France : la production industrielle rebondit de 19,6% en mai, le BTP redémarre très fort

 |   |  234  mots
(Crédits : iStock)
De mars à mai, la production industrielle s'était effondrée de 23,4%, mais ce rebond permet de regagner presque tout le terrain perdu en avril.

La production industrielle en France a rebondi de 19,6% en mai, regagnant presque ce qu'elle a perdu en avril (-20,6%), selon les chiffres publiés par l'Insee vendredi.

Sur les mois de mars à mai, par rapport aux trois mois précédents, la production industrielle s'est effondrée de 23,4%, plombée par la crise sanitaire et le confinement, a encore rapporté l'Institut national des statistiques.

Sur un an (mai 2020 par rapport à mai 2019), la production industrielle se contracte encore plus fortement, de 25,4%, et de 27,7% pour les seules industries manufacturières.

Sur un mois, le rebond en mai pour la production manufacturière est de 22% par rapport à avril, tandis que la chute d'avril par rapport à mars est de 22,3%, selon les derniers chiffres de l'Insee, qui ont été révisés par rapport à ceux publiés le mois dernier.

Sur la période allant de mars à mai par rapport aux trois mois précédents, la contraction enregistrée par les industries manufacturières atteint 25,9%.

Dynamisme de la construction

Le rebond du mois de mai par rapport à avril a été le plus important pour la construction (+118,5%), alors que les chantiers étaient souvent à l'arrêt pendant le confinement.

Suivent les matériels de transports (+49,9%) qui comprennent l'industrie automobile, et les biens d'équipement (+27,4%).

Le rebond a été le plus faible pour les industries agroalimentaires (+1,8%), qui avaient comparativement moins souffert en avril avec une chute limitée à 7,5% par rapport à mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2020 à 10:41 :
Tous ces chiffres ne veulent pas dire grand chose, puisqu'on est sorti des historiques : on y verra plus clair dans quelques mois.
Les éternels catastrophistes, qui raisonnent vautrés dans le confort de leurs tours d'ivoire (et dans les salons parisiens de la rive gauche) risquent d'être déçus : tout ce que l'on sait, c'est que les chantiers travaillent le samedi en ce moment. Et ce n'est pas dans le journal, ni dans les statistiques, ni dans les études d'experts bidons : c'est sous votre nez quand vous sortez de chez vous.
a écrit le 10/07/2020 à 15:16 :
Normal que le BTP redémarre fort, il ne s'était quasiment pas arrêté (2 semaines d'arrêt max à 10m de chez moi). Et en plus, on a donné l'ordre aux préfets de valider les permis de construire à tout va sans trop tenir compte des contraintes légales.
a écrit le 10/07/2020 à 13:19 :
Soyons admiratifs devant les prouesses de notre premier de cordée : le chômage partiel détourné par les mafias internationales . Il y a urgence à virer ces incapables qui nous ruinent avec le concours d'une administration aveugle .
a écrit le 10/07/2020 à 10:33 :
@ La Tribune
Sauf que la base de départ est plus faible après la baisse de 23,4%, donc NON, le terrain n'est pas regagné!
Sur une base de 100, nous sommes allés vers une nouvelle base de 76,6. Donc 19,6% de hausse nous amène vers 91,6. Soit encore une baisse de 8,4%!!
Non mais faites votre métier correctement!
Réponse de le 11/07/2020 à 9:21 :
D'ou le "presque " enoncé dans le titre .
Non mais;lisez correctement !!
Réponse de le 11/07/2020 à 22:58 :
Vous avez raison. L’article donne l’impression que nous sommes revenus au statu quo ante. Il y aura encore une période de vaches maigres. Hélas!
a écrit le 10/07/2020 à 10:20 :
Tous les jours ya un truc qui "rebondit", faites attention ça devient lassant.
a écrit le 10/07/2020 à 10:14 :
Evident que le BTP allait repartir très fort, étant donné qu'il était quasiment à l'arrêt, et que les stocks de matériaux et d'engins en attente gonflaient comme de champignons, dans tous les départements français, notamment en IDF, 1ère région économique !
a écrit le 10/07/2020 à 10:10 :
Les ouvriers du bâtiment et les routiers roulent comme des fous sur les routes, pressés par leurs employeurs. Les accidents du travail seraient en hausse. Ça, ca ne trompe pas. c'est un signe de la reprise. Vive la croissance destructrice. Ne faudrait-il pas créer des emplois de papa remplaçant ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :