L'emploi salarié dans le privé en progression continue depuis 6 mois (Insee)

 |   |  147  mots
(Crédits : iStock)
Le secteur privé a enregistré 66.400 créations nettes de postes au 1er trimestre 2019 (+0,3%), tandis qu'au dernier trimestre 2018, l'Insee a comptabilisé 54.000 créations de postes, également une hausse de 0,3%.

Le secteur privé a enregistré 66.400 créations nettes de postes au 1er trimestre 2019, soit une hausse de 0,3%, selon une estimation provisoire de l'Insee publiée vendredi.

Après une année 2018 ayant marqué un ralentissement, les créations d'emplois se hissent à un niveau légèrement plus élevé ce premier trimestre 2019 avec notamment un rebond de l'intérim. Au dernier trimestre 2018, l'Insee a comptabilisé 54.000 créations de postes, également une hausse de 0,3%.

Sur un an, la hausse de l'emploi salarié privé est de 0,9% (+173.700) pour atteindre 19,49 millions de postes au total.

Embellie dans le secteur de la construction

Alors que l'intérim, souvent marqueur d'une reprise ou d'une croissance, a perdu des postes en 2018, il reprend des couleurs au 1er trimestre et s'inscrit en hausse de 1,5% (+12.100).

Par secteur, l'emploi salarié dans la construction est en hausse de 0,6% (+7.900 postes). Les créations d'emplois dans les services marchands progressent de 0,4% (+50.200).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2019 à 11:32 :
Silence poli de la part des contempteurs habituels. 66 000 créations nettes sur un trismestre c'est du solide, ça veut dire plus de 250 000 créations en rythme annuel. Largement plus qu'il n'en faut pour faire baisser le chômage, puisque le seuil à partir duquel il commence à baisser est désormais plus bas qu'auparavant. L'année dernière on a eu 150 000 créations nettes, et le chômage a baissé. C'est de bon augure, donc.

A noter aussi que la croissance s'est enrichie en emplois: sur T4 2018 et T1 2019 ce sont 100 000 emplois nets créés, alors que la croissance sur ces deux trimestres n'est "que" de +0,3% chacun.
Réponse de le 10/05/2019 à 12:54 :
Bonjour,

C'est une bonne nouvelle, et peut être solide, mais il y a un autre élément nécessaire pour une baisse sensible du chômage : le niveau de qualification des personnes sans emploi.

Malgré le taux actuel de chômage, certaines entreprises ont du mal à recruter. Et le taux de personnes sans réelle qualification (avoir fait des études ne veut pas dire "avoir un métier", c'est à dire un savoir faire ou des compétences professionnelles) semble quand même important.

Il parait que la France compte beaucoup d'employés sans qualification, et donc dont le travail a une faible valeur ajoutée. Avant de rallonger la durée du travail pour financer la dépendance, il faudrait déjà augmenter la valeur ajoutée.

Donc oui, c'est une bonne nouvelle, mais le chômage structurel restera important
Réponse de le 10/05/2019 à 23:13 :
Justement, ceci explique peut-être en partie cela: l'apprentissage est à +8% en 2018, et même à +12% depuis janvier 2019. Ce stock d'emplois non pourvus finit par en décider certains, visiblement. C'est effectivement une des clés pour résoudre ce chômage structurel. Et ça prendra du temps, en économie les petits ruisseaux font les grands fleuves.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :