La France va-t-elle mieux, comme l'annonce François Hollande ?

Lors de son entretien télévisé, le chef de l'Etat a indiqué que la France allait mieux. Que nous disent les indicateurs macroéconomiques ?
Fabien Piliu
 Oui, ça va mieux. Nous sommes aujourd'hui sur un rythme de création nette d'emploi , a déclaré jeudi soir François Hollande, tablant sur 160.000 emplois nets supplémentaires en 2016.
" Oui, ça va mieux. Nous sommes aujourd'hui sur un rythme de création nette d'emploi ", a déclaré jeudi soir François Hollande, tablant sur 160.000 emplois nets supplémentaires en 2016. (Crédits : REUTERS/Stephane de Sakutin/Pool)

Lors de son entretien télévisé sur France 2, François Hollande a assuré que la France allait "mieux". Est-il optimiste ? Y croit-il vraiment ? Le chef de l'Etat est insondable. De toute façon, sa fonction lui impose une posture volontariste.

" Oui, ça va mieux : il y a plus de croissance, moins de déficit, moins d'impôts, plus de compétitivité, plus de marges pour les entreprises, plus de pouvoir d'achat pour les salariés", a-t-il déclaré, précisant toutefois que la France ne va pas forcément bien mais " mieux ". Même sur le front de l'emploi, le chef de l'Etat est optimiste tablant sur 160.000 emplois nets supplémentaires en 2016. Soit 60.000 de plus qu'en 2015. A priori, le taux de chômage de la population active ne repasserait donc pas au-dessus la barre des 10 %, barre au-dessous de laquelle il s'est établi au premier semestre selon l'Insee. Mais au regard du nombre actuel de chômeurs, c'est une bien maigre consolation. En effet, plus de six millions de personnes sont inscrites à Pôle emploi.

Une reprise poussive

A-t-il raison d'être optimiste ? Que nous enseignent les récents indicateurs macroéconomiques ?

Pour l'instant, le gouvernement vise une croissance de 1,5 % cette année. C'est mieux qu'en 2015 et qu'au cours des années précédentes. Indéniablement, la reprise est en marche mais elle est poussive. Et elle est fragile. Le Fonds monétaire internationale a annoncé mercredi que le PIB tricolore ne progresserait que de 1,1 % cette année. La Commission européenne table sur une croissance annuelle de 1,3 %. Les économistes de l'OFCE envisagent une hausse de 1,6 % de l'activité cette année. Mais rares sont leurs confrères qui sont sur la même longueur d'ondes.

Peut-on en déduire que l'économie française se porte mieux ? Comme le précise l'Insee, l'indicateur de retournement pour l'ensemble de l'économie est passé en mars dans la zone indiquant une conjoncture incertaine.

Par ailleurs, son modèle de croissance reste bancal. Si la consommation recule, les espoirs de reprise vigoureuse seront douchés. Or, la résilience de la consommation - l'indicateur mesurant la confiance des ménages de l'Insee, reste inférieure à sa moyenne de longue période - puise en grande partie ses origines dans la chute des cours du pétrole. Il ne faudrait pas que ceux-ci remontent. L'investissement, et encore moins le commerce extérieur, n'étant en mesure de prendre le relais.

Un niveau de défaillances toujours très élevé

En effet, l'investissement des ménages reste faible, ce qui explique les déboires de la construction. Quant à celui des entreprises, il s'éveille à peine, après plusieurs années d'atonie, en dépit de la remontée du taux de marge des entreprises. Par ailleurs, en dépit des gains de compétitivité offerts par la chute des cours du pétrole et les allégements de cotisations contenus dans le Pacte de responsabilité, qui s'ajoutent au crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), le taux de couverture import/export reste défavorable. La France continue à importer plus qu'elle n'exporte.

L'industrie retrouve en effet des couleurs, mais celles-ci sont encore bien pâles. Certes, la production manufacturière affiche une hausse annuelle de 1,5 % en février, mais cette moyenne masque les profondes difficultés de certains secteurs, ce qui explique que la production industrielle n'a progressé que de 0,6 % sur cette période. C'est particulièrement le cas du secteur de la construction dont la production en février 2016 est inférieure de 16,9 points à celle observée en moyenne en 2010 et la cokéfaction et le raffinage, impactés par la chute des cours du brut (-16,1 points). C'est également le cas du bois-papier-imprimerie (-12,9 points), des équipements électriques (-11,8 points), des industries extractives (-8,1 points) et la métallurgie et produits métalliques (-4,2 points).

Par ailleurs, il faut rappeler que la sinistralité des entreprises reste élevée. En 2015, les défaillances d'entreprises ont augmenté de 1 % pour s'élever à 63.081 selon le cabinet Deloitte.

La France va mieux ? Si tel est le cas, ce retournement se fait à crédit, sur le dos des générations futures. En effet, comme le précise le gouvernement dans le Pacte de stabilité qu'il présente à Bruxelles, la dette publique de la France devrait continuer à augmenter en 2016 et 2017. En effet, selon les prévisions de Bercy, elle atteindra 96,2 % du PIB en 2016 et 96,5 % en 2017, contre respectivement 96,5 % et 96,9 % selon les précédentes estimations. Il ne faudrait pas que France ne tienne pas sa promesse de réduction du déficit public. Pour l'instant, le ministère des Finances prévoit toujours 3,3 % du PIB en 2016 et 2,7 % en 2017.

Fabien Piliu

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 17/04/2016 à 8:30
Signaler
Les impôts ont baissé ? Je vous laisse juge....

à écrit le 16/04/2016 à 11:41
Signaler
Visiblement il a un meilleur point de vue que nous puisque qu'il n'a pas a en subir les conséquences dans la vie quotidienne! Bref il est content d'avoir ouvert une voie a la dictature de l'union européenne!

à écrit le 16/04/2016 à 10:56
Signaler
Le déficit a augmenté de 0.4 milliards de 2014 à 2015 et n'a jamais baissé depuis que F. Hollande est arrivé au pouvoir (on ne va pas parlé de ses prédécesseurs, tout le monde connaît déjà leur passif également). Pour certains il s'agit d'une baisse ...

à écrit le 16/04/2016 à 10:28
Signaler
Notre simulacre Moa Jeu a atteint une anosognosie anormale sévère. What did you expecte?

à écrit le 16/04/2016 à 6:26
Signaler
En tout cas l'achat immobilier se porte mieux et les ventes de voitures haut de gamme plutot bien aussi !

à écrit le 15/04/2016 à 21:44
Signaler
bien sûr que la France va mieux les fonctionnaires inutiles rentiers, les ONG et les médias vont mieux : à l'inverse, les industriels, les producteurs, les artisans continuent à crever

à écrit le 15/04/2016 à 21:40
Signaler
Comment les Français pourraient-ils mieux aller : doublement de l'impot sur les "petites" morts : seuil abaissé à 100000eur non revalorisé, Suppression du quotient Familial pour flamber l'impot sur le revenu des classes moyennes, flambée de l'impot s...

à écrit le 15/04/2016 à 18:17
Signaler
tout va bien et sinon, apres le matracage fiscal de 2012 a sa sauce decouragement de toute initiative, personne n'a vu que l'investissement n'aura aucune raison de se relever, que les menages ne vont pas investir non plus, que tt le monde a le troui...

le 15/04/2016 à 23:02
Signaler
Ah moi ça y est c'est fait.. Je me suis cassé.. Je crée 15 emplois... Mais pas en France... Ciao !!! Ah zut la France va mieux? Mais bien sur.. "Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier"..

à écrit le 15/04/2016 à 18:08
Signaler
En fait, la croissance voit une accélération d'un quart de poil de nourrisson sans slip, (environ), mais vu avec les microscopes qu'il a sur les yeux, le président raté en a une perception inverse du Peuple, qui lui, la voit avec l'envers des jumelle...

à écrit le 15/04/2016 à 17:52
Signaler
L'idée que le chef de l'état est responsable d'une France qui va moins bien ou mieux comme à l'époque de Colbert ou de Napoléon est devenue assez grotesque. Les français reprochent à Hollande de ne pas leur imposer des réformes dont en général ils ne...

à écrit le 15/04/2016 à 17:48
Signaler
Il n'y a qu'un chiffre + 700000 alors que fin 2012 le chomage devait baisser Hollande avait aussi promis 3% de déficit des 2013 Il N a rien changer en 4 ans donc la situation reste la meme on coule tranquillement Sarkosy étant son clone il N aura...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.