France : les prix à la pompe continuent de baisser

 |   |  206  mots
Les prix des carburants à la pompe varient en fonction de plusieurs paramètres, dont le cours du baril de pétrole.
Les prix des carburants à la pompe varient en fonction de plusieurs paramètres, dont le cours du baril de pétrole. (Crédits : Pixabay / CC)
Le prix du gazole, carburant le plus vendu, a atteint 1,2569 euro par litre, en repli de 4,43 centimes par rapport à la semaine précédente, selon les données du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Les prix des carburants routiers vendus en stations-service en France ont continué leur plongeon la semaine dernière, dans le sillage des marchés pétroliers en chute, selon des chiffres officiels publiés ce mardi.

Le prix du gazole, carburant le plus vendu, a atteint 1,2569 euro par litre, en repli de 4,43 centimes par rapport à la semaine précédente, selon les données du ministère de la Transition écologique et solidaire.

L'essence super sans plomb 95 s'est vendue à 1,3338 euro, en recul très marqué de 7,06 centimes.

Quant au SP95-E10, qui contient jusqu'à 10% d'éthanol, il a perdu 6,39 centimes, à 1,3194 euro.

Enfin, le SP98 était vendu 1,4106 euro, en baisse de 6,43 centimes.

Plusieurs paramètres pour expliquer ces baisses

Les prix des carburants à la pompe varient en fonction de plusieurs paramètres comme le cours du baril de pétrole, le taux de change euro-dollar, le niveau des stocks de produits pétroliers et de la demande, ainsi que des taxes.

Les cours du pétrole ont brutalement chuté dernièrement, avec une demande en baisse en raison de l'épidémie du nouveau coronavirus et l'incapacité des grands pays producteurs à s'entendre pour limiter leur production.

Lire aussi : Le baril de pétrole à 20 dollars: quelles conséquences ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2020 à 13:01 :
Le baril a baissé des 2/3. Comment expliquer qu’il n’en est pas de même à la pompe ?
Une fois de plus silence radio du côté des journalistes télé ou autres .
a écrit le 25/03/2020 à 9:57 :
Petite réflexion....ici en Breizh, Bretagne pour ceux qui ne connaissent pas, le GO se vend autour de 116.9 cents, doit une baisse de quelques 20cents depuis février....je viens de jeter un oeil sur le site du gouvernement....à Paris, il se vend autour de 128-139 cents....et chez nos voisins luxembourgeois c'est 90 cents....merci les taxes. Bref, en région Bretagne du côté de Dinan on est 27 cents plus cher mais Paris c'est presque 40 à 50 cents de plus.... même aux usa les écarts entre villes et états n'est pas aussi important. Quand un gallon coûte $3.50 à Chicago, il se vend 2.70 dans le Michigan voisin, soit un max de 20 cents au litre et non 50 comme ici.
Je parle de Chicago car je connais...mais il est vrai que la Californie elle applique des taxes que nous connaissons en France.... chère, chère essence .
a écrit le 24/03/2020 à 23:30 :
Bonne nouvelle! Hélas pour nous, nous n'en profiterons pas pour cause de confinement; mais le gouvernement non plus pour la même raison, à moins qu'il nous accorde des permissions superspéciales pour nous permettre de faire du stockage. Quelle honte: 4,5 centimes de baisse sur 145 centimes de carburant quand le prix du pétrole a baisse de 66%! où est passé le reste?
Réponse de le 25/03/2020 à 17:51 :
Je suis étonné que nous sachiez pas que la très grande majorité des taxes sur les carburants sont fixes; elles ne dépendent pas du prix du brut, elles ne baissent donc pas lorsque le prix du pétrole diminue. Seule la TVA est propositionnelle.
a écrit le 24/03/2020 à 19:34 :
au lieu de faire des commentaires de ce genre, réjouis toi plutôt…….
a écrit le 24/03/2020 à 17:19 :
vu les besoins de l'etat, ils vont coller une taxe de 30 cents a la segolene royal, et quand ca va remonter ils vont ultra accuser les ultra multinationales qui polluent et sont ultra capitalistes ultra pognon
on parie?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :