"Gilets jaunes" - gouvernement : le bras de fer continue

 |   |  900  mots
(Crédits : Stephane Mahe)
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a dénoncé mardi la "dérive totale" du mouvement des "Gilets jaunes" débuté samedi contre la hausse des taxes sur le carburant, en pointant une "radicalisation" et un "très très grand nombre de blessés".

"On voit bien aujourd'hui qu'on a une dérive totale d'une manifestation qui pour l'essentiel était bon enfant samedi. On voit qu'on a une radicalisation avec des revendications qui ne sont plus cohérentes, qui vont dans tous les sens", a déclaré le ministre de l'Intérieur sur France 2. Les manifestations ont fait un mort et 528 blessés.

Troisième jour de blocage et une première condamnation

Les "Gilets jaunes" poursuivaient lundi les opérations de blocage en ciblant autoroutes et dépôts pétroliers, tandis que les autorités affichaient leur fermeté. Un homme de 32 ans a été condamné à Strasbourg à quatre mois de prison ferme pour mise en danger de la vie d'autrui et entrave à la circulation. Samedi, il avait formé une chaîne humaine sur l'autoroute et traversé un terre-plein central avec quatre autres personnes.

Lundi soir, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a appelé "solennellement" au respect du principe de la libre circulation et averti que les déblocages menés par les forces de l'ordre allaient "se poursuivre dans les heures qui viennent". Il a ainsi demandé aux préfets et forces de l'ordre de "veiller à dégager systématiquement, mais méthodiquement, sans confrontation, les dépôts pétroliers et les sites sensibles".

27.000 "Gilets jaunes" lundi

Selon un décompte du ministère, le seul disponible pour évaluer ce mouvement qui se veut apolitique et asyndical, 27.000 personnes ont participé lundi à des actions. Elles étaient 290.000 samedi.

Les manifestations ont fait un mort et 528 blessés, dont 17 grièvement atteints, selon un bilan donné lundi soir par le ministre. Aucun détail n'a été donné sur les circonstances ni la nature des blessures.

Lire aussi : « Gilets jaunes » : 244.000 manifestants, une femme tuée et 106 blessés

Alors que de nombreux points de rassemblements, péages, stations-service, entrées des autoroutes ou centres commerciaux, avaient été évacués dans la matinée par les forces de l'ordre, certains "Gilets jaunes" ont réinvesti les lieux dans l'après-midi.

Ce fut le cas au Pont d'Aquitaine, à Bordeaux, où les manifestants, qui avaient installé un barrage filtrant, ont joué au chat et à la souris toute la journée avec les forces de l'ordre. Ils ont été délogés en fin de journée.

"On a été chassé dimanche... On est revenu, on se refait chasser (lundi) mais c'est pas grave, on tiendra bon, on va encore revenir à la charge", assurait un manifestant.

À Vern-sur-Seiche au sud-est de Rennes, environ 150 "Gilets jaunes" bloquaient un rond-point près d'un dépôt de carburant. Plusieurs dépôts pétroliers sont par ailleurs désormais ciblés, notamment à Port-la-Nouvelle (Aude), Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), Frontignan (Hérault), Portes-lès-Valence (Drôme) et Valenciennes (Nord).

"Un blocage de l'économie"

En Corse, le blocage du dépôt de Lucciana a entraîné une ruée des automobilistes dans les stations-service de la région bastiaise, qu'il approvisionne. Des organisations patronales ont mis en garde contre "un blocage de l'économie".

Le chef de l'État a déclaré de Bruxelles qu'il répondrait au mouvement "en temps voulu", arguant qu'il ne s'exprimait pas de l'étranger sur l'actualité française.

La veille, le Premier ministre a dit avoir entendu la "colère" et la "souffrance" des manifestants. Mais il a maintenu "le cap" de la politique économique du gouvernement, visant à faire baisser les prélèvements obligatoires et à mieux rémunérer le travail, quitte à davantage taxer la pollution.

Le mouvement, lancé sur les réseaux sociaux et qui n'a pas de leader connu, est soutenu par près de trois quarts des Français, selon plusieurs sondages. D'abord concentrés sur la hausse du prix des carburants, les motifs de griefs se sont ensuite élargis à une dénonciation plus globale en matière de taxation et de baisse du pouvoir d'achat.

Lire aussi : Marine Le Pen cherche à récupérer le mouvement "Gilets jaunes"

Les opérations se sont poursuivies dans toutes les régions avec des opérations-escargot ou des barrages filtrants. De longues files d'attente de poids lourds se formaient aux abords de péages, bretelles d'entrées ou sorties d'autoroutes, ronds-points.

En région Paca, quelque 680 tonnes de clémentines corses n'avaient pas pu être livrées et la récolte s'en trouvait suspendue "jusqu'à nouvel ordre" sur l'île de Beauté, selon Simon-Pierre Fazi, président de l'AOP Fruits de Corse. À Lisieux, les forces de l'ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes pour déloger près de 150 "Gilets jaunes" qui bloquaient 200 poids lourds, selon la préfecture. À Bordeaux, à l'approche des forces de l'ordre le matin, les "Gilets jaunes" avaient entonné une Marseillaise, dans une épaisse fumée noire de pneus et branchages. Sur plusieurs barrages dans le pays, des manifestants avaient apporté un drapeau français.

La journée a été marquée par de nouveaux accidents

À Calais, un routier a tenté de forcer le passage d'un barrage, avant d'être pris en chasse par un motard de la police, qui a ensuite heurté une voiture. Le policier blessé a été transporté à l'hôpital.

Un autre motard a été grièvement blessé par un automobiliste paniqué à l'approche d'un blocage à Colombelles, a tweeté la préfecture du Calvados. Dans la Drôme, un motard qui avait pris la route à contresens avant de rencontrer un camion, était entre la vie et la mort.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2018 à 1:25 :
On importe pour 56 milliards d'euros par an d'énergies fossiles auxquels il faut ajouter 1,6 milliard de coûts de pollution par an. Par ailleurs on sait depuis 1973 et premières crises du pétrole qu'il faut se passer du pétrole et gaz. Il y avait donc 45 ans pour s'adapter avec de multiples aides et ce alors que nous produisons notre propre électricité, hydrogène, biométhane, solaire etc. avec les revenus et emplois qui vont avec. En outre la hausse récente du pétrole a été ponctuelle et les cours sont désormais au niveau d'avant la hausse. C'est donc totalement absurde de faire de tels blocages aussi mal organisés avec des morts, de nombreux blessés, beaucoup de casse et déjà des coûts qui vont dépasser la simple taxe. De plus ce mouvement est de plus en plus manipulé par des partis extrêmistes en vue des élections européennes qui sont pourtant hors sujet puisqu'elles concernent la représentation de la France en Europe et non nos histoires internes pour lesquels les 26 autres pays ne sont pas concernés. En bref les gilets jaunes nuisent aux autres français et leur méthode génèrent de la casse alors qu'il y avait des moyens plus pacifiques et acceptables de se faire entendre. Là c'est le gros bordel.
Réponse de le 21/11/2018 à 15:50 :
@Larem masqué, vous l'avez posté combien de fois, votre même message hors sujet ?
a écrit le 20/11/2018 à 22:18 :
Castaner est en dérive totalitaire.
a écrit le 20/11/2018 à 21:54 :
le mondial 2018 qui sont les casseurs ?????les gilets jaunes?????doit ont interdire les matchs ou les gilets jaunes
a écrit le 20/11/2018 à 20:15 :
Castaner incompétent en sécurité mais nommé par copinage; de ce fait on lui nomme un adjoint technique (ce qui nous fait 2 petits salaires au lieu d'un) désinforme, menace cherche a discrédite le mouvement des gilets jaunes.
Ecole Nationale d'Administration , école en déficit qui forme nos élites, AH ils sont beau nos élites, s'ils mettent en oeuvre ce qu'on leur apprend,pas étonnant que la FRANCE va BIEN
ECOLE A FERMER
En mai 2019 faire le même coup que les Français ont fait à Mme LE PEN en 2017 , c'est a dire voter par défaut pour les autres partis que LREM
Réponse de le 20/11/2018 à 22:22 :
Castaner n'est pas énarque... ce n'est pas nécessaire pour être incompétent. Par contre la biographie de ses années de jeunesse est édifiante...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe_Castaner
Réponse de le 20/11/2018 à 23:04 :
C'est un gros menteur...
Ça fait longtemps qu'on n'avait pas eu un ministre de l'intérieur aussi mytho... Alliot Marie peut être (tarnac).


https://www.bfmtv.com/police-justice/gilets-jaunes-les-exagerations-de-christophe-castaner-1570895.html
a écrit le 20/11/2018 à 19:19 :
Note aux commentateurs qui se seraient perdus : vous êtes sur un site d'un journal économique sérieux dont le titre est "la Tribune". Vous n'êtes pas au bar pmu "La Tribune". Merci de votre attention.
a écrit le 20/11/2018 à 18:57 :
je ne comprends pas bien votre raisonnement.
mais en tout état de cause,je vous invite à lire les derniers comparatif de pollution entre essence et diesel (article Challenge.fr). vous verrez que les derniers diesel euro6d pollue moins que Les essences et sont en plus plus vertueux pour le réchauffement climatique (-25 de CO2). cqfd
Réponse de le 20/11/2018 à 20:33 :
Mais on le sait parfaitement. Le vrai problème pour un exécutif extrémiste en matière fiscale est que le gazole est un instrument d'évasion fiscale massive : un peu moins taxé mais surtout permettant des consommations 20 à 30% moindres. Insupportable, d'autant plus que les consommations globales des voitures (surtout grâce aux progrès des diesel mais même les essences progressent un peu grâce à l'hybridation mais aussi grâce au downsizing des moteurs). D'où la tentation pour un exécutif budgétairement aux abois et qui refuse de rentrer dans le dur dela dépense publique et sociale de compenser la perte de recettes liée au volume par une hausse des taxes.
Réponse de le 20/11/2018 à 22:27 :
il est d'ailleurs peu compréhensible que les diesel récents aux normes Euro6d n'accèdent pas aux vignettes CritAir niveau 1.
a écrit le 20/11/2018 à 17:56 :
Plutot que de s'inquiéter du mouvement gilet jaunes,les français devraient s'inquiéter de la chute des bourses mondiales,qui va rogner leur patrimoine.Je suis très inquiète,heureusement,la bourse de Paris se maintient a peu près,car heureusement,nous avons peu de valeurs technologiques,surtout des entreprises solides qui dépendent de l'état.
Réponse de le 20/11/2018 à 18:29 :
Malheureusement je ne pense pas que les gilets jaunes soient porteur de beaucoup d actions en bourse
Réponse de le 20/11/2018 à 20:35 :
A part que le cours de Renault a dégringolé. Et que le patrimoine français, qu'il soit mobilier ou immobilier, est une espèce de soufflé qui ne demande qu'à retomber...
a écrit le 20/11/2018 à 17:36 :
Toutes les taxes c’est du vol
C’est grotesque et inconcient:rembourser les toutes :CSG, carburants etc......
Quel catastrophe pour notre PAYS
a écrit le 20/11/2018 à 17:09 :
Le gouvernement donne la rosse artillerie contre le mouvement populaire mais on ne doit pas s'étonner de la part d'un gouvernement de droite. C'est d'abord la force publique pour libérer les dépôt de carburants mais c'est aussi la montée au créneau des associations écolo toutes qualifiées d'ONG pour leur donner plus de poids alors que certaines n'ont que quelques centaines d'adhérents et des écolos genre Lambert Wilson pour Greenpeace (mais modéré et compréhensif par rapport au mouvement) ou Canfin pour le WWF. C'est aussi tous ces journalistes qui mettent surtout en avant les incidents pour essayer de le discréditer ou le décrédibiliser. J'ai un peu l'impression face à ce mouvement de retrouver le débat sur les européennes de 2005 ou l'on trouvait d'un côté le peuple et de l'autres les partis poltiques et les médias. Espérons que le peuple gagnera mais attention à ce que la victoire ne soit pas confisqué par les politiques comme en 2007!
Réponse de le 20/11/2018 à 20:40 :
Jamais les gouvernements à l'époque de Chirac ou Sarkozy ne se seraient permis de tenir de tels propos.
a écrit le 20/11/2018 à 14:44 :
Le mouvement gilet jaune est un mouvement populaire apolitique et j’y adhère. Mais il faut qu’il se structure et n’abandonne surtout pas la réclamation principale à savoir la baisse et l’arrêt des taxes sur les carburants.
Pour cela il ne faut pas se mettre à dos la population et rester sur des actions de masse, type barrage filtrants et sans blocages et sans saccages. Ce mouvement doit rester digne aux yeux de tous.
Il faut également qu’il se purge des éléments perturbateurs, dont les écarts sont inévitablement stigmatisés par les médias. D’où la nécessité d’un minimum d’organisation.
Réponse de le 20/11/2018 à 16:44 :
Ce matin deux porte-paroles "historiques" (je sais ça peut prêter à sourire) dont l'initiatrice de la pétition à 999 000 signataires, étaient invités dans l'étrange lucarne.

Ils n'ont pas fait mystère qu'il y a des contacts fréquents entre les porte paroles pour organiser le mouvement et que la perspective de créer un mouvement à vocation politique (cad avoir des élus) n'était pas exclue.

Je pense que si le mouvement des gilets jaunes prouve sa force et en fait la démonstration à Paris le WE prochain, ça pourrait déclencher les choses.

Ils vont se heurter à tous les autres partis qui ne veulent pas perdre plus de terrain qu'ils n'en ont déjà perdu. Et puis comment canaliser des revendications qui partent dans tous les sens?
Réponse de le 20/11/2018 à 18:19 :
Il manque comme leader un Ben Hur Marcel aux gilets jaunes.
a écrit le 20/11/2018 à 14:32 :
Je fais le pari que mercredi, le conseil des ministres ne décidera pas, pour la première fois, une nouvelle taxe ! Mais de quoi vont-ils alors parler ? : une nouvelle interdiction !
a écrit le 20/11/2018 à 13:49 :
"un blocage de l'économie"

Ils sont incorrigibles ces lrem, tout est prétexte pour excuser leur nullité et leurs résultats catastrophiques dans la gestion de l'économie française.
a écrit le 20/11/2018 à 13:18 :
Castaner-la-menace veut il se la jouer à la Jules Moch ? Pas sûr que ses troupes le suivent avec un zèle démesuré... Finalement, peut-être ce vieux renard de Collomb a flairé l'air du temps et a-t-il décidé d'abandonner le navire avant son naufrage...
a écrit le 20/11/2018 à 13:14 :
Une seule réponse à donner à M.Castaner: l'article R 415-10. Dans cet article il n'est nullement indiquer le nombre de tour que l'on doit faire sur un giratoire avant d'en sortir, ou de se faire sanctionner!!! Ce sont ceux qui veulent y entrer qui sont sanctionnables.
a écrit le 20/11/2018 à 13:09 :
La seule réponse à faire à M.Castaner et à mettre sur un carton si vous manifestez sur un giratoire:
"Article R415-10
Tout conducteur abordant un carrefour à sens giratoire est tenu, quel que soit le classement de la route qu'il s'apprête à quitter, de céder le passage aux usagers circulant sur la chaussée qui ceinture le carrefour à sens giratoire.
Le fait, pour tout conducteur, de ne pas respecter les règles de priorité fixées au présent article est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe.
Tout conducteur coupable de cette infraction encourt également la peine complémentaire de suspension, pour une durée de trois ans au plus, du permis de conduire, cette suspension pouvant être limitée à la conduite en dehors de l'activité professionnelle.
Cette contravention donne lieu de plein droit à la réduction de quatre points du permis de conduire.3 C'est pour cela qu'il ne faut pas bloquer un carrefour à pieds mais en voiture en tournant de manière cadencée à autant de véhicules qu'il y a d'entrées. Dans l'article du code de la route, il n'y a pas d'indiquer le nombre de tours de giratoires qui donne droit à quoi, d'ailleurs, puisque ce sont les véhicules entrants qui sont pénalisés par le code !!!
Réponse de le 20/11/2018 à 13:16 :
Ce qui revient à bloquer la circulation ce qui est interdit... dommage...
Réponse de le 20/11/2018 à 20:53 :
@Atlee : s chaque fois que la circulation est bloquée (involontairement) à un giratoire il fallait verbaliser (encore faudrait-il que la police puisse y accéder)... ça en ferait des recettes pour l'état. Tiens, parlant d'aménagement urbain intelligent : dans ma ville pour ralentir la circulation la municipalité n'a rien trouvé de mieux que de séparer par une banquette en béton les sens de circulation d'une rue où circulent et s'arrêtent des bus urbains, ainsi les voitures, obligées de suivre les bus, sont fortement ralenties... sauf que quand la rue est bloquée, non par des gilets jaunes mais par un bus en panne, ça crée des bouchons inextricables qui empêchent accessoirement la dépanneuse d'accéder au bus autrement qu'en marche arrière sur plusieurs centaines de mètres...
a écrit le 20/11/2018 à 12:45 :
Depuis quelques jours, les sourires narquois de Griveaux et Castaner se sont un peu effacés de leurs visages... Ça nous fait du bien. On sait qu'il se foutent toujours de notre g.....e mais ça les amuse moins.

A l'évidence le gouvernement a choisi de jouer l'intox et le pourrissement.

Ce matin les chroniqueurs des revues de presse ont été frappés par le fossé qui existe entre la presse nationale parisienne qui relaie les propos gouvernementaux et les presses quotidiennes régionales qui n'ont pas du vivre dans le même pays.

Les unes parlent de racistes, d'homophobes, d'extrémistes armés.
Et les autres qui vivent sur place et connaissent le terrain comme leur poche ont au contraire une vision beaucoup plus pacifique des choses.

Comme relevè dans l'article de LT, le gouvernement communique beaucoup sur le nombre des victimes, mais s'il se garde d'entrer dans les détails c'est que 99% des victimes sont des gilets jaunes et des représentants de la loi victimes de personnes qui prennent leur véhicule comme une arme (des délinquants routiers donc).

La manif de samedi à Paris les met en panique. Les IMSI catchers tournent à plein aux alentours des rassemblements pour identifier les manifestants et cerner les "meneurs".

On se souvient comment le gouvernement a tenté d'intimider et d’effrayer les rares personnes qui ont voulu déclarer des rassemblements. Stratégie idiote, ça à seulement contribué à dissuader les personnes de se déclarer.

D'ici à samedi, je prends les paris que certains gilets les plus actifs auront reçus des messages menaçants des organes de police, de gendarmerie et des convocations.
Réponse de le 20/11/2018 à 15:52 :
@tiens tiens
"On se souvient comment le gouvernement a tenté d'intimider et d’effrayer les rares personnes qui ont voulu déclarer des rassemblements. Stratégie idiote, ça à seulement contribué à dissuader les personnes de se déclarer".

Hélas, hélas, hélas, c'est si vrai !
a écrit le 20/11/2018 à 12:28 :
Monsieur Macron, voulez-vous prendre 5 minutes et mesurer l'énorme mensonge qu'est cette stratégie d'augmentation du prix à la pompe. Il serait plus juste de commencer par interdire la commercialisation des véhicules diesel. Démonstration: je sors de chez un concessionnaire Renault pour la révision de mon diésel. Je lui demande combien de temps il faut pour recharger une Zoé. Je ne pose pas la question du cout mais du temps. Il faut, au mieux, quelques heures. Ça peut aller jusqu'à 24h. Je vis en centre ville en appartement. Alentour, il y a 4 points de recharge en station service. Il faut donc plusieurs dizaines voire centaines de fois plus de disponibilité de charge que pour un véhicule thermique. Nulle part ailleurs je ne vois de dispositif de recharge. Je mets de coté les éventuels parkings payants. Si j'opte pour votre proposition de prime, je suis techniquement échec et mat. Ajoutez à ce calcul, l'autonomie quatre fois moindre de l'électrique vs le diesel et je multiplie par 4 le temps de mise à disposition des points de charge. CQFD.
Réponse de le 20/11/2018 à 20:57 :
Depuis les normes euro6d il n'y a strictement plus le moindre argument objectif d'interdire le diesel davantage que l'essence. Halte à l'intox.
a écrit le 20/11/2018 à 12:26 :
L'établissement est condécendant et dévoie l'information, la France ce n'est pas Paris uniquement avec ses classes supérieures et les très riches propriétaires de l'information.
Cela me suggère une célèbre phrase de la BBC dans les heures noires de l'Histoire:
" Radio Paris ment ! Radio Paris est Allemand ! ........................
a écrit le 20/11/2018 à 12:08 :
A l'évidence, le gouvernement Philippe Edouard abime la France,

la pauvreté se répand

la misère est envahissante

Quel désastre, quelle chienlit ...
Réponse de le 20/11/2018 à 12:53 :
Courage, fuyons!
a écrit le 20/11/2018 à 11:13 :
MENSONGE ABSOLU D ABSOLU : l'Ecologie ! pour justifier ces 60 Milliards/eur/an de surtaxe Carbur TIPP et deux fois la TVA 20%( sur le produit) et encore TVA 20%, par dessus le produit plus TVA, plus TIPP. Surtaxer le Carburant c'est Surtaxer le travail, en particulier des Employés des provinces, Classes Moyennes, Artisans, Entreprises. Bloquer de cette façon ! est idiot et anti économique. Il faut bloquer chaque Jour les Centre des Impots aux fonctionnaires et au public. Et gratuité quotidienne des autoroutes. Et ainsi celà pourrait durer. Le prix du Carbur devrait etre Produit plus TVA 5.5%, plus une TIPP mais ! en pourcentage
a écrit le 20/11/2018 à 10:55 :
Etait-ce ou non une mauvaise décision que ce renforcement de la fiscalité écologique à cette date? Mais voilà, devant la dérive des finances publiques, à laquelle il est décidément bien difficile de s'attaquer, surtout après un an et demi de pouvoir présidentiel, le gouvernement n'est plus dans cette affaire que le représentant de ceux qui paient des impôts, de ceux qui financent les prestations sociales et la redistribution (30% de la dépense publique) et surtout de nos jeunes générations à qui on va laisser une dette énorme qui impactera l'intégralité de leurs vies.. Ce n'est donc pas (simplement) une confrontation Gilets jaunes contre gouvernement, mais bel et bien l'écrasement de notre génération de nantis irresponsables, dont les gilets jaunes et cette France périphérique fait partie, contre le mur de nos inconséquences. A ce stade, la seule action gouvernementale que nous attendons est l'explication et la justification des pharaoniques dépenses publiques, dont évidemment certaines sont nécessaires, indispensables, (cependant optimisables), et d'autres, de véritables cancers de nos sociétés, nuisibles à notre compétitivité et aux bien-êtres de nos concitoyens. La conséquence de toute cette agitation est que la fuite en avant n'est plus possible!
Réponse de le 20/11/2018 à 12:01 :
ce n'est pas une fiscalité écologique ou comportementale puisque le propre d'une telle fiscalité est de voir son assiette diminuerou disparaître en raison d'une évolution rapide à la baisse de la consommation (comme sur le tabac), mais bel et bien une fiscalité de rendement budgétaire en l'absence d'une quelconque alternative crédible et économiquement soutenable. Même à 2€-2,50€ je doute fort que la consommation de carburants diminue sensiblement.
a écrit le 20/11/2018 à 10:50 :
cette royauté fondée sur l injustice ne peut pas durer ! d autant plus par manque de savoir de nos dirigeants cette supériaurité va devenir un exil pour eux... petite négligence qui accouchera d un grand mal
a écrit le 20/11/2018 à 10:50 :
cette royauté fondée sur l injustice ne peut pas durer ! d autant plus par manque de savoir de nos dirigeants cette supériaurité va devenir un exil pour eux... petite négligence qui accouchera d un grand mal
a écrit le 20/11/2018 à 10:23 :
Dans une vraie démocratie, un mouvement de cette ampleur, même si les raisons en sont diverses, appelle une seule réponse: la dissolution de l'assemblée nationale; si nos députés n'ont pas été capables de rapporter au gouvernement les doléances de leurs électeurs et d'obtenir de ce dernier une rectification de son action, qu'ils s'en aillent et ne soient plus éligibles. Il s'imposerait la démission du gouvernement et, ma foi, si MACRON décidait de s'en aller, personnellement, je ne verserais pas une larme.
Réponse de le 20/11/2018 à 13:20 :
Dans une vraie démocratie on ne tient pas compte de gens qui au plus fort de la mobilisation samedi ne représentaient que 0,4% de la population.
Réponse de le 20/11/2018 à 18:44 :
@Atlee: Vous avez raison: je retire le mot ampleur. Toutefois un mouvement, qui mérite l'adjectif national puisqu'il concerne toutes les provinces, et qui recouvre des insatisfactions aussi variées montre que nos députés ne nous écoutent pas s'ils nous entendent et trahissent donc CES électeurs puisqu'ils votent des moyens à un gouvernement dont on recherche vainement l'action bénéfique pour le pays et ceux qui y vivent. Je maintiens que l'Assemblée Nationale doit être dissoute et que ses membres actuels ne devraient pas y être rééligibles.
Réponse de le 20/11/2018 à 21:06 :
@Atlee : 300000 manifestants d'après Beauvau, remarquons au passage que les gj, contrairement à l'usage dans les manifs, n'ont pas jugé utile de publier des chiffres multipliés par 5 ou 10 (alors que les comptages indépendants confirment grosso modo les chiffres de la police) ce qui fait de ce samedi l'une des plus grosses manifs de la décennie -tout à fait considérable pour un mouvement spontané. En tout cas 10 fois plus importante que les manifs pour le climat de septembre et octobre. Capito ?
a écrit le 20/11/2018 à 10:01 :
......ceux qui ne prennent pas la mesure que ce n'est pas une petite réaction epidermique d'automobilistes mais un mouvement de révolte des paupérisés contre une clique (... nantie ) de "décideurs " déconnectés (.. et enfumeurs ! ) risquent d'avoir des lendemains qui déchantent !
a écrit le 20/11/2018 à 9:18 :
Que ça plaise ou non, le gouvernement ne fait pas comme les précédents : il ne baisse pas son froc devant la rue.
C'est un vrai changement, et il faut en tenir compte.
Même si on comprend bien les gilets jaunes.
Réponse de le 20/11/2018 à 11:41 :
Sans légitimité, l'autorité passe pour de l'arrogance.
Droit dans leurs bottes, ils vont fatalement dans le mur..
Nous aussi dans la foulée.
Réponse de le 20/11/2018 à 13:20 :
"il ne baisse pas son froc devant la rue." Mais les élections le laisseront en slip.
a écrit le 20/11/2018 à 9:03 :
Ces propos sentent la tentative de stigmatisation des GJ. Il ne faut pas oublier que le mouvement est approuvé par 77% des français. Donc quand je lis par ailleurs que ces GJ sont de futurs déserteurs des bureaux de vote, je réponds que c'est le cas de 77% des français. Donc gare à la stigmatisation à l'emporte pièce. Ce mouvement est un mouvement de fond, il faut le prendre très au sérieux. Monsieur Macron cherche à tout prix les traces de pas de Charles de Gaulle, il embrasse pour l'instant celles de Louis XVI. Dire que l'on entend et ne pas réagir, c'est mépriser.
Réponse de le 20/11/2018 à 10:24 :
"Donc quand je lis par ailleurs que ces GJ sont de futurs déserteurs des bureaux de vote, je réponds que c'est le cas de 77% des français".

D'ailleurs à la legislative partielle dans l'Essonnes pour remplacer Valls en lice pour la mairie de Barcelone, c'est cette absention ( 81%) qui va peut-être faire elire un sans étiquette (ex-socialiste) mais soutenu par La République en Marche, arrivé en tête du premier tour, avec 30% des voix. La candidate LFI, seconde avec 17,8% des suffrages.Comme quoi l'absention...
Réponse de le 20/11/2018 à 12:13 :
Je doute qu'aux européennes le scénario de l'Essonne se reproduise. 81% d'abstention aux européennes et ce seront les nationalistes qui rafleront la mise. Tout le monde n'a pas la chance d'avoir Valls comme adversaire..
Réponse de le 20/11/2018 à 13:31 :
c'est pour ça qu'il est important que les gilets jaunes se trouvent un débouché politique 2.0. Leur capacité de mobilisation a jusqu'ici été spectaculaire. Même s'ils ne bénéficieront pas forcément des dons et s dont a pu bénéficier un "en marche", ils peuvent rééditer le même hold-up démocratique. Et même si le mouvement a tendance à s'étioler (bloquer les automobilistes pour les défendre, il y a mieux comme idée... C'est plutôt sur les ministres, parlementaires de la majorité qu'il faut mettre la pression) entre autres parce que les prix à la pompe se sont un peu assagis (merci Trump qui a un peu réduit la pression sur l'Iran, et merci l'Arabie Saoudite qui a des choses à faire oublier), la vue des nouveaux prix des carburants le 1er janvier ne manquera pas de le relancer.
Réponse de le 20/11/2018 à 18:01 :
@franck

"Je doute qu'aux européennes le scénario de l'Essonne se reproduise. 81% d'abstention aux européennes "

Peut-être , mais les gilets jaunes se disent apolitique ,ils ne devraient donc pas voté.On peut noter, que le dernier sondage sur Macron lui donne encore 25% malgré une baisse de 4 points ,il a donc une fourchette de 20 à 29% selon les semaines,il a donc toujours un socle important pour les élections européennes ,les voix des autres seront éparpillées et auront du mal à atteindre ce %.Macron a donc toute les chances de gagner de nouveau comme à la présidentielle avec une forte abstention..
a écrit le 20/11/2018 à 8:56 :
puisqu'ils semblent vouloir employer la force contre le peuple occupons toutes les permanence de LREM (arriere) le senat votant la suppression des taxes ' (droit de poluer pour les riches ) en 2e lecture au parlement les LREM devront choisir ou leurs electeurs ou la dictature MACRON
Réponse de le 20/11/2018 à 10:08 :
oui varier les moyens d'action : harcelement des LREM ( ce sont eux les responsables ! )sur tous les plans : réseaux sociaux , occupations de lieux de fonctionnement ...etc , masquage de radars (ça ne va pas a l'écologie ! ), blocage des centres d'impots ( on ne sait pas trop ou ça va , malgré d'incessantes augmentations ,) , ........ ou autres .......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :