France : l'OFCE révise sa prévision de croissance à 1,4 % en 2016

 |   |  487  mots
Le gouvernement français prévoit pour sa part une croissance autour d'1,5 % pour l'année 2016.
Le gouvernement français prévoit pour sa part une croissance autour d'1,5 % pour l'année 2016. (Crédits : GONZALO FUENTES)
La baisse de l'activité au milieu de l'année amène l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) à réviser sa prévision de croissance pour la France à 1,4 % en 2016.

L'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a révisé mercredi légèrement à la baisse ses prévisions de croissance pour 2016 en France, prenant en compte le « trou d'air du milieu d'année », l'impact négatif du Brexit et celui des attentats. Pour 2016, l'OFCE table désormais sur une hausse de 1,4 % du produit intérieur brut (PIB), contre 1,6 % dans ses prévisions publiées en avril. Selon le gouvernement, la croissance devrait être « aux alentours de 1,5 % ». « Le trou d'air du milieu d'année, marqué par les grèves, les inondations, les attentats ou la fin initialement programmée du suramortissement fiscal, explique en partie la faiblesse de la reprise en 2016 », détaille l'institut de recherches. Toutefois, l'investissement devrait continuer à croître, de 2,7 %, et le taux de chômage baisser de 0,5 point pour s'établir à 9,4 % de la population active en fin d'année. Le déficit devrait revenir à 3,3 % du PIB, selon l'OFCE, une prévision conforme à celle du gouvernement.

Croissance d'1,5 % en 2017

En 2017, la croissance devrait pour sa part s'établir à 1,5 %, estime l'OFCE qui tablait auparavant sur une hausse de 1,6 % du PIB. Le gouvernement table aussi sur une progression de 1,5 % l'an prochain. « La France doit faire face, par rapport à la prévision de printemps, à deux nouveaux chocs, l'impact négatif du Brexit sur le commerce extérieur et celui des attentats sur la fréquentation touristique », explique l'OFCE. Mais en 2017 « la politique budgétaire n'impactera pas négativement la croissance », a souligné lors d'une conférence Mathieu Plane, économiste à l'OFCE, notant que ce serait « la première fois depuis sept ans ». Le taux de chômage ne devrait baisser que de 0,1 point, « en raison du rebond de la population active avec le retour progressif sur le marché du travail des personnes ayant bénéficié du plan formation » de 500.000 demandeurs d'emplois. Le déficit public devrait pour sa part passer sous la barre des 3 % et s'établir à 2,9 %. Le gouvernement prévoit un déficit public à 2,7 % du PIB en 2017.

Croissance mondiale révisée à la baisse

Au niveau mondial, l'OFCE a aussi révisé à la baisse sa prévision de croissance en 2016, à 2,7 % contre 2,9 % jusqu'alors. Pour 2017, en revanche, l'institut l'a revue à la hausse, à 3 % contre 2,9 % annoncés précédemment, grâce notamment à la sortie de récession en Chine et en Russie et à la forte croissance en Inde. Pour la zone euro, l'institut prévoit désormais une croissance de 1,6 % cette année (contre 1,8 % dans les précédentes prévisions) et de 1,5% l'an prochain (contre 1,7 %). « Les sources d'incertitudes sont multiples: la transition de l'économie chinoise, le Brexit et l'avenir de l'Union européenne, la situation des finances publiques et l'absence de gouvernement en Espagne », souligne l'OFCE. « On a enclenché une reprise, mais elle revient de façon molle », a commenté Christophe Blot, de l'Observatoire, en conférence de presse. Et tous ces facteurs d'incertitude conduisent, selon lui, à « une certaine forme d'attentisme, de frilosité des investisseurs ».

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/10/2016 à 19:24 :
vu la proximite avec le pouvoir, on sait ce que ca veut dire..........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :