Grêle : une "vraie catastrophe" pour l'agriculture, alerte la FNSEA

L'orage intense qui a traversé la France a été une "vraie catastrophe" pour l'agriculture, la grêle ayant touché aussi bien des vignes, des cultures de céréales que des bâtiments, a déclaré dimanche à l'AFP la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert.
Sylvain Rolland
Les violents orages qui ont traversé la France samedi ont fait un mort à Rouen et quinze blessés dans l'ensemble de l'Hexagone, dont deux graves.
Les violents orages qui ont traversé la France samedi ont fait un mort à Rouen et quinze blessés dans l'ensemble de l'Hexagone, dont deux graves. (Crédits : @STAWIXBLINK)

"Une catastrophe". Au lendemain des violents orages qui ont traversé la France samedi, la filière agricole française constate les dégâts. "Des viticulteurs ont une vigne totalement hachée", tandis que les intempéries ont touché "aussi du blé, de l'orge", et que l'on compte également "des dégâts sur les bâtiments, des toitures totalement percées", a indiqué Christiane Lambert, la responsable du FNSEA, le principal syndicat agricole français.

Les dégâts ont été relevés à travers la France, avec "plus de 40 départements touchés par la grêle", a-t-elle ajouté. Les dégâts vont de la Bretagne au Gers et aux Landes, en passant par l'Indre-et-Loire ou encore l'Allier, a-t-elle noté. Le vent a soufflé à plus de 100 km/h par endroits, par exemple 103 km/h à Saint-André-en-Terre-Plaine dans l'Yonne, selon Météo-France. Les violents orages qui ont traversé la France samedi ont fait un mort à Rouen et quinze blessés dans l'ensemble de l'Hexagone, dont deux graves.

Dans certaines communes, il est tombé l'équivalent d'un mois de juin normal de pluie en seulement 12 heures: par exemple 74 mm à Saint-Yan en Saône-et-Loire, ou Donnemarie-Dontilly en Seine-et-Marne, selon Météo-France. Les départements les plus foudroyés ont été l'Allier, l'Aveyron et la Saône-et-Loire.

L'agriculture menacée par le dérèglement climatique

Pour les agriculteurs, le fléau de la grêle s'ajoute à d'autres difficultés rencontrées ces dernières semaines, après un mois de mai classé comme le plus chaud et sec jamais enregistré en France, un épisode de chaleur inhabituel rendu plus probable avec le changement climatique. Le lien entre orages et dérèglement du climat reste en revanche incertain.

"C'est l'année des superlatifs: la plus chaude, la plus sèche et maintenant avec le plus de grêle", a déploré Christiane Lambert. "L'accumulation, la multiplication et même l'addition de ces événements climatiques est déconcertante".

Les filets anti-grêle sont impuissants face aux intempéries très intenses comme la France vient d'en connaître, a-t-elle aussi relevé. "Quand il s'agit de grêlons gros comme des balles de ping-pong ou de tennis, même les toits en tôle des bâtiments sont percés. Donc il n'y a pas de protection possible".

La filière n'a pas d'autre choix que de tenter de s'adapter aux dérèglements climatiques. A l'image de la région Bretagne, qui compte près du tiers des communes françaises menacées par la montée des eaux. La Région a créé mi-mai le Haut Conseil Breton pour le Climat, dont la première réunion plénière est fixée au 28 juin, afin d'aider la prise de décision politique sur des sujets climatiques et environnementaux.

Lire aussi 12 mnLe biochar, ce nouvel or noir pour le climat qui fait rêver les industriels de la décarbonation

Le dispositif de "calamité agricole" bientôt enclenché ?

Ce nouveau drame qui frappe l'agriculture française pourrait déclencher des dispositifs d'aides nationaux.

"Nous allons étudier, département par département, là où il faut déclencher le dispositif de calamité agricole, et nous le ferons au plus vite", a promis dimanche Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, sur CNews.

Plus de 15.000 foyers étaient encore privés d'électricité dimanche matin, d'après le ministère de l'Intérieur.

"Il y a eu 15 blessés dont deux graves et une personne décédée à Rouen", a annoncé Gérald Darmanin. La personne décédée est une femme "emportée par une coulée de boue" et noyée après avoir été coincée sous une voiture à Rouen, où certaines rues se sont transformées en véritables torrents. Parmi les deux blessés graves figure une jeune fille de 13 ans qui se trouve "dans un état critique", a détaillé M. Darmanin devant la presse.

Au total, les 2.400 sapeurs-pompiers engagés ont réalisé 3.500 interventions et 50.000 impacts d'éclairs ont été recensés, a ajouté le ministre, soulignant qu'il s'agissait de "la première fois depuis vingt ans" qu'une partie aussi vaste du territoire était traversée simultanément par des orages, avec 65 départements touchés.

Sylvain Rolland
Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 07/06/2022 à 14:32
Signaler
La FNSEA ne parle jamais de la création d'une caisse de solidarité en cas de sinistre climatique , alimentée par les bénéfices , lors d'années fastes , des viticulteurs , des céréaliers , des "fermes aux mille vaches " ......etc ...

à écrit le 07/06/2022 à 14:29
Signaler
Mon jardin qui nourrit cinq personnes a été ravagé ! : ou dois-je m'adresser pour les aides et l'assistanat ?

à écrit le 07/06/2022 à 14:28
Signaler
Mon jardin qui nourrit cinq personnes a été ravagé ! : ou dois-je m'adresser pour les aides et l'assistanat ?

à écrit le 06/06/2022 à 9:45
Signaler
La FNSEA joue sa partition habituelle. La FNSEA est la courroie de transmission de l'agroindustrie et des grands propriétaires, pas le relais des agriculteurs indépendants. La FNSEA est le défenseur, le lobbyiste en chef des 500 plus gros acteurs d...

à écrit le 05/06/2022 à 18:30
Signaler
Le grand retour des pleurnicheurs de la FNSEA , pleurez et plaignez vous les gars vous aurez sûrement un dédommagement via les assurances ! Quand on a l’habitude de vivres de subventions. Le seuvrage est difficile…

le 06/06/2022 à 9:22
Signaler
La part d’agriculteurs couverts par un contrat d’assurance récolte reste faible : seulement 29,4 % des surfaces agricoles françaises (hors prairies) étaient assurées. Avec de fortes disparités entre les filières : près de 30 % pour les céréaliers et ...

le 07/06/2022 à 9:07
Signaler
quelle méconnaissance de votre environnement. Je ne suis pas pour la FNSEA, pseudo fédération qui s'est attachée méthodiquement à détruire l'environnement naturel et chercher des subventions, mais votre post dénote d'une ignorance grave qu'une recher...

à écrit le 05/06/2022 à 16:13
Signaler
Écrire que des grêlons traversent des tôles en acier que d’ineptie…

le 06/06/2022 à 9:32
Signaler
@ollo !!! Je me suis fait la même réflexion !! Des vieux toits en fibrociment ont sûrement été percés par des gros grêlons, pas des toits en tôle , même en tôle chinoise 🤣

à écrit le 05/06/2022 à 14:16
Signaler
Pluie = dérèglement climatique, orage = dérèglement climatique, neige = dérèglement climatique, soleil = dérèglement climatique, froid = dérèglement climatique, chaud = dérèglement climatique, montée des eaux 0,5mm/an = dérèglement climatique. CO2 =...

à écrit le 05/06/2022 à 14:16
Signaler
Milieu agricole : Vous avez profiter avec largesse de la PAC. Aujourd'hui : 'Bien mal acquis ne profite jamais". Mais je sais. Vous avez pleurer.

le 05/06/2022 à 18:31
Signaler
Bravo ! Je partage

le 05/06/2022 à 21:05
Signaler
@Dicton et Mirabelle 77. Pleurer……J’espère ne jamais en arriver là devant des rayons alimentaires vides! Qu’en dites-vous?

le 07/06/2022 à 9:29
Signaler
Disons qu'il serait peut être temps de se poser la question des bénéficiaires pour réorienter cette PAC vers les vrais agriculteurs selon le bon sens paysan..

à écrit le 05/06/2022 à 12:51
Signaler
J’en ai marre du réchauffement climatique. À croire qu’on va devoir atteindre le stade de «  fin du monde » pour se rendre compte de ce qu’on fait et ce qu’on aurait pu, aurait dû faire, en masse. 🐔

à écrit le 05/06/2022 à 12:48
Signaler
Seule la relance massive du nucléaire civil est susceptible de stopper la montée du CO2 et donc le réchauffement climatique comme seul l'a proposé le candidat PCF à la présidentielle Fabien Roussel en renationalisant en monopole public EDF/GDF. Idem ...

le 05/06/2022 à 19:37
Signaler
En quoi nationaliser les telecoms aurait-il une influence sur le climat ??

le 06/06/2022 à 9:03
Signaler
Pour avoir des incompétents choisis par copinage, diriger de façon débile, bien protégés de toute concurrence et les salariés d'un monopole en grève tous les deux mois comme ceux de la RATP?

le 06/06/2022 à 9:39
Signaler
@ communiste Êtes vous au moins bien payé par une officine Poutinesque pour diffuser des commentaires pro Russes? Poutine est l'agresseur de l'Ukraine. Rien n'est défendable, excusable dans la Russie de Poutine. Le Stalinisme, l'URSS et bientôt P...

à écrit le 05/06/2022 à 12:37
Signaler
Qu’est-ce que sait faire la FNSEA à part réclamer des sous au gouvernement à chaque fois que la météo fait des siennes, ce qui n’a malheureusement rien d’extraordinaire, et remplir les champs de produits chimiques ?

à écrit le 05/06/2022 à 11:46
Signaler
Quand allez vous enfin arrêter de tendre le micro à ces gens là ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.