Edouard Philippe promet un "effet de souffle fiscal" en 2018

 |   |  424  mots
Edouard Philippe se dit prudent sur les prévisions macroéconomiques et indique tabler sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1,6% en 2017, puis de 1,7% en 2018.
Edouard Philippe se dit "prudent" sur les prévisions macroéconomiques et indique tabler sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1,6% en 2017, puis de 1,7% en 2018. (Crédits : REUTERS/Pascal Rossignol)
Près de la moitié des baisses d'impôts promises sur l'ensemble du quinquennat seront mises en oeuvre dès l'année prochaine, a annoncé le Premier ministre au Echos.

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé une baisse de la pression fiscale de l'ordre 11 milliards d'euros en 2018, censée provoquer "un effet de souffle fiscal" pour l'activité en France, dans un entretien aux Echos à paraître mercredi.

"La pression fiscale sera réduite de près de 0,6 point de PIB" en 2018, annonce le chef du gouvernement dans cet entretien publié sur le site internet du quotidien économique à la veille du début du débat d'orientation budgétaire avec les parlementaires. "C'est un effort considérable", qui représente "plus de la moitié" des baisses d'impôts promises par l'exécutif sur l'ensemble du quinquennat, ajoute le premier ministre. Samedi, Edouard Philippe avait indiqué que les prélèvements baisseraient de quelque 7 milliards d'euros l'an prochain.

Détaillant son projet, le Premier ministre annonce qu'une première étape de la réforme de la taxe d'habitation, promis par Emmanuel Macron pendant la campagne, serait bel et bien mise en oeuvre en 2018, avec une première baisse d'impôts évaluée à trois milliards d'euros.

Les réformes fiscales prises sous Hollande confimées

La réforme de l'impôt sur la fortune (ISF) sera pour sa part "appliquée intégralement en 2018", ce qui coûtera aussi 3 milliards d'euros. Alors qu'il avait été question de reporter cette réforme, le gouvernement est revenu sur sa décision face à l'émoi provoqué dans les milieux d'affaires.

Le prélèvement forfaitaire unique de 30% sur les revenus de l'épargne, autre promesse d'Emmanuel Macron, sera également mis en oeuvre dès 2018. Ce dispositif, qualifié de "flat tax", représentera une baisse d'impôt "d'environ 1,5 milliard d'euros".

Le Premier ministre a assuré par ailleurs que les mesures fiscales prises à la fin du quinquennat Hollande seraient bel et bien appliquées. Il a aussi répété que le taux de l'impôt sur les sociétés baisserait à 25% d'ici la fin du quinquennat, contre 33% actuellement.

Un déficit à 2,7% du PIB en 2018 ?

Même s'il compte sur ces mesures pour faire redécoller la croissance, Edouard Philippe se dit "prudent" sur les prévisions macroéconomiques et indique tabler sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1,6% en 2017, puis de 1,7% en 2018.

Concernant le déficit public, le gouvernement a inscrit dans son document d'orientation budgétaire une prévision de 2,7% du PIB en 2018. "Mais je ne suis pas un fétichiste du chiffre", s'empresse d'ajouter le Premier ministre. "Mon objectif politique est d'être en dessous de 3%, grâce au retour de la confiance."

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2017 à 9:34 :
Edouard Philippe s'affirme comme un PM extrêmement brillant, avec une équipe gouvernementale de qualité ! Exactement, ce dont la France avait besoin pour retrouver son rang en Europe et dans le Monde.
a écrit le 12/07/2017 à 12:50 :
Un effet de souffle a un pouvoir destructeur... On est encore dans l'inversion du sens des mots... Dans l'espoir de faire prendre des vessies pour des lanternes ?
a écrit le 12/07/2017 à 12:26 :
Le Havre une des villes les plus imposées de France sur la taxe foncière et la taxe d'habitation....
a écrit le 12/07/2017 à 12:04 :
Il a tellement zigzagué depuis qu'il est nommé que le souffle va faire pschitt parce que toutes ces annonces font que pour son compte personnel, on ne sait plus du tout où on en est !!! On attendra qu'ils aient fini de parler pour tenter de voir de combien sera au final l'augmentation des prélèvements en 2018......
a écrit le 12/07/2017 à 10:14 :
Ils n'arrivent pas à boucler le budget de cette année et ils parlent de baisse d'impôts ...
De la gestion idéologique comme d'habitude.
a écrit le 12/07/2017 à 9:14 :
Après 30 milliards d'augmentation d'impôts sous le quinquennat Hollande....on peut bien faire une pause en 2018....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :