L'attractivité de la France devrait résister à la grève contre la réforme des retraites

 |   |  697  mots
Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, estime que nous sommes devenus l'une des nations les plus attractives pour les investissements étrangers.
Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, estime que "nous sommes devenus l'une des nations les plus attractives pour les investissements étrangers". (Crédits : Charles Platiau / Reuters)
Les grèves contre la réforme des retraites qui durent depuis maintenant un mois ne devrait pas dégrader l'attractivité et l'image économique de la France à l'étranger, selon des économistes, à condition que le gouvernement n'abandonne pas sa réforme.

"Plus vite nous trouverons un compromis, mieux ce sera. Plus ça dure, plus c'est mauvais pour l'image de la France", s'est inquiété vendredi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire lors d'une rencontre avec des commerçants parisiens dont l'activité est très affectée par la grève.

"Nous avons depuis trois ans considérablement amélioré l'image de la France à l'étranger. Nous sommes devenus l'une des nations les plus attractives pour les investissements étrangers (...). Il ne faut pas abîmer cette image-là", a-t-il insisté.

En 2018, la France est devenue numéro deux en Europe en terme de projets d'investissements étrangers, derrière le Royaume-Uni mais devant l'Allemagne.

L'élection d'Emmanuel Macron en 2017 et sa volonté de réformer la France avaient été largement saluées à l'international où il rompait avec l'image d'un pays impossible à transformer, avec ses professions aux statuts issus "d'une autre époque", selon les mots employés à l'automne par le président de la République.

La réforme du droit du travail, la loi Pacte pour la croissance des entreprises ou encore la réforme de l'assurance-chômage et de la SNCF ont confirmé ces attentes, mais le mouvement des "gilets jaunes" de l'an dernier et les difficultés à faire passer la réforme des retraites ont terni l'élan présidentiel.

"Si jamais il y avait l'impression que les réformes sont totalement grippées, on pourrait avoir un changement de regard porté sur la France. Mais je ne pense pas qu'on soit déjà dans ce moment-là", estime toutefois Denis Ferrand, directeur général du cabinet Rexecode, qui tend à "relativiser les impacts" de la grève sur l'attractivité du pays.

"Il ne faut pas oublier que les investisseurs internationaux, notamment les Britanniques avec le Brexit, sont en prise avec des circonstances nationales qui leur sont spécifiques", et que "la France, au centre de l'Europe, a une place intéressante pour des investisseurs".

Il est par ailleurs difficile d'évaluer précisément l'impact d'un tel mouvement sur l'attractivité d'un pays, prévient Isabelle Méjean, économiste spécialiste du commerce international. "Ce qui peut avoir un impact, quoique probablement marginal, c'est la répétition de mouvements sociaux qui va conforter l'image d'une France dans laquelle le climat social est agité", selon elle.

"Les Française se délectent de leur histoire révolutionnaire" (FT)

Même le mouvement des "gilets jaunes" n'a pas fondamentalement modifié la perception des acteurs économiques étrangers.

Si près de quatre entreprises étrangères sur dix présentes sur le territoire français ont reconsidéré leurs projets de développement en France, moins d'une sur deux (44%) ont trouvé que l'image de la France s'était dégradée, selon un sondage réalisé par Ipsos mi-novembre pour le compte de Business France, l'agence de promotion de l'Hexagone à l'étranger. Et 81% des entreprises interrogées disaient vouloir y investir dans les années qui viennent.

Le mouvement de protestation actuel n'a pas surpris les partenaires économiques étrangers de la France, habitués aux grèves françaises, même si au Royaume-Uni, par exemple, nombreux sont les articles de presse à insister sur l'enlisement du conflit. La BBC ne manquait pas de remarquer jeudi que la grève dans le ferroviaire était la plus longue depuis mai 1968.

Le Financial Times, bible des milieux d'affaires, était allé avant Noël à la rencontre des commerçants parisiens et écrivait alors: "Les Français se délectent de leur histoire révolutionnaire et font en général preuve de tolérance envers les grévistes et les manifestants (...) Mais certains esprits s'échauffent et les organisations patronales ont commencé à tirer la sonnette d'alarme."

Pour autant, selon Holger Schmieding, économiste en chef à la Berenberg Bank, l'attractivité et la réputation de la France pourraient ressortir renforcées à l'issue de ce mouvement: "si (Emmanuel Macron) reculait comme Chirac l'a fait dans le passé, il perdrait une partie de sa réputation de réformateur affirmé et cela affecterait à nouveau la nouvelle attractivité de la France comme lieu d'investissement. Mais s'il garde pour l'essentiel le cap, cela améliorerait encore la réputation de la France".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2020 à 23:28 :
Le souci des patrons étrangers c'est que les Français continuent d'être mal payés, dociles et travailleurs, ce qui a failli arriver.
Raté si nous sommes créatifs, inventifs, originaux tout autant que les Chinois, nous ne sommes pas des Chinois acceptant tout et n'importe quoi.
Réponse de le 07/01/2020 à 13:28 :
Exactement. N'importe pas a quel prix.
a écrit le 06/01/2020 à 18:20 :
ils sont sur le podium cactus de la politique
a écrit le 06/01/2020 à 18:04 :
Donc demandez l'avis du mr. Montembourg pour savoir a comment de restaurer l'image de la France ouvrier.
a écrit le 06/01/2020 à 11:24 :
Si la France attire des investisseurs, force est de constater qu'elle fait fuir ailleurs un nombre de plus en plus important de ses habitants qui vont chercher bonne fortune ailleurs, chose pour le moins contradictoire.
Réponse de le 06/01/2020 à 11:58 :
Ah oui, vous avez des chiffres (et des sources) étayant votre propos ? Parce que la France est justement un des pays d'où on émigre le moins, traditionnellement.
Réponse de le 06/01/2020 à 12:57 :
Oui, la majorités des entrepreneurs qui créent des start-up de succés le font à l'etranger ou finissent par émigrer, tout comme les sportifs de succés (100% des tennismen).
Réponse de le 06/01/2020 à 15:27 :
@Clairovyant Selon un récent rapport de la CCI Paris Ile-de-France, la tendance à l’expatriation est en très nette augmentation depuis les années 2000 (+3 à 4% par an depuis 10 ans). En 20 ans, la communauté des français à l’étranger s’est agrandie de plus de 600 000 membres (une des nombreuses sources…)
Réponse de le 07/01/2020 à 10:15 :
C'est bien ce que je dis: en hausse peut-être, mais en partant de très bas. 600 000 Français...soit même pas un centième de la population en 20 ans: PEANUTS !
Pour donner un ordre d'idée, à population quasiment équivalente les expatriés britanniques dans le monde sont deux fois plus nombreux (3,6 millions contre 1,8 millions pour la France).

Ca va pas être facile de nous prouver une hémorragie des talents ou des cerveaux avec des chiffres si faibles. D'autant que ces chiffres ne disent rien sur le nombre de retours en France. Et en 2018, le nombre d'expatriés a baissé de 1,5% (source Sénat)...tiens tiens ! :-)
Réponse de le 07/01/2020 à 22:35 :
@clairvoyant, pour la France, je ne sais pas, pour la Bretagne, issus d'excellentes écoles et lycées privés, de d'iut et d'universités réputés 400000 jeunes bretons diplômés sont partis travailler dans le monde entier pour exercer leurs talents.
a écrit le 06/01/2020 à 11:15 :
Il faudrait être idiot pour ne pas investir en France lorsque l'on est étranger. C'est à qui donnera le plus de subventions et de dégrèvement pour s'attirer ces capitaux qui vont s'empresser de les accepter et de partir au plus vite avec l'outil de travail accumulé durant des générations par des patrons français en quête de repreneurs. De la commune, au département, à la région, à l'Etat qui ne subventionne pas la venue de ces fonds d'investissement qui ne recherchent que la rentabilité (ils sont là pour cela, d'ailleurs) la plus immédiate possible et la plus élevée pour leurs actionnaires. Et plus la situation de la France se dégradera, plus les bons coups seront nombreux.
a écrit le 06/01/2020 à 11:06 :
La France, son économie, son attractivité ont résisté à un mouvement quasi insurrectionnel qui saccagait des villes tous les week ends pendant 6 mois...donc il est d'ores et déjà acquis que ce mouvement de grève sans envergure et déjà agonisant ne va pas faire grand mal à l'économie. Déjà il n'a pour ainsi dire pas touché la province. Puis ensuite 3500 personnes qui défilaient dans le calme à Paris ce samedi 4...vous réalisez de quoi on parle ?! :-)
a écrit le 06/01/2020 à 10:04 :
Ne m'appelez plus Jupiter Macron mais Prince des mini-régimes. Comme d’habitude le privé va payer la lourde addition de la retraite à points pour une minorité d'agents et salariés publics qui sont minoritaire et déficitaire avec leur caisse de retraite. On est bien loin de l'intérêt général. Macron et son gouvernement c'est de l'enfumage ainsi que la réforme des retraites tout simplement une bande guignols...
a écrit le 06/01/2020 à 9:01 :
Encore des économistes à gages, encore des prêches sans intérêt sémantique.

Mais bon il n'y a pas d'alternative il faut que les riches soient de plus en plus riches au détriment de tout et de tous.

Mais ensuite de grâce ne venez pas nous gonfler avec l'"effondrement" hein svp, laissez nous crever tranquille, merci.
a écrit le 06/01/2020 à 8:59 :
la France devrait résister à la grève contre la réforme des retraites ...

en effet si le projet Delevoye sur la déforme des retraites est retiré très rapidement, très vite, la France devrait résister ...

Pour le reste, la France ne résistera pas au maintien de ce gouvernement d'incapables dont les membres pipelettes et bavards à souhait qui se contredisent régulièrement

ce qui met en évidence le grand désordre dans la conduite de ce gouvernement par un 1er ministre et ses collaborateurs ;

Par ailleurs, ce qui ne résistera pas à cette grève, c'est la mollesse peu ou prou complice des syndicats CFDT CFTC UNSA qui sont complices du gouvernement dans les faits objectifs

la note va se payer cash, comme le PS, les adhérents CFDT CFTC UNSA vont déserter,

la RÉFORME in finé va être la création d'un NOUVEAU SYNDICAT qui sera loyal envers les salariés tant du privé que du public.
Réponse de le 06/01/2020 à 12:09 :
A propos de désertion d'adhérents,

le LREM vient de constater à sa dernière assemblée générale qu'une quantité MASSIVE, 95,8 % des adhérents avaient fait désertion, seulement 4,2 % des adhérents se sont manifestés ... DU JAMAIS VU !

le Modem est devenue une coquille squattée par quelques vieilles lunes dont une grande partie fait l'objet de poursuites judiciaires pour fraudes diverses et variées ... DU JAMAIS VU !
a écrit le 06/01/2020 à 8:42 :
Qui veut s'embarquer sur ce Titanic? Faut être inconscient. L'avenir de la France ? Un zoo pour espèce en voie de disparition.
a écrit le 06/01/2020 à 4:26 :
Methode Coue, les francais ont l'habitude.
a écrit le 06/01/2020 à 1:28 :
Plutot que de Démolir EGOISTEMENT Décembre, CRUCIAL pour des Millions de T.P.E
Celà pouvait etre TOUT DE MEME présenté vers la Mi-Janvier
a écrit le 05/01/2020 à 21:26 :
"Un simulateur individuel exhaustif sur les données personnelles de carrière de chaque Français sera disponible courant 2020". Les règles de calculs restent inconnues. Qu'attend le gouvernement pour écrire un projet lisible et négociable. En fait, il n'y a pas de réforme visible. Juste un faux-semblant, une ébauche de projet mal ficelée. Le gouvernement a déjà perdu la face et sali la réputation de qualité de la France. La raison triompherait s'il retirait son projet inacceptable en l'état et la France en serait grandie.
a écrit le 05/01/2020 à 21:23 :
Réformer selon Macron et Phillipe c'est se conformer aux instructions de Bruxelles. Ils n'ont d'ailleurs pas de peine à se soumettre, puisqu'ils sont d'accord pour privatiser, baisser les impôts (des riches), organiser la faillite du système social, des hôpitaux et désormais celui des retraites. Pure idéologie néolibérale qui martèle que le privé c'est mieux et ça coûte moins cher.
A voir...c'est tout vu! Tout ce qui a été privatisé nous coûte désormais plus cher...et rapporte des milliards aux actionnaires (cf Autoroutes).
Réformer dans ces conditions pourrait être qualifié de haute trahison, d'entente avec l'ennemi et passible de la Haute Cour de Justice. On en a décapité pour beaucoup moins que ça.
a écrit le 05/01/2020 à 21:09 :
Le problème des politiques est que plus personne ne croit à ce qu'ils disent. Tellement de mensonges ont été déversés depuis des décennies que plus personne n'accorde d'importance à la parole politique. Pourquoi vouloir réformer un système de retraites qui actuellement fonctionne très bien? Le gouvernement est complètement à côté de la plaque. A ne pas vouloir abdiquer, le gouvernement peut l'emporter; mais le risque est que cette victoire soit une victoire à la Pyrrhus avec des conséquences dramatiques pour l'unité de la nation. Douce France!!!
a écrit le 05/01/2020 à 19:55 :
tous les feux sont au rouge, dette, déficit, chômage et autres et ce personnage fanfaronne. quelle honte de gouvernement fait de bric (PS) et de broc (qq lr les pires). Incroyable la passivité des Français devant cette chute du pays. Révolution et c'est qq'un de droite qui le dit, mais aussi nuls à ce point ça demande une élimination à la Louis XVI.
Réponse de le 05/01/2020 à 20:10 :
Ce gouvernement a fait plus réformes que ceux précédents. Il faudra malgré tout, du temps pour revenir à meilleur état. On n'efface pas comme cela 40 ans de laisser faire et l'addiction des Français à la dette.
Réponse de le 05/01/2020 à 20:31 :
Chomage en hausse ? Vraiment ? Il ne fait pas trop froid a Moscou ?
Réponse de le 06/01/2020 à 11:10 :
188 000 création nettes d'emploi en 2018, 260 000 en 2019 (avec une croissance pourtant deux fois moindre): une ville comme Toulouse qui a retrouvé du taf en deux ans !
L'industrie qui recrée de l'emploi pour la 1ère fois depuis 2007. Le pouvoir d'achat au plus haut depuis 10 ans. Un chômage en baisse. Des investissements étrangers qui explosent chez nous alors qu'ils baissent dans le monde. Des autoroutes bondées à chaque vacances ou week-end prolongé.

Les contempteurs et persifleurs dans votre genre peuvent bien aboyer, les Français ne sont pas dupes. ;-)
Réponse de le 06/01/2020 à 17:25 :
@clairvoyant

Après l'euphorie, les créations d'emploi ont plongé en 2018 de... 67%

Titre de La Tribune du 08/02/2019

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :