La Bourse de Paris ouvre en recul sur fond d'angoisse de récession

 |   |  616  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
La Bourse de Paris devrait poursuivre son repli, entamé mercredi, ce jeudi 3 octobre après l'annonce d'une escalade de taxes douanières américaines visant des produits européens dans un contexte de craintes de récession ravivées.

L'angoisse d'une récession ébranle la Bourse de Paris depuis hier et la dégringolade devrait se poursuivre ce jeudi 3 octobre. Le contrat à terme sur le CAC 40 perdait 0,15% une trentaine de minutes avant l'ouverture de la séance d'aujourd'hui. La veille, il avait fini en fort recul (-3,12%) à 5.422,77 points. Wall Street a terminé nettement dans le rouge mercredi, s'alarmant des risques d'un ralentissement marqué de l'économie américaine. Les marchés allemands sont fermés pour marquer le 29e anniversaire de la Réunification. "Les indices européens devraient ouvrir en baisse ce matin dans le sillage des inquiétudes qui entourent la vigueur économique américaine", anticipent les experts de Mirabaud Securities Genève. "Le doute devrait aussi être de mise après la décision de l'OMC d'autoriser les États-Unis à imposer des droits de douane sur 7,5 milliards de dollars d'importations en provenance de l'Union européenne (UE) en compensation des subventions européennes accordées à l'avionneur Airbus", écrivent-ils dans une note.

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi qu'ils allaient frapper, dès le 18 octobre, des produits européens de tarifs douaniers punitifs représentant 7,5 milliards de dollars. L'Union européenne a menacé de riposter. Par ailleurs, à moins d'un mois du Brexit, le "compromis" proposé par Boris Johnson, en particulier sur la question sensible de la frontière irlandaise, n'a pas convaincu les Européens qui vont devoir maintenant décider s'ils engagent des discussions sur cette base afin d'éviter un "no deal" le 31 octobre. Alors que les craintes d'une décélération rapide de la conjoncture américaine ont été exacerbées ces derniers jours avec des chiffres manufacturiers très négatifs et le ralentissement des créations d'emplois dans le privé, l'indice américain d'activité ISM dans les services pour septembre sera particulièrement suivi. Tout comme les enquêtes PMI de Markit dans les services en Europe.

Valeurs à suivre

Airbus et les équipementiers aéronautiques (Figeac Aéro, Latécoère): les nouveaux avions civils pourront être exportés aux Etats-Unis au prix majoré de 10% au titre des sanctions  douanières annoncées à l'encontre de l'Union européenne pour compenser les subventions accordées au constructeur européen. Le secteur des vins (Marie-Brizard, Vranken-Pommery, Lanson-BCC) pourrait réagir à l'annonce américaine d'un surcroît de tarifs douaniers de 25%.

Lire aussi : Brexit, dette... Les marchés en tension craignent une récession en Europe

Les fromagers (groupes Bel, Savencia) sont également concernés par les droits de douane punitifs supplémentaires (+25%) qui seront instaurés à partir du 18 octobre. Thales : le groupe a revu à la hausse la progression attendue de sa rentabilité et a étendu jeudi à 2023 sa prévision de croissance organique du chiffre d'affaires de "3% à 5%" par an, une fois intégrées les activités de Gemalto. Cafom : le distributeur français d'ameublement a annoncé jeudi son intention de céder "dans les prochains mois" son enseigne Habitat.

LVMH : l'actuel PDG de Guerlain, Laurent Boillot, prendra début 2020 la tête de la maison de cognac Hennessy, et sera remplacé par Véronique Courtois, venue des parfums Christian Dior, selon une réorganisation interne au sein du géant du luxe. Renault: la filiale algérienne du constructeur automobile français risque de devoir arrêter temporairement sa chaîne de montage, car elle a épuisé son quota de pièces importées, selon l'agence de presse officielle APS.

Carrefour : le distributeur a signé mercredi un accord de contractualisation avec la Coopal, une coopérative regroupant 403 producteurs du Massif central, un fournisseur et un embouteilleur, portant sur l'achat de 30 millions de litres de lait de montagne par an. Ingenico : Berenberg entame son suivi de la valeur avec une recommandation à  "achat".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2019 à 13:31 :
La BCE envisage de ce fait de réquisitionner les épargnes des européens afin de les donner aux actionnaires milliardaires. Un vaste programme de prélèvement d'organes des européens est à l'étude par le Conseil européen en cas de prolongement de ces difficultés...

L'UE toujours prête à faire face aux épreuves !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :