Euro 2016 : les économistes de Goldman Sachs prédisent une victoire de la France

 |   |  325  mots
Goldman Sachs avait déjà utilisé le même modèle pour la Coupe du monde en 2014 et donné alors une forte probabilité de 48% pour une victoire du Brésil, finalement écrasé en demi-finale par l'Allemagne.
Goldman Sachs avait déjà utilisé le même modèle pour la Coupe du monde en 2014 et donné alors une forte probabilité de 48% pour une victoire du Brésil, finalement écrasé en demi-finale par l'Allemagne. (Crédits : � Charles Platiau / Reuters)
La France a 23% de chances de remporter l'Euro 2016 de football, selon une note de la banque américaine. Goldman Sachs base ses calculs sur les résultats passés des équipes et avantage celle qui joue à domicile.

Goldman Sachs, habitué du suivi des marchés financiers, s'intéresse également aux pronostics sportifs et à l'Euro 2016 de football. Dans une note menée par l'économiste en chef de l'établissement Jan Hatzius, la banque américaine estime que la France est l'équipe qui a le plus de chances de remporter la compétition.

Le modèle statistique utilisé par la banque d'affaires indique que la France a 23% de possibilités de remporter le trophée, suivie par l'Allemagne (20%), l'Espagne (14%) et l'Angleterre (11%). Le Portugal (8%) et la Belgique (environ 6%) occupent les 5e et 6e places. La banque américaine donne 0% de chances à une équipe comme l'Albanie.

Ses calculs se basent sur les résultats passés de l'équipe ainsi que le nombre de buts marqués et encaissés récemment. Ils intègrent aussi l'avantage pour l'équipe qui joue à domicile ainsi que les performances de l'équipe lors des Euros par rapport aux autres compétitions. Au total, les données de 4719 matchs internationaux joués depuis 1958 ont été prises en compte, souligne Bloomberg.

Une notation qui ignore la performance des joueurs individuels

L'Allemagne est mieux placée statistiquement mais "la France est légèrement favorisée parce qu'elle a l'avantage de jouer à domicile", indique Goldman Sachs.

Les analystes, qui confessent ne pas être des "experts" du football, estiment que leur approche statistique est solide même si elle a ses inconvénients (elle ignore ainsi la performance des joueurs individuels).

Goldman Sachs avait déjà utilisé le même modèle pour la Coupe du monde en 2014 et avait alors donné une forte probabilité de 48% pour une victoire du Brésil, finalement écrasé en demi-finale par l'Allemagne (7-1) qui a ensuite remporté le trophée. La banque américaine ne s'attendait pas non plus aux éliminations de l'Espagne et de l'Italie au premier tour de la dernière Coupe du monde, alors qu'elles étaient des nations favorites...

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2016 à 18:12 :
Goldman Sachs en concurrence directe avec la Française des jeux...et moi qui pensait que c'était un monopole :-)
a écrit le 06/06/2016 à 17:59 :
C'est une façon de décridibiliser GS que de publier un tel article. J'aime!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :