La France se dote-t-elle d'une véritable politique de la mer ?

 |   |  1082  mots
Grâce à ses îles, notamment la Corse, la France régne sur un domaine maritime de 11 millions de kilomètres carrés
Grâce à ses îles, notamment la Corse, la France régne sur un domaine maritime de 11 millions de kilomètres carrés (Crédits : Reuters)
A l'issue d'un comité interministériel de la Mer (CIMer) organisé à Boulogne-Sur-Mer jeudi, le Premier ministre a fait quelques annonces qui pourrait permettre de lancer une véritable politique de la mer. La France possède le deuxième domaine maritime mondial, seulement devancée par les États-Unis.

Est-ce la fin du gâchis ? La France a beau posséder le deuxième domaine maritime mondial, elle semblait jusqu'ici ne pas savoir quoi en faire. Présent au comité interministériel de la Mer (CIMer) organisé jeudi à Boulogne-Sur-Mer - le dernier CIMer datait de 2013 -, Manuel Valls a fait quelques annonces qui pourraient peut-être donner le coup d'envoi d'une véritable politique maritime. A condition que les actes succèdent aux paroles.

Car le Premier ministre a bien vanté " des métiers d'avenir avec des formations exceptionnelles qui proposent de l'emploi à ceux qui sont au chômage " et lancer " un message d'optimisme sur le rôle incroyable que représente la mer ". " La mer et les océans sont un atout majeur pour la France, en termes de développement économique et de richesses naturelles, mais également une responsabilité pour l'État et ses services car il faut surveiller et contrôler ce milieu vulnérable et réguler les activités qui s'y exercent", a-t-il poursuivi. Quelles sont les mesures annoncées par Manuel Valls ?

Un prochain essor des énergies marines ?

Prometteuse, la principale mesure décidée lors du CIMer porte sur la planification spatiale maritime qui doit permettre de concilier les différents usages de la mer afin de favoriser leur développement. Elle sera appliquée en 2016 sur l'ensemble des façades maritimes après le travail expérimental réalisé en Manche-Mer du Nord. " La feuille de route sur les conditions d'exploration et d'exploitation des grands fonds marins, notamment la répartition des responsabilités entre l'Etat et les opérateurs privés, a été validée ", précise Matignon.
Cette feuille de route pourrait notamment permettre de favoriser le développement des énergies marines qui reste extrêmement marginal. En 2013, elles ne représentaient que 0,4% des énergies renouvelables selon EDF. En 2013, ces énergies ne représentaient que 18,7% de la production totale d'électricité.

Cuivre, zinc, plomb, cobalt, argent, or...., la richesse des fonds sous-marins est multiple

Elle pourrait également permettre à la France de tirer parti de la richesse des fonds sous-marins. Dans son avis du 9 octobre 2013 présenté par Gérard Grignon au nom de la Délégation à l'Outre-mer, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a fait un point sur les ressources potentielles du plateau continental. Il pourrait recéler des hydrocarbures, des sulfures hydrothermaux riches en cuivre, zinc, plomb, cobalt, argent et or, des encroutements cobaltifères, des nodules polymétalliques contenant du fer, du manganèse, du cuivre, du nickel et du cobalt., des terres rares comme l'erbium et le lutetium, indispensables à la production d'appareils électroniques courants (téléphones mobiles, ordinateurs...), des ressources biologiques et des organismes vivants. L'accès à ces richesses potentielles est " un atout considérable pour notre pays s'il contribue à un nouveau modèle de développement durable, en particulier dans les territoires ultramarins ", considère le CESE.

L'aquaculture au rang des priorités

Dans le domaine économique, toujours, le CIMer a également décidé que 15% de l'enveloppe budgétaire allouée à la France sur le fonds européen pour les affaires maritimes et de la pêche (Feamp) seraient consacrés au développement de l'aquaculture, un secteur où la France est très dépendante de l'extérieur. Le comité interministériel a également décidé de favoriser les implantations nouvelles d'élevage des animaux marins. Ce serait une première depuis quinze ans.

Contrairement à la plupart des produits agro-alimentaires pour lesquels la France affiche un net excédent commercial, le pays affiche une balance commerciale déficitaire pour les produits de la pêche et de l'aquaculture. Il s'élevait à 3,6 milliards d'euros en 2014 constate une étude de l'Insee, contre 2,2 milliards d'euros en 2004, ce qui représente une augmentation de 63% !

Le financement et le renouvellement des flottes de ferries, de commerce et de pêche, ainsi que le développement des ports maritimes sont également actés. " Concernant la flotte de pêche, une concertation rapide avec la profession mettra au point un dispositif de facilitation fiscale pour favoriser le renouvellement des navires ", précise Matignon dans un communiqué. Concernant la flotte de pêche, on peut se demander si sa modernisation permettra d'enrayer la chute du nombre de bateaux, provoqué en partie l'augmentation des quotas de pêches imposés par l'Union européenne pour éviter l'épuisement des stocks. En 2013, la France comptait 4.537 navires contre 6.593 en 1995, soit une baisse de 31%.

Moderniser les ports dans les DOM-COM

Les outre-mers ne sont pas oubliées. Une stratégie nationale portuaire pour les départements d'outre-mer (DOM) et les Collectivités d'outre-mer (COM) a été adoptée. Elle devrait se concrétiser par un effort financier de 54 millions d'euros dans le cadre des contrats de plan État‐Région (CPER), qui permettent de catalysé les investissements publics réalisés au niveau national et européen.

Dans le domaine de la sécurité, " le CIMER a adopté une stratégie de sûreté qui permet à la France de s'organiser pour mieux répondre aux différentes menaces en mer (trafics, piraterie, terrorisme). Par ailleurs, pour faire face aux sinistres maritimes de grande ampleur (paquebots, porte-conteneurs) il a été décidé une mise en commun des moyens (sécurité civile, défense) pour créer une capacité nationale d'intervention ", a déclaré Manuel Valls.

Des aires marines protégées seront créées pour protéger les milieux marins. La mise en place d'une politique de contrôle adaptée est également annoncée sans que l'on connaisse les détails. En 2016, l'État dotera la Société Nationale de Sauvetage en Mer d'un million d'euros supplémentaires "pour l'aider à renouveler ses moyens ", a précisé Matignon.

La France règne sur 11 millions de kilomètres carrés

Seulement devancée par les Etats-Unis, la France, dont la surface terrestre ne représente que 0,43% de celle du globe, possède un domaine maritime supérieur à 11 millions de kilomètres carrés.

Le 25 septembre, quatre décrets publiés au Journal Officiel fixaient ainsi de nouvelles limites du plateau continental au large de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Nouvelle Calédonie et des îles Kerguelen. Avec cette extension, qui accroît les droits de la France sur les ressources du sol et du sous-sol marins au-delà des 200 miles nautiques, la France a étendu son domaine sous-marin de 579.000 kilomètres carrés, " soit à peu près la superficie de l'Hexagone " évaluait l'Ifremer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2015 à 12:45 :
"... quelques annonces qui pourraient peut-être donner le coup d'envoi d'une véritable politique maritime. A condition que les actes succèdent aux paroles...."
Après cela on pourra espérer 'quelques annonces qui pourraient peut-être donner le coup d'envoi d'une véritable politique [ de l'emploi, de l'économie, de la justice, de la culture, de l'éducation, etc.]. A condition que les actes succèdent aux paroles.'
a écrit le 24/10/2015 à 17:58 :
La France fait-elle dans la politique de la mer de avec des importations de poissons élevés aux excréments financiers? Sur la période avant crise 87-08 hors inflationnisme extravagant début 80, on constate que la croissance usa est de 2,94 pour une moyenne 4 grands européens de 2,04 soit 69% de la croissance outre-Atlantique, nous passons pour la période 09-14 à 1,37 aux usa contre 0,11 seulement en Europe. Ne devrait-on remettre en cause le système européen défaillant à la fois en termes de plein emploi et à fois en termes de performance. Depuis 09, les pseudo-relances montrent un échec sur le chômage alors que les autres pays sont au quasi plein emploi. La croissance est passée sous le niveau de l’inflation. Ne fait-on pas une noyade des ménages avec la brimade à la consommation alors qu’on défiscalise sur des niches. La BCE ne devrait-elle être pointée du doigt pour l’échec de la relance européenne. Faisons-nous dans le papon-boom, une zone de fascisme anti jeune et anti croissance ? On prônerait l’inflationnisme ou la cherté des prix, n’avons-nous pas un problème de compétence avec un export et une industrie défaillante sans parler du suicide agricole ? Alors qu’on perle fermeture quotidienne de commerces, l’Etat n’est-il pas destructeur de l’entreprise et de l’emploi ? Par exemple les salaires baisseraient et les retraites seraient volées par la crise financière ? La confiance sur les actions ne devrait-elle voir des mesures de sécurisation alors qu’on ferait une économie de logements chers improductifs, d’infrastructures avec un Etat anti-technologies alors que 60% de diplômés seraient au chômage contre 5% aux usa, on ferait dans l’emploi sous qualifié, la croissance anéantie et les emplois non pourvus. Ne devrait-on être vigilants sur les politiques de pillage des revenus dans les logiques de bulles alors que le pib par habitant est en basse depuis 2007 dans de nombreux pays. Pour les traités d’augmentation de la population active, ne faisons-nous pas dans la destruction de l’emploi alors qu’en Allemagne le taux d’actifs est supérieur malgré la crise, faisons-nous dans le parjure ? La BCE n’alimente-t-elle pas la spéculation sans résorption du chômage à l’avantage des défiscalisations ?
a écrit le 24/10/2015 à 15:51 :
Il est souhaitable d'accroître les moyens publics, vu le potentiel marin français. En métropole, il y a aussi des mesures à prendre pour les ports du Havre, de Marseille. Encore faudrait-il que l'environnement économique soit "optimisé" : baisser les charges, flexibilité le marché du travail, etc.
Réponse de le 24/10/2015 à 16:35 :
"accroître les moyens publics" , donc augmenter les impots.
a écrit le 24/10/2015 à 15:12 :
Une politique de la mer, est-ce pour couler la société ? Sommes-nous en République fliotte sous la moyenne OCDE. Croissance 00-14 en moyenne annuelle, si la division est acquise : France 0,38 Allemagne 0,7 USA 1,37 Angleterre 0,7 Italie -1,35 Espagne -1,01 Grèce -4,73 est-ce notre modèle, Japon 0,33, ne devrait-on prendre l’Egypte pour modèle 3,02 de croissance et 10,97 d’inflation. L’Europe ça va dans tous les sens, le vote fn augmenterait aux régionales, le peuple français, alias Roland mettrait un pied dans la porte dans les assemblées faute de résultats ?
a écrit le 24/10/2015 à 15:10 :
Quand trouverons-nous du saumon d'élevage d'origine française dans nos supermarchés plutôt que d'être obligé de se fournir en Norvège ?

Il s'agit là d'un produit de consommation courante que nous sommes obligés d'importer faute de production nationale.

Mais nos coûts de production ne sont peut-être pas compétitifs, même comparés à ceux de la Norvège.
a écrit le 24/10/2015 à 14:19 :
CA VAS DANS LE BON SENS MAIS ILS FAUT AUSSI DEVELOPPE L AQUACULTURE ET LE TOURISME AFIN QUE SES ILES PARASIDIAQUE . CRES DES EMPLOIS POUR CES PEUPLES COLONISSE OUBLIER DE LA FRANCE VIVENT DE LEURS TRAVAIL???
Réponse de le 25/10/2015 à 0:07 :
peuples colonisés ? qui ça ? ils sont français. C'est fini les colonies. vous etes en retard de 50 ans.
a écrit le 24/10/2015 à 12:11 :
Copier le programme du Front National sans avoir la maîtrise de ses frontières n'est qu'un doux rêve!
a écrit le 24/10/2015 à 7:55 :
Et avec quels bateaux la France va-t-elle surveiller une telle surface maritime? Avec des zodiac? Nous avons de moins en moins de navires.
http://www.opex360.com/2015/10/22/marine-nationale-des-ruptures-temporaires-de-capacite-qui-risquent-de-devenir-definitive/

Comment va faire la France pour respecter ses engagements internationaux?
Réponse de le 24/10/2015 à 9:15 :
Des drones de surveillance ? Ça pourrait se faire....
Réponse de le 24/10/2015 à 10:01 :
Il faut trouver une base aérienne près de ces zones capable d'accepter ces drones. Ils nous faut des capacités en liaisons satellites. Les seuls drones de patrouille maritime sont américains. L'Australie les ont commandé. Il y a peut être des drones israéliens. Russe?Chinois? Pour le matériel français ou européens nous en sommes au niveau de prototype, sauf erreur ou omission de ma part.
a écrit le 24/10/2015 à 6:10 :
c:est une excellente nouvelle. On insiste pas assez sur cet atout que nous possédons. Certains ont des gisements de gaz et de pétrole, d'autres de minerais, nous nous avons la mer. i est grand temps d'intégrer cela dans notre développement économique, industriel et scientifique. Il y a matière à développer des compétences exceptionnelles, de l'emploi, et appliquer enfin nos ideaux de développements durables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :