La reprise se confirme en Bretagne

 |   |  1014  mots
A Brest, et comme dans le reste de la Bretagne, la reprise s'accélère constate l'Insee.
A Brest, et comme dans le reste de la Bretagne, la reprise s'accélère constate l'Insee. (Crédits : DR)
Déjà palpable en 2015, la dynamique de l'emploi s'est confirmée en Bretagne l'année dernière. Les créations d'entreprises restent dynamiques. Certains secteurs retrouvent des couleurs, notamment l'industrie, les transports et, dans une moindre mesure, la construction.

En 2016, l'activité mondiale a augmenté à un rythme presque identique à celui des années précédentes : +3,0% après +3,1% en 2015 et +3,4% en 2014.

Dans la zone euro, la reprise s'est confirmée l'année dernière mais son niveau se situait encore un cran en-dessous de celui observé à l'échelle du globe : +1,6% après +1,5%.

Dans le mouvement européen, la croissance française s'est redressée légèrement. Le PIB a progressé de 1,2 % en volume, après +1,1% en 2015. "Il s'agit de la plus forte croissance depuis 2011", rappelle l'Insee en introduction de ses bilans économiques régionaux. On se console comme on peut.

Parmi ces bilans, une des régions se distingue : la Bretagne. Si l'on ne connaît pas précisément le taux de croissance de l'activité, on sait quelles sont les conséquences de celle-ci sur l'emploi, ce qui est, faut-il le rappeler, le plus important.

Au-dessus de la moyenne nationale

"L'emploi salarié confirme sa reprise amorcée en 2015. Après trois années de baisse entre 2012 et 2014 (14.000 emplois détruits sur la période) et une année d'amorce de reprise en 2015 (plus de 5. 000 emplois créés), l'emploi salarié confirme sa bonne santé en 2016 avec plus de 10 000 nouveaux emplois créés (+1,4%)", indique l'Insee, rappelant que, comme en 2015, la progression est plus forte qu'en moyenne nationale (+1,2%).

Sans réelle surprise, compte tenu de la structure du système productif breton, c'est le tertiaire marchand qui tire encore l'essentiel de ces créations avec en un an plus de 6.300 emplois supplémentaires dans les services hors intérim. Elles s'élèvent à 2.100 dans le commerce. Dans l'industrie, l'emploi se redresse également, en particulier dans l'agroalimentaire où 700 emplois supplémentaires ont vu le jour en 2016.

L'Ille-et-Vilaine se distingue

Tous les départements bretons sont concernés par cette reprise de l'emploi, à l'exception des Côtes-d'Armor où il diminue en particulier dans le secteur tertiaire marchand, en raison de la contraction marquée des effectifs salariés de l'intérim au dernier trimestre 2016. Ainsi, le taux de chômage reste quasiment stable dans les Côtes-d'Armor (9%) alors qu'il diminue plus significativement dans les trois autres départements bretons. Le département du Morbihan, pour sa part, connaît une bonne année économique avec, notamment, près de 3.000 emplois créés en 2016 et un taux de chômage en baisse de 0,4 point (9% fin 2016). Dans le même temps, après une année 2015 difficile, le Finistère crée 2.000 emplois avec un taux de chômage s'établissant à 8,8% (-0,4 point). L'Ille-et-Vilaine reste le département moteur de la région, concentrant plus de la moitié des emplois régionaux créés en 2016. Le taux de chômage y atteint 7,8% fin 2016, en baisse de 0,2 point sur un an.

L'entrepreneuriat a le vent en poupe

En parallèle, les créations d'entreprises augmentent, notamment les sociétés, le plus souvent créatrices d'emploi. Les nouvelles entreprises sont plus nombreuses dans les principaux secteurs d'activité. La baisse du nombre de demandeurs d'emploi observée au 1er trimestre 2016 s'est confirmée. "Pour la première fois depuis 2007, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A diminue sur un an. La baisse est de 4,7% en 2016. Toutefois, en intégrant les chômeurs ayant exercé une activité réduite (catégories A, B ou C), la baisse s'avère plus limitée (-0,5%)", indique l'Insee.

A noter, les jeunes sont les principaux bénéficiaires de l'amélioration du marché du travail. Le taux de chômage breton se situe fin 2016 à 8,5% de la population active. Il a baissé de 0,3 point en un an et est inférieur de 1,2 point à celui de la France métropolitaine. À ce titre, la Bretagne figure toujours au deuxième rang des régions les moins touchées par le chômage, derrière les Pays de la Loire.

Moins d'allocataires du RSA

En Bretagne, comme le précise l'Insee, 6,2% de la population appartient à un foyer allocataire de la prime d'activité, alors que cette part est de 7,4% en moyenne nationale. Comme sur le reste du territoire, pour la première fois depuis la création du RSA, le nombre d'allocataires du RSA socle diminue en Bretagne. Ainsi, la région compte 3,5% des allocataires de France métropolitaine alors qu'elle regroupe 5,1% de sa population. Par ailleurs, le nombre de dossiers de surendettement déposés en Bretagne diminue pour la troisième année consécutive (-12,2% en 2016).

La construction, entre déprime et reprise

Dans la construction, les signes de rebonds observés en 2015 se sont confirmés, stimulés par la hausse des permis de construire et des mises en chantier. Pourtant, en dépit de cette conjoncture favorable, l'emploi dans ce secteur poursuit sa baisse, à un rythme cependant ralenti, avec près de 400 emplois salariés de moins en 2016. Dans ce secteur, "12.000 emplois ont été détruits depuis 2008 ", précise l'Institut.

Le tourisme est également à la peine. Après deux années d'une croissance soutenue, la fréquentation touristique, mesurée par les nuitées dans les hôtels et les campings, recule de 2,2% en 2016. Selon l'Insee, la hausse des nuitées dans les hôtels, en particulier en basse saison, ne suffit pas à compenser le recul marqué de celles enregistrées dans les campings.

L'agriculture est également fragile. "La conjoncture s'est avérée plutôt difficile en 2016", note l'Insee. Le secteur du lait a particulièrement souffert en raison de la baisse des prix de production en début d'année, résultat d'une offre surabondante. "En outre, le cours des bovins se replie, poussé à la baisse notamment par l'afflux des réformes de vaches laitières. Indirectement, la grippe aviaire touche la Bretagne. En revanche, le prix du porc remonte, après plusieurs années de crise. La baisse du coût des aliments est par ailleurs favorable aux différents secteurs de l'élevage", complète l'Insee.

En revanche, les transports en Bretagne affichent une vitalité certaine avec à la fois une hausse du trafic aérien de voyageurs, une augmentation des immatriculations et une croissance du trafic routier de marchandises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2017 à 8:43 :
Les bons élèves, cad le grand ouest se relèvent, les mauvais restent à la traine, pourtant strictement aucun avantage géographique, on est loin de tout mais notre culture chrétienne n'y est pas pour rien, et très bon point pour la Vendée qui cartonne malgré la Roche sur Yon qui comme toutes nos grandes villes qui concentrent misère et manque de personnel qualifié.
Une chose positive pour la Bretagne, la baisse des bénéficiaires du RSA, cet argent servira utilement à créer encore plus d'activité.
Il est temps de penser à une indépendance économique pour laquelle nous sommes prèts.
a écrit le 30/05/2017 à 8:15 :
Le taux de chômage n'est pas un indicateur fiable de la reprise économique. Il fluctue en fonction de paramètres indépendants de la performance. Le PIB par habitant est beaucoup plus pertinent, et c'est peut-être pour cela qu'on en parle pas...
a écrit le 29/05/2017 à 20:47 :
Pendant la crise, la Bretagne avait durement encaissé le coup, surtout entre 2009 et 2012. Le PIB/hab, selon le périmètre des nouvelles régions, a repris trois places entre 2012 et 2014 (5e région française sur 12 contre 8e deux ans plus tôt, selon l'Insee). Je crois que ça corrobore plutôt cet article. Les années 2014 à aujourd'hui ayant été sensiblement plus favorables du point de vue de l'emploi, on peut penser que la reprise est en effet bel et bien de retour.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :