La hausse des loyers parisiens se poursuit malgré le plafonnement

 |  | 346 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : https://unsplash.com/photos/ZG5_505mUog)
Les loyers parisiens ont augmenté de 1,8% en 2019 dans la capitale, contre 1,7% un an plus tôt. Néanmoins, l'augmentation a ralenti sur les nouveaux baux, témoignant d’un effet modérateur du retour du plafonnement des loyers depuis le 1er juillet 2019.

Les loyers privés parisiens ont augmenté en 2019 à un rythme semblable à l'année précédente, a annoncé jeudi l'observatoire de référence, sans exclure pour autant que le retour de leur plafonnement ait contribué à ralentir leur progression.

L'an dernier, les loyers privés ont augmenté de 1,8% dans la capitale française, contre 1,7% un an plus tôt, selon l'Observatoire des loyers de l'agglomération parisienne (Olap), organisme chargé d'évaluer les effets de mesures publiques d'encadrement des loyers.

Lire aussi : Trois questions pour comprendre l'encadrement des loyers

Cette très légère accélération est, a priori, contre-intuitive, puisque la ville de Paris a réintroduit en cours d'année 2019 le plafonnement des loyers, qui avait été annulé par la justice un an et demi plus tôt.

Les loyers déjà très encadrés

Mais en réalité, cette mesure est sans grande conséquence pour nombre de locataires parisiens, en gros tous ceux qui renouvellent leur bail dans le même appartement. Dans ce cas-là, l'évolution de leur loyer est déjà très encadrée car elle doit, pour l'essentiel, suivre un indice de référence des loyers (IRL). Or celui-ci a légèrement progressé, suivant l'inflation.

Plus parlante, l'évolution des loyers à la "relocation", c'est-à-dire quand un logement accueille un nouveau locataire, témoigne, elle, d'une moindre hausse qu'en 2018. Elle s'est établie en 2019 à 3,4%, contre 4,1% l'année précédente.

"On peut voir dans ce résultat l'effet modérateur de l'encadrement des loyers de nouveau appliqué depuis le 1er juillet 2019", avance l'Olap, en référence au plafonnement.

L'organisme dresse également un tableau de l'évolution des loyers dans toute l'agglomération parisienne, soit aussi notamment les départements limitrophes des Hauts-de-Seine (92), de Seine-Saint-Denis (93) et du Val-de-Marne (94). Sur l'ensemble de l'agglomération, les loyers ont progressé de 1,7% l'an dernier (contre 1,5% en 2018) et de 3,5% pour les seuls logements accueillant de nouveaux locataires - contre 3,6% un an plus tôt.

Lire aussi : Covid-19: un Américain sur 6 n'a pas pu payer son loyer en juin

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2020 à 13:58 :
Ce n'est pas le premier article récurent sur les bien faits de l'immobilier à Paris ou ailleurs. N'est-ce pas une manipulation médiatique, pour tout simplement sauver les SCPI?
a écrit le 28/08/2020 à 9:12 :
Loyer encadré ?
Si pas de contrôle cela reste une loi de plus non respectée

(Idem pour location airbnb)
a écrit le 27/08/2020 à 19:03 :
Rien n'arrête la cupidité financière menace directe contre l'humanité.
Réponse de le 28/08/2020 à 10:40 :
C'est normal que les loyers augmentent car l'économie créé de la richesse. Que les salaires n'augmentent pas dans les même proportions est par contre contraire à la loi du marché. C'est ce déséquilibre qui est préjudiciable à notre économie.
Réponse de le 28/08/2020 à 11:05 :
Les politiques à la manoeuvres sont responsables car ils envoient des signaux pour cela se fasse. Car ils consentent à la vie cher et ne veulent revaloriser les salires les pension et les retraites et encore moins pour les handicapés .Ils donneront des miettes juste avant les élctions c'est un rituel
c'est ça l'Europe vivre pauvre toute votre vie et bien heureux de pas dormir dans la rue . Aucun espoir pour nos jeunes , ils doivent entrevoir l'immigration vers des pays oùl'espoir est encore possible .Canada, Australie, USA et des pays du Sud .
Réponse de le 28/08/2020 à 16:48 :
@ PAFO, la baisse des salaires est un fléau on est bien d'accord mais comme le dit le politicien le plus éclaire du monde, José Mujica, où se trouve la limite ? Même si on corrèle sans cesse l'augmentation des salaires à toutes les autres augmentations, ce serait salvateur bien entendu d'un point de vue croissance économique et prospérité mais à un moment on ne peut pas consommer toujours plus toujours plus vite sans consommer n'importe comment.

Il y a donc bien une limite à ce raisonnement et étrangement d'ailleurs nous n'y sommes pas et n'y serons jamais vu que tout augmente sans arrêt sauf les salaires.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :