Hollande menace d'évincer Macron du gouvernement

 |   |  428  mots
(Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Le chef de l'Etat a menacé jeudi d'évincer le ministre de l'Economie du gouvernement s'il ne respectait pas "deux règles": la "solidarité" gouvernementale et la nécessité de "servir jusqu'au bout" sans "démarche personnelle et encore moins présidentielle".

Le cas de l'indépendance d'Emmanuel Macron lui a été posé d'entrée de jeu lors de la traditionnelle interview du 14 juillet du chef de l'Etat sur TF1 et France2. Et François Hollande a été clair en menaçant d'évincer le ministre de l'Economie du gouvernement s'il ne respectait pas « les règles» qui s'imposent à un ministre.

 "Emmanuel Macron, il m'accompagne depuis 2012 comme conseiller puis comme ministre de l'Economie. Il a mené des réformes, il en mène encore. Il a des idées, il veut rencontrer les citoyens, et là dessus c'est utile. Il faut toujours aller à la rencontre des autres, proposer des idées nouvelles. Mais il y a des règles dans un gouvernement.

La première règle c'est la solidarité, l'esprit d'équipe, c'est défendre le bilan, c'est d'être à plein temps dans sa tâche. Il y en a une deuxième, dans un gouvernement, il n'y a pas de démarche personnelle, encore moins présidentielle, il y  a tout simplement servir jusqu'au bout. C'est une belle mission d'être au gouvernement de la France. C'est la plus grande mission pour un responsable. Respecter ces règles, c'est rester au gouvernement, ne pas les respecter, c'est ne pas y rester", a-t-il prévenu. Et d'ajouter : "si les règles ne sont pas respecter, il y aura les conséquences que je viens d'indiquer".

"Valls dirige le gouvernement avec autorité, courage et en ayant le sens de l'intérêt général"

Cette mise au point intervient deux jours après le meeting parisien de "En Marche!", le mouvement lancé par Emmanuel Macron le 6 avril dernier dans la perspective de l'élection présidentielle de 2017, pour laquelle il n'a pas dévoilé ses intentions. Evoquant ses deux années au gouvernement, Emmanuel Macron a regretté de ne pas avoir pu conduire toutes les réformes qu'il aurait souhaitées. "J'ai constaté à quel point le système ne voulait pas changer. Je n'ai pas réussi à faire certaines choses", a-t-il dit.

Interrogé sur les dissensions entre Emmanuel Macron et Manuel Valls, pour qui il est "temps que tout cela s'arrête", François Hollande a soutenu son Premier ministre.

"Manuel Valls dirige le gouvernement avec autorité, avec courage en ayant le sens de l'intérêt général, avec sa personnalité. Qu'est ce qu'une équipe, c'est d'être capable d'être ensemble pour le bien du pays, c'est ma seule ligne de conduite. Je veux que le pays puisse être dirigé fermement, clairement. Chacun maintenant est informé".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2016 à 20:16 :
j'ai le sentiment que celà ( votre affirmation ) est plus votre interpretation que la transcription de la réalité .
a écrit le 15/07/2016 à 22:59 :
Et il va se mettre à dos tous ses copains du Groupe Bilderberg dont Macron
a écrit le 15/07/2016 à 22:12 :
c'est moi où il se comporte avec lui, comme avec ses ex ?
a écrit le 15/07/2016 à 18:30 :
M. Macron, jeune cadre ambitieux, a révélé en effet sa véritable nature, celle d'un homme qui profite du pouvoir pour servir ses intérêts personnels. Qui peut s'en étonner? Les défenseurs de l'économie libérale à outrance se servent toujours d'abord. M. Valls, par contre, même s'il ne transige pas, a lui l'étoffe d'un gouvernant et il faut reconnaître qu'il a dû faire face à des situations particulièrement difficiles. Gouverner dans des circonstances exceptionnelles comme l'état d'urgence pour faire face au terrorisme c'est très délicat et courageux. Dommage que le gouvernement ait profité de l'état d'urgence pour imposer une réforme du droit du travail impopulaire. Il est vrai que les français sont particulièrement attachés à leurs droits et se méfient des réformes. La France a une longue tradition de luttes populaires dont tous les gouvernements ont dû tenir compte. L'esprit français n'est pas exempt de qualités malgré son caractère insoumis.
Réponse de le 16/07/2016 à 8:30 :
Membre du Groupe Bilderberg et ça n'est pas dans l'intérêt des populations.
a écrit le 15/07/2016 à 14:11 :
Macron sera certainement viré du gouvernement, en même temps que les autres lors des prochaines élections en 2017.
a écrit le 15/07/2016 à 13:23 :
si les règles ne sont pas respecteR
a écrit le 14/07/2016 à 19:12 :
En général, j'arrête de lire un article quand je vois une faute (non corrigée au demeurant bien que signalée plus bas) comme : "si les règles ne sont pas respecter". Si justement, un journaliste ne respecte pas des règles de bases de 5ème, fait-il bien son travail ?

Et au passage, même s'il y avait une faute dans mon commentaire, je ne vois pas le problème. Je ne suis pas journaliste moi, mon travail, c'est pas d'écrire.
Réponse de le 15/07/2016 à 12:27 :
Absolument d'accord, j'ai eu mal à ma France!
a écrit le 14/07/2016 à 18:55 :
et son coiffeur a 10.000 euros il menace aussi de le virer?
Réponse de le 16/07/2016 à 8:36 :
Même s'ira soit-disant baissé les frais de l'Elysée au lieu de payer 600'000 euros pour un Coiffeur durant le mandat c'est une somme énorme que peu de gens gagnent en une vie entière IL AURAIT PU PENSER AUX SANS DENTS SANS SOINS ET SANS ABRIS FRANCAIS avant sa petite personne d'actant que ses cheveux deviennent rares et gris. Tout sauf naturel.
a écrit le 14/07/2016 à 16:46 :
Déclarations de candidat auto-satisfait à sa propre succession.
Et menacer un ministre: il le garde, ou il le dégage. Parler ne sert à rien.
a écrit le 14/07/2016 à 16:05 :
Hey, petite faute ici : "Et d'ajouter : "si les règles ne sont pas respecter"

vous pouvez supprimer mon commentaire apres la rectification

PS : merci pour vos articles toujours tres interessant
a écrit le 14/07/2016 à 15:52 :
Du bla bla , tout va bien, j'ai raison etc pourtant nous avons 2300 milliards de dettes , 5 millions de chômeurs ou de personnes en grande précarité. L'état ponctionne 57 % de la richesse nationale , les impôts sont les plus élevés de l'UE. Un système de retraite inégalitaire entre le privé et le public , une école qui n'assimile plus rien. La liste n'est pas exhaustive. On sait maintenant qu'il sera candidat sur le thème , je suis le garant de l'unité nationale et la droite va détruire un système social (qui est pourtant complètement à bout de souffle).
Réponse de le 14/07/2016 à 16:17 :
pour la retraite vous vous trompez entre fonctionnaire et regime speciaux type edf ou sncf comme à votre habitude vous regardez par le ptit bout de la lorgnette 1300euros hors prime 75 pourcent retraite 950 enros. sachant que 25 pourcent de prélèvements sont effectués sur les primes par réforme sarkozy pour conserver le pseudo taux de 75 pourcent et le prélèvement global sur salaire est le même que pour le privé au final
Réponse de le 14/07/2016 à 23:01 :
Que la situation ne soit pas brillante, ce n'est pas contestable, mais on voit mal comment elle va s améliorer avec Sarkozy en 2o17. D autant qu il est peu probable qu'il ait une majorité à l assemblée, et cela, même en bidouillant les élections des députés

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :