Fonctionnaires : un "rendez-vous" salarial tendu avec le gouvernement

 |   |  779  mots
Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin rencontrait ce 16 octobre les syndicats de fonctionnaires très remontés sur la question de la compensation de la hausse de la CSG et sur la stagnation du pouvoir d'achat.
Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin rencontrait ce 16 octobre les syndicats de fonctionnaires très remontés sur la question de la compensation de la hausse de la CSG et sur la stagnation du pouvoir d'achat. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Les syndicats de fonctionnaires rencontraient ce 16 octobre le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, notamment sur la question salariale. Les syndicats contestaient la méthode de compensation de la hausse de la CSG envisagée par le gouvernement. Gerald Darmanin a fait un geste sur ce sujet. Mais le ministre a aussi confirmé que l'application du plan de revalorisation des carrières des fonctionnaires serait retardé d'un an.

Initialement prévu le 10 octobre mais reporté en raison du mouvement social des fonctionnaires ce jour là, le rendez-vous salarial entre les syndicats de la fonction publique et le ministre des Comptes publics Géral Darmanin s'est donc tenu finalement ce 16 octobre. Avant cette réunion, le climat était plutôt tendu. Les syndicats sont en effet très remontés contre les mesures envisagées par le gouvernement: suppression sur cinq ans de 120.000 postes de fonctionnaires, gel du point d'indice, rétablissement de la journée de carence, simple "compensation" de la hausse de la CSG de 1,7 point, etc.Fait aggravant pour les syndicats, Gerald Darmanin, a annoncé qu'il retardait d'un an, faute de moyens budgétaires suffisants, la poursuite du plan de revalorisation des carrières des fonctionnaires (PPCR), d'un coût de 4 milliards d'euros. Ce PPCR prévoyait de revoir d'ici à 2020 dans le sens d'une revalorisation et d'une simplification toutes les grilles de rémunération des fonctionnaires en contrepartie d'un allongement des carrières. Le report devrait concerner près de 4,4 millions d'agents.

Darmanin fait un geste sur la compensation de la hausse de la CSG ?

Mais avant même cette annonce, le syndicats étaient donc déjà très en colère. "Je veux croire à l'intelligence et qu'il arrivera au minimum avec de fortes inflexions", a résumé Jean-Marc Canon à la CGT, premier syndicat de la fonction publique. "Si ce n'est pas le cas, c'est qu'il joue la carte de l'affrontement", prévient-il.

Les désaccords portent sur le fond, mais aussi sur la forme, les syndicats ayant peu apprécié d'être informés de la plupart des mesures par voie de presse et conviés à des réunions dites de "concertation" où "les choix étaient déjà arbitrés".

Ils dénoncent en priorité la promesse, non respectée, du président de la République, d'augmenter le pouvoir d'achat des fonctionnaires à l'occasion de la compensation de la hausse de la CSG, car les agents publics ne bénéficieront pas de la baisse des cotisations salariales, contrairement aux salariés du privé.

A ce stade, le scenario retenu par le gouvernement, prévoyait, d'une part, la suppression de la CES (Contribution exceptionnelle de solidarité), dont s'acquittent la plupart des agents au taux de 1 % sur la rémunération brute hors cotisations, à l'exception de ceux dont la rémunération  sont les plus faibles et, d'autre part, le versement d'une indemnité compensatrice. Cette indemnité de 1,67 % serait "garantie dans le temps" (alors que le gouvernement prévoyait initialement une dégressivité en fonction de l'évolution de la rémunération au cours de la carrière) et serait versée à "l'ensemble des agents publics rémunérés par l'administration au 31 décembre 2017 concernés par l'augmentation de la CSG". Clairement, cela signifiait que les nouveaux entrants à partir du 1 er janvier 2018 en seraient exclus.

Finalement, à l'issue de la réunion, Gerald Darmanin a concédé que les nouveaux entrants, après le 1er janvier 2018, seraient également concernés  par cette indemnité qui, en outre, sera revalorisée en 2019.

 Polémique sur le pouvoir d'achat

Pour l'Unsa, cette simple compensation est largement insuffisante, alors que un"tiers des agents ont vu leur rémunération nette baisser en 2015 et qu'elle n'a augmenté que de 0,6% en moyenne contre 1% dans le privé".

Plus globalement, Les syndicats dénoncent unanimement le "tour de passe-passe mensonger" du gouvernement affirmant que leur pouvoir d'achat a augmenté de 2% en moyenne en 2016 et de 4% en 2017. Basés sur "le coût global de la masse salariale divisé par le nombre total d'agents", ces chiffres ne sont "pas représentatifs de l'évolution des rémunérations" des fonctionnaires, selon Solidaires.

Pour lutter contre l'absentéisme, le gouvernement prévoit aussi d'imposer aux fonctionnaires un jour de carence (arrêt maladie rémunéré à partir du deuxième jour, NDLR), qui n'est pas compensé par leurs employeurs... contrairement au secteur privé.

Il souhaite enfin supprimer 120.000 postes d'ici 2022, dont 70.000 dans la fonction publique territoriale (1,98 million d'agents) et 50.000 dans la fonction publique d'Etat (2,48 millions).

La rémunération au mérite ou en fonction du versant de la fonction publique, évoquée par Emmanuel Macron, ou l'exclusion des organisations syndicales d'un groupe de réflexion sur les missions font aussi parties des craintes des syndicats.

Le Premier ministre Edouard Philippe a nommé vendredi 13 octobre un comité "Action publique 2022" de 34 membres chargé de cette mission, codirigé par le président de Safran, le Franco-Australien Ross McInnes, l'ex-directrice de cabinet de Manuel Valls à Matignon et cadre dirigeante de Nexity Véronique Bédague-Hamilius et le directeur de Sciences Po Frédéric Mion.

(Avec Agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2017 à 11:50 :
Au nom de quoi les fonctionnaires devraient avoir une augmentation de saliare : en sureffectif y compris au CHU (sauf les urgences) des semaines à 32h avec une faible productivté, des heures supplémentaires de complaisances. Absentéisme culturel (les champions les enseignants) Qualité de service rendu médiocre, pas d’objectif ni culture de résultat, gréviste professionnel pour un oui ou un non, des syndicats publics qui paresses toutes l'année sauf pour préparer les grèves,... IL SERAIT TEMPS DE FAIRE RENTRER CETTE CASTE DE NABABS DANS LES RANGS AVEC ALIGNEMENT SUR LE STATUT PRIVE ET QUE L'ETAT REVIENNE A DES FONCTIONS REGALIENNES !!!!
Réponse de le 17/10/2017 à 13:17 :
vous répétez des généralités dites par nos médias et politiques depuis 30 ans par confort intellectuel et esquive qu' est ce que vous connaissez au monde de la fonction publique ? il y a plusieurs régime de travail ( les jours fériés, le dimanche , sur le terrain dans les intempéries, loin de chez soi le soir , les heures de nuits..) venant du privé , je trouve qu' il y a autant de " faignant" des 2 côtés..seule leur gestion diffère. si vous pensez que ce sont des nabbabs quel dommage que vous ayez opté pour le privé... quand à l' alignement du public sur le privé: chiche l' état va commencer par sortir plusieurs milliards de cotisations patronales (inférieures au privé) et de retraite complémentaire...vous voyez ce n ' est pas si simple..
Réponse de le 17/10/2017 à 14:02 :
D'accord avec vous,il faut mettre tout ce petit monde au pas
a écrit le 17/10/2017 à 8:47 :
Ce n’est pas la faute aux fonctionnaires : l’augmentation de 30% de la précarité depuis 2007.
C’est la gestion et les choix du ou des gouvernements successifs.
Si le gouvernement accorde un avantage aux fonctionnaires alors le gouvernement doit augmenter tous les salaires des populations et revaloriser le smic à 1700 euros brut à cause de l’inflation.
Le gouvernement se doit d’etre «  juste et démocrate ».
Réponse de le 17/10/2017 à 13:37 :
@citoyen ordinaire: et on trouve l'argent où ? Bon, pour les fonctionnaires, on augmente les impôts, mais pour les entreprises ? Ah oui, on les ponctionne jusqu'à ce qu'elles disparaissent, n'est-ce pas :-)
Réponse de le 17/10/2017 à 14:42 :
L’état devrait encore diminuer toutes les cotisations car c’est possible vu les milliards que l’etat Va brasser de la simplification numérique tout azimut ... et créer un impôt start up après 4 ans spécial «  licorne »:-)
a écrit le 17/10/2017 à 7:27 :
Le PPCR était une bombe à retardement que Hollande avait jeté dans les pattes de son successeur dont il pensait qu'il serait de droite. De même que la multiplication des emplois aidés à la fin de son mandat. Classique.A l'actuel exécutif de se sortir de ce piège en faisant en sorte que ce surcoût insupportable pour les finances publiques soit compensé par des suppressions d'emplois supplémentaires. 80000 suppressions d'emplois en plus des 120000 prévues devraient suffire.
a écrit le 16/10/2017 à 22:10 :
120000 suppressions, c'est très largement insuffisant.
Réponse de le 17/10/2017 à 13:23 :
sans doute mais que faites-vous des personnes dont l' emploi -fonctionnaire est supprimé?
la fonction publique est un bouc émissaire pratique et simpliste:
si vous supprimer 1 million d' emploi public il n ' y aura pas d' équivalent privé le solde de l' augmentation de la population est supérieur. de plus pous plus de 3 millions de chomeurs il y à peine 1 millions d' offres d' emploi non pourvues..que fait- on du solde?
Réponse de le 17/10/2017 à 16:27 :
Les postes publics supprimés ne peuvent l'être que quand ils deviennent vacants, notamment par retraite ou éventuellement par démission. Il n'y a jamais de licenciement sauf en cas rarissime de faute extrêmement grave. Il ne s'agit pas non plus de supprimer des fonctionnaires par millions. Mais d'adapter la fonction publique à ce qu'on peut encore financer.
a écrit le 16/10/2017 à 20:58 :
Qu'attendre de ce gvt? Rien.... comme cela on est jamais déçu...et en même temps attendre avec délectation 2022 pour chasser le boni-menteur et sa fine équipe.....
a écrit le 16/10/2017 à 19:58 :
Les fonctionnaires qui devaient bénéficier d'une compensation avec cette CSG , vont finalement être comme les retraités, les pigeons de Macron. Les retraites sont gelées depuis 3 ans , une année blanche pour la fonction publique, bienvenu au club.
Réponse de le 16/10/2017 à 20:25 :
Il faudrait peut être que le public comprenne la problématique du privé ...
Le privé paye le public ( rare exception , le CNRS ...) , le privé se fait ponctionner depuis des années et le public en demande toujours plus ...

Le problème est peut être que le public se moque des problèmes du privé , d'où grèves et privilèges !!!
Quand a la dette de 100% du PIB , ils s'en moquent a 100% ...
Réponse de le 16/10/2017 à 20:27 :
Une année blanche ? Mais ça fait depuis 2010 que ça dure !
Je suis prof, les "augmentations" cette année ont souvent été négatives.
a écrit le 16/10/2017 à 19:06 :
Les fonctionnaires doivent malheureusement comprendre qu'ils sont trop nombreux pour être bien rémunérés. Optimisation, mutualisation sont une nécessité pour réduire leurs nombres et pouvoir les augmenter. Point de salut sans ça.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :