Grève du 5 décembre : pour les salariés bloqués, Pénicaud appelle les patrons à l'indulgence

 |   |  277  mots
(Crédits : Reuters)
Face aux difficultés que pourraient rencontrer les salariés à se rendre sur leur lieu de travail à cause de la grève des transports, la ministre du Travail appelle les employeurs à être "compréhensifs" prônant notamment la facilitation du télétravail.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a appelé dimanche les employeurs à se montrer "compréhensifs" le 5 décembre, face aux salariés qui auraient des difficultés à se rendre sur leur lieu de travail à cause de la grève des transports.

"Je dis aux chefs d'entreprise d'être compréhensifs avec leurs salariés. Aujourd'hui il y a des formes de travail à distance. Il ne faut pas, ce jour-là, demander aux gens de faire l'impossible", a souligné la ministre dans le "Grand rendez-vous" Europe 1/CNews/Les Echos. "Il ne faut pas demander aux gens de faire des acrobaties pour faire des heures de transport", a-t-elle ajouté.

"Le télétravail est un droit"

"Depuis les ordonnances travail, le télétravail est un droit", et "il suffit d'un simple échange d'e-mails entre le salarié et l'employeur" pour le mettre en place, a souligné Mme Pénicaud, pour qui "il y a beaucoup de métiers qui s'y prêtent".

Interrogée sur l'idée, avancée dans le Journal du Dimanche par le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau, d'une proposition de loi pour créer un "service minimum garanti" dans les transports, la ministre a souligné qu'on ne pouvait pas "inventer des règles pour le 5 décembre".

"Il y a des règles sur le service minimum. Qu'on les applique, pas plus, pas moins", a commenté Mme Pénicaud.

En vertu d'une loi instaurée en 2007 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, le personnel gréviste doit informer sa direction 48 heures à l'avance. "C'est un progrès, mais cela n'a rien d'un service minimum garanti", a jugé à ce propos M. Retailleau.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2019 à 13:49 :
De toute façon, le teletravail est déja une selection des salariés par la classe sociale puisque ce sont 90% des cadres qui le pratique régulierement dans l'année et sans attendre une grève.Bref, quand Penicaud parle de "gens" c'est surtout une grosse partie de l'electorat de Macron favorable à la réforme des retraites qu'elle voit.
Réponse de le 26/11/2019 à 21:01 :
C’est normal que Muriel réagisse ainsi «  car elle ne connaît «  que ça c’est pour ça qu’il serait «  intéressant «  de proposer les élections aux gens ordinaires non cadres qui comprennent la vie moyenne et comment les gens ordinaires vivent ,

Le problème en France , tous les Élus sont issu de milieux aisés ;

Il faudrait mettre des quotas 20% de milieux aisés et 50% des milieux ordinaires pour les élections peut être que la situation changera
a écrit le 26/11/2019 à 6:52 :
Ma façon d'être compréhensif ce sera d'utiliser bientôt systématiquement les trains qui ne seront pas ceux de la SNCF, quand j'aurai à prendre le train...
a écrit le 25/11/2019 à 23:57 :
Ouais... je vais dire ... à mon boss ... qu’il investisse 5000euros par tête pour «  faciliter «  le télétravail...
Il paraît que «  c’est un droit »...
Mon boss va m’acheter un ticket direct sans retour 😂
a écrit le 25/11/2019 à 15:51 :
Il eut été plus légitime qu'elle présentât des excuses: n'est-ce point notre Donald TRUMP de France qui, depuis son élection, met le feu au pays avec ses déclarations pour le moins maladroites?
a écrit le 25/11/2019 à 15:45 :
La libéralisation du transport par autocar, si chère à Emmanuel Macron, permet de concurrencer les transports publics.
Avec la remise en cause du statut de cheminot, la SNCF est confrontée à un manque d’attractivité dans le cadre de ses prochains recrutements. Les recrutements sous statut cesseront au 1er janvier 2020.
Sachant qu’aujourd’hui la SNCF fait face à « une pénurie de candidatures » dans certains secteurs, le futur « système universel » de retraites rendra encore moins attractif le métier de cheminot.
Réponse de le 25/11/2019 à 16:37 :
disons que a libéralisation du transport par autocar a donné l’absorbion d'eurolines par flix bus, et a la fin, finalement il y a monopole !!!

Et j'imagine d'ici peu, les prix seront bien plus élevé !! qualitativement, c'est perdre au change, j'ai eu l'occasion de faire la comparaison entre les deux.

Du coup, a regarder les faits, cela démontre que tout l'idéologie de macron dans la réalité, il n'y a rien du marché, mais tout oligopolistiquement parlant, plus de concurrence, mais juste une concurrence pour le moins disant.....
Réponse de le 26/11/2019 à 2:48 :
Le train nous coute trop cher. La dette de la SNCF a ete "transmise" a RFF a 48 Milliard (soit 15 annees de recettes de IFI). Toujours en greve, les avantages du train gratuit aux grand parents des concubins des employees de la SNCF est exageres. La cours des comptes parlent de 1,6 millions de gens qui ne payent pas le train par ce systeme d'avantage. C'est les autres qui payent. Le train est trop cher pour la communaute et toujours en greve.
a écrit le 25/11/2019 à 10:52 :
Je rappellerai seulement que le plus gros employeur de France c'est l'état, donc Mme Pénicaud.

Et en tant qu'employeur, l 'état est objectivement mauvais selon les employés eux-même qui le font savoir en manifestant, en faisant grêve, voire en se suicidant (un suicide tous les deux jours dans la police, un par semaine dans l'éducation nationale et la pénitentiaire...).

Ses conseils, elle peut se le mettre...

Je pense que si elle appelle les patrons à l'indulgence ce devrait être pour faire pardonner sa propre incurie.
a écrit le 25/11/2019 à 10:34 :
Mme Muriel Penicaud est pleinement dans son rôle, et aurait du rajouter "pour les entreprises bloquées, qu'elle incite les salariés à l'indulgence et à la modération en ce qui concerne augmentation des salaires, et la nécessité de départs non volontaires suite à des pertes d'activités..). Le 5 décembre marquera la rupture sociale entre les râleurs des "services publics" et ceux qui financent, trop mais encore pas assez pour éviter la dérive des dettes que nous laisseront à nos enfants.
Réponse de le 25/11/2019 à 11:40 :
Pourquoi utiliser le mensonge à la place d'un raisonnement digne et argumenté?
a écrit le 25/11/2019 à 10:32 :
Madame Penicaud, heureusement que les petits patrons n'ont pas attendu vos bons conseils pour être indulgents. Au passage, nous vous rappelons que les petites entreprises sont les premiers employeurs de France, un peu de respect de votre part serait-ce trop demander ? Vos conseils, vous pouvez vous les garder car nous créons des emplois et des entreprises, contrairement à vous qui ne créez ...rien (piloter une masse salariale, est ce de la création ?)
a écrit le 25/11/2019 à 10:21 :
L'Assistanat de l'état dans la rue le 5 décembre ! C'est-à-dire une minorité de 5 millions de fonctionnaires et salariés du public qui descendent dans la rue pour défendre leurs privilèges injustifiés qui ne sont que des assistés et des paresseux en longueur d'année. Le président Macron a raison et a le soutient total du privé pour réformer et soutenir les réformes de la fonction publique et des retraites spécifiques !!!
Réponse de le 25/11/2019 à 11:51 :
Participation, intéressement, complémentaire santé, comité d'entreprise, Perco, art 83, exonérations sociales sur les périphériques de rémunérations... Le privé a aussi ses privilèges! Faut-il les abolir?

Dans le privé certains gagnent plus d'autres moins...

A l'intérieur du public certains ont des départs très précoces (policiers, militaires, contrôleurs aériens ) et d'autres partent exactement comme dans le privé (sédentaires comme les enseignants par exemple).

Plus généralement il existe des différences de rémunération entre les salariés.

Elles sont connues et lorsque vous choisissez votre carrière c'est en connaissance de cause.

On ne va pas transformer la France en URSS ou Cuba en mettant tout le monde au smic!
Réponse de le 25/11/2019 à 14:06 :
@ ?

"et a le soutient total du privé pour réformer"

Totalement faux bien sur, puisque le privé est majoritairement concerné par cette réforme.A la rigueur ,peut-être une grosse partie des cadres du privé y sont favorable ,puisqu'ils soutiennent majoritairement le gouvernement actuel dans les sondages ,on peut donc parler plutôt d'idéologie.
a écrit le 25/11/2019 à 10:16 :
les français ne veulent pas de cette société en déconstruction . rejetée par le public comme le privé
a écrit le 25/11/2019 à 10:12 :
Hou la... si Muriel Pénicaud se met à avoir des bonnes idées c'est que l'heure est grave ! ^^

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :