Inflation en France : la hausse des prix continue son envol à 5,8% en juin

Selon une première estimation provisoire publiée ce jeudi par l'Insee, l'indice des prix à la consommation était de 5,8% au mois de juin sur un an, contre 5,2% au mois de mai.
L'Insee a publié ce jeudi sa première estimation de l'inflation pour le mois de juin.
L'Insee a publié ce jeudi sa première estimation de l'inflation pour le mois de juin. (Crédits : STEPHANE MAHE)

C'est une bien mauvaise nouvelle à laquelle il fallait s'attendre. Alors qu'elle atteignait 5,2% sur un an en mai, l'inflation a de nouveau grimpé en France. L'indice des prix à la consommation est de 5,8% au mois de juin sur un an, selon une première estimation provisoire publiée ce jeudi par l'Insee.

Comme depuis plusieurs mois, ce sont les prix de l'énergie et des produits alimentaires qui tirent l'inflation à la hausse. La guerre en Ukraine pèse lourdement aussi bien sur les tarifs du gaz et du pétrole que sur les prix des importations notamment de matières premières comme les céréales. Par ailleurs, la forte reprise de l'activité mondiale et, avec elle, de la demande à la sortie de la crise sanitaire a entraîné des bouleversements dans les chaînes d'approvisionnement renchérissant également le prix des importations.

Ainsi, les prix de l'énergie ont augmenté de 33,1% par rapport à juin 2021. Quant aux prix à la consommation, ils ont grimpé de 5,7% sur un an. Par rapport à mai 2022, ils augmentent de 0,7% en juin, comme en mai, et après une hausse de 0,4% en avril.

L 'indice des prix à la consommation harmonisé, qui sert de base aux comparaisons européennes, augmente en juin de 6,5% sur un an, contre 5,8% en mai.

Lire aussi 8 mnAugmenter les salaires en période d'inflation : une équation insoluble ?

Du côté des prix des services, ils progressent ce mois-ci de 3,2% sur un an, au même rythme que le mois précédent, tandis que ceux des produits manufacturés ralentissent à 2,6%, contre 3,0% en mai.

Des revalorisations à venir

L'Insee n'a toutefois pas précisé dans cette première estimation le niveau de la hausse des prix pour les 20% de la population qui ont les plus bas revenus. C'est ce chiffre qui sert de base pour réévaluer le salaire minimum. Le Code du travail prévoit, en effet, une revalorisation automatique du Smic en cours d'année lorsque l'indice des prix à la consommation connaît une augmentation de plus de 2 % par rapport à l'indice pris en compte lors de l'établissement du dernier montant du Smic. Il est alors augmenté automatiquement dans les mêmes proportions. Ce fut le cas le 1er mai dernier avec une hausse d'environ 34 euros nets.

Pour faire face à l'inflation, le gouvernement prévoit également de revaloriser certaines prestations sociales, la prime d'activité ou encore les pensions de retraite de 4% au 1er juillet. Des mesures qui figureront dans le projet de loi sur le pouvoir d'achat présenté le 6 juillet en Conseil des ministres. Le point d'indice sera, lui, revalorisé de 3,5%.

Une inflation durable selon la BCE

Ailleurs dans la zone euro cette semaine, l'inflation allemande pour le mois de juin a baissé de manière inattendue à 8,2% contre 8,7% en mai, tandis que l'inflation sur un an en Espagne a atteint 10,2% en juin, dépassant ainsi pour la première fois le seuil des 10% depuis avril 1985.

Mardi, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde a, de nouveau, affirmé l'engagement pris par la BCE pour tenter de limiter l'inflation. Le 8 juin, l'institution monétaire avait, en effet, annoncé une hausse de ses taux directeurs de 25 points de base en juillet, suivie d'une seconde en septembre. Le 28 juin, Christine Lagarde a assuré que la BCE ira « aussi loin que nécessaire » pour lutter contre l'inflation « excessivement élevée ». Pessimiste, elle a estimé que celle-ci devrait le rester « pendant un certain temps encore » en zone euro. Un changement de cap pour celle qui déclarait il y a quelques mois encore que la hausse des prix était « transitoire ».

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 02/07/2022 à 13:51
Signaler
quant on entend le gouvernement qui accorde 4% d'indexation sur les retraites sous indexées depuis de nombreuses années alors que l'inflation atteint 5,8%on s'aperçoit que ces gens prennent vraiment les citoyens pour des imbéciles et ensuite s'étonn...

à écrit le 30/06/2022 à 13:41
Signaler
Les taux directeurs, encore les taux directeurs, toujours les taux directeurs car nos politiciens sont tellement faibles qu'ils n'ont plus qu'un seul levier sur lequel agir, un pauvre levier tout cassé tandis que les véritables solutions sont empêché...

à écrit le 30/06/2022 à 10:55
Signaler
Dans la réalité, les salaires ne sont pas si faibles que ça. La France a choisi d'avoir une protection sociale très importante. Un salarié qui touche net 1500 euros brut en réalité est payé 3000 euros , son entreprise payant sa protection sociale pou...

à écrit le 30/06/2022 à 10:49
Signaler
La BCE a tardé à réagir en rêvant d'une inflation transitoire à laquelle elle était la seule à croire. Résultats de cette position attentiste l'euro dégringole face à toutes les principales monnaies et principalement le dollar US ce qui stimule l'i...

le 30/06/2022 à 11:58
Signaler
@jason13 Nous aurons les 2 + les troubles sociaux et peut-être la guerre.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.