Le budget de l'Éducation nationale va franchir la barre des 50 milliards d'euros

 |   |  479  mots
Jean-Michel Blanquer avait annoncé dans entretien accordé fin juin à La Voix du Nord la création de 2.500 postes à la rentrée 2017 pour le dédoublement des CP dans les réseaux d'éducation prioritaire renforcée (REP+).
Jean-Michel Blanquer avait annoncé dans entretien accordé fin juin à La Voix du Nord la création de 2.500 postes à la rentrée 2017 pour le dédoublement des CP dans les réseaux d'éducation prioritaire renforcée (REP+). (Crédits : Ralph Orlowski)
Ce chiffre correspond au budget "hors cotisations aux retraites des fonctionnaires de l'Education nationale", qui s'élevait en 2017, selon le ministère, à 49,3 milliards. La revalorisation du salaire des professeurs va également se poursuivre, malgré la hausse de la CSG, a déclaré le ministre Jean-Michel Blanquer.

Définie comme "l'un des grands chantiers du président", l'Éducation nationale va voir son budget augmenter. Celui-ci devrait ainsi passer "au-dessus" de la barre des 50 milliards d'euros, a annoncé le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer sur BFMTV lundi. Il avait précédemment annoncé l'augmentation, sans donner de chiffres, dans un entretien publié dans Les Échos lundi.

Le ministère a ensuite précisé à l'AFP que ce chiffre correspondait au budget "hors cotisations aux retraites des fonctionnaires de l'Education nationale", qui s'élevait en 2017, selon le ministère, à 49,3 milliards.

Augmentation des postes d'instituteurs

Rappelant que l'Education était "le premier budget de la nation", il a indiqué que l'école primaire bénéficierait en priorité de cette augmentation. "Il y aura, pour septembre 2018, le nombre de postes nécessaires" pour permettre la poursuite du dédoublement des classes de cour préparatoire dans les zones scolaires défavorisées, poursuit-il dans Les Échos. Cette concrétisation d'une promesse de campagne d'Emmanuel Macron - des classes de CP à 12 élèves - doit prendre forme dès la rentée du 4 septembre prochain.

"C'est déjà une réalité, c'est-à-dire que 85% des communes ont réussi à trouver la deuxième classe", a déclaré le ministre, dimanche soir, lors du journal de 20 heures de TF1.

Jean-Michel Blanquer avait annoncé dans un entretien accordé fin juin à La Voix du Nord la création de 2.500 postes à la rentrée 2017 pour le dédoublement des CP dans les réseaux d'éducation prioritaire renforcée (REP+). Ce dédoublement sera ensuite étendu "aux réseaux d'éducation prioritaire 'REP' et aux CE1 des 'REP+' pour parachever le dispositif", a déclaré Jean-Michel Blanquer dans le quotidien économique, en précisant que "le dédoublement des CE1 des écoles 'REP' est prévu à la rentrée 2019".

La revalorisation salariale va se poursuivre, malgré la hausse de la CSG

Le ministre est également revenu sur la rémunération des enseignants, lors de son passage sur BFMTV, alors que la suppression progressive en 2018 des cotisations salariales chômage (2,4% du salaire brut) et maladie (0,75%) ne concernera que les salariés du privé mais que la hausse de la CSG sera appliquée à tous .

Rejetant l'idée de "mesures de compensation" précédemment évoquée par le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, Jean-Michel Blanquer a déclaré qu'il allait agir "dans cette direction", soulignant que la revalorisation en cours "doit se poursuivre, c'est un sujet long terme". Les professeurs peuvent "gagner [du pouvoir d'achat] par d'autres aspects", a-t-il précisé, en citant l'exemple du dispositif "devoirs faits" - aide gratuite aux élèves pour leurs devoirs - qui sera notamment assurée par des professeurs volontaires.

"Nous payons des heures supplémentaires donc nous sommes évidemment attentifs à cette question du pouvoir d'achat", a-t-il dit.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2017 à 22:55 :
On n'y comprend rien. Hausse de la CSG compensée par des heures sup....c'est quoi la revalorisation ? Et s'il n'y a pas de possibilité d'heures sup?
Et le ppcr ? Maintenu? Repoussé d'un an? Définitivement?
C'est quand la fin du flou. Quand il y a du flou, il y a un loup....c'est peu rassurant .
a écrit le 30/08/2017 à 11:32 :
Ce qui est constant dans l'Education Nationale Française c'est d'avoir des résultats scolaires inversement proportionnels aux budgets engloutis. Voir tous les classements internationaux, voir un bac complètement dévalué d'où sortent pleins de gamins incapables de rédiger une lettre ou un CV sans faute d'orthographe, non orientés et donc avec une grande chance d'échec en première année universitaire. Mais la grande force de notre éducation gauchisante: surtout aucune entrave ni sélection ni en CP, ni en 6ème, diapres le bac pour entrer en fac. On en voit les résultats tous les ans depuis JOSPIN et son Université 2000, sans que cela n'inquiète ni les parents, ni les profs, ni les syndicats.....aussi gauchisant.
a écrit le 30/08/2017 à 10:09 :
Comme si seuls les moyens étaient en cause pour expliquer les trop faibles performances de l'éducation nationale!!!
Il faut aussi penser à dégraisser le mammouth: Absentéismes, enseignants détachés dans les syndicats, horaires de travail, surnombre des personnels administratifs, surnombre d'établissements, idéologisme dans l'établissement des programmes, l'égalitarisme par le bas, etc.; 15 à 20% de gras!!!
a écrit le 30/08/2017 à 2:21 :
Avec les résultats que l'on connaît....
a écrit le 29/08/2017 à 11:05 :
Il y a des universités qui proposent en licence des cours de rattrapage en Français... On peut le concevoir pour les étudiants étrangers qui ne maîtrisent pas parfaitement notre langue mais pour nos bacheliers, c'est grave.
Cordialement
a écrit le 29/08/2017 à 10:08 :
Tout cela pour donner un savoir et non un métier comme chez nos voisins.
a écrit le 29/08/2017 à 5:28 :
PISA 2015: 27 ieme place.... A 50 milliards d'investissement pour pareil resultat, cela fait cher.
a écrit le 28/08/2017 à 20:33 :
Certains semblent ne toujours pas comprendre que l'oligarchie dirigeante n'a pas besoin d'éduquer des citoyens, mais de formater des moutons.
a écrit le 28/08/2017 à 17:36 :
Pour pallier à la pénurie de professeurs alors que nos enfants manquent des centaines d'heures de classe non remplacées, il faut augmenter les salaires des professeurs contractuels en CDD qui travaillent autant que leurs homologues fonctionnaires, mais ne font jamais grève et coutent moins cher à la collectivité.
D'autre part, pourquoi ne pas supprimer le Capès et l'agrégation qui n'existent ni à Singapour,ni en Pologne ni en Allemagne et qui produit en France des générations d'enseignants surdimensionnés alors que les élèves de 5ème savent à peine lire et écrire leurs propres noms et prénoms ? Il faut changer les structures obsolètes de l'Education Nationale car elles sont responsables du niveau catastrophique des jeunes français sur tout le territoire.
Réponse de le 28/08/2017 à 21:06 :
Ce qui est responsable le du niveau catastrophique, c'est que les jeunes français ne travaillent pas assez.
Avec la réforme de l'école à 4 jours par semaine, un jeune français va travailler aux alentours de 147 jours par an. Alors qu'un jeune allemand, lui, va travailler de 195 à 205 jours suivant les LÄNDER. Soit de 5 jours à 5 jours et demi.
Et un jeune français, lui sera fatigué avec 4 jours par semaine !!!
Ce n'est pas comme cela qu'on peut apprendre quelque chose aux jeunes français, et qu'on peut leur donner le goût du travail.
Réponse de le 30/08/2017 à 11:41 :
@René MONTI: voilà un article indiquant que les jeunes allemands n'ont pas cours deux AM par semaine ! Ce qui fait 7 demi-journée d'école alors que les jeunes français en font 8 et en plus ils finissent à 16h30 ! CQFD ! Faut arrêter de faire le mouton et faire un petit peu de recherche sur le net ! Bonne lecture !
https://www.piefrance.com/trois-quatorze/reportages/systeme-scolaire-allemagne/
a écrit le 28/08/2017 à 15:47 :
Dans les classements internationaux l'éducation nationale française y compris universitaires se traîne dans le fond du classement. Avec des enseignants du public déresponsabilises assis sur leur 28h de travail prenant leur formation pendant les cours malgrés 3 mois de congés, sans accord d'objectifs et de résultats, des méthodes de mafia de la part des syndicats qui obligent les académies à noter les enseignants même les plus paresseux à une moyenne de 14 jamais en dessous, un absentéisme élevé pour malade imaginaire, sur payé pour le résultat obtenu... Une question a se posé les deuxièmes acheteurs de camping car en France sont les enseignants actifs ??? Le mammouth à besoin de réforme en profondeur.... La Suède comme d'autres pays ont privatisés les lycées mis sous contrat de droit les enseignants ex-fonctionnaires mis en concurrence... La Suède accorde des bourses pour les parents qui choisissent les lycées les plus performants... Résultat la Suède caracole en tête des classements sur la transmission du savoir faire... Pendant que l'éducation nationale française premier poste de dépense de l'état est en pleine déroute...
Réponse de le 28/08/2017 à 17:33 :
Tiens donc, encore une personne qui ignore quel est le véritable travail des enseignants, car oui, monsieur ou madame, il existe beaucoup d'enseignants qui font leur métier avec sérieux, alors que leur profession est de plus en plus critiquée par des personnes comme vous.
Vous croyez vraiment que ce sont les enseignants qui choisissent leurs dates de formation, vous croyez que ça les arrange de s'y rendre au lieu de faire cours devant leurs élèves ?
Allez, monsieur ou madame, je vous propose un rendez-vous en terre inconnue pour vous : entrez en immersion au sein d'un établissement scolaire auprès des enseignants, vous y découvrirez la réalité !
Avant de cracher sur les enseignants, il faudrait peut-être plutôt évoquer les différentes politiques menées depuis des décennies : à ce que je sache, elles n'ont pas été décidées par les enseignants, mais bien par des énarques pour la plupart qui n'y connaissent rien aux réalités. Et après, comme d'habitude, ce sont les enseignants qui trinquent...
Réponse de le 28/08/2017 à 21:11 :
Et qui a donné la semaine de 4 jours aux élèves dans le primaire, alors que les ALLEMANDS sont entre 5 jours et jours et demi pour une année beaucoup plus longue ?
Il me semble qu'il s'agit de SARKOZY / FILLON et de MACRON / BLANQUER ??
Réponse de le 29/08/2017 à 10:56 :
tout à fait d'accord avec "naufrage..." de toute façon cette caste de fonctionnaire participe au naufrage de notre pays que l'état revienne à des fonctions régaliennes pour résoudre les problèmes comme l'a très bien fait la Suéde
a écrit le 28/08/2017 à 13:58 :
Un décret a été signé par sa collègue précédente : Décret n° 2017-789 du 5 mai 2017 fixant l'échelonnement indiciaire de certains personnels enseignants et d'éducation avec une entrée en vigueur au 1er septembre 2017 et un effet échelonné jusqu'en 2020.
La revalorisation indiciaire a été envisagée pour tenter notamment d'inciter les jeunes à embrasser cette carrière. Eu égard aux salaires, peu sont intéressés même si systématiquement certains bonnes âmes mettent en avant les vacances....Par ailleurs tous les professeurs n'enseignent pas à Henri IV ou encore Louis Legrand.....donc avec un public choisi....alors même que ce type d'établissement relève de l'enseignement public....il y a le public + et le public -.....Et lorsque vous êtes dans le public -, ce n'est pas de l'enseignement que vous faites mais vous vous transformez garde chiourme....
Par ailleurs, M. Blanquer indique que : Les professeurs peuvent "gagner [du pouvoir d'achat] par d'autres aspects", a-t-il précisé, en citant l'exemple du dispositif "devoirs faits" - aide gratuite aux élèves pour leurs devoirs - qui sera notamment assurée par des professeurs volontaires. Mais M. Blanquer sait, certainement, que cette prestation, pour le primaire, par exemple est financée par les communes et que certaines communes sont en train de faire appel à des bénévoles (formation? et responsabilité?) pour les devoirs du soir...je crois que M. Blanquer devrait s'informer davantage....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :