Emploi : la fracture territoriale se creuse

 |   |  479  mots
D'ici 2022, 85% des ingénieurs en informatique, 75% des professionnels de l'information et de la communication et 69% des postes de personnel d'études seront créés dans les grandes métropoles souligne une étude de France Stratégie sur les inégalités territoriales en matière d'emploi.
D'ici 2022, 85% des ingénieurs en informatique, 75% des professionnels de l'information et de la communication et 69% des postes de personnel d'études seront créés dans les grandes métropoles souligne une étude de France Stratégie sur les inégalités territoriales en matière d'emploi. (Crédits : © Robert Pratta / Reuters)
A elles seules, la douzaine de métropoles concentrent 46% des emplois, dont 22% à Paris d'après une étude de France Stratégie.

Les créations d'emplois en France se concentrent depuis une dizaine d'années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, positionnées sur les métiers les plus dynamiques, notamment de cadres, au détriment des villes petites et moyennes, selon une étude de France Stratégie parue mardi 21 février.

Les métropoles représentent la majorité des emplois

La douzaine de métropoles régionales rassemblent près de 46% des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. De 2006 à 2013, c'est dans ces aires urbaines de plus de 500.000 habitants que se sont concentrées les créations d'emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l'organisme placé auprès du Premier ministre.

Cette évolution est "inédite" depuis 1968: la croissance de l'emploi profitait à l'ensemble du territoire jusqu'en 1999, puis les territoires se sont de plus en plus différenciés, et entre 2006 et 2013, les écarts se sont creusés, analyse France Stratégie.

La concentration des emplois cadres

Cette "métropolisation", qui "devrait se poursuivre", est principalement liée à une concentration des emplois de cadres dans les métropoles, positionnées sur des "métiers structurellement dynamiques", aux tâches "non répétitives" et à "fort potentiel de créations d'emplois d'ici 2022" (85% des ingénieurs en informatique, 75% des professionnels de l'information et de la communication, 69% du personnel d'études).

A cela s'ajoute un "effet local": pour un métier donné, la croissance y est supérieure au reste du pays. Le nombre de cadres y croît davantage, mais aussi les métiers industriels, qui résistent mieux qu'ailleurs.

Toulouse, Montpellier ont créé de nombreux emplois

Cet effet est néanmoins inégal: de 1999 à 2013, les métropoles de Toulouse, Montpellier, Nantes, Rennes, Bordeaux et Lyon ont créé de nombreux emplois mais Lille et Strasbourg moins, et Rouen en a perdu. Et Paris a enregistré ces dernières années une dynamique beaucoup moins favorable qu'en province.

A contrario, les villes petites et moyennes sont plus positionnées sur des métiers en perte de vitesse (ouvriers, employés, agriculteurs). Les aires urbaines de moins de 100.000 habitants et les aires moyennes subissent aussi des "dynamiques négatives", et l'impact de la désindustrialisation y est plus fort qu'avant.

Cette surreprésentation des métiers fragiles "sera source de diminutions d'emplois et de reconversions professionnelles imposées par les mutations économiques", anticipe l'étude, qui prévient: "Le risque qui pèse sur ces territoires est d'autant plus élevé que les personnes exerçant des métiers fragiles ont une mobilité géographique généralement faible".

Quant aux communes isolées, si elles souffrent d'une baisse de l'emploi dans les métiers agricoles et ouvriers, l'effet local y est positif: les métiers industriels résistent mieux, les professions de santé et artistiques s'y développent plus.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2017 à 15:11 :
"des métiers en perte de vitesse,ouvriers, employés, agriculteurs"

Donc aucun interet à apprendre ces métiers.
a écrit le 22/02/2017 à 14:35 :
Ce n'est pas les entreprises qui créent cette situation , c'est la mauvaise répartition des populations nouvelles qui devrait changer . Et ce n'est pas prêt de s'arrêter .
a écrit le 21/02/2017 à 18:22 :
Plutôt que de décentraliser l'administration qui gagne à être centralisée il vaudrait mieux délocaliser les sociétés d'état :
- Edf a rennes
- Caisse des dépôts aux mans (comme d'autres assurances)
- etc
Réponse de le 23/02/2017 à 6:12 :
Pourquoi Rennes ou le Mans ? C'est pas juste ce que vous écrivez. Il y a beaucoup de villes qui ont beaucoup plus besoin d'emplois que Rennes ou Le Mans. Vous voulez des exemples de villes qui ont besoin d'enormément d'emplois ? Je vais vous en donner : Arles , Villeneuve-Saint-Georges, Trappes, Saint-Denis, Roubaix, Carcassonne, Calais, Avignon, Nimes, Aubervilliers, Béziers, Toulon, Perpignan....Et etre en région parisienne, ça ne signifie pas que la ville possède des emplois ou a un taux de chomage faible, au contraire, allez voir le taux de chomage à Saint-Denis ou à Trappes ou à Aubervilliers...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :