La possibilité d'une électricité 100% verte en France

 |   |  422  mots
Le sujet est sensible alors que la loi sur la transition énergétique est toujours en cours d'examen au Parlement.
Le sujet est sensible alors que la loi sur la transition énergétique est toujours en cours d'examen au Parlement. (Crédits : Décideurs en région)
Une étude de l'Ademe, dont la publication a été repoussée, démontre que la France pourra avoir à l'horizon 2050 les capacités pour produire la totalité de son électricité à partir d'énergies renouvelables. Cela coûterait toutefois environ 30% plus cher qu'avec le système actuel.

Une électricité 100% verte est possible en France d'après l'Ademe. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie a réalisé une étude explorant ce scénario, alors qu'elle publiée en clôture d'un colloque organisé les 14 et 15 avril à Paris, celle-ci a finalement été repoussée. Après que l'affaire a été révélée le 4 mars par Le Monde, Mediapart a publié l'intégralité de l'étude sur son site mercredi 8 avril (lien abonnés).

Le sujet est sensible alors que la loi sur la transition énergétique est toujours en cours d'examen au Parlement et que l'un des points de frictions pendant les débats a porté sur la trajectoire de réduction de la part du nucléaire (75% aujourd'hui) dans le mix-électrique du pays.

Un prix très proche du scénario prévu avec une part de 50% de nucléaire

Cette étude démontre qu'à l'horizon 2050, la France aura les capacités pour produire la totalité de son électricité à partir d'énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse, géothermie, etc.) et que cela coûterait environ 30% plus cher qu'avec le système actuel, mais quasiment autant qu'avec une part de 50% pour le nucléaire comme le prévoit la loi sur la transition énergétique d'ici 2025.

En prenant en compte les améliorations techniques, d'ici 2050, la production maximale pourrait ainsi atteindre "1.268 TWh, soit le triple de la demande annuelle de 422 TWh", d'après l'étude.

Des "hypothèses à retravailler"

Lors d'une rencontre avec la presse jeudi 9 avril, le directeur général délégué, Fabrice Boissier a estimé que la publication du rapport était "une affaire de quelques mois".

L'Ademe dément que le report de la publication réponde à un quelconque agenda politique, Fabrice Boissier évoquant "des hypothèses à retravailler" apparues "suite à des consultations avec un comité d'échange" composé d'acteurs du secteur, comme EDF ou le Syndicat des énergies renouvelables. Cette étude a une vocation "scientifique et technique", et "n'a pas vocation à documenter directement une politique énergétique" a-t-il insisté.

L'intérêt de l'étude n'est "pas l'objectif" d'atteindre 100% d'énergies renouvelables, mais "quel est, quand on se projette dans des scénarios extrêmes, le coût de chacune des énergies, quelles sont les modalités de déploiement des sources de production et l'impact sur le réseau électrique", a pour sa part précisé à l'AFP la ministre de l'Écologie et de l'Énergie Ségolène Royal.

    Lire le rapport de l'Ademe publié par Mediapart

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2015 à 16:05 :
Ne vous inquiétez pas pour l'implantation des éoliennes et celle du photovoltaïque. La place ne manque pas.

http://energeia.voila.net/renouv/eolien_solaire_surface.htm

Avec 380.000 km de routes départementales et 600.000 km de chemins vicinaux, on peut placer sans problème 50.000 éoliennes.

Avec plus de 800.000 hectares de toitures et presque 400.000 hectares de parkings, on a aussi de quoi installer des milliers de MW de panneaux solaires. Davantage si l'on ajoute toutes les terres disponibles car elles ne sont pas cultivées ou pas cultivables.
a écrit le 10/04/2015 à 9:57 :
Osons le dire: les écarts sur les prix énergétiques (la chute du pétrole) démontrent que nous sommes tout simplement incapables de prédire ce que sera la situation dans un an! alors dans 20 ans? Qui peut dire ce que sera le cours du WTI (50 $ ce jour) dans six mois? 50? 70? Cette chute rend encore moins compétitives les énergies renouvelables déjà trop chères. Alors,il faut tout simplement garder tous les fers au feu, garder une politique de mix énergétique, et surtout éviter de lancer de grand plans sur la comète qui seront démentis.
a écrit le 10/04/2015 à 9:52 :
Le dogmatisme vert a encore frappé. Nous pourrons toujours le remercier dès réception de nos factures énergétiques avec en prime un désastre écologique pour les générations futures...
Réponse de le 10/04/2015 à 20:19 :
Nucléaire ou renouvelable, le désastre financier que nous allons payer cher, cela va être le démantèlement de 58 réacteurs dans les prochaines années. On a calculé que le coût du démantèlement, stockage compris, sera 10 fois supérieur à ce qu'a rapporté chaque centrale....et en plus tout est à inventer, car on ne l'a jamais fait sur un vrai réacteur ( Brennilis est un tout petit réacteur).
a écrit le 10/04/2015 à 6:50 :
Mais oui, mais oui, maintenant ou vas nous demander d'acheter des éolienne Marine alors que nous venons de vendre Alstom pour rien au americain.... Du grand n'importe quoi.... Ensuite ce n'est pas possible une électricité verte à 100 % meme pour les pays 10 fois plus petit.... Encore de l'intoxication de l'information histoire de bien désorienter l'information....
a écrit le 10/04/2015 à 6:33 :
Il n'y a pas de raison de penser qu'une étude est fiable simplement parce que le gouvernement veut qu'on la retravaille.
A vrai dire, dans un pays raisonnable, ce devrait plutôt être l'inverse : si le gouvernement pense que l'étude n'est pas fiable, elle a de bonnes chances de ne pas l'être, tout simplement.
Les militants de tout poil sont doués pour militer, c'est d'ailleurs tout ce qu'ils savent faire, sans quoi ils feraient autre chose. Mais ce dont on a réellement besoin, c'est d'une réflexion sérieuse et informée, pas de coups médiatiques ayant pour but d'imposer une orientation (et les grasses retombées financières qui vont avec pour les dits militants...).
a écrit le 09/04/2015 à 23:46 :
Chiche. Vous garantissez comment les coûts en question pour les consommateurs? Qui paye en cas de "dérapage"? Pourrait-on envisager par exemple la saisie immédiate de tout biens et revenu (en préservant le minimum vital prévu par la loi bien entendu) de tous ceux qui de près ou de loin font la promotion de cet agenda?
a écrit le 09/04/2015 à 22:49 :
On est dans la pensée magique intégrale. Les couts sont évalués sur la base d'études incomplètes et projetés sur une réalité qui n'existe pas encore, autrement dit, on fait de la budgétisation au pifomètre qu'on habille de vocabulaire pseudo scientifique pour faire passe des idées politiques aussi farfelues que leurs auteurs. C'est de la pure manipulation. Le seul vrai débat n'est pas celui de la production de l'énergie mais de sa conservation, et dans ce domaine il n'y a que très peu de solutions viables, et donc dans l 'intervalle, les énergie fossiles et le nucléaire restent incontournables, parce qu'en matière d'énergie il faut pouvoir en disposer vite, et en grande quantité, à tout moment, ce qu'aucun moyen dit alternatif n'est aujourd'hui capable de faire, le progrès technique le permettra un jour, mais pas maintenant, ni dans un futur proche. C'est ça le principe de réalité.
Réponse de le 10/04/2015 à 0:28 :
On disait la meme chose que ce que tu dis avant de passer au nucléaire et de construire des centrales, les gens disaient : ça ne marchera jamais, c'est trop cher, c'est pas réaliste blablablabla Y aura toujours dans l'histoire de l'humanité des pessimistes et des empecheurs de tourner en rond comme toi, et si on les écoutait, on en serait encore à l'age du feu...
a écrit le 09/04/2015 à 21:36 :
Pas d'accord sur le cout : j'installe deja des panneaux PV pour auto-consommer, ca ne coute donc plus rien a la collectivite puisque finance par l'economie d'achat d'electricite.
Et ce d'autant que l'eletricite nucleaire pas chere est une imposture : facile de ne pas etre cher quand on integre ni le demantelement ni le stockage des dechets sur des millenaires et que l'assurance RC nucleaire est ridicule (700 milions de dommage par reacteur, apres c'est a l'Etat et donc le contribuable de payer).
J'attends avec impatience l'instauration d'une taxe speciale demantelement et un autre pour le stockage des dechets.
Réponse de le 09/04/2015 à 22:15 :
L'énergie électrique ne doit-elle pas être revendue à EDF ?
Comment être autosuffisant si la nuit vos panneaux ne produisent pas de jus ? Le frigo s'arrête ?
Votre chauffage est au gaz ou élec ?
Réponse de le 10/04/2015 à 5:22 :
Tout faux! Il parle "auto-consommation" et non auto-suffisance. Renseignez vous avant de critiquer : un système en auto consommation ne revend pas a edf (point 1) et ne vise qu'a réduire a petite échelle et moindre cout, la consommation elec compteur de la maison ou il est installe, le concept incluant évidemment le recours au réseau, notamment la nuit (point 2).
Réponse de le 10/04/2015 à 9:35 :
Justement , le problème est que c'est EDF qui doit assurer la fourniture quand c'est plus difficile ! Donc EDF doit avoir une puissance disponible en pointe qui ne servira pas lors des creux : au niveau investissement, c'est pas idéal ! De plus cette puissance de pointe doit pouvoir démarrer et s’arrêter rapidement : ce sont des turbines à gaz ! Donc pour avoir une énergie verte le jour, il faut avoir une énergie carbonée la nuit ! Pas génial ! Vaut mieux du nucléaire tout le temps qui ne produit pas de CO2 (problème à court qu'on ne sait pas gérer) mais qui produit des déchets (sans trop d'inconvénients à court terme et qu'on peut gérer même sur le long terme)
a écrit le 09/04/2015 à 19:18 :
364 GeW pour le photovoltaïque sur toitures, c'est plus de la moitié du gisement escompté (même en n'en prenant qu'un1/3 comme préconisé). Dans nos petits villages pleins de charme et d'histoire, ça va être splendide sur le plan esthétique (j'en ai 1 en dans ma rue et je vois ce que ça donne sur une maison moderne; dans le cœur historique du Moyen Age de la petite ville où j'habite, ça va être grandiose). Sans compter que le jour où il n'y a pas de soleil, il va bien falloir trouver autre chose. par ex, un jour gris et froid avec léger vent du Nord sur toute l'Europe.
Nota: je suis pour l'énergie solaire qui n'est pas assez développé, mais de grâce, cessons d'écrire des assertions de ce genre.
Bref, 119 pages de texte pour tomber sur une ineptie (il y en a d'autres qu'il serait trop long de détailler).
Tout à fait d'accord avec George " comment le noyautage d'une agence financée par l'argent public peut conduire à de sérieuses dérives idéologiques"
Réponse de le 09/04/2015 à 21:52 :
Ah oui , les panneaux solaires, ça nous changera surtout des batiments gris en béton HLM tous moches tout minéraux tout oppressants à la mode soviétique pleins de moisissures et de pollution automobile qu'on trouve dans les grandes villes ! ou bien des vieux batiments qui tombent en ruine qui datent de 200 ans et que la mairie laisse pourrir sur place ! Mais tout cela a du échapper à ta vision tellement....bonne...
Réponse de le 10/04/2015 à 5:29 :
Si si! Il est prévu de couvrir l'ensemble des cathédrales de France, ainsi que le château de Versailles qui serait particulièrement bien exposé, de capteurs photovoltaïques et leur câblage et accessoires, et ce, rien que pour vous embêter. Et il est prévu la nuit et par temps gris la mise en oeuvre de groupes électrogènes au pied de ces nobles bâtiments pour compenser l'absence de soleil. Toute la force du lobby!
Non mais sérieusement quand on ne maitrise pas un sujet on se documente avant de beugler. Le droit de l'urbanisme et le pouvoir des ABF intègre déjà les problématiques que bous évoquez. Et pour l'intermittence, turbinage et smart grid ca vous parle?
Réponse de le 10/04/2015 à 9:53 :
Turbinage.. au gaz j'imagine. Qui est un hydrocarbure, non renouvelable...
Smartgrid, intégration à grande échelle de composant électroniques non recyclable dans le réseau électrique, expansion de celui-ci (maillage du territoire en "cellules").
Autant pour le mythe de l'énergie verte "facile"...
a écrit le 09/04/2015 à 19:17 :
C'est possible mais faut la volonté politique et combattre les lobbies du pétrole et certains constructeurs automobiles qui font de la propagande....
Réponse de le 09/04/2015 à 20:47 :
@possible
Les causes sont les coûts et la "facilité" de l'énergie, les lobbies n'ont rien à voir. Pour le transport, ce n'est pas demain la veille qu'on remplacera le pétrole. Pour l'électricité, le charbon sera peut-être une voie quand on aura résolu de façon économique le problème du CO2; les poussières, on sait faire mais c'est très cher.
Cordialement.
Réponse de le 09/04/2015 à 21:55 :
Arrêtez votre propagande, le pétrole est déjà remplacé dans les autos actuelles par l'électricité, les batteries, l'hydrogène, le GPL, les voitures TESLA, etc... et ça va aller de pire en pire ;) ne rage pas, ne pleure pas, c'est ça le progrès, vas falloir t'habituer mon cher dinosaure.
Réponse de le 10/04/2015 à 7:23 :
GPL : gaz de pétrole liquéfié :-)
Hydrogène : pour l'instant la production industrielle d'Hydrogène est faite à partir des hydrocarbures
TESLA : superbe , j'adore , mon banquier m'a dit :" c'est pas pour toi" , il me reste la ZOE avec la monstrueuse subvention promise par le gouvernement ... pour l'instant je suis en hybride.
Réponse de le 10/04/2015 à 13:37 :
@letroll
Merci pour votre réponse. Il est évident que les GPL sont produits dans une raffinerie. Dans une raffinerie, le coût de production d'H2 (par craquage à la vapeur de naptha ou de gaz légers) est stratosphérique.
En ce qui concerne la voiture électrique, malgré les subventions ce n'est pas rentable. Faire ses calculs (et ne pas croire les journaux car ils ne prennent en compte que les frais variables) en prenant aussi en considération la différence de charge en capital qui est énorme (le diesel vs essence n'est pas rentable sauf si on passe sa vie dans sa bagnole). De plus, quid de la batterie ?
@@Bernardino 9/4 21:55: je ne rage pas: je suis pragmatique. Si vous croyez que, même dans le moyen terme, et pour les transports, les énergies renouvelables peuvent remplacer la facilité d'approvisionnement en carburant issu du pétrole, je demande à voir, De plus, comment produit-on l'électricité et comment l'achemine t-on vers les lieux de distribution ? Pour la production, vous allez me répondre éoliennes et panneaux solaires. Les sommes à investir sont considérables (comme celles qui ont été dépensées dans le passé pour le nucléaire en France). Il convient en plus de préciser que les réseaux de distribution de ERDF sont déjà à la limite de la saturation et tirer des fils, cela coûte beaucoup d'argent.
Je conviens que ce que j'écris est assez schématique.
Cordialement
a écrit le 09/04/2015 à 19:16 :
En 2044, si on sera encore là (car une 3ème guerre, cette fois thermonucléaire s'annonce à l'horizon européen) on va reporter cette "possibilité d'une électricité 100% verte en France" pour 2100. Les énergies renouvelables ne pourront jamais remplacer le nucléaire et moins encore le pétrole et le gaz. Mais il faut rêver, rêver.... the show must go on ! :)))
a écrit le 09/04/2015 à 19:04 :
L'article ne mentionne pas les métaux rares, chers, difficiles a extraire non recyclable et non renouvelable, qui constitues une pièce très importante (stator et rotor qui permet de bonne performance énergétique )de ses éoliennes et panneaux solaire.Métaux qui provoque également un grand nombre de cancer, et de mort pour les travailleurs qui exploitent les mines en Chine.
Réponse de le 09/04/2015 à 19:22 :
Arrête cette hypocrisie, les métaux rares, on les utilise depuis très longtemps dans les armes militaires, les tél portable, disques durs, ordinateur portables et télévisions,satellites , automobiles, pots catalytiques, , craquage du pétrole, industrie du verre, etc... ça te gênait pas ça avant, mais dès qu'on parle écologie, ça te gêne, bizarre non ?
Réponse de le 09/04/2015 à 19:39 :
C'est vrai que le nucléaire, lui ne provoque de cancer à personne c'est bien connu !
a écrit le 09/04/2015 à 18:29 :
Avec les recettes miracles de l'ADEME, nos voisins allemands vont pouvoir faire de sérieuses économies, eux qui payent leur électricité au double du prix de la notre pour pouvoir subventionner l'éolien et le solaire. Et pourtant, ils produisent encore près de 50% de leur électricité avec du charbon (houille et lignite)! Ou comment le noyautage d'une agence financée par l'argent public peut conduire à de sérieuses dérives idéologiques...
Réponse de le 09/04/2015 à 19:16 :
Vous avez hélas entièrement raison et l'ADEME n'a plus aucune crédibilité à cause de ses dérives idéologiques.
Réponse de le 10/04/2015 à 7:27 :
la première économie à faire c'est de fermer l'ADEME et toutes les autres agences nationales et régionales ( quel que soit le sujet ).
a écrit le 09/04/2015 à 18:11 :
et comment on règle le problème de l'intermittence des éoliennes et du soliaire notamment l'hiver ???
Réponse de le 09/04/2015 à 18:31 :
La première solution évidente est l'ISOLATION, mais ça ne satisfait pas les constructeurs d'Epr, d'Eoliennes, de Panneaux solaires, de générateurs à base de biomasse. Et pourtant si la décision était prise d'un grand chantier d'isolation des bâtiments, cela créerait des centaines de milliers d'emplois. Ne jamais oublier que sont préconisés les économies d'énergie en contradiction avec les objectifs de producteurs qui ont besoin de consommateurs d'énergie, chiffre d'affaires, marges et bénéfices obligent.
Réponse de le 09/04/2015 à 19:52 :
On se chauffe au bois
Ça permet d'être autonome et de faire des économies. En plus il n'y a pas de taxes pour nourrir l'état
Réponse de le 09/04/2015 à 20:38 :
@VALBEL89
Vous avez raison: l'isolation est une voie d'avenir quel que soit le mode d'énergie mais, au jour d'aujourd'hui, cela n'est pas du tout rentable pour un particulier. Au niveau d'un pays, il faudrait faire le calcul global car comme vous le soulignez, il y a des emplois induits à la clé sur toute la filière: de la fabrication de l'isolant à son montage. C'est un calcul extrêmement compliqué qui doit être réalisé avec des sensibilités sur tous les coûts et sur le prix des énergies.
Cordialement
.
Réponse de le 09/04/2015 à 21:30 :
On construit en maison passive, et on se rend compte que le surcout est amorti en 5 ans.
Réponse de le 09/04/2015 à 22:15 :
Dans les scénarios envisagés, on sous estime trop les effets rebonds. Il est évident que nous pouvons améliorer fortement la sobriété énergétique de nos bâtiments par l'isolation. Mais dans le même temps, le nombre de m²/hab est en pérpétuelle hausse (décohabitation, augmentation du parc, chambres individuelles pour chaque enfant, dressing...). De la même manière, la consommation de nos voitures a fondu en 20 ans (de 8 à 10l/100km à 5l/100 ou moins). Mais dans le même temps, le parc auto a augmenté et nous habitons toujours plus loin de notre travail! Alors si on pense à la croissance des équipements électriques dans notre quotidien...faut faire des scénarios réalistes, et ne pas miser sur la baisse de nos consommations.
Réponse de le 10/04/2015 à 3:33 :
@Valbel89 : isolation ? L'archi des bâtiments de France m'a interdit de simples volets isolants : c'est plus joli sans !!!
@letroll : cheminée : la mairie de paris trouve ça trop polluant et à tenté d'interdire l'usage des cheminées à bois dans la capitale !!!
Réponse de le 10/04/2015 à 7:29 :
@lyon69
en ce qui concerne le chauffage au bois , j'habite en pleine campagne , il n'y a plus d'avenir dans les villes ( aucune résilience en cas de crise , problème sociaux vivrensemblesques , mairies socialistes ... ).
ici , le bois n'est pas cher et toujours hors taxes
Réponse de le 10/04/2015 à 10:01 :
L'isolation c'est très gentil, ça ne résout que le problème de la consommation pour chauffage. Comment faire pour, par exemple, charger son véhicule (électrique), faire fonctionner les divers équipement domotiques qui ne manquerons pas d'occuper les habitats futurs, comment faire fonctionner l'informatique & l'électroménager, comment gérer les pics de conso du soir et du matin en semaine et du WE en général ? Généralisation des batteries ? Au Lithium dont la quantité est limitée ? Sachant de plus que de plus en plus de pays aspirent à un mode de vie avec un confort à l'occidental, pour ne serait-ce que la chine, qui a un climat relativement rude pour une partie du pays, la pression sur les ressources minières notamment ne va aller qu'en s'accroissant... Je pense que c'est un peu idéaliste d'estimer que l'isolation est une solution en soi...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :