en sa faveur De meme pour la csg le smicard donne 1;7 le depute 'CSG DEDUCTIBLE 1,19 % et vous etes surpris que le peuple est dans la rue !!!!!!!!
a écrit le 01/12/2018 à 8:37 :
Comment s'étonner quand le président des chefs de cordée ose donner la leçon de Buenos Aires en annonçant avant la négociation qu'il ne reculera pas. Mépris total des revendication donc au contraire Macron veut en réalité mettrer de l'huile sur le feu pour que la situation dégénère et qu'elle se retourne à son profit mais lui et ses conseillers hors sol oublient que le mouvement est approuvé par 80% des français!
a écrit le 01/12/2018 à 5:12 :
Ca sent la poudre.....
a écrit le 01/12/2018 à 4:21 :
La gouttes de gasoil qui fait déborder le basse dommage un point pour e Philippe pas de taille le gilets jaunes trop de revendications meme philippe et perdue pas macron leS king c est un arnaqueur leS riches plus riches 🤑
a écrit le 30/11/2018 à 21:46 :
Philippe va négocier avec qui? Cela me fait penser aux collectifs divers et variés des gouvernements antérieurs qui sont arrivés a noyer le poisson. Comment négocier avec une personne, qui ne représente que lui et lui seul, sans légitimité d'aucun groupe ni même de cohérence de pensée. Je sais pas vous, mais moi je trouve cela plutôt drôle, même comique. J'attend avec hâte le dénouement de ce sac de nœuds.
a écrit le 30/11/2018 à 19:51 :
Edouard et François viennent de se prendre une gifle monumentale en public. Que ça leur serve de leçons.

Si le gouvernement n'avait pas ouvertement méprisé les 600 000 élus, les syndicats, les partis politiques,les ONG et les associations, s'il n'avait pas pratiqué une politique antisociale dans le plus pur mépris de l'essence de la démocratie, le chef du gouvernement ne se retrouverait pas comme un idiot à parler dans le vide avec un fantôme, après s'être pris un vent monumental de la part d'un croque mort.

C'est quand même incroyablement symbolique. A force de tromperies, de mensonges, d'insultes et d'insinuations, le gouvernement en est arrivé à ne plus avoir d'interlocuteur.... plus personne ne veut lui parler.
Réponse de le 30/11/2018 à 21:50 :
L'essence, ben oui il est là le problème me semble t'il.
a écrit le 30/11/2018 à 19:27 :
Discuter de Quoi ? Seul le rapport de force permettra à ce gouvernement sourd de céder. Les taxes sont devenues insupportables. Donner 75/80cents sur chaque litre d'essence est insupportable.
a écrit le 30/11/2018 à 18:34 :
Échec du dialogue entre Matignon et des "gilets jaunes"

concluons simplement : le premier Ministre Edouard PHILIPPE et son gouvernement LREM Modem LR UDI ABIMENT LA FRANCE ;
a écrit le 30/11/2018 à 18:34 :
Il faut sortir du macronisme, nous n'avons pas le choix, il y a urgence. Et dès aujourd'hui, demain il sera trop tard. On ne va pas assez vite et c'est ça le drame. Si nous n'agissons pas, nos enfants nous le reprocherons, on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas.
a écrit le 30/11/2018 à 18:21 :
Et bientôt les foulards rouges ?

"Puisque le préfet et les forces de l'ordre ne souhaitent pas faire respecter l'Etat de droit, le mouvement citoyen 'foulards rouges' le fera lui-même, sans violence, mais avec détermination". Voilà ce que promet la page Facebook des "Foulards rouges" créée le 26 novembre à destination des internautes du Vaucluse qui s'opposent aux gilets jaunes. Trois jours après sa création, la page compte 800 membres.
Auprès du Dauphiné libéré, l'un de ses créateurs, John Christophe Werner, explique que l'objectif est de rassembler "les citoyens qui sont pénalisés tous les jours par les méthodes des gilets jaunes".Sur cette page, les internautes ne cachent pas leur exaspération envers les "extrémistes" gilets jaunes et se partagent des informations concernant les blocages routiers observés dans la région.
Réponse de le 30/11/2018 à 19:58 :
Il vont bloquer les gilets jaunes qui bloquent les rond points?

J'attends avec impatience les chapeaux bleus, les mocassins verts et les pompons roses.

En attendant, la page facebook des foulards rouges est fermée. Elle n'a pas dû trouver son public.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :