L'intérim bondit de 3,7% en février, l'industrie et les transports en tête

 |   |  182  mots
La région Lorraine bénéficie le plus de cette hausse de l'intérim.
La région Lorraine bénéficie le plus de cette hausse de l'intérim. (Crédits : reuters.com)
Selon RTL, le recours à l'intérim s'est surtout concentré dans les secteurs de l'industrie, des transports et des services.

Alors que les chiffres du chômages sont attendus pour la fin de la journée, un indicateur vient donner du baume au coeur au gouvernement. En février, le recours à l'intérim a confirmé sa petite hausse de janvier (+1,2%) avec une évolution de +3,7% sur un an selon une information RTL. Un chiffre qui contraste avec la baisse continue de l'intérim depuis 2012.

Les principaux secteurs qui profitent de cette hausse sont l'industrie (+7,6%), les transports et les services. A l'inverse, le BTP souffre toujours d'une baisse du recours à l'intérim.

La Lorraine, moteur de la hausse

Dans le détail, ce sont les ouvriers non qualifiés qui composent le gros des troupes. Ils représentent 44,1% des effectifs intérimaires, en hausse de 16,8%. Les ouvriers qualifiés reculent quant à eux (-13,7%) mais sont toujours 30,6% du total des intérimaires. Les employés représentent 13,4% des intérimaires et les professions intermédiaires 11,9%.

Signe que c'est bien l'industrie qui repart, les régions les plus favorablement touchées par la hausse du recours à l'intérim sont la Lorraine (+16,7%), la Haute-Normandie (+12,4%) et le Nord-Pas-de-Calais (+12%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2015 à 11:10 :
rappelons que si en France la précarité de l'interim est si répandue, c'est à cause d'un code du travail qui date de Zola...
Réponse de le 25/03/2015 à 16:05 :
Allez faire comprendre ça à certains dirigeants qui ne pensent qu'à engraisser leurs actionnaires qui mettent la pression.
Ils ont déjà du mal à investir durablement et pour le long terme, alors les salaires.......
Il ne suffit pas de crier maintenant "la crise" "les taxes" " les réforme de structures", encore fallait-il bien avant la crise, lorsque les moyens étaient présents, consolider son entreprise, sécuriser les moyens et booster pour bagarrer à l'innovation et à l'export.
Certains ont fait le job et s'en sortent plutôt bien en réussissant à amortir la crise (les 2 crises successives).
D'autres, qui s'étaient endormis, se réveillent après la bataille, et évidement, la faute, c'est les autres, le système, mais en aucun cas de leur responsabilité.
Je ne généralise pas, j'écris bien certains, et lorsque je fais les compte autour de mon entreprise dans une Z.I., ils sont plutôt nombreux, les certains.
Ca n'exonère pas non plus les 3 derniers quinquennats qui avaient été plus spectateurs et clientélistes à cout terme, qu'acteurs œuvrant à long terme pour l'entreprise France.
a écrit le 25/03/2015 à 11:03 :
Si l'Intérim rebondit un peu, ce n'est qu'une demi bonne nouvelle pour le court terme..., car ca veut dire aussi, que les entreprises ne s'engagent pas sur le moyen terme....
Réponse de le 25/03/2015 à 14:10 :
La plupart des travailleurs préfèrent quand même de l'intérim à du chômage et beaucoup préfèrent faire un bon intérim à un mauvais CDD.
a écrit le 25/03/2015 à 10:53 :
pourrait donner un peu d'air au BTP et éviter bien des licenciements à venir, voire soyons fous, générer des recrutements.
a écrit le 25/03/2015 à 10:32 :
Enfin une bonne nouvelle ?
Contre le chomage on a tout essayé disait M. MITTERRAND : non, pas à mon sens ; fluidifions encore un peu les contrats, les obligations des employeurs, amplifions la baisse de charges et STOP aux contraintes politico administratives et on verra enfin si cela marche et là on pourra dire , enfin, que tout a été essayé !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :