En 14 ans, la distance domicile-travail s'est allongée de deux kilomètres

 |   |  235  mots
80% des navetteurs utilisent leur voiture pour aller travailler.
80% des "navetteurs" utilisent leur voiture pour aller travailler. (Crédits : © Pascal Rossignol / Reuters)
L'Insee a publié jeudi une étude sur les personnes dont le lieu de travail ne se situe pas sur leur commune de résidence. Conclusion : la distance domicile-travail a augmenté entre 1999 et 2013.

Trajet-boulot-dodo. Entre 1999 et 2013, les Français ont été de plus en plus nombreux à aller travailler dans une commune où ils ne résident pas, et leur distance domicile-travail s'est également allongée.

L'Insee a dévoilé jeudi cette étude sur ces "navetteurs": ils étaient 16,7 millions en 2013. Une part qui a augmenté de 6 points en 14 ans (1999-2013), passant de 58% à 64% des actifs. Dans le détail, les Hauts de France (ex Nord-Pas-de-Calais-Picardie) est la région qui compte la plus forte proportion de navetteurs (71%) suivie par l'Ile de France (69%). La Corse (41%) et la Guyane (33%) ferment la marche.

Des distances qui s'allongent

Par ailleurs, sur la même période, la distance domicile-travail s'est globalement allongée de deux kilomètres. En 2013, la moitié des "navetteurs" résidaient à plus de 15km de leur travail, contre seulement 13km en 1999.

En outre, pour cette étude, l'Insee n'a pas comptabilisé les "travailleurs longue distance" dont l'emploi est situé à plus de 200km de leur habitation : leur nombre a augmenté de 35% en cinq ans pour s'établir à 317.000.

Côté catégories socio-professionnelles, trois quarts des ingénieurs et cadres salariés effectuent un trajet quotidien, contre un quart des travailleurs indépendants.

Autre chiffre parlant, le nombre de travailleurs frontaliers, qui a augmenté de 50% sur la période étudiée pour arriver à 383.000 personnes en 2013. Dans la région Grand Est (ex Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine), ils représentent jusqu'à 7% des personnes ayant un emploi.

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2016 à 10:20 :
Et combien de temps en plus, avec cette chasse aux autos ?
a écrit le 01/07/2016 à 10:13 :
Bizarre, personne n'évoque la dérive des continents ! A moins que la dérive des politiques ne soit plus prégnante sur le phénomène !!
a écrit le 01/07/2016 à 8:27 :
On voit tout le genie de nos dirigeants (entre 99 et 2013 Sarkozy et Chirac): +50 % de frontaliers et on ne compte pas ceux qui sont carrément parti vivre a l etranger pour fuir le chomage et les sous salaires francais
a écrit le 01/07/2016 à 8:03 :
L'explication est très simple : le prix de l'immobilier qui a explosé depuis 1998 ...
a écrit le 30/06/2016 à 19:53 :
Et on dispose de ce genre d'études 3 ans après... c'est super utile. Y'aurait pas moyen d'accélérer un peu le cycle de production ?
a écrit le 30/06/2016 à 17:08 :
"l'emploi est situé à plus de 200km de leur habitation "

En TGV ,cela va parfois plus vite que 35 km entre Evry et Marne la vallée.
a écrit le 30/06/2016 à 17:05 :
"Côté catégories socio-professionnelles, trois quarts des ingénieurs et cadres salariés effectuent un trajet quotidien, contre un quart des travailleurs indépendants".

Et les non-cadres inexistants dans cette enquête ? ,alors qu'eux en plus ont un petit salaire pour faire la même distance.
Réponse de le 01/07/2016 à 8:26 :
justement, les non cades se deplacent moins, car le gain financier est plus faible. donc pas rentable de faire X km pour gagner moins que ce que ca soute en essence

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :