Crise en Guyane : cinq graphiques pour comprendre la colère

 |   |  890  mots
Le mouvement social pourrait se radicaliser dans les jours à venir.
Le mouvement social pourrait se radicaliser dans les jours à venir. (Crédits : Laurent Van de Berg - RTBF)
Le gouvernement s'est opposé à la demande du collectif Pou Lagwiyanne dékolé d'une aide immédiate de 2,5 milliards d'euros. En réponse, plusieurs milliers de manifestants ont convergé vers le centre spatial mardi 5 avril, d'où décollent les fusées européennes Ariane. Comment en est on arrivé à un tel blocage ? Retour en cinq chiffres sur la situation économique et sociale de ce territoire.

La colère ne cesse de monter en Guyane. Après plusieurs semaines de grève et de blocage, le mouvement social d'une ampleur inégalée est amené à se poursuivre après le refus du gouvernement de débloquer la somme de 2,5 milliards d'euros ce lundi 3 avril. Une manifestation importante a eu lieu ce mardi sans issue favorable et des manifestants sont allés occuper le centre spatial pour affirmer leur "détermination" à obtenir les moyens financiers réclamés à l'État pour rattraper des décennies de sous-investissements, selon leur porte-parole. Le gouvernement doit valider un plan d'aides ce mercredi en conseil des ministres.

Le chômage, deux fois supérieur au taux national

Le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) s'élève à 22% de la population active contre près de 10% pour la France métropolitaine.

Le taux de chômage chez les jeunes est particulièrement inquiétant. Il a atteint 46,5% en 2015 contre 24 % pour l'ensemble de 15-24 ans en métropole selon les dernières données de l'Insee. Les femmes sont également frappées par le chômage. Il s'élève à 26,6% pour cette catégorie et atteint des records (54,8%) chez les jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans.

Un revenu par habitant deux fois moins élevé qu'en métropole

La pauvreté et les faibles revenus minent également le quotidien des Guyanais. Selon des données de l'Institut d'Emission des départements d'outre-Mer (Iedom), le PIB par habitant s'établit à 15.513 euros,soit environ deux fois moins qu'en France métropolitaine (30.782 euros).

Selon le directeur de l'IEDOM en Guyane Fabrice Dufresne, "l'économie guyanaise est restée atone pendant l'année 2015 même si quelques signes d'amélioration ont été observés [...]La situation de l'emploi reste sous tension". Et les mobilisations actuelles laissent penser que la situation du marché du travail ne s'est pas améliorée.

Un IDH inférieur à Trinidad et Tobago et au Brésil

Sur la base du classement mondial de de l'indicateur de développement humain (IDH*) calculé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la Guyane se place en dessous du Brésil, de Trinidad et Tobago et de la moyenne de l'Amérique latine et des Caraïbes.

La France métroplitaine et le Chili comme la Guadeloupe et la Martinique se placent dans des indices à "développement humain très élevé". Sur l'ensemble des 186 pays qui figurent sur la liste établie en 2014, la France occupe le 22ème rang, le Brésil le 75ème et la Guyane 124ème entre la Micronésie et le Nicaragua.

Des écarts de prix importants

Le coût de la vie fait également partie des motifs de revendication des Guyanais. Selon un rapport de l'Insee publié en 2016, le niveau général des prix à la consommation est plus élevé dans les départements d'outre-mer (DOM) qu'en France métropolitaine. Il est supérieur de 12,5% en Guadeloupe, 12,3% en Martinique, 11,6% en Guyane, et 7,1% à La Réunion. Si pour la Guyane les écarts de prix ont diminué avec la métropole depuis 1985, ils restent très élevés pour les produits alimentaires."En 2015, en prenant comme référence le panier métropolitain, les prix sont en moyenne supérieurs à ceux de la métropole de 45 % en Guyane".

Ecarts de prix basés sur une comparaison DOM/ métropole (panier métropolitain)

Ces écarts peuvent notamment s'expliquer par la taxation des produits importés. La taxe de mer ou l'octroi de mer qui existe depuis le XVIIème siècle permet d'appliquer une fiscalité spécifique sur certains produits comme le tabac, l'alcool ou le bois. Ce système a été réformé en 2015 pour "clarifier et étendre le système d'exonérations" comme le souligne le site des douanes.

Une délinquance plus marquée en Guyane

La Guyane est particulièrement touchée par la délinquance et les problèmes d'insécurité sont régulièrement soulevés lors des mobilisations actuelles. Selon une enquête du ministère de l'Intérieur réalisée en 2016,  la Guyane affiche un taux de vols violents sans arme 4 fois plus élevé que la moyenne métropolitaine. La région avait recensé en 2015 1.500 vols violents sans arme en 2015, soit 6,3 pour 1 000 habitants. En France métropolitaine ce taux s'élève à 1,5 pour 1.000.

En 2015, les forces de l'ordre ont enregistré 666 vols avec armes (armes à feux, armes blanches) en Guyane. Rapportés à la population, ces actes sont 13 fois plus élevés qu'en France métropolitaine (2,7 pour 1.000 habitants en Guyane contre 0,2 pour 1.000 en France).

 Lecture : 2,7 vols avec armes ont été enregistrés en Guyane pour 1 000 habitants en 2015.

 _________________________________

(*) Selon l'institut national d'études démographiques, l'IDH intègre :
· l'espérance de vie à la naissance (qui donne une idée de l'état sanitaire de la population du pays),
· le niveau d'instruction mesuré par la durée moyenne de scolarisation et le taux d'alphabétisation,
· le P.I.B. par habitant, calculé en parité de pouvoir d'achat (c'est-à-dire en montant assurant le même pouvoir d'achat dans tous les pays) ; le P.I.B. par habitant donne une indication sur le niveau de vie moyen du pays.
L'IDH se présente comme un nombre compris entre 0 et 1. Plus l'IDH. se rapproche de 1, plus le niveau de développement du pays est élevé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2017 à 9:23 :
Et Taubira elle est où ? D'habitude on l'entend à tout bout de champ.
a écrit le 05/04/2017 à 15:53 :
Jeter de l argent sur les problemes ne resoudra rien. Surtout que l etat francais n a plus les moyens d entretenir des tas de danseuses.
D un autre cote, les guyanais et les 500 freres ont quand meme des revendications pas forcements debiles mais pas politiquement correctes: si vous voulez lutter contre la criminalite, il faut employer la maniere forte comme il le disent et non pas le droitdelhommisme qui fait aussi faillite en metropole.
Pour developper economiquement le pays, il faut commencer par appeller un chat un chat. Si vos voisins sont des pays du tiers monde, vous pouvez pas avoir des couts nettement plus eleves sans avoir quelque chose de vraiment special. Ca marche par ex en Suisse ou les salaires sont largement les doubles de la France . Mais il faut que la guyane ne fasse plus du bas de gamme ou juste vivre aux crochets de la metrople
a écrit le 05/04/2017 à 15:11 :
Concernant l'IDH vous confondez l'état du Guyana 124ème dans la liste et la Guyane (française) qui ne figure pas dans le classement, pas plus que la Martinique ou la Guadeloupe ou tout autre territoire d'outre-mer n'y figurent.
a écrit le 05/04/2017 à 14:32 :
Bien sur le peuple guyanais peut se plaindre sans être traité de raciste de l'envahissement de leur pays et de l'explosion de la criminalité que cela amène ! Qu'en pense Mme Taubira ?
a écrit le 05/04/2017 à 14:31 :
À lire les commentaires y a un bon nombre d'entre vous qui n'y êtes jamais allé...
Quand on ne connait pas, on s'abstient d'écrire des anneries insultantes.
J'y ai vécu, travaillé et rencontrés une population qui majoritairement pourrait donner des leçons de fraternité, d'entraide et de courage à bon nombre de personnes.
Ils ont 100% raison dans leurs revendications.
Le gouvernement Français qu'il ait été de gauche ou de droite a su profiter de la Guyane en oubliant d'en faire profiter ses habitants.
Aujourd'hui l'heure du solde de tout compte va peut-être arriver, alors à bon entendeur salut !
Réponse de le 05/04/2017 à 21:37 :
C'est bien ça : salut et bonne chance. Le Brésil accueillera avec plaisir un nouveau spatioport pour le lancement des fusées Ariane. Peut-être même qu'il achètera quelques Rafale pour démontrer son enthousiasme !
Réponse de le 06/04/2017 à 13:40 :
Il y a bien un aéroport et des aérodromes en Guyane mais pas de spatioport...
Le centre spatial guyanais ne fait qu'envoyer des satellites en orbites...
Pour les transports entre planètes, il faudra attendre encore un peu.

Je me demande pourquoi la France s'accroche tellement à ce département ?
Un centre spatial, de l'or plein les sous sol, des pierres précieuses, une forêt amazonienne où sont découvert et reste à découvrir nombre de remède médical, un probable gisement pétrolier dans les eaux territoriales, bref peu de chose en fait.
a écrit le 05/04/2017 à 13:14 :
c est a eux de developper ce pays par le tourisme ,l elevage ,et l agriculture et autres ...a quoi bon envoyer des milliards qui seront dilués dans cette administration ...des graines et des pelles et qu ils se debrouillent ,qu ils fassent moins d enfants et qu ils achetent du cimemt ,les pierres il n y a qu a se baisser ...!!
Réponse de le 05/04/2017 à 13:37 :
Alors donc l'indépendance
Réponse de le 09/04/2017 à 6:33 :
L assistanat est mauvais. Pour sortir de ce cercle viscieux, apprendre a utiliser une canne a peche pour manger un poisson. Vous avez tout a fait raison. Pourqoui investir avec l aide pour fiancer les savoirs locaux
a écrit le 05/04/2017 à 12:21 :
A Kourou, la légion étrangère protège le site Ariane, une armée capable de lutter contre une autre armée suréquipé. Il ne suffit que d'un feu vert et en 30 minutes tout est réglé.
Réponse de le 05/04/2017 à 12:46 :
La guerre, l'armée, du sang, des larmes, vu vos obsessions on se demande vraiment ce que vous faites sur un site d'économie vous hein...

L'armée n'est certainement pas faite pour s'attaquer à son propre peuple.

Un peu de sérénité vous ferez le plus grand bien.
Réponse de le 05/04/2017 à 13:40 :
Mon pauvre fma44 êtes vous un admirateur de feu Adolphe?
Réponse de le 05/04/2017 à 15:48 :
regle en 30 min certes mais apres vous en prenez pour 20 ans de guerre larvee. Pas sur que ca soit un bon calcul.
Le plus simple serait de leur donner l independance et de negocier une location pour Kourou. Ca serait moins cher.
Apres evidement il y a de forte chance que l argent de Kourou ne profite pas a la population mais aux dirigeants comme dans tous bon pays du tiers monde mais ca sera plus notre probleme
Réponse de le 05/04/2017 à 16:41 :
Très bon souvenir de mes footings le soir à Kourou avec des légionnaires, des personnes du Cnes et des amis Guyanais, Haïtiens, Brésiliens.
Parfois la vie est cool et parfois pas du tout, avec des morts, même des ingénieurs du Cnes et leur famille peuvent être assassinés.
La nuit la PM (police militaire) essaie de canaliser les tensions qui montent rapidement.
Il faut y faire un tour, beaucoup de Rhum aussi !
Réponse de le 05/04/2017 à 22:27 :
Concernant la partie économique, j'en parlais avec mon ami DDO (directeur d'opération Ariane) sur les conflits sociaux. Mais cela reste sous secret militaire donc très confidentiel. Des milliards sont en jeux en concurrence avec les autres acteurs étrangers.
Réponse de le 05/04/2017 à 22:27 :
Concernant la partie économique, j'en parlais avec mon ami DDO (directeur d'opération Ariane) sur les conflits sociaux. Mais cela reste sous secret militaire donc très confidentiel. Des milliards sont en jeux en concurrence avec les autres acteurs étrangers.
a écrit le 05/04/2017 à 12:12 :
pour les aider a resoudre leurs pbs, il faut d'urgence qu'ils recouvrent leur independance totale..... en plus de les debarasser des ' colonisateurs' qui les voelent et les exploitent sur leur ultra dos neo laborieux, ca aura en plus l'avantage statistique de se comparer aux pays environnant, et pas a la metropole ( ce qui reposera le pb completement differemment!)
Réponse de le 05/04/2017 à 20:59 :
Après que la France ait réparé puisqu'elle a utilisé, spolié la Guyane et les Guyanais durant des siècles pour servir SES seuls intérêts. OUAIS Le Guyanais est un mouton qu'on a fini par rendre enragé !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :