Le football professionnel français est-il en train d'exploser ?

 |   |  751  mots
Le football professionnel français se divise
Le football professionnel français se divise (Crédits : Reuters)
La décision du conseil d'administration de la LFP de maintenir à 2 le nombre de montées et de descentes entre la Ligue 2 et la Ligue 1 dès la saison prochaine a provoqué la colère des présidents de L2 qui menacent d'une révocation du CA de la Ligue. Entre-temps, Jean-Michel Aulas a annoncé sa démission de l'UCPF. Explications...

La guerre entre les dirigeants de Ligue 1 et de Ligue 2 est déclarée. Suite à la décision prise hier [le 9 juillet] par le conseil d'administration de la LFP de maintenir le nombre de descentes et de montées à 2 entre la L2 et la L1 dès la saison 2015-16 en dépit du vote du conseil fédéral, les présidents de Ligue 2 ont tous vivement réagi face à une décision insoutenable selon eux. En effet, la Ligue 2 sera alors confrontée à une situation inédite lors de la prochaine saison avec seulement 2 tickets disponibles pour la Ligue 1 contre 3 possibilités de descentes en National. Un véritable mouroir se dessine pour un championnat qui peine déjà à attirer des investisseurs.

Devant cette décision, les patrons de Ligue 2 ne comptent pas en rester là. Claude Michy - seul membre du CA de la LFP à avoir voté contre la réforme hier avec Jean-Pierre Louvel - menace déjà de convoquer une assemblée générale extraordinaire de la LFP afin de dissoudre son conseil d'administration. Ce dernier prépare actuellement ses armes en sondant de nombreux patrons de Ligue 2. D'autres dirigeants étudient la possibilité d'exploiter la voie juridique à l'image de l'ASNL ou encore du DFCO afin de faire annuler cette réforme.

« Je trouve cette décision affligeante mais je ne suis pas surpris » a ainsi commenté Guy Cotret, président de l'AJ Auxerre à la suite de la décision validée par le CA de la Ligue. « C'est inacceptable et irrespectueux. On veut nous tuer ! » a alors renchéri Joël Coué, patron des Chamois Niortais, dans les colonnes de L'Equipe. « C'est inadmissible, honteux et intolérable ! On se moque des clubs de Ligue 2, de leur staff, de leurs joueurs, de leurs partenaires, de leurs supporters et des villes qui les soutiennent » a ainsi affirmé Olivier Delcourt, président du DFCO, lors d'un entretien accordé au quotidien L'Equipe.

Les présidents de Ligue 2 sont-ils isolés dans leur combat ?

Pour le moment, Frédéric Thiriez, patron de la LFP, a peu commenté les réactions virulentes des présidents de Ligue 2. Alors qu'il était prêt à reporter d'une année la réforme si le conseil fédéral décidait de voter la mise en place d'un système similaire entre la L2 et le National pour 2016-17, il s'est finalement abstenu lors du vote organisé hier au CA de la Ligue. « Je suis prêt à une nouvelle élection. Le conseil d'administration peut en effet parfaitement être révoqué par une majorité de clubs » a alors indiqué le patron du football professionnel français, suite aux velléités de dissolution du CA affichées par certains dirigeants de L2.

D'après les résultats du vote d'hier [le 9 juillet] du CA de la Ligue, la Ligue 2 semble esseulée dans son combat contre cette réforme. Seuls ses deux représentants ont voté contre son application. Même Saïd Chabane, patron du SCO Angers promu en Ligue 1, a décidé de voter en faveur de l'application de cette réforme. Un choix qui a provoqué l'hostilité de nombreux patrons de L2.

Pourtant, la ligne de fracture n'est pas si claire que ça. Le patron de la FFF, Noël Le Graët, est toujours ambigu au sujet de sa position. Et certains présidents de Ligue 1 seraient prêts à soutenir la Ligue 2 dans son combat. Au printemps dernier, Bertrand Desplat (EAG) et Jean-Pierre Caillot (Stade de Reims) avaient participé à l'élaboration d'une lettre dénonçant les attaques des clubs puissants de L1 à l'égard de la L2.

Cette guerre pourrait faire des dégâts au-delà de la LFP. Hier, le président de l'Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, a annoncé sa démission de l'UCPF, organe qu'il avait pourtant contribué à créer en 1990. Une démission qui s'inscrit comme une volonté de ne plus collaborer avec les clubs de Ligue 2 au sein du syndicat des clubs professionnels. Clairement, le patron de l'OL veut se séparer des dirigeants de Ligue 2 qui freinent les réformes structurelles. Le combat est loin d'être terminé et pourrait déborder sur d'autres terrains politiques et économiques...

Ecofoot

Ecofoot.fr

Site spécialisé dans l'actualité foot-business, Ecofoot.fr traite quotidiennement des sujets économiques, marketing, stratégiques et organisationnels liés à l'univers footballistique. De la renégociation de droits TV aux stratégies d'expansion commerciale à l'international, en passant par les changements actionnariaux à la tête des clubs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2015 à 8:31 :
que de la magouille. Mais valls va organiser un rendez vous avec Platini, ainsi il pourra prendre ses enfants à bord d'un avion de l'état payé bien entendu par nous les contribuables, cette fois il a chois Tahiti pour la réunion, au juste et son chien il l'emmène aussi et peut être le violon également.
a écrit le 14/07/2015 à 11:38 :
Sans compter que la DNCG outrepasse le droit et se prend pour un tribunal militaire. Dernier exemple en date la relégation de Arles-Avignon en CFA alors que les garanties financières existent mais ont été apportées le 2 juillet au lieu du 30 juin. On voit la gravité du motif quand dans le même temps Lens est encore autorisé dans les championnats professionnels malgré son passif et l'insuffisance de garanties financières. Il est temps que le ministère des sports fasse le ménage à la LFP et à la FFF.
a écrit le 13/07/2015 à 23:11 :
Vu ce que les "instances" nationales et internationales on fait du foot, je ne m'y intéresse plus depuis au moins 20 ans. Le foot est à l'image de la société actuelle, celle du fric, du mensonge, d'une mafia. Dommage pour un jeu qui peut être captivant, fédérateur, créateur de lien social. Par extension, il en va ainsi du Monde et en ce moment de l'Europe.
Réponse de le 14/07/2015 à 20:26 :
D'accord avec "valbel".
A l'observation des moeurs de nos "Copains & coquins " dans notre république exemplaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :