Taxe carbone : le gouvernement poursuivra malgré les "gilets jaunes"

 |   |  673  mots
Concernant le mouvement des gilets jaunes, il affirme y avoir vu avant tout l'expression de l'inquiétude profonde des habitants d'une France périurbaine prisonnière du tout voiture. (...) Cette France-là a le sentiment d'appartenir aux invisibles dans le débat politique.
Concernant le mouvement des "gilets jaunes", il affirme y avoir "vu avant tout l'expression de l'inquiétude profonde des habitants d'une France périurbaine prisonnière du tout voiture. (...) Cette France-là a le sentiment d'appartenir aux invisibles dans le débat politique". (Crédits : POOL New)
Interrogé par Le Parisien, le ministre de la Transition écologique François de Rugy a insisté sur la nécessité de "sortir de ce piège du tout voiture, tout pétrole, tout diesel".

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé que le gouvernement poursuivra "la trajectoire prévue" en matière de fiscalité écologique, dans une interview au Parisien. Interrogé samedi sur l'augmentation de la taxe carbone prévue le 1er janvier, le ministre a déclaré:

"En matière de fiscalité écologique, nous poursuivrons la trajectoire prévue. Ne pas le faire serait de l'inconscience".

"Nous avons été élus pour régler les problèmes qu'on avait laissés en plan et nous continuerons à le faire sans relâche. Il faut absolument sortir de ce piège du tout voiture, tout pétrole, tout diesel dans lequel nous nous sommes enfermés si longtemps", explique le ministre, alors que samedi, selon le ministère de l'Intérieur, plus de 287.000 "gilets jaunes" se sont mobilisés contre la hausse des taxes sur le carburant, au sein de plus de 2.000 rassemblements parfois tendus qui ont entraîné des accidents faisant un mort et 400 blessés.

"Nous libérer de la dépendance au pétrole"

"Il faut justement maintenir le cap des mesures que nous prenons pour nous libérer de la dépendance au pétrole et donc éviter" qu'une éventuelle flambée du prix du baril de pétrole "ne bouscule un jour notre économie", a ajouté le ministre de la Transition écologique.

François de Rugy ne croit d'ailleurs pas que le président de la République, dont la cote de popularité chute dans les sondages, "perd la main".

"J'entends plutôt l'expression d'une impatience. Il y a une attente très forte de résultats, qu'il est très difficile de satisfaire en l'espace de 18 mois. Et ce n'est certainement pas en capitulant devant les difficultés qu'on parviendra à y répondre", a-t-il dit.

Laurent Berger propose un pacte social de la conversion écologique

Concernant le mouvement des "gilets jaunes", le ministre affirme y avoir "vu avant tout l'expression de l'inquiétude profonde des habitants d'une France périurbaine prisonnière du tout voiture. (...) Cette France-là a le sentiment d'appartenir aux invisibles dans le débat politique".

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a d'ailleurs lancé un appel au gouvernement:

"J'appelle @EmmanuelMacron et @EPhilippePM à réunir très rapidement les syndicats, les organisations patronales, les associations pour construire un pacte social de la conversion écologique", a tweeté M. Berger, premier responsable syndical à réagir.

"Justice sociale et écologie sont compatibles ! Il y a urgence", a-t-il ajouté.

"Faire aujourd'hui du recel de la colère des Français, c'est assez abject"

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, le secrétaire d'Etat chargé des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, estime pour sa part qu'il faut encore poursuivre le "travail d'explication et de promotion" des mesures compensatoires annoncées mercredi pour accompagner la transition écologique. Il dénonce également une "récupération politique" des partis d'opposition, lesquels ont tous appelé à faire grossir le mouvement.

Le chef de file des Républicains (LR), Laurent Wauquiez, s'est joint à une manifestation en Haute-Loire et le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, s'est rendu samedi place de la Concorde, à Paris. La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, n'est pas allée elle-même sur le terrain, mais ses proches ont manifesté et se sont exprimés sur les réseaux sociaux.

"Vouloir faire aujourd'hui du recel de la colère des Français, c'est assez abject. Voir des gens qui ont cumulé hier tous les postes, de député à ministre, nous expliquer qu'ils vont aller mettre un gilet jaune, c'est grotesque", a souligné le secrétaire d'Etat.

Organisé hors de toute structure syndicale ou politique, le mouvement des "gilets jaunes" est parti des réseaux sociaux. Les "gilets jaunes" ont bloqué samedi des autoroutes, des ronds-points, des hypermarchés ou organisé des opérations de péage gratuit pour protester contre la hausse des taxes sur les carburants et la baisse du pouvoir d'achat.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2018 à 11:19 :
Je suis spécialiste professionnel en climatologie,et je peux vous dire que les rapports du giec sont très alarmants.La transition devient urgente,il faut mettre le paquet.
Réponse de le 20/11/2018 à 14:45 :
C'est du 2eme degré, j'espère...
a écrit le 20/11/2018 à 8:01 :
Le problème dans cette affaire est plus les propos de Castaner qui jette de l'essence sur le feu, qui semble vouloir se la jouer Jules Moch. Le seul ennui est qu'il risque de se heurter à un zèle très modéré de la police s'il veut montrer ses muscles.
a écrit le 19/11/2018 à 22:47 :
Notre gouvernement est le premier au monde à prôner la Révolution contre son propre peuple. Qui veut d'une transition écologique, énergétique qui n'est que succession de taxes dans le but de favoriser un nouveau modèle de déplacement non encore fiabilisé. N'est ce pas mettre la charrue avant les boeufs?( note à M. de Rugy: je possède encore des fers de boeuf qu'il faut mettre pour que ces animaux puissent tirer une charrette si cela l'intéresse).
Ce monsieur a énoncé son nouveau credo relatif à l'usage d'un véhicule électrique: pour lui, ce type de voiture est à utiliser de préférence à la campagne. Jusqu'à présent, n'était ce pas pour diminuer la pollution en ville? Peut être a-t-il enfin compris que l'utilisation généralisée de ce type de propulsion nécessitait des investissements très coûteux à la fois pour les villes et ensuite pour les utilisateurs particuliers
a écrit le 19/11/2018 à 17:15 :
La monstruosité consentie par une écrasante majorité est la taxe carbone. Le jour où on fait semblant de l'admettre, on est foutu. Pollueur/payeur, c'est imparable. Pour moi, c'est du green business génialement inventé pour plumer des gogos et figurez vous, ce machin ridicule, c'est vieux comme Hérode.
Réponse de le 20/11/2018 à 14:28 :
Ben oui, Pollueur Payeur, c'est un principe pas totalement idiot.
Ce n'est pas pour "plumer les gogos", c'est pour responsabiliser les consommateurs de carburants fossiles.
a écrit le 19/11/2018 à 16:44 :
Monsieur de Rugy prend les citoyens pour des idiots en racontant autant d'inepties et ça va mal finir : augmenter les taxes sur les carburants ne va en rien nous rendre moins dépendants du pétrole, sauf à proposer d'autres sources d'énergie économiquement viable, ce qu'il ne fait pas : toutes les énergies alternatives sans subventions (donc sans impôts ne sont pas rentables).
Monsieur de Rugy n'a pas encore compris que nous sommes le pays le plus taxé au monde sans que les citoyens ne perçoivent le moindre avantage à cet état de fait.
On demande des efforts littéralement insupportables aux gens alors que l'élite gouvernante n'en fait aucun : quand Mr de Rugy se fait déposer en hélicoptère sur une estive, il montre qu'il se fout complètement des émissions de CO2 et du portefeuille des contribuables.
Je vous le dis, à observer les réactions autistes de nos gouvernants, ça va mal finir
Réponse de le 20/11/2018 à 14:31 :
Ma voisine travaille à 20 mn à pied. Par habitude, elle y allait en voiture. Elle y va désormais à pied.
Cette énergie alternative (le muscle), s'avère rentable et peu polluant.

Donc oui, plus vous montez le prix de l'essence, plus vous encouragez d'autres modes de déplacement.
a écrit le 19/11/2018 à 11:33 :
De Rugy en porteur d'eau d'un gouvernement totalement autiste n'a rien à faire dans ce ministère de l'écologie au sein duquel il est incapable de construire une vision progressiste de notre monde intégrant la préservation de l'environnement au centre de ses actions ... chaque jour nous regrettons un peu plus Nicolas Hulot
Réponse de le 20/11/2018 à 14:32 :
Si Nicolas hulot a deserté, c'est qu'il était incapable de supporter une telle pression consécutive à la mise en place d'une taxe carbone.
a écrit le 19/11/2018 à 10:47 :
Les vols de carburant sont multipliés !
Réponse de le 19/11/2018 à 11:42 :
...par contre le kerosene en vol se porte bien : il n'est pas taxé ?
a écrit le 19/11/2018 à 10:16 :
propos d un personnage versatile ! échec d un système LREM = qui déclenche la révolution en marche du peuple
a écrit le 19/11/2018 à 10:16 :
propos d un personnage versatile ! échec d un système LREM = qui déclenche la révolution en marche du peuple
a écrit le 19/11/2018 à 10:00 :
J'écoutais BFM à la radio et il y avait un débat sur le mouvement des gilets jaunes.Vous le savez comme moi BFM est un soutien indéfectible du gouvernement. Et là stupeur! Les journalistes parlent de mouvement irrationnel et qui va être difficile à arrêter. On est en pleine incompréhension et je dois faire mon mea culpa car je ne considérai pas les français comme un peuple intelligent et je me trompais. Ce mouvement est bien la preuve de l'intelligence des français qui ont tous compris(sauf les journalistes) que l'on ne peut avoir de résultats quand on n'a pas de programme et c'est bien le cas du gouvernement. On ne peut arrêter ce mouvement sans dire ce que l'on fait et dire "transition écologique" n'est pas un programme. Nous allons payer encore plus sans aucun résultat car il n'y a pas d'amélioration à attendre dans les idées qui sont émises au petit bonheur la chance(réchauffement climatique et pollution.Nous nous désolons tous du réchauffement climatique et encore plus de l'incapacité des gens que nous avons mis au pouvoir.
Réponse de le 19/11/2018 à 10:19 :
Il ne s' agit pas de transition écologique il s' agit de réindustrialiser ce pays en friches, désindustrialisé par les migrations de nos emplois à l' est pour satisfaire au post Maastricht et remplacer les faire-valoir de note pays qui ont accepté cette politique et qui en découvrent aujourd' hui le brillant résultat. Plus de boulots donc toujours plus de taxes.
Réponse de le 20/11/2018 à 11:02 :
@Marc Hassin : même en admettant votre hypothèse selon laquelle la "main noire" de Bruxelles serait à l'origine des délocalisations, comment expliquez-vous que des pays très comparables (Allemagne, Pays-Bas, Autriche...) sont en situation de plein emploi et que l'industrie s'y maintient voire s'y développe (et à tout le moins qu'elle monte en gamme) ? Main noire de Bruxelles sélective qui ne viserait que la France ? Ou perte irrémédiable de compétitivité (qu'il s'agisse de compétitivité-coût liée à un coût salarial trop élevé, plombé par décisions aberrantes comme les 35h et un grand nombre de taxations des entreprises très supérieures à la moyenne européenne, comme pour les carburants... ou de compétitivité hors-coût comme un système éducatif qui ne cesse de perdre des places ce qui à terme obère les capacités d'innovation et de R&D).
Bruxelles, bouc émissaire facile...
a écrit le 19/11/2018 à 8:48 :
La feuille de route des cabinets financiers européens étant la seule voie qu'ils connaissent.
a écrit le 19/11/2018 à 8:42 :
Ce phénomène révèle le ras le bol de la pression fiscale. Pour le budget de l’etat On a 380 milliards en dépenses pour 300 milliards de recettes d’impôts. Il est urgent de s’attaqueR à la baisse de la dépense publique en revoyant le périmètre d’intervention de l’etat
Réponse de le 19/11/2018 à 11:36 :
Oui, mais il faudra aussi accepté que les services publics se retirent encore plus massivement des zones rurales et péri-urbaines.
Moins d'impot ? fermeture des collèges et lycées ruraux, centralisation accrue des hôpitaux, réduction des entretiens de route etc...
Réponse de le 19/11/2018 à 14:47 :
Exemple : La trésorerie d’Hendaye devrait disparaître. Alors qu’il reste à peine six semaines pour que le centre d'impôts soit délocalisé vers Saint-Jean-de-Luz et Biarritz, le maire d'Hendaye Kotte Ecenarro continue à se battre pour maintenir ce service de proximité “indispensable” à la réalité de la population d'Hendaye.La décision est ferme et on dirait qu’il n’y a pas marche arrière possible. Le centre de finances d’Hendaye fermera ses portes le 1er janvier 2019. Le maire de la commune Kotte Ecenarro n’accepte pas une telle décision et il se montre déterminé : "nous avons l’intention de nous battre".
Réponse de le 20/11/2018 à 11:07 :
Les services publics de l'administration "de papier" (comme les trésoreries) n'ont pas forcément besoin de présence physique permanente. Et même pour les écoles, le "bussing" n'est pas forcément à sens unique (amener les élèves de communes périurbaines et rurales vers les établissements en ville), on peut aussi très bien implanter ces établissements dans ces lieux. Après tout, l'un des internats privés les plus huppés, se trouve non dans le XVIè mais à Verneuil sur Avre...
a écrit le 19/11/2018 à 8:40 :
Ils veulent nous délivrer ? qu'ils commencent déjà par nous les lacher !
a écrit le 19/11/2018 à 8:38 :
L Europe en jaunes solidarité europeenne pour le pouvoir d achat réduire les taxes les commerçants en jaunes routiers en jaune bloque les routes paralysé la France mercis
a écrit le 19/11/2018 à 8:26 :
et le transport aérien ? les français ont bien compris que cette soi-disant transition énergétique est un leurre pour justifier une fiscalité injuste ; à propos quel est l'impact carbonne des réceptions (70 délégations) du 11 novembres de m.macron
a écrit le 19/11/2018 à 7:59 :
la france est devenue un enfer fiscal et annoncer 25 cts de taxes supplementaires sur le carburant d'ici 4 ans sans possibilité de s'en affranchir est une provocation insupportable dans tous les sens du terme. le président Macron a ete élu face a une représentante d'un parti populiste il y a 18 mois sans finalement comprendre le sens de son élection. quel dommage ! il incarne la derniere chance avant que le france ne rejoigne l'italie, l'autriche, la pologne, la grande bretagne dans des choix radicaux...
a écrit le 19/11/2018 à 6:33 :
Moi aussi je voterai pour un parti populiste ( ce qui veut pour le peuple contre les élites) aux prochaines élections. Compte tenu de l'entêtement des deux dirigeants de la France on n'a pas d'autres choix que de voter pour un parti très radical.
Réponse de le 19/11/2018 à 8:24 :
Mais bien sûr, allez-y faites vous plaisir, votez pour les fachistes ou les anarcho-communistes. Vous allez voir le désastre!
Un conseil, s'il vous reste un petit quelque chose à perdre, réfléchissez bien. Car avec ces gens, vous n'aurez plus le loisir de bloquer la France.
Réponse de le 19/11/2018 à 11:37 :
Votez pour qui vous voulez, mais vérifier qu'il y a derrière un programme cohérent.
Facile de gueuler, après faut bosser !
a écrit le 19/11/2018 à 6:27 :
Comme ferez pour travaille vu les prix m'as carte banque et bloque à la pompe je vais hêtre licencié
a écrit le 19/11/2018 à 6:20 :
Si c'est haro sur le diésel, il fallait interdire aux constructeurs de vendre des voitures de ce type depuis plusieurs années, ce qui m'aurait évité d'en acheter une neuve l'an dernier bourrée d'électronique, du filtre à particule et dont le Japon considère que ces voitures sont désormais moins polluantes que celles à essence.
Et puisque le Macron ne jure que par l'Europe, qu'il impose la révision de la libre circulation des poids lourds qui envahissent notre pays, polluent à tout va et ne remplissent même pas leurs réservoirs en France, donc adieu la très chère taxe carbone.
Je me suis fait avoir l'an dernier en achetant une voiture qui deviendra invendable avec les taxes à venir sur le gas-oil, en votant par défaut pour Macron ; aux européennes, ce sera la 1ère fois de ma vie que je voterai pour un parti populiste!
Réponse de le 19/11/2018 à 16:36 :
Monsieur, il n'y a que le Japon qui considère que les diesels sont moins polluants, Tavares le répète sans se faire entendre hélas : ils émettent beaucoup moins de cO2 que les essence et le traitement des particules de plus en plus performant fait qu'ils en émettent parfois moins que les essences;
mais comme les diesels consomment moins, ça fait moins de taxes pour l'Etat.
Voyez ce qui se passe en Allemagne, VW se lance dans le véhicule électrique qui fonctionne au lignite...
a écrit le 19/11/2018 à 6:11 :
Tous à Paris samedi prochain avec vos tuyaux et bidon. On siphonera les réservoirs des voitures de lhxe dans les beaux quartiers.
Cela sera la contribution des premiers de cordées à la solidarité envers les sans costumes.
Réponse de le 19/11/2018 à 8:01 :
Je ne peux pas cautionner le geste, mais j'adore la conclusion.
a écrit le 19/11/2018 à 5:53 :
Le populisme comme la misère arrive à grand pas le présidant des riches crée du populisme marine le penné arrivé mais !!!
a écrit le 19/11/2018 à 4:18 :
Cette arrogance de la part de tous ces petits planques va mal finir.
S'il ne se passe rien, c'est a n'y rien comprendre.
Les europeennes vont etre un massacre et sans doute le 1er acte de nombreuses echaufourrees avec le micron et ses accolytes.
Réponse de le 19/11/2018 à 8:08 :
Le gouvernement doit faire un geste fort:pourquoi pas l'envoi d'un "chèque carburant" de 25 euros a Noel a chaque foyer fiscal?
a écrit le 19/11/2018 à 2:25 :
J'aimerai savoir quel est le rapport entre fiscalité et changement climatique. Pour autant que je sache, payer plus cher son énergie ne crée aucune alternative susceptible de résoudre quelque chose.. Cet argent ne sert qu'à combler les déficits crées par les largesses fiscales de Macron, sous couvert de responsabilité écologique.
Réponse de le 19/11/2018 à 11:39 :
Le rapport est simple - si vous taxiez l'essence à 10 euros par litre, vous découvririez rapidement les vertus du cyclisme, de la voiture électrique, du covoiturage, de la vie dans les grandes villes etc...
Réponse de le 20/11/2018 à 2:46 :
@Fake News
Ou vous redécouvreriez tout simplement les vertus de la reprise du pouvoir par ceux qui en sont les détenteurs et arbitres ultimes. -:)
a écrit le 18/11/2018 à 23:42 :
@citoyen ordinaire Pour abolir un article couché dans un traité il faut unanimité des 28, imaginez-vous cette structure oligarchique qu' est l' UE s' accorder en se tirant une balle dans le pied alors qu' elle prospère en servant de telles rentes au 1 % ...?
a écrit le 18/11/2018 à 23:35 :
Où passe tout le fric que l état nous taxe de plus en plus pour moins de services publics. C est la question à laquelle les perroquets juvéniles de larem ne savent même pas répondre. En sus la numérisation fait qu on travaille gratis pour l état ... tout seul devant son écran à faire le job des fonctionnaires carte grise impôt retraite ...
a écrit le 18/11/2018 à 23:10 :
Le diesel est plus écologique que l'essence dans le rural profond car il consomme moins. mais évidemment tous les "décideurs" habitent en centre ville
a écrit le 18/11/2018 à 21:59 :
Avec les nouvelles technologies, la transition peut se faire gratuitement mais la corruption et l’ignorance dominent dans ce pays
Réponse de le 19/11/2018 à 22:54 :
mais surtout l'incompétence et l'ignorance des blancs becs qui veulent tout chapeauter.
a écrit le 18/11/2018 à 21:21 :
Ne nous laissons plus embarquer par la com d' état sur la transition écologique puisque la causalité de ces taxes relèvent en réalité de notre appartenance à l' Union européenne et du choix opéré par l' alter-européiste Macron...
Pourquoi ?

L' article 63 du TFUE -libre circulation des hommes et des capitaux dans l' UE et avec les pays tiers- rend impossible la lutte contre la fraude et l' évasion fiscale qui nous coûtent 100 milliards d' euros annuels et qui nécessitent de trouver des porteurs de chapeaux pour éponger la dette fiscale,

Macron comme ses prédécesseurs n' est qu' un pion, la courroie de transmission d' une politique de la France qui se passe à la Commission Européenne -Article 88-1 de la constitution française,
Le gouvernement applique donc à la lettre la feuille de route de Bruxelles -GOPE- imposant sa politique dans les domaines du travail, de la santé, des taxes, de la csg, de l' éducation, du social, des retraites -Article 121 du TFUE,
La France a délégué ses compétences d' Etat à la Commission de Bruxelles sur tous les sujets :
-concurrence, politique monétaire, politique douanière, immigration, marché commun etc, Articles 2 à 6 du TFUE,
Voilà pourquoi l' UPR explique aux français l' urgence du Frexit cad une sortie de l' UE, de l' euro, de l' otan qui sera bénéfique au peuple pour retrouver la possibilité de choisir son destin cad la démocratie dans son étymologie tout en fluidifiant la vie sociale française..
Réponse de le 18/11/2018 à 21:38 :
Pourquoi ils n’abolissent pas l’article 63 alors ?
Si l’objectif est la lutte contre la fraude en UE?
Réponse de le 18/11/2018 à 23:48 :
@Citoyen Ordinaire, parce que des pays comme l'Irlande ou le Luxembourg vivent de l’évasion fiscale !! L' UE est un ramassis de pays qui n'ont rien, mais alors rien en commun !!! Pour les uns, c'est profiter de la manne du budget "européen", pour les autres c'est se gaver de la compétition fiscale, pour d'autres se gaver de la compétition social. Et la France se fait mettre par tous les autres!
Réponse de le 19/11/2018 à 1:28 :
Je vous rappelle qu'en matière de fiscalité chaque Etat est libre de sa politique fiscale et dans ce domaine la France est championne du monde pour un résultat lamentable. Depuis plus de 30 ans les politiques publiques menés par Bercy sont un échec total dans tous domaines.
Les responsables sont purement français : ENA.
Réponse de le 19/11/2018 à 10:14 :
@Hawikelta La seule solution serait de dégommer l' article 63 qui réglerait tous les problèmes de dettes intra UE mais il faut consensus à 28 et l'UE ne sait jamais se mettre d' accord à 28, à fortirori sur un sujet aussi brûlant que celui-là qui touche ses donneurs d' ordres. Donc il ne reste que les taxes pour boucler le budget de l' état.
CQFD.
a écrit le 18/11/2018 à 21:18 :
dehors les jaunes. envoyez-les au Yemen pour qu'ils voient ce que c'est que d'avoir des problèmes.
Réponse de le 18/11/2018 à 21:28 :
Les statistiques c’est pour donner bonne conscience aux hauts fonctionnaires qui ont des comptes à rendre ,c’est tout , ce n’est pas une représentation de la réalité sur le terrain.
Vous êtes militaire ?
Réponse de le 18/11/2018 à 22:32 :
comment ça "dehors les jaunes"? Je rêve, on est en démocratie et la volonté du peuple est sans appel. Celui qui doit dégager : c'est vous.
a écrit le 18/11/2018 à 20:37 :
Suffit pas d’égrainer des stats : les logements sont-ils construits aux bons endroits, pas trop loin des bassins d'emploi ? le seuil de pauvreté diffère d'un pays à l'autre, le cinéma, oui les français y vont car le secteur est subventionné par les salariés via les CE notamment, le train est moins cher car c'est une volonté politique et il est largement subventionné par les impôts des français, quant aux inégalités de revenu, elles existent bel et bien, c'est bien beau de parler de moyenne, mais on ne va pas revenir sur les cours de stats de 1ere/terminale mais une moyenne ne veut rien dire, il faut aller plus dans le détail pour déterminer les écarts, et Pareto n'est jamais bien loin...
a écrit le 18/11/2018 à 20:30 :
Finalement quand on regarde bien la boite à outil écologie du gouvernement on ne voit rien que des taxes. Et pour savoir ce qui va détruire ce gouvernement il suffit de lire les commentaires, plus personne ne croit qu'il y ait autre chose donc nous courrons à l'échec. Que va pouvoir raconter Macron lors de la prochaine COP, il ne manquerait plus que Trump lui demande quels résultats il a obtenu. Nous serions tous indirectement couvert de pipi.
a écrit le 18/11/2018 à 20:00 :
Il faut surtout expliquer ce que la TICPE financera en 2019. Il ne faut pas non plus faire payer aux usagers de la route des dépenses qui n'ont aucun rapport avec la route.
a écrit le 18/11/2018 à 19:59 :
les Français se plaignent alors que leur situation est meilleure que dans les autres pays développés.
Taux de risque de pauvreté en baisse de 13,6% à 13,3% en 2017 (Eurostat). Hausse de 4 points en Allemagne et 6 points en Suède depuis 2005, contre 0,3 points en France (Eurostat).
Taux de risque de pauvreté avant transferts sociaux parmi les plus bas des pays développés d'Europe (Eurostat).
Taux de pauvreté parmi les plus bas des pays développés ("Income Inequality Update", OCDE, 11/2016).
Le taux de pauvreté des + de 65 ans est le plus faible des pays développés avec Pays-Bas et Danemark (OCDE, avec seuil à 50% revenu médian). Taux de pauvreté assez inférieur à celui du reste de la population française (OCDE). Le pourcentage de bénéficiaires du minimum vieillesse est en baisse depuis plus de 20 ans (CNAV). Les retraités français sont les seuls à avoir un niveau de vie équivalent à l'ensemble de la population ("Panorama des systèmes de retraite en France et à l'étranger", Conseil d'Orientation des Retraites, 10/2016).
La classe moyenne reste solide, à 66% de la population contre 50% aux USA ou 61% en Allemagne (France Stratégie ; DIW Berlin ; Pew Research center).
Le pourcentage de travailleurs bas salaires (low-wage earners) est parmi les plus bas des pays développés, à 9% (OCDE ; Eurostat).
Les salaires réels ont mieux progressé en France que chez les autres pays du G7 et que la moyenne de l'OCDE entre 2000 et 2017 ("Wage growth is missing in action and workers are not happy", Bloomberg.com, 04/07/2018).
La part des salaires dans le PIB n'a quasiment pas baissé en France depuis 1991 contrairement aux autres pays du G7 ("La déformation du partage de la valeur ajoutée aux USA", DG Trésor, Trésor-éco N° 216, 02/2018).
Les inégalités de revenus n'ont quasiment pas progressé en France depuis 1985 contrairement aux autres pays développés ("Mind the inequality gap", Morgan Stanley, 11/2015). Forte progression en Suède/NZ/USA.
La part du coût total du logement (loyer-emprunt/taxes/assurance/eau-énergie-chauffage) dans le revenu disponible des ménages a baissé en 2017 et est parmi les plus basses des pays développés d'Europe (Eurostat).
De même, le pourcentage de ménages supportant un coût total du logement supérieur à 40% du revenu disponible (housing cost overburden rate) a baissé en 2017 et est très faible en France, à 4,7% (Eurostat).
Le fait que la France construise énormément de logements doit être une des explications. 400 000 contre 240 000 au UK ou 285 000 en Allemagne. Taux de construction le plus élevé en Europe (Deloitte Property Index 2017 & 2018). Taux de 6 pour 1000 habitants, contre 2 pour 1000 en Suède/Danemark (Deloitte Property Index 2015).
Le taux de vacance des logements sociaux a augmenté depuis 2008, y compris le taux structurel (Ministère Développement Durable).
Le gouvernement français dépense 2% du PIB pour le logement, seule la Bulgarie faisant plus ("How much do EU member states' governments spend on housing ?", Eurostat, 02/10/2017).
Les taux d'intérêts sur les prêts immobiliers sont parmi les plus bas d'Europe ("Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2017", Crédit Foncier, 05/2018).
Le coût de la vie est raisonnable en France, notamment la santé ou l'éducation ("Is your country expensive ?", Eurostat, 24/08/2018). Parmi les pays développés, le reste à charge (out-of-pocket spending) sur les dépenses de santé est le plus faible en France (OCDE). Alors que le système de santé français est probablement le meilleur (voir données Eurostat et internationales sur les morts évitables ; classement OMS de 2000).
Les Français sont les Européens qui vont le plus au cinéma, assez loin devant UK et Allemagne (Observatoire Européen de l’Audiovisuel).
Voir aussi, par exemple, le prix très raisonnable des abonnements de train par rapport aux autres pays européens :
https://www.theguardian.com/money/datablog/2017/jan/06/tracking-the-cost-uk-and-european-commuter-rail-fares-compared-in-data
2,4% du revenu mensuel moyen en France contre plus de 10% en Angleterre. Prix de même raisonnable du transport public urbain (GoEuro's Urban Transit Price Index).
Bon taux d’épargne (INSEE ; Eurostat).
Le taux de fécondité est le plus élevé des pays développés. A l’évidence, la vie n’est pas si dure dans l’Hexagone.
Manque de main d'oeuvre dans tous les secteurs (cf. par exemple "Emploi à Rennes. 'On peine à recruter dans tous les secteurs d'activité' ", Ouest France, 19/09/2018).
etc...
Réponse de le 18/11/2018 à 20:35 :
Vous êtes inaudible, pour résumer votre démonstration est fausse , quel est votre nivau de vie pour parler ainsi .
Réponse de le 18/11/2018 à 20:56 :
La «  vie «  en rose ?

C’est pour ça que «  les gens s’inventent une vie parallèle en France « ?

Pour votre culture personnelle ( à mon sens vous ne vivez pas en France » sachez qu’il y a des personnes qui vivent avec 600 euros ( des retraités)dans le mois et certains avec encore moins.
Réponse de le 18/11/2018 à 21:00 :
@rémi, votre réponse à gfx est un peu légère, alors que gfx cite ses sources, il n'invente rien...typique du français moyen qui quoi qu'il arrive se plaindra toujours.
Réponse de le 18/11/2018 à 21:01 :
gros baratin vide avec des chiffres sortis de nulle part ou dépassés. vide sidéral gfx. par contre tx chômage 9.3%, dette 100% PIB dépassé, croissance atone,déficit 2.6%, un des pires d'Europe, commerce extérieur archi déficitaire, et le pompon PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES RECORD MONDIAL super albert, non? quoi d'autre le fx ah j'oubliais VIVE MACRON, ça ça vous convient. LOL
Réponse de le 18/11/2018 à 22:39 :
Sur le cout réel de mon salaire, 80% est prélevé d'une manière ou d'une autre par l'état. Alors je préférerai payer plus cher mon médecin et mon train, en conservant ne serait ce que 50% de mon salaire... si on prend en compte ce paramètre, on s'aperçoit que tous les chiffres que vous citez deviennent... faux. Le mensonge est systématique chez lrem.
Réponse de le 19/11/2018 à 1:25 :
Mais, faites le taire !
( le statisticien.)
a écrit le 18/11/2018 à 19:27 :
François .... le monde agricole arrive en renfort !
a écrit le 18/11/2018 à 19:26 :
Les caisses sont vides...et le pouvoir d'achat des français a pris une claque grâce à la multitude de taxes et impôts. La fiscalité française est devenue depuis quelques années le tonneau des danaïdes...Quand est ce que les impôts vont baisser....?
De Rugy préfère continuer à mettre en place son idéologie en dehors des réalités du quotidien des français, c'est un comble !
Réponse de le 18/11/2018 à 20:07 :
Il faut positionner les dépenses en face de chaque prélèvement. Et si on veut baisser des impôts il faut baisser les dépenses correspondantes. Elisabeth Borne avait prévu d'augmenter le budget d'entretien des routes après l'accident de Gènes. Peut-être faut-il y renoncer pour baisser la TICPE. J'invite les acteurs à redescendre sur terre (ça vaut aussi pour le gouvernement) et à faire vraiment les comptes.
Réponse de le 20/11/2018 à 21:51 :
on peut aussi renoncer à l'autre lubie de Jupiter, le service national universel totalement inutile et impossible à mettre en place sans dépenser des milliards.
a écrit le 18/11/2018 à 19:21 :
De Rugy a effectivement raison n'en déplaise à des râleurs professionnels, nous avons véritablement une bien trop forte dépendance aux énergies fossiles importées alors que nous produisons électricité, hydrogène, biométhane etc. local donc des emplois locaux qui profitent en outre souvent aux régions les moins favorisées. A cela il faut ajouter le coût de la pollution fossile. Le pic tarifaire pétrolier récent était lié à l'embargo de Trump sur l'Iran mais très peu à la taxe mise en place en 2014 sous Hollande. Dans quelques mois et au delà le prix du pétrole reprendra sa hausse et la taxe n'y changera rien. Il y a donc lieu que les gens les plus défavorisés soient aidées dans leur transition comme c'est déjà beaucoup le cas car il n'y a absolument pas le choix, nous ne maîtrisons pas le marché pétrolier et gazier. Certains se sont laissés entraînés par des réseaux de vendeurs automobile qui font plus de marges sur du thermique. Il faut impérativement quitter pétrole, gaz et agrocarburants. Il manque parfois de solutions satisfaisantes à certains car mais qui ne sont pas majoritaires. Avec plus de 4000 euros d'aides on trouve des véhicules électriques à bas prix et le solde a verser est vite amorti comparé au prix des carburants. Pour ceux qui roulent beaucoup il y a des prolongateurs d'autonomie etc. Pour mémoire également le lithium, cobalt, nickel etc se recyclent très bien et à coûts compétitifs désormais. De même les batteries Na-ion (sodium) arrivent pour l'automobile à prix inférieur au Li-on et on nettement évolué. Donc c'est l'avenir pour les véhicules légers. Comme l'hydrogène est adéquat pour les véhicules lourds. On a pu voir que les gilets jaunes bloquaient avec des lourds véhicules thermiques consommateurs et coûteux. Ils ne sont donc pas tous les pauvres que l'on veut tenter de faire croire. Beaucoup de manipulations politiques derrière tout cela avant les élections européennes et beaucoup d'agressivité de la part de beaucoup de "gilets jaunes". Il y a lieu de réduire notre dépendance énergétique et de quitter le gaz et pétrole sous forme combustible une bonne fois pour toute.
Réponse de le 18/11/2018 à 20:04 :
D'accord avec le fait qu'il soit souhaitable de réduire notre dépendance aux énergies fossiles. Mais revenons au problème de fond qui préoccupe les français: c'est un problème de trop plein de taxes et d'impôts. Or ce gouvernement se justifie par la lutte contre les énergies fossiles et l'augmentation du prix du baril.
La réalité c'est qu'il faut arrêter de se faire berner par ce gouvernement qui ose taxer le carburant sous prétexte de lutte contre la pollution alors que c'est un mensonge avéré.
Éric Verhaeghe a fait une démonstration imparable du mensonge ici: http://eric-verhaeghe.entreprise.news/2018/11/04/prix-du-carburant-langoisse-qui-se-cache-derriere-la-version-officielle/
Réponse de le 18/11/2018 à 20:10 :
Ce discours n'est pas audible. Il faut d'abord expliquer ce qui est financé dans le budget avec la TICPE et pourquoi.
Réponse de le 18/11/2018 à 22:50 :
Raison / tort: que du factuel.... Vous citez par exemple l'hydrogène. Question co2, c'est pire que le thermique, puisqu'on l'extrait du méthane (ch4)... vos connaissances méritent une remise à niveau. Une fois que vous saurez les faits, on pourra à nouveau raisonner, cette fois-ci sur des bases réelles. D'ici là vous avez forcément tort.
Réponse de le 20/11/2018 à 11:14 :
@citoyen : l'hydrogène peut être aussi produit par électrolyse de l'eau, même si le rendement de la conversion n'est pas extraordinaire. Ceci étant, avec le développement des renouvelables non pilotables (solaire/éolien), il arrive assez fréquemment qu'on... vende de l'électricité à prix négatif (les producteurs paient pour qu'on les débarrasse de leur production excédentaire). A partir de là cette production excédentaire peut être considérée comme un déchet qu'il serait avisé de convertir en hydrogène, même avec un rendement médiocre.
a écrit le 18/11/2018 à 19:13 :
Allez zou, tous à l'électrique (pas sur que ça marche)
Et les centrales nucléaires pour toute cette électricité, François, t'en a prévu combien ?

A moins que ta formation IEP Paris en Communication et Ressources Humaines te fasse trouver une autre idée lumineuse et qui tienne la route.

Après la voiture électrique, la taxe de recyclage des batteries ? Ou peut être la taxe des humains qui respirent et rejettent du CO2, ouh, les vilains !!!, ils participent au réchauffement climatique !!!!
a écrit le 18/11/2018 à 19:13 :
Il n'y a que les c... qui ne changent pas d'avis, et ma grand mère disait qu'il y en avait pour 100 ans d'avance, et à l'époque L'ENA n'existait pas ! En inversé ça donne ÂNE n'est ce pas ! 15 cargos de haute mer polluent autant que tous les vehicules des Citoyens Français et il y en a environ 3000 qui font la navette entre l'Europe et l'Asie !
a écrit le 18/11/2018 à 18:20 :
De Rugy,l'homme qui prend sa voiture pour faire les 300 mètres qui vont de l'assemblée nationale a son ministère! hou hou hou....
a écrit le 18/11/2018 à 18:04 :
L'hypocrisie continue donc avec ce gouvernement. On matraque les petits de la classe moyenne et pendant ce temps, les "Gros" agissent en toute impunité. La sidérurgie façonne encore le marché du carbone à son avantage, La Commission européenne a fait marche arrière en autorisant la sidérurgie à brûler les gaz issus de ses hauts-fourneaux jusqu’à 2026.
Dans une décision qui vient d’être publiée sur la répartition de quotas de CO2 pour l’industrie après 2020, l’exécutif européen propose d’accorder des quotas gratuits aux hauts-fourneaux, qui brûlent les gaz issus de la combustion de charbon et de coke, plutôt que de les utiliser. Comme le document l’indique p.24, les émissions du torchage devront être réduites à partir de 2026, date à laquelle les quotas deviendront payant.
Une décision contraire à l’accord de Paris, et résultat d’un lobbying acharné du secteur sidérurgique auprès des Etats membres et de la Commission européenne.
« C’était un sujet technique au départ, il est devenu très politique. L’Allemagne et la Belgique se sont mobilisés, et c’est le cabinet de Juncker qui a tranché au final en faveur de l’industrie », se désole une source proche des discussions.
a écrit le 18/11/2018 à 18:02 :
"sortir de ce piège du tout voiture, tout pétrole, tout diesel" ... et toutes taxes ! ...
a écrit le 18/11/2018 à 17:55 :
Ils nous font payer la quote part des riches qui ont accumulé des fortunes pour plusieurs générations . Ce n'est pas fini car ce mouvement politique est dépensié et se situe plutôt dans la haute tranches des parvenus . Maintenant il faut réfléchir à la suite , est-ce que l'on peut garder de telles gens au pouvoir , car le poujadisme c'est eux , ils veulent rien payer et se protègent contre nous .
Réponse de le 18/11/2018 à 19:36 :
Vous vous trompez de cible, seule une infime minorité profite vraiment de la suppression de l'ISF (impôt au demeurant imbécile car il nuit à l'économie tout en rapportant relativement peu), c'est celle dont les avoirs étaient essentiellement financiers. L'ISF sur les biens immobiliers étant maintenue, les "riches" qui avaient disons une belle résidence principale dans une région chère (disons 100m2 à Paris) voire en plus une résidence secondaire continuent à payer l'IFI. Ils appartiennent aux catégories moyennes-moyennes et moyennes-supérieures. Et ces classes se prennent en prime la hausse des impôts fonciers, des taxes sur l'énergie, de la TH en certains endroits, sans bénéficier de quelque aide que ce soit (ni baisse de 30% de la TH, ni prime à la conversion améliorée, ni chèque énergie). Je n'ai nullement l'intention de les plaindre, mais je ne trouve pas heureux d'opposer les classes les unes contre les autres.
a écrit le 18/11/2018 à 17:52 :
Avant de parler écologie mettez-vous s'il vous plait à notre niveau et commencer à tomber costard et cravate car malgré tout le respect qu'on vous doit, vous avez plutôt l'air de cirer les chaussures à nos castes politiques que de vous occuper des bienfaits écologiques.
a écrit le 18/11/2018 à 17:47 :
J'veux plus payer de taxes ni d'impôts, mais j'veux des allocs en tous genres, j'veux l'école gratuite pour mes mouflets, j'veux des routes en bon état pour faire rouler ma sacro-sainte bagnole : pollution ?, m'en fous, après moi le déluge ...
... j'veux le train de vie de mon toubib même si j'ai pas fait d'études
Un peu de maturité SVP: assistanat ou taxes, il faut choisir, vous n'aurez pas les 2 ! savez-vous au moins ce que coûte le service de la dette à la nation ?
Réponse de le 18/11/2018 à 18:05 :
La Commission européenne a fait marche arrière en autorisant la sidérurgie à brûler les gaz issus de ses hauts-fourneaux jusqu’à 2026.

Dans une décision qui vient d’être publiée sur la répartition de quotas de CO2 pour l’industrie après 2020, l’exécutif européen propose d’accorder des quotas gratuits aux hauts-fourneaux, qui brûlent les gaz issus de la combustion de charbon et de coke, plutôt que de les utiliser. Comme le document l’indique p.24, les émissions du torchage devront être réduites à partir de 2026, date à laquelle les quotas deviendront payant.

Une décision contraire à l’accord de Paris, et résultat d’un lobbying acharné du secteur sidérurgique auprès des Etats membres et de la Commission européenne.

« C’était un sujet technique au départ, il est devenu très politique. L’Allemagne et la Belgique se sont mobilisés, et c’est le cabinet de Juncker qui a tranché au final en faveur de l’industrie », se désole une source proche des discussions.
a écrit le 18/11/2018 à 17:46 :
JE ME REJOUIS DE CES SURTAXATIONS ALLOURDIES CHAQUE ANNEE.
60 Milliards d'eur jusqu'aux " bons "vœux " du 31/12, et 3H45 juste après, 1/01 00H00, 7CTS de plus ajoutés de la TVA de luxe 20%, 8.4CTS en plus au litre ( comme bons vœux).

60 M/Eur/An : Donc 600 Milliards d'eur ( en 10 ans) qui nous font bénéficier à ce jour, de Départementales et Nationales TOUTES à 2 fois deux voies 80km/h, sur Tout l'hexagone. Seules les communales demeureront une fois deux voies.
LES MORTS SONT A L HOPITAL ( 10000 Morts Nosocomial et 400000 ou amputés, ou séquelles, après signature de décharge totale) causés par les blouses blanches et pantalons blancs, et Leurs Mains Surinfectées de bouillons de Cultures. INDIFFERENCE DU POUVOIR : pas de pognon de dingue à engranger pour l'Etat.


TABOU D ETAT, circulez rien à voir, ni à savoir, ni à éradiquer.
a écrit le 18/11/2018 à 17:46 :
il y a en france deux sortes de francais ceux des grosses voitures des voyages de la bonne bouffe avec de gros salaires et les petits retraités je crois que nous sommes au bout du chemin avant le desastre et un debut de revolution
a écrit le 18/11/2018 à 17:31 :
Il affirme y avoir "vu avant tout l'expression de l'inquiétude profonde des habitants d'une France périurbaine". Et en plus d'être sourd, il est aveugle.
a écrit le 18/11/2018 à 17:04 :
Le schizophrène De Rugy se rend dans les Pyrénées pour assister à la réintroduction d'un ours en prenant un Falcon puis un hélicoptère et nous explique qu'il faut "Nous libérer de la dépendance au pétrole" !
Réponse de le 18/11/2018 à 17:18 :
... avec un casque et gilet par-balle ?
Réponse de le 18/11/2018 à 17:21 :
Macron va plier ... ou on se fâche très dur !
a écrit le 18/11/2018 à 17:01 :
Le gouvernement cherche toujours plus d'argent et le trouve.
Les Français cherchent toujours un état dépensant intelligent l'immensité de la collecte... Ils cherchent toujours.
Où sont les pistes cyclables dans les nouveaux quartiers?
Où sont les transports alternatifs?
Journalistes, faites un tour sur les parking permettant l'accès aux transports en commun autour des villes. Faites SVP. Merci
a écrit le 18/11/2018 à 16:56 :
Une chose est certaine, Macron divise les français pour mieux régner et s'enlise dans une situation qui fait craindre le pire.
Réponse de le 18/11/2018 à 19:28 :
Pendant que la France s'enfonce dans les crises, Macron pérore à Berlin ... Ou comment mépriser les Français
a écrit le 18/11/2018 à 16:55 :
Nous sommes venu à une Ère où le consommateur n’a plus confiance
Pourquoi ?
Quand nous découvrons que depuis la deuxième guerres mondiales, l’OMC cache énormément de choses , comment de milliers de vie sont sacrifiés par le scandale du sucre, l’aluminium, le cholestérol, tous ces produits toxiques que notre organisme ne sait pas «  traiter »
Eh oui...
Ce qu’il faut savoir et retenir les populations sont un «  énorme laboratoire « 
Qu’ils décident d’être moins accro au pétrole sachant que pour la conquête de l’espace
pour les fusées , il faut le stock de 3 mois d’un pays qu’on me parle pas d’énergie
Tout est une question d’argent
Personne ne sait si nous serons encore là en 2040.
Est ce une raison , pour faire un tel pressing sur les populations sachant les problématiques annexes.

La virtualité a rendu visible «  le cœur inhumain » des gens qui dirigent ce bas monde.

Merci à l’inventeur du web sans qui nous n’aurions pas pu voir ces tristes réalités.
Réponse de le 18/11/2018 à 17:41 :
C'est le vrai que le net change complètement la donne. Les politiques sont à la ramasse.
a écrit le 18/11/2018 à 16:54 :
Du goudron et de plumes pour ce déchet de la république ?
a écrit le 18/11/2018 à 16:52 :
A quoi carbure son Peugeot 5008 personnel et sa 508 de fonction ?
Réponse de le 18/11/2018 à 17:46 :
Il existe des voitures à air comprimé... mais "nos gouvernants" n'en veulent pas ... faute de taxes, et le prix de ces voitures est tout à fait raisonnable ! Mais chut , voir MDI sur le net .
Réponse de le 18/11/2018 à 17:51 :
Il existe des voitures à air comprimé... mais "nos gouvernants" n'en veulent pas ... faute de taxes, et le prix de ces voitures est tout à fait raisonnable ! Mais chut , voir MDI sur le net .
a écrit le 18/11/2018 à 16:41 :
" Fiscalité écologique " !!!!!
C'est bien se ficher du peuple tout en le matraquant ! A ce jour il n'est pas certain du tout que le diesel soit plus polluant que l'essence; on ne parle plus de l'émission des gaz à " effet de serre" car le diesel en produit moins, mais on parle de l'émission des micro-particules. L'essence produit moins de micro particules...parce qu'elle subit un raffinage plus complet...et qu'une partie de ses micro particules est évacuée par les cheminées des raffineries...dont les filtres ne sont pas assez performants pour les arrêter !!! on les retrouve donc également dans l'air.... Quant au produit de ces taxes sur les carburants...on ne nous a pas encore démontré qu'il était utilisé à des fins écologiques !
a écrit le 18/11/2018 à 16:10 :
Aucun homme politique ne risquerait sa carrière pour des taxes destinées aux foutaises écologiques, donc c'est que le pognon va ailleurs, mais où ? A quoi sert-il réellement, sachant que seulement un quart va effectivement aux lubies écolo, où va le reste ? Que nous cache-t-on, et pourquoi ?
Réponse de le 18/11/2018 à 17:19 :
19% de ces Flambées de TAXE, iraient à l'écolo ? Quel est le circuit Occulté au bas peuple ? agences, bureaucratie...Foutaise.
Réponse de le 18/11/2018 à 17:27 :
ISF + Flat Taxe + exit taxe + CICE + Taxe habitation+ baisse impôts société = trou d'un bon 70 milliards € dans le budget de l'état.

TPour compenser, la charge va porter sur la fiscalité "écologique", les économies de bouts de chandelles sur les prestations sociales, le rationnement des dotations de fonctionnement des collectivités..

Et même ainsi, on est très loin de boucler le budget. Si Macron cède sur la sur-taxation des carburants , son château de carte financier s'écroule ainsi que sa réputation internationale.
a écrit le 18/11/2018 à 15:55 :
3H45 après ses " vœux " du 31/12 ( mal venus ) 1/01 0H00, énième purge de 7cts par litre, et TVA 20% par dessus : 8.4cents
a écrit le 18/11/2018 à 15:49 :
Je n'ai vu, pour l'instant, ni Président ni ministre illustrer, dans leur manière de se déplacer, la nouvelle ére écologique où nous sommes condamnés à vivre à brève échéance. Je ne vois que des taxes "écologiques" détournées et un déficit chronique tourner au précipice. Je changerai de position si notre Président se rend désormais à l'étranger en bateau à voile ou à rame et à Brégançon à vélo (et les ministres itou quand ils se rendent de leur datcha au Conseil des Ministres) et quand ils manifesteront un effort pour redresser les comptes.
a écrit le 18/11/2018 à 15:35 :
Il y a plus de 2200 milliards de dettes. La charge des intérêts = 41% des dépenses. On importe chaque année en moyenne 56 milliards d'euros d'énergies fossiles. Cà coûte de plus en plus. Et les gilets jaunes veulent que l'on continue dans le sens de dépenses alors qu'il y a de multiples aides pour acheter y compris des véhicules électriques d'occasion etc. qui coûtent aux autres français. Les hausses du pétrole çà ne date pas d'hier mais d'il y a 45 ans (1973). Est-ce que les gilets jaunes se rendent comptent qu'il faut désormais s'adapter et pas acheter des voitures comme on les voit en utiliser qui coûtent cher et qu'ils se disent pauvres. Beaucoup de gilets jaunes se fichent de nous et sont très agressifs alors que ceux qui sont sincère ne semblent pas dépasser le 1/3. Des gens ont été bloqués et forcés de porter des gilets jaunes. C'est n'importe quoi. C'est un mouvement noyauté par le RN et FI pour se comporter ainsi.
Réponse de le 18/11/2018 à 16:48 :
" La charge des intérêts = 41% des dépenses." répéter ad nauseam un mensonge n'en fait pas une vérité. La charge de la dette c'est 41 milliards (c'est déjà beaucoup) mais ça représente moins de 4% de la dépense publique et 12% des dépenses budgétaires de l'état... d'ailleurs entièrement couverte par... les taxes sur les carburants et la TVA sur ces taxes.
Réponse de le 18/11/2018 à 16:55 :
Votre commentaire est emprunt d'une mauvaise foi digne du gvt. Quel rapport entre 2200 mds de dettes et les importations pétrole ?
Réponse de le 18/11/2018 à 17:05 :
Le litre de Carbur coute plus cher à 60 dollars le baril, qu'à 150 dollars il ya peu d'années. Le Pétrole Rapporte Beaucoup Plus au Fisc qu'à la balance commerciale : Le produit ajouté de 20% de TVA donne un prix, lequel majoré de la TIPP donne un prix, lequel prix est majoré une deuxième fois de la TVA, pour le prix final.
Réponse de le 18/11/2018 à 17:59 :
Non seulement le gouvernent ne paye pas l'essence qui est importée, c'est consommateur, mais en plus il prélève au passage des taxes astronomiques.

En fait notre fiscalité publique est très malsaine. Elle repose lourdement sur le tabagisme, l'alcoolisme et la dépendance aux énergies fossiles.

En surtaxant tous ces produits, l'état ne fait que renforcer cette dépendance. Le Maire est un super junky.
a écrit le 18/11/2018 à 15:29 :
E syrie ont jeté de gaz à Paris aussi
a écrit le 18/11/2018 à 15:25 :
Il faut exiger un référendum comme De Gaule à savoir si Macron et son gouvernement continue à gouverner ou à prendre la porte, mais je pense qu'il en aura pas le courage, la place est trop bonne. Si les français sont vraiment dans la pauvreté il faudra réfléchir lors des prochaines élections.
a écrit le 18/11/2018 à 15:21 :
Pour "sortir de ce piège du tout voiture, tout pétrole, tout diesel", il faut nous en donner les moyens et non pas nous enfermer dans le piège de la pauvreté!
a écrit le 18/11/2018 à 15:10 :
Demander à quelqu'un de la haute administration, macron, de réformer le fonctionnement de état français c est comme demander à un syndicaliste de licencier ses camarades
a écrit le 18/11/2018 à 14:56 :
Suppression de lignes TER et TGV (entre Valence et Lyon par exemple)
Aucun investissement dans le ferroutage
Aucun investissement dans les bornes de recharge electrique et/ou hydrogène
Suppression du credit impot pour changer les fenetres

Bref, ce gouvernement est juste interesse pour ponctionner plus de taxes sans les reinvestir derriere dans les infrastructures permettant la transition ecologique
Réponse de le 18/11/2018 à 15:26 :
Tout est centralisé a Bruxelles, nous sommes sous tutelle! L'argent leur est destiné! Et reviendra.. peut être, sous les couleurs bleu aux étoiles d'or pour leur promotion!
Réponse de le 18/11/2018 à 15:46 :
Et maintenant c'est Bruxelles qui a fait monter le prix du pétrole, n'importe quoi çà prouve que les gilets jaunes sont manipulés et que très peu sont sincères.
Réponse de le 18/11/2018 à 16:53 :
Bruxelles n'est absolument pour rien dans le choix des arrêts des TGV de la ligne Sud-Est. Le ferroutage, on en parle depuis des décennies mais ça n'intéresse pas du tout les affréteurs en raison de son manque de souplesse. Et pour les fenêtres, je pense qu'il vaudrait mieux globalement moins d'impôts et moins de crédits d'impôts.
Réponse de le 18/11/2018 à 16:59 :
@ Sous les gilets jaunes des chemises brunes : eh bien à votre place, et si vous croyez à ce que vous écrivez, j'aurais vraiment peur car vos"chemises brunes" sont soutenues par 65 à 85% de la population. Arrêtez donc de nous la jouer "le fascisme à nos portes", c'est depuis des décennies l'argument de la gauche quand elle n'en a plus d'autre. Il y a quelque chose entre le fascisme et le boulimie fiscale à prétexte environnemental d'un exécutif qui perd les pédales.
a écrit le 18/11/2018 à 14:52 :
Macron devrait si ce n'est déjà fait demander à ses ministres et députés de la majorité de cesser de proposer une nouvelle taxe, un élargissement de la base ou une augmentation de taxe quasiment chaque jour comme ce fut le cas en cette rentrée. Même si ces propositions n'ont pas de chance d'aboutir, cela concoure au sentiment général de matraquage fiscal. Ces mêmes politiques devraient plutôt proposer des pistes pour alléger la dépense publique mais là, ils sont beaucoup moins diserts.
Réponse de le 18/11/2018 à 15:50 :
oui réduire les dépenses publiques dans les hôpitaux, l'enseignement, la police etc géniale idée.Simplifier l'administration demande du temps et n'aura pas d'impact rapide. S'il y a des gens qui habitent loin et on besoin de leur véhicule çà ne date pas de ce gouvernement. Pas plus que quand le pétrole monte au plan international. Donc s'il y a lieu d'agir c'est auprès des plus pauvres mais qu'ils s'adaptent en contrepartie des aides.
Réponse de le 18/11/2018 à 16:28 :
@ la réalité: dans le 17ème, vu que les cantonniers ne font jamais rien, les licencier tous ne changerait rien à l'état de saleté mais permettrait de faire bcp d'économie. C'est ça la réalité, comme les 39 jours d'absence par an non justifiés en moyenne dans la fonction publique.
Réponse de le 18/11/2018 à 17:19 :
"oui réduire les dépenses publiques dans les hôpitaux, l'enseignement, la police etc géniale idée." Il y a énormément de gaspillage dans l'hôpital public (par exemple des examens d'imagerie ou de biologie identiques refaits de façon inutile à un même patient lors de sa reprise en charge par un autre médecin. Dans l'enseignement, malgré une dépense très élevée on obtient des résultats bien plus médiocres ( et en dégradation constante) que des pays comparables, on dépense la même chose que la Finlande qui a des résultats excellents. En particulier le lycée coûte beaucoup plus cher qu'ailleurs sans raison évidente si ce n'est la multiplication des enseignements optionnels en plus des filières nombreuses. Et ce n'est pas la rémunération des enseignants qui est en cause, elle est plus faible qu'ailleurs (pour un service d'enseignement dû certes également plus faible aussi). Sur ce poste-là il y a certainement beaucoup d'économies possibles. Quant à la police elle serait sans doute plus efficace si elle était plus respectée, si la réponse judiciaire était à la hauteur, si elle n'était pas systématiquement soupçonnée ou accusée de bavure à chaque fois qu'une interpellation un peu dure se produit (voir Clichy sous Bois, Beaumont sur Oise où les forces de l'ordre, après enquête voire procès, sont mises hors de cause, l'affaire Théo qui prend le même chemin), et si l'état poursuivait au moins pour diffamation les plaignants quand les forces de l'ordre sont mises hors de cause. Et puisque vous parlez de simplifier l'administration, trouvez-vous normal que les professionnels de l'automobile doivent attendre des mois le remboursement par l'état des primes à la conversion dont ils ont fait l'avance à leurs clients ? Que depuis la mise en place de la délivrance centralisée par internet des cartes grises certains doivent les attendre parfois au delà de l'année ? En revanche avisez vous une fois par distraction de payer vos impôts avec un jour de retard et vous verrez ce qui vous arrivera.
Réponse de le 18/11/2018 à 17:33 :
C'est la tarte à la crème des néocollectivistes, dès qu'on parle de réduction des dépenses publiques d'agiter leur chiffon rouge des infirmières, des policiers, des sage femmes qui vont être licenciés par les affreux libéraux sans foi ni loi. Alors qu'il s'agit de dépenser moins et mieux pour que l'état justement puisse assurer les missions premières qui lui sont dévolues.
a écrit le 18/11/2018 à 14:44 :
PRETEXTE ECOLOGIQUE 100% MENSONGER : accroitre les 60 Milliards/euros/an de TAXES Carbur, est la Seule !!!! Exclusive motivation. Quand une autre motorisation sera généralisée, ces Taxes Carbur qui atteindront alors 200 Milliards eur/An SERONT INTEGRALEMENT BASCULEES SUR le véhicule dit " 100% propre ", qu'ils considèreront alors100% sale.
a écrit le 18/11/2018 à 14:30 :
Il y a un mot de trop dans l'affirmation de Mr Rugy. Le tout pétrole tout diésel, celà se discute car la chimie et la technique évoluent et ont déjà progressé, mais croit il que l'on peut sortir du tout voiture dans un salon parisien celà se peut, mais si on habite dans les Alpes ou la Creuse celà est plus difficile quand les transports publics ont été réduits à néant par les choix récents et plus anciens. C'est comme de dire que le vélo peut remplacer les autres véhicules sur le plat de la Beauce tout va bien, mais quand vient l'hiver et en d'autres territoires oubliés, cette phrase du ministre elle même n'est elle pas révélatrice.
Réponse de le 18/11/2018 à 17:22 :
La guerre à la voiture est la seule raison d'être des écologistes. Mais cette guerre, vu le soutien aux gilets jaunes, il est évident qu'ils l'ont perdue.
a écrit le 18/11/2018 à 13:58 :
Lors de la fraude diesel des constructeurs , l'Etat ne les a pas condamnés et punis , ne les a pas forcé à corriger leur erreurs et a indeminiser les clients floués !!! non l'Etat à versé 30 milliards d'euros aux constructeurs et à augmentait le malus écologique !!! Voila ceux qui nous gouvernent !
Réponse de le 18/11/2018 à 17:40 :
Ces 30 milliards vous les avez rêvés. Certes comme toutes les entreprises les constructeurs peuvent bénéficier du CICE mais c'est à peu près tout. Au contraire, bénéficiaires ces derniers temps, ils paient un important impôt sur les sociétés. Ensuite, pour les condamner et les punir, encore faudrait-il prouver qu'il y a eu fraude puisque seul VW en a avoué. Il y a présomption puisque certaines voitures ont des émissions beaucoup plus élevées en conditions réelles que lors des tests sur rouleaux (mais ces tests sur rouleaux sont faits dans des conditions normalisées notamment de température et ne peuvent tenir compte des frottements de l'air qui augmente davantage la consommation donc les émissions des véhicules à mauvaise aérodynamique ) ce qui permet de comparer dans des conditions identiques les véhicules. Dans toutes les autres industries, par exemple les matériels électriques et électroniques, il y a aussi des normes de compatibilité électromagnétique qu'il faut impérativement respecter. Les tests sont faits dans des conditions décrites précisément par les normes et les matériels mis sur le marché les respectent dans ces conditions... mais rien ne peut garantir qu'ils les respectent encore dans des conditions différentes. Dans le cas du dieselgate prouver qu'il y a eu fraude suppose de prouver l'existence dans les calculateurs moteur d'un mode "véhicule sur banc de test" qui permette de modifier les conditions de fonctionnement moteur pour abaisser les émissions de NOx. Ce qui suppose de désassembler le programme du calculateur (pas simple). L'enquête est en cours, mais le simple dépassement des seuils des normes en conditions réelles ne suffit pas à prouver l'existence d'une fraude intentionnelle qui serait condamnable ou punissable. Au mieux il prouve l'inadaptation des conditions de test définies par les normes.
a écrit le 18/11/2018 à 13:55 :
Ils n'ont donc rien compris, ni entendu contrairement à ce qu'a dit Castaner hier. Le mensonge est systématique avec ce gvt qui n'a même pas compris qu'ils étaient nos représentants et non nos dirigeants. Virons les
a écrit le 18/11/2018 à 13:43 :
Aveuglement total ! Cette augmentation de la taxe carbone au moment où le cours du petrole est haut est totalement incongrue. Ne pas la supprimer ou l'ajourner au 1er janvier ne va faire qu'amplifier la colère des Français. RV dans quelques mois quand on interdira pres d'un million de véhicules en region énergétique ! Si d'ici là les agriculteurs et les camionneurs n'ont pas tout bloqué...
a écrit le 18/11/2018 à 13:42 :
Les emissions d'un seul insert a bois pendant 3 mois de chauffage, equivalent les emissions de combien des voitures? Apart des effects au sante des citoyens bien sur en question si on voire les vallees entieres couvert par un couche de fumee.
Réponse de le 18/11/2018 à 17:47 :
La réponse là : https://www.picbleu.fr/page/les-emissions-de-particules-fines-du-chauffage-bois-polluent-l-air
60h d'un poêle à bois moderne=18000km d'une voiture.
Les chaudières "modernes" à pellets émettent 45 fois plus de particules qu'une chaudière fuel et 20 fois plus de NOx.
L'urgence n°1 en matière de qualité de l'air, c'est l'éradication du chauffage au bois.
a écrit le 18/11/2018 à 13:25 :
Financer la voiture électrique n'est pas la solution. Comme pour le diesel, on va orienter les français dans cette technologie. Dans 15 ans, on va se rendre compte que cette filière est polluante, recyclage des batteries et métaux rares. Par ailleurs, il faudrait pour les alimenter construire d'autres centrales nucléaires. Le gouvernement ferait mieux d'attendre avant de gaspiller l'argent des contribuables, que d'autres filières plus prometteuses soient proposées. L'Hydrogène, les algues marines par ex. Un gouvernement qui marche sur la tête en supprimant l'avantage fiscal sur les fenêtres qui permettait d'isoler les logements.
a écrit le 18/11/2018 à 13:21 :
C'est qui les gens qui changent pas d'avis ?
a écrit le 18/11/2018 à 13:08 :
Les pt'its blancs font le lit de la dictature . Années 30 de retour . On sait comment cela fini ...
Réponse de le 19/11/2018 à 22:52 :
Priscillia Ludosky, qui a rédigé la très nuancée pétition pour une baisse des carburants à la pompe, qui vole vers 1 million de signatures, ne répond pas particulièrement à la définition... Merci aux censeurs de ne pas censurer ce commentaire qui n'est absolument pas raciste, mais qui n'a d'autre objet que de renvoyer dans leurs buts ceux qui voient du fascisme p'tit blanc partout. Encore une fois faut-il qu'un pouvoir et ses soutiens soient aux abois pour n'avoir plus comme ultime argument que de hurler au 6 février 1934... même si leur obstination pourrait bien finir par nous mener à quelque chose de semblable.
a écrit le 18/11/2018 à 12:55 :
La taxe carbone a bon dos ! la réalité c'est qu'ils n'ont plus d'argent , les festivités récentes
ont coûté beaucoup . L'argent de l'ISF les a mis à sec sans compter les autres dépenses au service de l'U.E. C'est le vide par une mauvaise gestion du pays depuis an et demi . Moi je vois la catastrophe arrivée et plus vite que l'on puisse le penser .
Réponse de le 18/11/2018 à 13:45 :
Et les 20 milliards de la TH...
a écrit le 18/11/2018 à 12:50 :
A la transaction énergétique.
C’est simple et rapide.
a écrit le 18/11/2018 à 12:43 :
Une personne tuée dans une manif, c'est exactement ce qu'espèrent en douce ses organisateurs ou plutôt ceux qui les manipulent : c'est la meilleure façon de faire renoncer un gouvernement aux réformes qui s'imposent.
C'est déjà arrivé plusieurs fois, et c'est à cause de ce genre de très triste histoire que l'Etat est surendetté, qu'on paie trop d'impôts, et que les jeunes sont au chômage.
Réponse de le 18/11/2018 à 18:45 :
Jusqu'à présent c'est Castaner qui cherche à instrumentaliser cette mort affreuse contre les manifestants ("manif non autorisée"). Pas de bol, la victime est du côté des manifestants. Quant à la coupable, déjà mise en examen et placée sous contrôle judiciaire, elle aura des comptes à rendre devant la justice car il est indéniable qu'elle n'a pas hésité à se servir volontairement de sa voiture comme arme létale.
a écrit le 18/11/2018 à 12:22 :
La seule réponse de Macron face à ce mouvement devrait être d'engager au plus vite une vraie réduction de la dépense publique. Ne serait ce que de commencer à réduire de 5% le budget des dépenses de l'état par année à compter de 2020. Il conviendrait également de légiférer pour plafonner les dépenses des collectivités locales en supprimant les départements, en gelant les embauches de fonctionnaires territoriaux en surnombre, recrutés par clientélisme, gagnés par le désœuvrement et détenteurs du record des jours d'arrêts maladie.
Réponse de le 18/11/2018 à 13:35 :
La réforme territoriale de 2014 avec les régions fusionnées devait générer des économies d'échelle, en fait les dépenses de fonctionnement des régions ont augmenté, à l'exception de l'Ile de France qui n'a pas fusonné et qui a engagé une vaste rationalisation de ses dépenses (notamment avec le regroupement de ses services et de son siège à Saint-Ouen dans le 9-3), le pompon étant décroché par la région Occitanie. Il y a j'en conviens des choses à faire en fusionnant départements et régions.
D'abord au niveau des élus : les conseils régionaux ne pourraient-ils être constitués du rassemblement des conseillers des départements qui les composent et qui siègeraient soit en conseil départemental (pour ce qui relève des départements c'est à dire l'action sociale, dans un cadre d'ailleurs strictement défini par la loi donc avec un nombre très limité de délibérations à adopter, les routes, les collèges....) soit en conseil régional pour ce qui en relève. Au passage est-il nécessaire de conserver une administration départementale pour la construction et l'entretien des collèges et une administration régionale pour les mêmes actions mais concernant les lycées ?
Réponse de le 18/11/2018 à 18:48 :
Pour créer des euro-régions dialoguant avec Bruxelles et voir disparaitre l' état-nation auquel est attaché le peuple français ...? Pourquoi ne pas donner les clef du pays à l' Allemagne pendant qu' on y est ?https://www.upr.fr/conferences/les-euro-regions-et-lobjectif-des-redecoupages-territoriaux-en-france/
a écrit le 18/11/2018 à 12:14 :
"le gouvernement poursuivra malgré les gilets jaunes" vous voulez la révolution ... vous l'aurez !
Réponse de le 18/11/2018 à 14:01 :
C'est bien fais ta révolution mais n'oublie pas de regarder The Voice!
Réponse de le 19/11/2018 à 22:54 :
qui regarde the Voice, fume des clopes et roule au diesel. Griveaux, on t'a reconnu.
a écrit le 18/11/2018 à 12:00 :
En matière de circulation automobile, Le gouvernement mais aussi les édiles parisiens, préconisent d’exclure le diésel et favoriser l’essence et l’électrique, voire l’hybride essence électrique.
Leurs arguments seraient parait-il « d’essence »écologique, peut être sortis d’un fascicule genre « écologie pour les nuls ». Permettez-moi de douter de leurs pertinences. Vouloir allier technologie et écologie n’est pas aussi si simple que ces messieurs voudraient nous faire le croire.
L’exclusion du diesel même récent est logique, car malgré les dispositifs FAP contre les particules et AD BLUE contre les Nox, ceux-ci ne sont efficaces qu’a des températures de fonctionnement difficilement atteintes en circulation urbaine.
Par contre la préconisation des moteurs essence actuels, est une erreur fondamentale au niveau pollution et cout d’exploitation.
Le magazine Auto plus, publie cette semaine une série de tests effectués en conditions réelles,sur quelques-uns des véhicules essence les plus vendus.
Jetez-y un œil, vous constaterez qu’en circulation urbaine dense, la consommation de ces véhicules essence peut augmenter de 30% à 50%par rapport à la consommation standard, laquelle est déjà plus élevée de 15 à 20 %par rapport à un véhicule diesel de puissance équivalente.
D’où premièrement, rejets de CO2 plus conséquents. Décision étonnante de la part de pourfendeurs du CO2 anthropique.
Deuxième problème. Ces nouveaux moteurs essence de petite cylindrée, bien gavés par un compresseur, distillent plus de particules qu’un bon diesel. A tel point que des 2019 tous les nouveaux moteurs de ce type vont devoir être équipés à leur tour d’un FAP. Lien
https://www.challenges.fr/automobile/dossiers/particules-l-essence-et-l-hybride-pire-que-le-diesel_12344
Conclusion ; En circulation urbaine, seul l’hybride essence s’en sort a peu près, mais la voiture a un coût important à l’achat.( Prix indicatif d’une petite Toyota yaris hybride 22.000 euros) et elle ne peut emmener une famille avec bagages
L’hydrogène et la pile à combustible, sont certainement l’avenir mais difficile en zone urbaine à cause du stockage assez délicat de l’hydrogène. Aucunes structures n’existent hormis quelques postes expérimentaux.
Le tout électrique est le plus pertinent, mais les structures urbaines (immeubles) ne sont pas adaptées à la généralisation des systèmes de charges a moins de revoir tous les réseaux d’alimentation électrique, ce qui est loin d’être acquis à terme. Comme d’habitude on met la charrue avant les bœufs. C'est à désespérer de notre classe politique.
Réponse de le 18/11/2018 à 14:00 :
Le dimensionnement du système global de recharge d'un parc qui serait massivement électrifié est aussi très problématique...
a écrit le 18/11/2018 à 11:50 :
2020 la Reine ? ( RN) et un frexit dans la foulée ?
c’est mieux un frexit avant le plus tôt possible le problème ce n’est pas Macron , c’est l’administration de l’Europe
Un frexit va réguler toutes les taxes imposées aux populations de manière non fondée .
a écrit le 18/11/2018 à 11:50 :
vu que l'etat francais refuse de se reformer, il faut bien payer l'addition
ils ont presse tous les citrons, qui ne donnent plus de jus, alors ils prennent ce qui reste!
advienne que pourra
a écrit le 18/11/2018 à 11:47 :
le gouvernement affiche un total mépris vis a vis de la population, Monsieur de Rugy qui passe beaucoup de temps a faire la moral au français n'a pas hésite a utiliser un hélicoptère pour un déplacement de quelques kilomètre que les journaliste ont effectué a pied puis a prendre l'avion pour une distance de moins de 250 kilomètre.
le vehicule electrique n'est en aucun cas un vehicule propre en effet d'apres l'adem :
"La voiture électrique consomme moins d'énergie que la voiture thermique [essence, diesel, ndlr] car sa chaîne de traction présente un excellent rendement énergétique. Malgré cela, sur l’ensemble de son cycle de vie, la consommation énergétique d’un véhicule électrique est globalement proche de celle d’un véhicule diesel."
Le véhicule est une façon de se satisfaire ici, d'avoir bonne conscience, sans se soucier de ce qui se passe ailleurs.
a écrit le 18/11/2018 à 11:28 :
Macron ne recule pas ? La situation elle et plus grave le pouvoir d achat va très mal plus les mutuelles augment de 40 % en 2019 LeS retraites votez le 16/11/2018 passé à 63 ans la destitution de macron c est pas possible Que faire macron divisé La france ils et le president des francais ?
Réponse de le 18/11/2018 à 12:01 :
dans les sondages...

Dernier sondage de popularité IFOP réalisé du 9 au 17 nov. cette période n'inclut donc pas la séquence gilet jaune, qui ne semble pas devoir être favorable à l’exécutif.

Macron -4% (25% favorable)
Philippe -7% (34% favorable).

Je ne suis pas fanatique des sondages mais avec son positionnement jusqu'au-boutiste et ses fins de non-recevoir continuelles, Macron ne va plus laisser la place aux choses de se résoudre par le dialogue, la négociation et le compromis.

On pensait qu'après son "itinérance mémorielle" où le président an avait pris plein la gueule de la part des français, il avait réfléchi et commencé à modifier son mode de gouvernement.

Ça n'est pas le cas et c'est ennuyeux, il fait le lit d'une guerre civile qui est en train de débuter sous nos yeux. Plus de 200 blessés et des morts entre français ce n'est pas anodin et ca aura des conséquences.
Réponse de le 18/11/2018 à 14:05 :
Etonnant qu'il soit encore si haut après les illettrées de GAD, les feignants, les gaulois réfractaires... les conditions de son élection, par défaut, auraient dû le conduire à beaucoup d'humilité dans sa manière d'aborder les problèmes.
a écrit le 18/11/2018 à 11:25 :
Pour remplacer dans les 10 (??) ans les 3-4 millions de chaudière fuel antiques ou récentes (y avait des aides pour remplacer une vieille par une récente, comme pour les moteurs diesel, mais c'est du passé, non gratta maintenant, fini, virage à 179°), ne pas passer au gaz, la TICGN croit, croit, à cause du CO2 généré (et TICPE sur les citernes & bouteilles de gaz propane, butane depuis mi-2018). Bois ou électrique (radiateurs ou pompe à chaleur) mais rien de carboné, sinon la facture croitra encore et encore (TICGN 20% du kWh gaz en 2018 sur ma facture, 50% en 2022 (estimation vs la courbe de tendance (1,316 + 1,12 * x + 0,16 * x², x = Année - 2014), 100% en 2027 (extrapolation), 200% en 2033 (même courbe étendue à année + 15)).
Coût de l'élimination de la chaudière, déterrage de la cuve, achat d'une chaudière gaz, installation = forte facture, et taxe carbone gaz qui croitra = mauvaise transition ! Même si le gaz émet 25% du CO2 fioul en moins, c'est pas ambitieux du tout.
La TICPE varie moins, elle a eu une marche fiscale, pas carbonée du tout, de rattrapage/alignement des prix du gazole & essence [la France étant une exception gazole moins cher qu'essence, d'après Mr Lemaire, raté, pareil partout en UE sauf CH].
Gazole 2017 53,07 2018 59,40, 2019 64,76, 2020 70,12 2021 75,47 2022 78,23 (HT)
Essence SP95 2017 65,07 2018 68,29, 2019 70,67, 2020 73,05 2021 75,43 2022 77,80
En 2022, le gazole vaudra +23cts TTC de plus qu'en 2018 vs la TICPE, le gaz 50% de plus que le kWh (150% de plus qu'en 2018, on est à 20% du kWh). L'essence +12cts TTC.
Réponse de le 18/11/2018 à 14:08 :
Le chauffage au bois est un désastre environnemental question NOx et particules. Il devrait être interdit.
a écrit le 18/11/2018 à 11:20 :
une cotisation de soutien à la transition énergétique applicable sur chaque bulletin de paie.
Ensuite, basculer le litre d'essence à 2€ avant de monter à 3€ pour créer des transports publics non polluant.
a écrit le 18/11/2018 à 11:07 :
déjà le ministre se voile la face en moyenne vous aviez300 a400 GILETS JAUNES par points minimum multiplie par 2300 faite le calcul ,la grogne est profonde discuté autour de vous et vous verrez que les gens en ont marre macron n'a rien compris c'etait le dernier rempart avant les extrêmes il va tomber de haut aux prochaines elections
a écrit le 18/11/2018 à 11:05 :
Tout le monde s'accorde a dire que le message a été bien reçu.Le gouvernement doit maintenir les hausses de carburant,mais proposer aux citoyens des solutions viables.Il doit faire pression sur les constructeurs auto pour qu'ils proposent un modèle électrique abordable pour tous vers les 15000 euros.Il doit recommander aux pétroliers de répercuter plus rapidement les baisses.Il doit augmenter de 2% le taux de TVA pour faire financer par les importations étrangères la transition énergétique.Il doit mieux populariser les transports alternatifs grace a de nouvelles aides(vélo,trotinette,skate).Il doit rétablir l'écotaxe et construire les portiques qui manquent.C'est le moment d'unir le peuple pour effectuer le plus vite possible la transition énergétique
Réponse de le 18/11/2018 à 14:28 :
Jessifer=version "LaREM" de elu ps ?
en termes d'usage le véhicule électrique n'est pas un substitut d'un véhicule thermique. au mieux il peut le remplacer pour un usage urbain.
Il serait intéressant que vous nous expliquiez comment produire un véhicule électrique à 15000€ alors que sa batterie en vaut au minimum 9000 (et qu'on doit l'acheter aux chinois) ; les voitures les moins chères qu'on sache produire (en Roumanie ou au Maroc) sont les Dacia, elles reviennent au minimum à 7-8000€ à ajouter au prix de la batterie. Renault ne gagne rien sur les Zoe, et Tesla est à peine au seuil de rentabilité avec des voitures vendues 70 à 100000€....
Il a été clairement démontré, d'ailleurs sur La tribune, que les pétroliers ne sont nullement responsables du niveau des prix des carburants, autrement dit les recommandations de répercussion, c'est de la gesticulation.
Je suis favorable à une TVA alourdie, mais pour baisser les charges patronales et donc regagner en compétitivité-coût, pas pour alimenter le gouffre du ministère de la transition écologique ou des danseuses comme l'ADEME. Y a t'il besoin d'aides pour des gadgets peu coûteux (skate, trotinettes) dont il conviendrait, comme les vélos, de réglementer la circulation (ils n'ont rien à faire sur les trottoirs). Quant à lécotaxe, ça a déjà coûté 1 bon milliard d'argent public brûlé en pure perte...
Bref, ce n'est pas autour de votre programme que vous risquez d'unir le peuple...
a écrit le 18/11/2018 à 10:53 :
puisqu'ils ne comprennent pas il faut poursuivre le mouvement avec plus de vigueur

Le chiffre de 280 000 est totalement FAUX ;il y avait un tel roulement sur les barrages qu'un pointage n'a aucune valeur

je pense aussi qu'il faudrait des piquets à TOUTES les permanence des LREM (arriere)
Réponse de le 18/11/2018 à 18:03 :
Ca me parait une bonne modalité d'action que pas un parlementaire LaREM ou Modem, pas un ministre ne puisse plus faire un pas en public sans se trouver face à une forêt de gilets jaunes, sans aucune violence ni physique ni verbale. Les invectives, même si elles brûlent les lèvres et a fortiori les violences seraient contre-productives.
a écrit le 18/11/2018 à 10:47 :
c est qui cet inconnu pour avoir autant de mépris a l égard de la population ,?
a écrit le 18/11/2018 à 10:45 :
Le scénario noir redouté risque à présent de voir le jour en 2021. La première salve viendra aux européennes quand le parti de macron fera moins de 12%,puis quand il sera éliminé de la présidentielle. Entre temps le mecontement grandit, grandit. Cela ne fait que commencé. J'ai écris à mon député de la circonscription de dinan pour lui dire ce que je pensai de la politique macron. Email poli mais sans détours. Je ne voterai plus pour lui. Ni Philippe, ni macron ni aucun lrem.
Réponse de le 18/11/2018 à 11:49 :
Idem ! En plus c'est du mépris.
a écrit le 18/11/2018 à 10:43 :
Tu parles François, la transition écologique a bon dos, il s' agit en fait de bourrer les français de taxes pour boucler le budget de l' état.
Cette France périphérique qui fait déjà les frais des délocalisations à l' est à 400 euros mensuels confrontée par la grâce de l' UE et de l' article 63 du TFUE qui avalise l' exil des capitaux -évasion et fraude fiscale notamment- à la désindustrialisation du pays comme l' explique Chales-Hneri Gallois responsable des questions économiques à l' UPR.. FREXIT, UPR, vite ..

Charles-Henri Gallois, le responsable national de l’UPR (François Asselineau) et Nivernais évoque « une réaction saine d’une France périphérique qui ne veut pas mourir. Ces villes moyennes et la ruralité ont déjà été les premières victimes de la désindustrialisation et de la casse des services publics. Pour cette France-là, surtaxer les carburants, c’est taxer le travail et la vie ! Qu’on ne s’y trompe pas, il s’agit bien d’une taxe, et non pas d’un projet écologique, puisque le gouvernement ne propose aucune alternative !

La réalité est que plutôt que d’aller chercher la fraude et l’évasion fiscales qui représentent 100 milliards d’euros par an, Emmanuel Macron va taxer cette France périphérique qui n’est pas son électorat ! Il l’assassine sciemment ! »
a écrit le 18/11/2018 à 10:41 :
L'incurie du gouvernement est critique. Il n'y a pas de réelles solutions plus ou moins écologiques à court terme au remplacement du pétrole. Ni pour les voitures (l'électrique a trop de limites techniques et financières pour le commun des usages), ni pour le chauffage, vu les carences des soi-disant isolations ou pompes à chaleur. Quant aux contraintes financières auxquelles sont confrontées un grand nombre de Français, elles ne sont pas levées par des mesurettes ridicules face aux sommes qu'ils devraient trouver. Et les transports en commun dans une très large surface de la France sont soit inexistants, soit totalement inadaptés. Il n'y a pas que des Parisiens. Taxes et contraintes ne sont pas la solution.
a écrit le 18/11/2018 à 10:35 :
Ce que le petit marquis de Rugy et ses semblables n'arrive pas à comprendre (un peu de pédagogie ne lui ferait guère de mal) c'est que lui et ses semblables n'ont été élus QUE parce qu'ils sont arrivés dans les bagages de Macron.... lequel n'a pas été élu sur son programme mais parce que les 2/3 des français ne voulaient pas de son adversaire du 2è tour (c'était pareil pour Chirac en 2002, mais lui l'avait compris et intégré).
Au fait, je vous invite à relire la brochure du programme de Macron
https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/COMMUNICATION/Programme-Emmanuel-Macron.pdf
Nulle part il n'est indiqué qu'il aggraverait lourdement la trajectoire d'augmentation déjà significative de taxe carbone sur les carburants et l'énergie par rapport à ce qui avait été voté au cours de la législature précédente (loi Royal sur la transition énergétique de 2015) et c'est pourtant ce qu'il a fait dès le budget 2018, avec le zèle du con-verti (pardon, la boulimie fiscale de celui qui cherche le financement de certaines de ses promesses et qui, très cyniquement, pense que même avec un alourdissement des taxes sur les carburants, les français continueront à en consommer).
a écrit le 18/11/2018 à 10:17 :
En 74 lors du choc pétrolier l'état a réagit en construisant des centrales nucléaires parce qu'à l'époque il existait un état Architecte dans le cadre d'une économie mixte avec des politiques industrielles soutenues par de solides directions techniques, aujourd'hui l'état ne possède plus de compétences techniques et considère que c'est au marché de réguler et tant pis pour la casse pourtant il existe d'autres solutions comme construire des petites bagnoles de type Renault 5 qui seraient bridées à 110 km/h, dépourvues des bidules souvent inutiles et qui ne consommeraient que 2,5 litres. Autre solution, rétablir une vignette pénalisant les fortes puissances, etc... (dans mon oreillette, on me signale que l'Allemagne et les lobbies ne sont pas d'accord).
Réponse de le 18/11/2018 à 11:32 :
Albert,vous en remettez une couche!
Pour qui les petites voitures type R5 .......pour la plèbe,les sans dents,etc...?
Pour qui les fortes puissances.....nos élites ?
Je veux être libre de mon choix et ne pas être obligé de viser toujours plus petit sous prétexte de santé publique,environnement ou autre et que nos élites et riches s'en moquent.
Réponse de le 18/11/2018 à 12:56 :
Cher FG je suggère seulement de poursuivre la solution qui a fait le succès de DACIA : simple, efficace et adapté aux conditions actuelles et il y aura toujours de la place pour les belles voitures qui font le régal de nos yeux. L'avantage de cette solution est quelle est disponible sur étagère.
a écrit le 18/11/2018 à 10:14 :
Il n'y a pas que le prix du diesel, il y a également la pléthore de taxes, de règlements et autres interdictions qui énervent passablement beaucoup de Français, gilets jaunes ou pas.
a écrit le 18/11/2018 à 10:00 :
De Rugy voilà le type de politicards qu on espérait ne pas voir dans le gouvernement de Macron
Il représente le pire des retournements de vestes
Il était pour la sortie du nucléaire en 2040

Maintenant qu il est ministre il dit qu’on va voir pour construire des EPR
Il n est pas contre le forage pétrolier en Guyane
Il n’est pas contre la mine d’or en Guyane
Il est pour l importation de 300 milles tonnes d huile de palme par totale

Il n’a aucune stratégie sauf des taxes
D’où viendra l’électricité des voitures électriques ?
Lui et tout les politicards ont poussé les français à acheter du diesel et maintenant il nous traite de criminels et de vifs
Il raconte encore des mensonges
Il n a pas été élu
Il a fait 5% à la primaire du PSG
Parti qui a fait 6%

Il est plus qu’insupportable !!
Réponse de le 18/11/2018 à 14:36 :
"Maintenant qu il est ministre il dit qu’on va voir pour construire des EPR"
ca c'est plutôt un pas dans le bon sens de sa part... Parce que si on va le plus possible dans la direction de l'électrification des transports (et il y a des cas où c'est pertinent comme les bus urbains) il faudra bien que l'électricité vienne de quelque part et qu'elle soit disponible quand on en a besoin pur charger et pas seulement quand il y a du vent ou du soleil.
a écrit le 18/11/2018 à 9:54 :
L'opportuniste de service...!
Enfumage !
a écrit le 18/11/2018 à 9:51 :
La libération par les taxes, voilà le nouveau paradigme de la macronie. Il est évident que les français n'ont pas élu cette absurdité. Des taxe pour nous délivrer des pièges du transport automobile, des paiements cryptés, du tout hydrocarbure (gaz, pétrole, essences végétales, etc.), du tout nucléaire, du tout muscle, et pourquoi pas de la macronie macromégale.
a écrit le 18/11/2018 à 9:50 :
Certains gilets jaunes seraient plus crédibles s'ils ne roulaient pas dans des ford ranger à 10l au cent... Les autres le seraient s'ils savaient écrire leurs revendications avec moins de fautes d'orthographes. Sinon astuce du jour pour faire des économies : renoncer à acheter un smartphone à 500 € ou renoncer à ce même smartphone "offert" avec un forfait de 80€ par mois. Arrêter de fumer aussi. Et arrêter la binouze.
Réponse de le 18/11/2018 à 10:17 :
Votre mépris, en directe ligne avec celui des propos attribués à Griveaux, est JUSTEMENT le principal carburant qui entretient cette contestation.
Réponse de le 18/11/2018 à 10:22 :
Comment avez-vous rédigé ce commentaire...par transmission de pensée ? Revendez donc votre tablette, pc au lieu d'écrire ces âneries.
Réponse de le 18/11/2018 à 11:06 :
@atlee : et bien commencez vous même à corriger vos fautes d orthographe..sans S ..avant fe faire la leçon
Réponse de le 18/11/2018 à 13:37 :
Aaah que c'est bon. Alors, à Virtute : pourquoi j'irais les vendre ? je n'ai pas de problèmes de fin de mois : je sais gérer mon argent moi. Je ne suis pas du genre à me plaindre après avoir acheté des trucs et des machins que je ne peux assumer ensuite. C'est toute la différence. A Joli discours : vous n'avez pas vu toutes les fautes..., tsss, tsss. Cela dit, comme j'en fais 10 fois moins que les gilets jaunes, je suis encore 10 fois plus crédible.
Réponse de le 18/11/2018 à 20:41 :
@atlee un peu ecoeurant votre discours ..comme si parce qu on sait mieux ecrire alors on serait plus crédible? Mais finalement c est justement le problème des gilets jaunes et de leur colère à l egard de notre "classe " dirigeante , une forme de mépris comme vous faîtes .
a écrit le 18/11/2018 à 9:41 :
Il n'a pas compris l'avertissement.
a écrit le 18/11/2018 à 9:38 :
Rendez-vous aux européennes monsieur Macron
a écrit le 18/11/2018 à 9:20 :
"Nous avons été élus .." Alors déjà, un membre de gouvernement n'est pas élu mais nommé. Nuance.
Ensuite le fait qu'en acceptant une nomination un élu garde son siège au Parlement est une aberration, aucune règle écrite ne le stipule et c'est un usage bien commode pour ces politicards irresponsables.
Enfin, ils en ont autant à cirer de l'écologie que moi de leur bien être.. Pourquoi aucun journaliste de ce journal n'additionne l'ensemble des nouvelles taxes pour le comparer avec les manques de recettes pour l'objectif de déficit prévu ? Qu'on rigole un coup.
a écrit le 18/11/2018 à 9:17 :
N'oubliez- pas Monsieur de Rugy, les manifestants étaient 280000 d'après vos chiffres soit en fait 500000 ,plus tous les sympathisants , vous êtes donc minoritaire et vous n'avez rien dans votre boite à outil.
Réponse de le 18/11/2018 à 10:38 :
DIre "minoritaire" est encore bien gentil, Je dirais plutôt marginal.
a écrit le 18/11/2018 à 9:15 :
Nous dépensons trop, mal, sans aucune efficacité, et cet argent manque pour réaliser des projets. Le social ne peut plus être couvert par de la redistribution, au niveau où nous en sommes (30%) du PIB, et la dette que nous allons laisser à nos enfants va devenir impossible à contrôler. M.de Rugy fait semblant de ne pas comprendre: que fait l'état des énormes moyens engagés, notamment dans le Ministère de la transition écologique, 34 milliards, annuels, et qui ne contribuent en rien à un objectif dont on nous dit - nous l'avons compris- qu'il est prioritaire !? Faut-il lever des impôts directionnels pour que l'état remplisse ses missions en considérant que tout ce qui est déjà prélevé n'a pas d'effet ou sert déjà "à autre chose"? L'Etat doit expliquer ce qu'il "fait de notre pognon", et réallouer la dépense publique vers nos priorités. Cette question devient urgente, tant il est évident que le prix de l'énergie va réaugmenter, ce qui ne va pas manquer d'allumer le feu dans nos provinces. Et par pitié, cessez de parler de France "profonde" laissant entendre que l'intelligence est strictement parisienne! Au boulot!
Réponse de le 18/11/2018 à 9:46 :
Entièrement d accord et je pense que la bonne action en gilet de n importe quelle couleur serait de bloquer chaque mairie jusqu'à obtention d une réponse sur le bien fondé de l utilisation de l argent publique.
Réponse de le 18/11/2018 à 11:22 :
Je suis d'accord, il faut montrer aux citoyen(ne)s ce qui est fait de l'argent public ! Je suis prêt à participer à un blocage des préfectures et mairies pour cela ! Pour moi il est clair que :
1) une bonne partie de cet argent est utilisé vainement aux salaires bien trop élevés (je connais) de milliers de gens inutiles (énarques) et au financement de multiples couches institutionnelles inutiles (comment peut-on avoir un niveau commune / agglos, département, régions en même temps ?
2) aucune mesure de réforme réelle n'est prise car on protège les postes des énarques qui ont contribué depuis 50 ans à ce désastre. Il faut en priorité renforcer mairies et régions (décentralisation des budgets et des compétences), supprimer TOUT le niveau départemental et les structures associées. ECONOMIE et EFFICACITE !
3) il faut au pouvoir d'Etat des gens compétents dans les stratégies de long terme, industrielle, énergétique, développement des ressources, etc .. Pour cela il faut supprimer l'ENA, ouvrir leurs postes de direction aux compétences de la société civile, en finir avec des gens tellement incompétents qu'ils en deviennent dangereux comme ce de Rugy !
a écrit le 18/11/2018 à 9:13 :
Incroyable! Nous continuons notre politique! Nous continuons d'augmenter la taxation des véhicules et nous augmentons les interdictions d'utiliser son véhicule. A part cela rien, rien que rien. C'est l'absence totale de projet de transition écologique qui est le plus dramatique surtout venant d'un ministre d'état. Il faut donc accepter le fait que nos gouvernants n'ont aucune idée et que les gilets jaunes ont raison.
a écrit le 18/11/2018 à 9:11 :
Et ça ne touche pas que les particuliers, leurs voitures et leur chauffage, il y a aussi des pans antiers de l'economie, transport routiers, btp, agriculture....Et là non plus les alternatives n'existent pas. Les gens vont limiter leur activités, et ne surtout pas changer leur matos faute de solution. Ideal pour aider une petite recession en 2019.
a écrit le 18/11/2018 à 9:06 :
Commençons donc par supprimer toutes les voitures de fonction de ses messieurs du gouvernement, la flottes d'avions et laissons les se déplacer en transport en communs et en vélo ... électrique quand même, on n'est pas des sauvages ;)
Réponse de le 18/11/2018 à 10:43 :
D'ailleurs faut-il encore qu'ils se déplacent ? A l'heure où dans les entreprises on s'oriente de plus en plus vers les téléréunions en vidéoconférences, il est temps qu'il soient plus sélectifs sur leurs déplacements.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :