Le tassement de la croissance française devrait s'amplifier en 2020

 |   |  1148  mots
La consommation des ménages devrait permettre à la croissance de résister en 2020.
La consommation des ménages devrait permettre à la croissance de résister en 2020. (Crédits : Eric Gaillard)
L'économie française devrait nettement marquer le pas en 2020 à 1,1%, a annoncé la Banque de France ce lundi 16 décembre. L'institution a révisé à la baisse ses projections de 0,2 point pour l'année prochaine et a maintenu celles pour 2019 à 1,3%. La détérioration de la conjoncture internationale devrait plomber les exportations tricolores. En revanche, les économistes ont écarté tout impact significatif de la grève sur l'économie.

L'essoufflement de la croissance tricolore se poursuit. Selon les dernières prévisions de croissance publiées par la Banque de France lundi 16 décembre, le produit intérieur brut (PIB) progresserait de 1,3% en 2019, 1,1% en 2020 et 1,3% en 2021. Si l'institution bancaire n'a pas changé ses prévisions pour 2019 par rapport à celles du mois de septembre, les projections pour 2020 et 2021 ont été révisées respectivement à la baisse de 0,2 point et 0,1 point. Cette détérioration des chiffres serait avant tout liée à une conjoncture internationale défavorable. S'agit-il d'un trou d'air dans l'activité ou d'une tendance sur plusieurs années ? Olivier Garnier, directeur des études et des relations internationales à la banque centrale, a voulu se montrer rassurant.

"Ce tassement de la croissance en 2020 serait temporaire puisque à l'horizon 2021-2022, nous revenons sur une croissance de 1,3%. Quelle est la raison derrière cette révision à la baisse ? Cette révision tient avant tout sur la baisse de demande extérieure. La demande extérieure adressée à la France était à 2,3% de hausse en septembre. Aujourd'hui, elle est ramenée à 1,5% en décembre."

De son côté, le ministre de l'économie Bruno Le Maire a également annoncé, dans un entretien accordé à BFM-TV, que le gouvernement avait révisé à la baisse ses prévisions , à 1,3% contre 1,4% précédemment, s'alignant sur celles de l'Insee et de la Banque de France pour 2019.

Une baisse de l'activité en fin d'année

L'économie française devrait connaître un coup de mou en fin d'année. Selon les chiffres communiqués par la banque centrale lors d'un point presse, la progression du produit intérieur brut marquerait le pas à 0,2% au quatrième trimestre après 0,3% au trimestre précédent. "Cette période de modération se poursuivrait encore début 2020 et le rythme de progression du PIB en France se redresserait à partir de mi-2020" expliquent les économistes.

Concernant les effets des mouvements sociaux, la Banque de France a écarté tout impact macroéconomique significatif. "Cette prévision est robuste (face) à des effets causés par la prolongation des mouvements sociaux", a indiqué Olivier Garnier, rappelant que l'organisme avait confirmé il y a une semaine sa prévision pour le quatrième trimestre à 0,2% alors que les mouvements sociaux avaient déjà débuté.

L'économiste a indiqué que le niveau de confiance des ménages, avant le début de mouvement des grèves pour protester contre la réforme des retraites, avait atteint son plus haut niveau depuis deux ans selon les dernières enquêtes de l'Insee. Par ailleurs, la grève de l'automne 1995 qui avait duré au total 22 jours, paralysant une partie de l'économie, avait ôté 0,2 point de croissance a rappelé M.Garnier en citant des chiffres de l'Insee. "S'il peut y avoir un impact sectoriel assez marqué, ça ne remet pas en cause notre scénario"a-t-il souligné.

> Lire aussi : Le moral des ménages au plus haut depuis près de deux ans

La demande intérieure sauve l'activité

L'examen détaillé des chiffres du produit intérieur brut montre que sans surprise, le principal moteur de la croissance, demeure la demande intérieure. Entre 2018 et 2020, la contribution de cette demande à la valeur ajoutée oscille entre 1,3 point et 1,5 point. La demande domestique a été particulièrement soutenue par des hausses de pouvoir d'achat.

"Après des années 2017 et 2018 où il a progressé sur un rythme inférieur à celui du PIB par habitant, le pouvoir d'achat du revenu disponible par habitant accélérerait notablement en 2019, atteignant son rythme de croissance le plus élevé depuis 2007, à 2% en moyenne" explique l'organisme bancaire dans son bulletin.

Les mesures d'urgence économiques et sociales prises à la suite du mouvement des gilets jaunes peuvent expliquer en grande partie cette dynamique avec la hausse de la prime d'activité, la défiscalisation et la désocialisation des heures supplémentaires. En outre, quelques mesures budgétaires, comme la suppression progressive de la taxe d'habitation, ont pu contribuer à gonfler le porte-monnaie d'une partie des foyers français.

> Lire aussi : L'impact salvateur des mesures « gilets jaunes » sur la croissance

Une consommation dynamique

Résultat, la progression de la consommation des ménages s'élèverait à 1,2% en 2019,à un rythme légèrement supérieur à 2018 (0,9%). Les conjoncturistes de la Banque de France anticipent une accélération de cette consommation jusqu'à la fin du premier semestre 2020 pour atteindre 1,5%, soit un niveau supérieur à la croissance du PIB.

Il reste qu'une bonne partie des gains de pouvoir d'achat réalisés depuis 2018 devrait être épargnée. En effet, l'établissement bancaire anticipe un pic du taux d'épargne à 15% en 2020 "avant de légèrement reculer à mesure que les gains de pouvoir d'achat seraient progressivement consommés" expliquent les économistes dans leur document de prévision.

Des créations d'emplois soutenues

Le pouvoir d'achat des Français serait également soutenu par le revenu issu de l'activité des ménages. En 2019, les créations nettes d'emploi s'élèveraient à environ 266.000 contre 288.000 en 2018 et 275.000 en 2017. "Il s'agit de la plus forte progression cumulée sur une fenêtre de quatre ans depuis 2008" signalent les statisticiens.

En conséquence, le taux de chômage au sens du bureau international du travail (BIT) devrait continuer à fléchir, passant de 8,5% en 2019 à 8,2% en 2020, 8,1% en 2021 et 8% en 2020. Il faut noter que le rythme de la baisse a tendance à marquer le pas, écartant ainsi la promesse d'Emmanuel Macron de ramener le chômage à 7% de la population active à l'issue de son quinquennat.

Des exportations en berne à prévoir

Sur le front du commerce extérieur, les perspectives devaient s'assombrir. La projection de la demande adressée à la France pour les années 2019 et 2020 est sans cesse révisée à la baisse. Sur le plan géographique, les révisions concernent principalement les Etats-Unis et l'Asie, affectant également les autres pays de la zone euro. Si l'escalade des tensions dans la guerre commerciale semble avoir marqué une pause après l'annonce des Etats-Unis et de la Chine concernant la signature prochaine d'un accord préalable, l'incertitude exprimée par les entreprises et les investisseurs a pu avoir un impact marqué dans certaines décisions. En outre, le coup de frein de l'activité en Chine et le Brexit pourraient encore affecter la balance commerciale de la France.

> Lire aussi : Le commerce mondial devrait ralentir fortement en 2019 et 2020

L'investissement des entreprises devrait être dynamique

L'autre facteur qui devrait stimuler la croissance en 2019 et 2020 est l'investissement des entreprises. En 2019, le taux d'investissement des sociétés non financières (SNF) devrait augmenter de 3,9% avant de décélérer à 1,6% en 2020 et 1,1% en 2021. "Ce dynamisme est notamment soutenu par la nette baisse du coût du capital pour les entreprises depuis son pic en 2012"indiquent les économistes. La politique monétaire ultra accommodante de la Banque centrale européenne (BCE) a permis de réduire ce coût du capital pour les entreprises notamment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2019 à 8:25 :
Ça fait des années que la croissance française (et celle de l'UE...) est virtuelle !
Entre l'inflation, les dettes et l'impression d'euros des QE "Draghi" (baissant tous deux la valeur de la monnaie), il y a belles lurettes que la croissance est une décroissance !

Le système est à bout de souffle et c'est tant mieux ! Que l'on passe à un autre repère et qu'on arrête avec cette croissance aussi ubuesque qu'inutile.
a écrit le 17/12/2019 à 11:12 :
Comment avoir de la réelle croissance vu que tout ce que nous achetons vient de l'étranger y compris la bouffe !!!!
On "importe" également à nos dépens, par millions depuis 1/2 siècle toute la misère du monde venu profiter du statut d'assistés ou pour vivoter de petits boulots entre deux périodes de chomage ! C'est pas comme ça que nous allons renflouer les dédits publics et payer les retraites remises en cause tous les 5 ans !!!
Par la politique nataliste elle nous coûte de plus en plus cher vu que les Tanguy depuis les années 80 ne trouvent pas job assez rémunérateurs pour cotiser et payer des impots sur le revenu
a écrit le 17/12/2019 à 10:55 :
Ligoté dans son action par son appartenance au club de Bruxelles, la France ne peut que subir l'uniformisation sociale qu'on lui impose par rapport aux autres membres! Elle n'a aucun droit a relever la tête!
a écrit le 17/12/2019 à 10:39 :
Aucun vêtement neuf acheté cette année.
Je limite mes achats et ainsi je dis wallou pour la TVA si précieuse pour les technocrates comme delevoye qui se gavent.
a écrit le 17/12/2019 à 9:26 :
l'effet des greves va amplifier le repli deja sensible depuis des mois malgré les réductions sauvages les offres les black machins .....l'industrie patine... les impots augmentent les pensions de retraites n'ont pas été indéxées ou si peu....en sus il faut faire au moins + 0.6 point de PIB pour que le PIB par tete progresse et on sait que le calcul du PIB est trompeur mais personne ne le dit
a écrit le 17/12/2019 à 1:33 :
A quoi bon avoir de la croissance quand on peut taxer les automobiles allemandes américaines et italiennes de 20000€ l’unité? Quelle chance de vivre dans ce beau pays...
Réponse de le 17/12/2019 à 9:47 :
Vous avez raison, mais vous savez c'est aussi comme pour Tchernobyl, il paraît qu'il faut préserver l'air alors que nos voisins européens notamment à l'Est ne taxent pas les véhicules même de fortes cylindrées, mais notre gouvernement a bien dû installer des filtres aériens préservant ainsi l'air en France.....
a écrit le 17/12/2019 à 1:22 :
La grève, les gilets jaunes pas d’impact ?
A très court terme peut être pas, mais notre image est toujours déplorable quand une partie du peuple ne sait que gueuler, casser et est incapable de discuter de manière civilisé. Qui souhaiterait investir dans ce pays et faire confiance à ces gens ?
a écrit le 16/12/2019 à 17:47 :
Bah la belle affaire. Même Kuznets etait critique sur sa creation. Il y a tellement de croissance qui se fait hors pib que ma foi, une "recession du pib" serait elle si grave?
a écrit le 16/12/2019 à 16:38 :
la france qui decourage tout le monde et nivelle tout par le bas dans un grand cadre egalitariste depasse deja depuis 2 ans son potentiel de croissance
y a pas de miracle, le potentiel de la france etant proche du zero, ca va finir par retourner ou ca devrait aller
a écrit le 16/12/2019 à 16:10 :
C'est tout à fait normal, aujourd'hui, le PIB est limité par les ressources naturelles, qui elles-même s'épuisent à tout vitesse. Donc le PIB diminue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :