Guyane : blocage total décrété à partir de lundi

Suite à la blessure du vendredi dans une manifestation du numéro 2 de la police en Guyane, le collectif "Pou La Gwiyann dékolé", qui pilote le mouvement social depuis plus de deux semaines, a annoncé le blocage "total" du département à partir de lundi.
Les barrages seront fermés dimanche 9 avril à minuit
Les barrages seront fermés dimanche 9 avril à minuit (Crédits : Laurent Van de Berg - RTBF)

Le commissaire Joël Terry blessé vendredi ayant reçu samedi à l'hôpital plusieurs dizaines de membres des "500 frères contre la délinquance", très actifs durant la manifestation, la situation s'était apaisée samedi à Cayenne. "Les valeurs que nous partageons sont bien plus importantes que nos différences", a déclaré l'officier lors de cette rencontre. Il a exprimé son "respect" des "500 frères" puis serré la main de ses nombreux membres présents, presque tous cagoulés.

Barrages fermés jusqu'à nouvel ordre

Mais "Pou La Gwiyann dékolé" (Pour que la Guyane décolle) a néanmoins annoncé un durcissement des blocages. Ouverts dimanche de 7h à minuit, les barrages érigés dans les villes guyanaises seront ensuite fermés « jusqu'à nouvel ordre », y compris pour les piétons, motos ou vélos.

Depuis la "grève générale illimitée"  décrétée le 25 mars, l'activité économique est paralysée, le blocage du port de Cayenne provoquant des pénuries de produits frais.

Si le Conseil des ministres a validé mercredi 5 avril une aide d'urgence de plus d'un milliard d'euros à destination de ce département d'outre-mer sinistré,"Pou La Gwiyann dékolé" réclame 2,1 milliards supplémentaires.

Une déclaration forte du président attendue

La fermeture stricte des barrages suscite de vives réactions sur les réseaux sociaux. Ainsi, pour le millier de personnes ayant signé une pétition en ligne "Il n'est pas tolérable de se voir refuser le droit de circuler librement sur le territoire. (...) Une partie de la Guyane a peur de s'exprimer". 700 internautes se sont par ailleurs rassemblés au sein du groupe Facebook i"Stop aux barrages en Guyane".

Le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl, a "condamné avec la plus grande fermeté les violences commises contre les forces de l'ordre" vendredi, et la préfecture a annoncé samedi avoir saisi le procureur de la République.

Les deux députés et les deux sénateurs de Guyane ont appelé à une "déclaration forte" du président François Hollande.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 10/04/2017 à 11:28
Signaler
Deux ministres se déplacent, l'un commence par s'excuser (au nom des autres bien entendu), Ils décrètent donner un milliard et puis s'en vont. De la négociation, du tourisme de l'amateurisme?

à écrit le 10/04/2017 à 9:58
Signaler
"Les deux députés et les deux sénateurs de Guyane ont appelé à une "déclaration forte" du président François Hollande." Ben oui ils commencent à s'inquiéter les gars là, alors certes ils ont été placés là par punition mais de là à connaitre la ré...

à écrit le 10/04/2017 à 1:45
Signaler
Le centralisme d'état n'est pas vraiment un système démocratique.

à écrit le 10/04/2017 à 1:43
Signaler
Et ils réclament surtout un statut d'autonomie pour leur région, et ils ont bien raison.

le 11/04/2017 à 23:22
Signaler
En 2010 la population guyanaise a été consultée par référendum et a largement repoussé l'autonomie. Pour des chiffres exacts que je n'ai plus en tête, vous pouvez consulter Internet, le choix devait se faire entre le statut 73 avec peu d'autonomie (s...

à écrit le 09/04/2017 à 14:30
Signaler
Intérêts stratégiques d'état non pas Français mais Européens en Guyane civils et militaires avec le CNES, la population locale ne pèse rien.

à écrit le 09/04/2017 à 12:57
Signaler
le gouvernement va laisser pourir la situation tôt ou tard il faudra bien que tou revienne à la normale mais quEl fiasco de l état de tout bord rien n'a jamais été fait les milliars d un côté (ariane) et les laissés pour compte de l autre

le 09/04/2017 à 18:43
Signaler
Il n'y a pas des "laissés pour compte"... sinon la Guyane ne serait pas un Eldorado pour les voisins (comme l'est devenue aussi Mayotte...). Ce sont des coins qui ne produisent strictement rien (même pas les bananes des Antilles), et où la population...

à écrit le 09/04/2017 à 12:56
Signaler
Sachant que quoi qu'il arrive, les problèmes ne pourront être résolus que dans l'urgence (avec un chèque en blanc ?) ou su la durée par le nouveau gouvernement, quel est l’intérêt de faire de la surenchère ? On peut comprendre les problèmes qu'ont à...

à écrit le 09/04/2017 à 12:26
Signaler
Pourquoi pas leur donner l'indépendance....mais sans les subventions. Il s décideront de leur destin. On entend peu Mme Taubira qui est pourtant bien guyanaise je crois. Pourquoi ne s'est-elle pas plus occupée de la Guyane quand elle était au gou...

le 10/04/2017 à 11:00
Signaler
"Taubira démission !" Ah mince c'est déjà fait... "Taubira on l'aime pas !" AH les obsessions, puis alors l'extrême droite elle en est remplie d'obsessions de ce genre, on est pas près d'avancer avec eux.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.