En décembre, le climat des affaires résiste

Le climat des affaires en France est resté stable en décembre par rapport au mois précédent, soutenu notamment par le commerce de détail qui a connu une légère hausse malgré les grèves, a indiqué jeudi l'Insee. En revanche, le climat de l'emploi se détériore légèrement.
Grégoire Normand
(Crédits : Reuters/Jean-Paul Pelissier)

Grèves dans les transports, blocages dans les raffineries, métros et RER bondés, périphériques congestionnés....à l'approche des fêtes de fin d'année, plusieurs fédérations professionnelles et patronales ont fait part de leurs inquiétudes d'un prolongement du mouvement social pour contester la périlleuse réforme des retraites du gouvernement.

Malgré ce contexte, le climat des affaires mesurés par l'institut national de la statistique et des études économiques est resté au même niveau entre novembre et décembre à 106,  soit au dessus de sa moyenne de longue période qui est de 100. De leur côté, les conjoncturistes de la Banque de France (+0,2%) et ceux de l'Insee (+0,3%) ont annoncé cette semaine qu'ils n'avaient pas révisé leurs prévisions de croissance pour le dernier trimestre 2019 par rapport à leurs précédentes annonces.

> Lire aussi : Grèves contre la réforme des retraites : un impact économique "modéré" selon l'Insee

Léger mieux dans le commerce de détail

Les derniers chiffres de l'organisme de statistiques mis en ligne ce jeudi montrent que le commerce de détail s'en sort plutôt bien. D'après les chefs d'entreprise interrogés, le climat des affaires a gagné deux points entre novembre et décembre, passant de 106 à 108. Il dépasse ainsi sa moyenne de long terme alors que c'est un secteur qui est plus exposé aux mouvements sociaux. "Cette amélioration tient principalement à un regain d'optimisme sur les intentions de commandes, tant dans le commerce de détail que dans le commerce et réparation automobiles, et sur les effectifs prévus dans le commerce de détail" précise l'institut dans un communiqué.

Dans les services, les clignotants sont également au vert. L'indicateur, qui mesure le climat des affaires, gagne un point, passant de 106 à 107 après deux mois de stagnation. "En décembre, le solde d'opinion sur l'activité prévue s'améliore de nouveau ; celui sur la demande prévue augmente aussi. Tous deux sont bien au-dessus de leur moyenne de longue période" explique l'Insee. Du côté de l'industrie, le climat des affaires est stable pour ce dernier mois de l'année. "L'indicateur qui le synthétise reste à 102, au-dessus de sa moyenne de longue période (100). Par ailleurs, l'indicateur du climat des affaires de novembre 2019 a été révisé à la hausse de deux points".

Embellie dans le bâtiment

Dans la construction et l'industrie du bâtiment, l'optimisme est au rendez-vous en cette fin d'année. "Selon les chefs d'entreprise du bâtiment interrogés en décembre 2019, le climat des affaires est stable. À 111, l'indicateur qui le synthétise reste largement au-dessus de sa moyenne de longue période (100)" explique l'organisation de statistiques.

La période avant les élections municipales est généralement favorable pour ce dernier secteur. Dans leur dernières note de conjoncture, les économistes de l'Insee expliquent dans leur modélisation que en moyenne, entre un et un an et demi avant le scrutin, "le cycle électoral contribue jusqu'à deux points pourcentage au glissement annuel de la production dans la construction [...] l'emploi salarié augmenterait de l'ordre de 20.000 emplois de plus sur un an".

Coup de frein à prévoir en 2020

Les statisticiens de l'Insee et ceux de la Banque de France prévoient un essoufflement de la croissance au moins jusqu'à la fin du mois de juin 2020. Lundi dernier, la Banque centrale a annoncé que la croissance devrait se tasser l'année prochaine à 1,1% contre 1,3% cette année. Le contexte international continuerait à peser sur la croissance tandis que la demande intérieure pourrait encore jouer un rôle moteur dans l'activité. "L'investissement des entreprises resterait porté par des condition financières favorables. Les gains de pouvoir d'achat significatifs depuis fin 2018 favoriseraient une accélération progressive de la consommation des ménages qui atteindrait un pic en 2020" indique l'institution bancaire dans son bulletin. Le ralentissement des créations d'emploi à venir pourrait néanmoins freiner cette dynamique favorable, même si le taux de chômage devrait poursuivre sa baisse baisse. Lors d'une conférence de presse mardi dernier, le chef du département de la conjoncture à l'Insee, Julien Pouget faisait le point sur la situation :

"En France, la croissance garde un rythme relativement constant autour de 0,3% par trimestre depuis le premier trimestre 2018. Elle se maintiendrait à ce taux de croissance mais avec quelques nuances. Du côté des ménages, la confiance s'est redressée assez nettement depuis un an avec l'accélération du pouvoir d'achat et après le creux liés à la crise des gilets jaunes en fin d'année 2018. La consommation garderait un rythme régulier de l'ordre de 0,3% par trimestre malgré le recul de certaines dépenses comme celles des transports avec les grèves. L'emploi ralentirait un peu mais le taux de chômage resterait orientait à la baisse. Il s'établirait à mi 2020 à 8,2%".

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 19/12/2019 à 19:08
Signaler
Après deux ans de concertation, L'exécutif pouvait tout de meme !!!! attendre le 20 Janvier, pour présenter ce rapport. Quel projet va t-il caler en Décembre 2020 et 21 ? pour casser les T.P.E ( Déc : 20% à 50% du C.A de l'année ) et Familles.

à écrit le 19/12/2019 à 14:31
Signaler
Pas d’inquiétude, il y a grève tous les ans a cette période depuis 30 ans !

à écrit le 19/12/2019 à 14:29
Signaler
Chomage a 8,2 % mi 2020 c'est encore trop, il faut continuer les réformes M. Macron, tenez bon ! un record de 700 000 contrat d'apprentissage pour les jeunes !

à écrit le 19/12/2019 à 12:22
Signaler
Le mois de décembre étant un mois particulier du fait des achats obligés, il serait plus pertinent de le comparer avec les mois de décembre des années passées puisque nous ferons tous des sacrifices pour que nos gamins aient leurs cadeaux de noël sou...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.