Grève à la SNCF : Gattaz tacle les syndicats

 |   |  381  mots
Pierre Gattaz
Pierre Gattaz (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Le président du Medef, Pierre Gattaz, a appelé dimanche les cheminots et leurs syndicats à faire preuve de responsabilité concernant la réforme de la SNCF, désapprouvant le principe de la grève en pointillé.

"Commencer à mettre en place des grèves et des grèves perlées comme on le voit est de nature à déstabiliser des salariés qui vont travailler, une économie. Ce n'est pas une bonne solution", a déclaré dimanche le patron des patrons au Grand jury RTL/Figaro/LCI.

Le président du Medef, Pierre Gattaz, a appelé dimanche les cheminots et leurs syndicats à faire preuve de responsabilité concernant la réforme de la SNCF, désapprouvant le principe de la grève en pointillé.

"Je ne comprends pas tellement des grèves qui sont des préalables alors qu'on n'a même pas commencé à discuter ou négocier", a-t-il poursuivi.

Grève deux jours sur cinq du 3 avril au 28 juin

Une grève à la SNCF va débuter le 3 avril, à raison de deux jours sur cinq, jusqu'au 28 juin, les syndicats protestant contre la réforme ferroviaire du gouvernement.

Ces grèves "devraient être un aboutissement de négociations qui ne fonctionnent plus", un "ultime recours", selon lui. "On met la charrue avant les bœufs. C'est cela que je regrette profondément et que je trouve inadapté par rapport à la situation actuelle, notamment de la SNCF qui doit évoluer, nous le savons tous", a jugé M. Gattaz.

Pour le président du Medef, la société ferroviaire est confrontée à un "problème de compétitivité à terme", lié notamment à l'ouverture prochaine du marché, ce qui rend sa réforme nécessaire.

"Un peu de concurrence fait progresser les gens, la compétition fait progresser les gens. Vous ne touchez pas au statut des fonctionnaires qui existe aujourd'hui mais ceux qui rentrent en effet comme jeunes fonctionnaires auraient un statut différent, cela ne me choque pas", a ajouté M. Gattaz.

"Il faut attendre des cheminots eux-mêmes et de leurs représentants, des syndicats, qu'il y ait une responsabilité pour dire +mais comment peut-on réformer pour être plus forts, plus compétitifs et que cette réussite soit partagée par tous+", a-t-il plaidé.

Interrogé sur un courriel attribué à la CGT qui menace de désorganiser le service entre les jours de grève, M. Gattaz a dénoncé une "irresponsabilité" de la part du syndicat et mis en garde contre "tout acte de violence ou de sabotage"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2018 à 15:30 :
Si ce brave monsieur veut se la jouer l'eminence grise de notre president, qu'il.lui dise : laisse tomber!, la technnologie va tout changer en moins de 20 ans et il n'y aura plus de personnel roulant, exit les greves (le combat ccessera par manque fe combattants)
a écrit le 26/03/2018 à 18:27 :
Un dernier sursaut anti-syndicale avant sa retraite :

Pierre Gattaz, président du Medef, vient de signer une promesse d'achat pour un magnifique château au cœur du Luberon. A quelques mois de la retraite et de son départ du Medef, Pierre Gattaz, via sa holding familiale, y aurait investi pas moins de 11 millions d'euros. Rien que ça.Les dimensions de la demeure ,- le château de Sannes, un domaine viticole - laissent entrevoir une retraite paisible pour le "patron des patrons" : "2.120 m2 habitables, abritant, notamment, six suites et une piscine chauffée", un pool house, une seconde piscine extérieure ainsi qu'un "vieux moulin à vent" note le "Canard". L'opération réalisée par Pierre Gattaz, dont la fortune familiale est estimée à quelque 310 millions d'euros, le fait en tout cas rentrer dans la cour des (très) grands. Comme l'indiquent BFMTV et "le Point", le château de Sannes avait été convoité, dès 2011, par un certain Steve Jobs, fondateur et ancien patron d'Apple. Mais la vente ne s'était jamais faite, le milliardaire ayant peut-être été rebuté par le prix de vente de l'époque, environ 30 millions d'euros, soit presque trois fois plus que la promesse d'achat signée par le dirigeant du Medef.
a écrit le 26/03/2018 à 9:08 :
Gattaz plus habitué à prêché pour sa paroisse dit pour une fois la vérité sur la sncf et que la majorité des français pensent sur cette caste de cheminots
a écrit le 26/03/2018 à 9:07 :
Gattaz , le type mème du prédateur social (un peu moins cynique que Sellière mais pas loin ) , pourquoi lui accorder tant de place dans ses déclarations a sens unique !
a écrit le 26/03/2018 à 8:31 :
Alors non vraiment pas ? Vous ne voulez pas laisser le temps de parole luxueux dont dispose gattaz dans les médias pour l'offrir à des jeunes entrepreneurs ?

On est obligé de se taper ses déclarations aliénantes alors qu'au final seulement de la propagande grotesque et improductive ?
a écrit le 26/03/2018 à 8:18 :
M gattaz affirmait hier soir: c est bien la reprise, ca fait des impots payés par les entreprises... Ce matin, le deficit de la france a augmenté... Cherchez l herreur...
a écrit le 26/03/2018 à 8:16 :
Je n'aime pas vraiment le personnage et je le trouve souvent démago et parti pris. Pourtant là je trouve qu'il a parfaitement raison. Une grève en préalable est un contresens idéologique si aucune négociation n'a encore eu lieue.
J'irais même encore plus loin je suis pour l'interdiction de la grève dans la fonction publique comme en Allemagne et dans les pays du nord.
En dernier lieu la SNCF doit être rénovée et réformée, de gré ou de force. Cette entreprise n'appartient certainement pas aux cheminots, mais aux contribuables et citoyens français. L'entreprise se doit d'offrir un service irréprochable, de qualité et à un prix raisonnable. Nous en sommes loin... .
Réponse de le 26/03/2018 à 9:07 :
Elle est bonne pas de grève dans la fonction publique en Allemagne. La DB (sncf allemand ) à fait plus de grèves en 2017 que la SNCF. Les hôpitaux allemand font grève aussi. Je ne vous parle meme pas de la Lufthansa qui font passer air France pour des petits joueurs. Je vie en Allemagne.
Réponse de le 26/03/2018 à 9:47 :
Au temps pour moi après vérification j'ai généralisé abusivement une situation qui n'est réservée qu'aux fonctionnaires de l'éducation nationale en Allemagne. Je me suis effectivement trompé et je le reconnais.
Cela ne retire rien au fait que la fonction publique, d'après moi, ne devrait pas posséder un droit de grève de blocage.
Et surtout les grèves préventives devraient être rendues illégales dans le privé comme dans le publique.
On ne peut pas bloquer un pays et mettre en péril l'activité des salariés et la pérennité de leur emploi pour la défense de droits non équitables et réservés à une petite catégorie. Après tout la maxime de notre nation est bien liberté, égalité et fraternité. Donc tout le monde devrait avoir le même droit du travail sauf les travailleurs les plus précaires qui devraient être très protégés. Ensuite la différence peut se faire sur la retraite à condition qu'elle soit à l'équilibre. Un régime très favorable qui ne perd pas d’argent ne porte préjudice à personne. La SNCF a un régime de retraite très favorable qui est en déficit donc inacceptable et cela nécessite une réforme.
Réponse de le 26/03/2018 à 11:49 :
1. Le droit de grève est un droit constitutionnel. Ca vous fait mal de voir les salariés savent s'organiser pour défendre leurs droits. Les fonctionnaires que vous détestez tant, c'est suintant dans votre message, n'aurait pas le droit de grève, alors ils sont indsiepnsables ou superflus ? Il faudrait savoir...
2. Renseignez vous sur les retraites des cheminots, c'est plus compliqué que ça en a l'air. La suppression de 100 000 postes de cheminots en 30 est à l'origine du déficit actuel et celui-cii sera résorbé à terme si les effectifs se stabilisent. Les cheminots paient une forte surcotisation pour leur retraite, ils se financent eux mêmes leurs retraites. Si les futurs cheminots rentrent hors statut, le déficit sera colossal sur la caisse des cheminots. Cessez la désinformation ou demandez un canal sur BFM.
3. Les vieilles rengaines sur le blocage du pays... Mais qui, au juste, a décidé de pourrir les services publics routiers et ferroviaires provoquant au moindre flocon de neige à Paris un capharnaüm routier démesuré, si ce ne sont les gouvernements successifs ? À force de tout casser, le pays a été bloqué 3 jours par des giboulées qui n'auraient eu aucun effet il y a 20 ans ! Les bloqueurs ne sont pas là où on pense...

Les cheminots se battent pour eux et pour le service public ferroviaire. Ne vous en déplaise, macron et ses sbires n'ont pas encore supprimer tout sentiment de solidarité dans ce pays.
Réponse de le 26/03/2018 à 12:05 :
Vous semblez oublier un détail, qui pourtant, change tout : il n’y a PAS de négociation prévue.

Le gouvernement a déjà tout décidé, tout seul, fait juste semblant d’écouter, comme pour la loi travail XXL.

Cela me semble donc parfaitement justifié de se mettre en grève.

Enfin, si je partage votre constat qu’il y a nombre de problèmes à la SNCF, ce que veut faire le gouvernement ne va en régler strictement AUCUN.
Réponse de le 26/03/2018 à 17:26 :
VoUS OUBLIEZ 3 CHOSES IMPORTANTES:
:EN PRENANT EXEMPLE DE L' Allemagne vous oubliez d ' évoquer la co-gestion de l ' administration. des entreprises ainsi que des augmentations importantes de salaires (4-6% L' AN ) avec des inrerlocuteurs de qualité côté direction.... pas sûr que l ETAT-PATRON ET LE PATRONAT privé accepteraient de lâcher du lest côté pouvoir pour faire de la place à des syndicats disons raisonnables et pragmatiques..le problème culturel est des 2 côtés...
a écrit le 26/03/2018 à 8:10 :
Gattaz ne représente personne, pas même les patrons.

Si on appliquait aux organisations patronales les mêmes critères de représentativité qu'aux organisations de salariés, on pourrait avoir un semblant de dialogue social équilibré.
a écrit le 26/03/2018 à 8:07 :
m Gattaz ferais beaucoup mieux de s'inspirer de la maison porsche
qui elle redistribue des dividende a ses salaries
et fait le maximum pour ne pas delocaliser
allors que son syndicat a mis la France en faillitte
pour avoir soutenue les gouvernement succesif a punir les salaries
de 1968
car il avait peur des revendications
a écrit le 26/03/2018 à 7:49 :
Gattaz devrait proposer aux syndicats de présenter un objectif commun avec le MEDEF; cet objectif peut être d'appliquer la note n°6 du conseil d'analyse économique. Qu'on le lui dise!
a écrit le 26/03/2018 à 7:43 :
Eh bien oui M. Gattaz la lutte des classes existe toujours malgré ce que beaucoup disent....et tout le monde n'a pas la possibilité d'hériter de papa et encore moins d'avoir bénéficier de ses relations.....😎 Alors vos leçons à 2 balles....vous ne serez pas affecté par cette grève au quotitien...alors que moi, oui...et pourtant je ne vais pas faire la morale aux cheminots....
Réponse de le 26/03/2018 à 7:53 :
Vous parlez d'héritage... C'est rigolo quand on voit qu'à la SNCF c'est limite du recrutement de père en fils !
Réponse de le 26/03/2018 à 8:58 :
@Lardoize

"C'est rigolo quand on voit qu'à la SNCF c'est limite du recrutement de père en fils !"

Ce n'est pas une nouveauté cela se passe dans toute les boites y compris le privé.Si tu peux faire entrer ton gosse tu vas pas te gener,non ?
a écrit le 26/03/2018 à 6:45 :
Ne pas reformer les syndicats n'en voulant pas. Laissons faire la concurrence se chargera de le faire mais d'une autre manière .
a écrit le 26/03/2018 à 6:23 :
Cattaz plus de cadeaux aux grand patron comme lui et faire payer les autres y comprs les classes moyenne travailler plus pour gagner moins bravaux Mr cattaz ce qu'il faut c'est redonner du pouvoir d'achats aux français qui en on bien besoin or mr cattaz vous avez beneficier du pacte pour l'emploi qu'en est il à ce jour pas de croissance et pas d'embauche et voux avez demandez au gouvernement de mettre un coup pied au derrière des chômeurs quelle honte de votre part ce qu'il faut c'estaugmenter les salaires qui sont trop faible par apport au coup de la vie qui augmente sans arrêt le carburant les matières premières et j'en passe
a écrit le 26/03/2018 à 5:31 :
Vive la grève on soutien... Non à la disparition de nos services publics....
a écrit le 26/03/2018 à 5:31 :
je propose qu on devrait donne au medef 90 pourcents de notre salaire depose a leur pied, avec un signe d adoration.
Je dit rien moi.
a écrit le 25/03/2018 à 23:40 :
Mr Pierre Gattaz ou le million d'emploi promis en echange des baisses de charges
sous le mandat hollande ?
a écrit le 25/03/2018 à 22:11 :
il faut financer la remise à niveau des entreprises francaises en prenant l'argent des héritiers comme gattaz, de ceux qui par leur naissance commence dans la vie avec des maisons, des voitures, des comptes en banques sans avoir rien fait.
Qui touchent des loyers de l'héritage de propriétés familliales, quelle honte !
Réponse de le 26/03/2018 à 0:04 :
Oui, c'est vrai que c'est le fils d'Yvon Gattaz, lui même patron des patrons à son époque (à l'époque le Medef s'appelait CNPF) ! La monarchie financière se porte bien...
a écrit le 25/03/2018 à 20:03 :
Sur le dernier paragraphe : FAKENEWS ce courriel mail n'existe pas !
a écrit le 25/03/2018 à 20:00 :
La simple intervention de M Gattaz me confirme que les syndicats ont raison. Grève perlée et contestation générale pour rendre aux actifs le fruit de leur travail.
a écrit le 25/03/2018 à 19:47 :
"mais comment peut-on réformer pour être plus forts, plus compétitifs et que cette réussite soit partagée par tous" Pourquoi promettre de partager sachant qu'on leur demande de diminuer leurs acquis sociaux?

Sacré Pierro!
a écrit le 25/03/2018 à 19:11 :
Sauf que le gouvernement ne souhaite pas ouvrir la discussion.
a écrit le 25/03/2018 à 18:58 :
Gattaz, c'est un peu ROC ECLERC qui vous conseille sur vos prochaines vacances...
Réponse de le 26/03/2018 à 17:33 :
effectivement ça craint...héhé un peu d ' humilité mr GATTAZ HISTOIRE DE FAIRE OUBLIER LA CUILLèRE D ' ARGENT DANS LA BOUCHE.... au fait si ça se trouve le père GATTAZ , COMME CERTAINS PATRONS , voyagent en 1ère tgv gratos au frais du contribuable?....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :