Le gouvernement envisagerait de durcir le contrôle des chômeurs

 |   |  410  mots
Le 22 novembre, Pôle Emploi a dressé le premier bilan du contrôle des chômeurs, entamé fin 2015: 269.000 contrôles ont abouti à 14% de sanctions.
Le 22 novembre, Pôle Emploi a dressé le premier bilan du contrôle des chômeurs, entamé fin 2015: 269.000 contrôles ont abouti à 14% de sanctions. (Crédits : Benoit Tessier)
L'exécutif prévoirait, entre autres, de réduire les allocations de moitié pendant deux mois en cas de "recherche insuffisante" d'emploi, lit-on dans une note du ministère du Travail consultée par le Canard enchaîné.

Le gouvernement envisagerait de durcir certaines sanctions dans le cadre de la future réforme de l'assurance chômage, selon les informations du Canard enchaîné daté du 27 décembre, citant une note confidentielle du ministère du Travail.

Actuellement, en cas de recherche d'emploi insuffisante ou de refus de formation, un chômeur peut voir son allocation réduite de 20% pendant deux à six mois. En cas de refus à deux reprises d'une offre raisonnable d'emploi, l'allocation est suspendue pendant deux mois. Si le refus se répète, elle peut être supprimée pendant deux à six mois, voire définitivement.

Réduction des allocations de moitié pendant deux mois

Selon la note citée par l'hebdomadaire satirique, une recherche insuffisante, un refus de formation ou un refus de deux offres d'emploi jugées raisonnables, entraînerait une réduction des allocations de 50% pendant deux mois. En cas de récidive, elles seraient supprimées pour une durée de deux mois.

En outre, chaque demandeur d'emploi devra remplir un "rapport d'activité mensuel", listant l'ensemble des démarches effectuées pour favoriser son retour à l'emploi, selon cette note rédigée par Antoine Foucher, directeur de cabinet de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et ancien cadre du Medef.

Pour mémoire, Pierre Gattaz, numéro un du Medef, avait suggéré en octobre un contrôle "journalier", "hebdomadaire" ou "mensuel" des demandeurs d'emploi, suscitant un tollé.

Lire aussi : assurance chômage : renforcer les contrôles ne résoudra pas le problème selon l'OFCE

"Moderniser les règles"

La négociation sur la réforme de l'assurance chômage doit débuter le 11 janvier et s'achever mi-février. Les partenaires sociaux prévoient de négocier, entre autres, du contrôle des chômeurs, un sujet sur lequel le gouvernement souhaitait initialement garder la main.

Dans le document d'orientation envoyé mi-décembre aux syndicats et au patronat pour cadrer la négociation, le ministère du Travail explique qu'il "proposera" une réforme "du barème et des modalités de sanctions dans les semaines qui viennent".

"Cette réforme permettra de moderniser les règles relatives à la proposition d'une offre raisonnable d'emploi. Elle sera génératrice d'une meilleure application des règles et d'un accompagnement plus efficace des demandeurs d'emploi", souligne la note.

Le 22 novembre, Pôle Emploi a dressé le premier bilan du contrôle des chômeurs, entamé fin 2015: 269.000 contrôles ont abouti à 14% de sanctions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2018 à 10:03 :
Sarkozy en a rêvé, Macron va le faire....pour ceux qui en doutaient encore, Macron est bien un type de droite. Comme quoi aussi sa politique n'est pas nouvelle, il fait comme les autres et n'a pas de solution, de vision différente...il ne fait pas de "politique autrement", c'est même pire, il pense avoir raison sur tous les sujets et avoir LA solution.
Pour changer de vision, il faudrait changer de système donc les personnes au pouvoir qui son toutes issues des mêmes formations.

Renforcer le contrôle des chômeurs est un acte de la plus grande lâcheté : c'est tenter de faire croire que le chômage ne baisse pas parce que les chômeurs ne cherchent pas, le politique se dédouane de toute responsabilité...
Macron anticipe ainsi la futur hausse des chômeurs due à ses " réformes" du code du travail qui a déjà ses effets dans les entreprises : on vire en masse les séniors....

on pensait avoir touché le fond avec Sarkozy, on a continué à creuser avec Hollande mais maintenant c'est la chute libre avec Macron....vivement la démocratie pour que nous puissions prendre NOS décisions dans l'intérêt général.
a écrit le 28/12/2017 à 19:09 :
"Moderniser les règles"

Faudrait déjà les respecter :

L’inspection du travail a constaté 671 infractions au Code du travail chez Business France, au moment où cet organisme public était dirigé par l’actuelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud, affirme Le Canard enchaîné daté du mercredi 20 décembre.

"On est dans une procédure avec l’inspection du travail", a confirmé le directeur général de l’agence publique, Christophe Lecourtier, soulignant qu’il n’y avait pas encore de procès-verbal définitif, contrairement à ce qu’affirme le journal, mais seulement un "relevé d’observations".Les inspecteurs ont relevé 557 dépassements du plafond d’heures quotidiennes pour 92 salariés, relève l’hebdomadaire satirique. Sur la durée hebdomadaire, plafonnée légalement à 48 heures, "au cours des 200 jours sur lesquels a porté le contrôle, 15 salariés ont crevé le plafond à 55 reprises. Avec un record à plus de 55 heures", écrit Le Canard enchainé.
Des agents ont aussi travaillé sans autorisation à des horaires de nuit, ou sans respecter le repos légal de 11 heures entre deux journées de travail, mais aussi en dépassant le plafond légal de jours travaillés pour les salariés au "forfait jour".Les infractions sont passibles d’une amende totale de 600 000 euros et portent sur la période de juillet 2016 à mai 2017, assure l’hebdomadaire.
a écrit le 28/12/2017 à 12:58 :
Il faut autant responsabiliser les sans-travail que les dirigeants incompétents (genre Lauvergeon qui a coulé Aréva et qui nous coûte beaucoup plus cher que le rsa)
a écrit le 28/12/2017 à 9:04 :
C'est vrai que couper les allocations aux chômeurs permettrai de les affamer pour les faire disparaître mécaniquement... Pour que ce soit plus rapide, il est possible de les réunir dans des camps de formation entourés de barbelés et quelques miradors pour les motiver.
a écrit le 28/12/2017 à 8:16 :
comme d'habitude la mauvaise conduite de certains entrainent la penalite de l'ensemble mais il ne faut pas oublier que des entreprises ont du mal a recruter par manque de mains d'oeuvre qualifiée (education nationale) d'autre part probleme de transport quand les habitations se developpent dans une banlieue pour une question de cout les entreprises se devoleppent a l'opposées ou est la cohesion de developpement du territoire!!!!
vaut mieux rester chez soit que de depenser le peu que l'on gagne en frais de transport et en temps perdu
a écrit le 27/12/2017 à 22:28 :
Si nous avions les mêmes conditions indemnisation que l'Allemagne ou la GB ( 6 mois max et 500 € max avec obligation d'accepter le job), il est fort a parier que notre taux chômage serait divisé par deux.
Nous avons les conditions d'indemnisation les plus favorables du monde avec 3 ans max, 7000 € max et sans aucune obligation. Quoi de plus naturel que de préférer rester au chômage avec ces conditions d'indemnisation ?.
Réponse de le 27/12/2017 à 23:23 :
La Suisse a un système plus généreux que nous, pas besoin d'aller à l'autre bout du monde...
500 euros par mois pendant 6 mois. La modération de ma tribune m'empêche de vois dire tout le bien que je pense de vous.
a écrit le 27/12/2017 à 17:37 :
" cette note rédigée par Antoine Foucher, directeur de cabinet de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et ancien cadre du Medef".

Copains comme cochons ,nos LREM avec le Medef.

Une millionnaire veut durcir le contrôle des chômeurs :

Le 30 avril 2013, Muriel Pénicaud a fait une très bonne affaire. L’actuelle ministre du Travail et ancienne directrice des ressources humaines de Danone, a réalisé à cette date une plus-value boursière de 1,13 million d’euros sur ses stock-options. Deux mois auparavant, l’entreprise avait décidé la «suppression d’environ 900 postes managériaux et administratifs répartis dans 26 pays européens», dont 230 en France. L’annonce de ce plan social avait été suivie d’un bond important du titre au CAC 40. «La transaction porte sur un lot de 55 120 actions acquises à une valeur de 34,85 euros l’unité, bien en dessous du cours de l’action ce jour-là, et revendues aussitôt pour l’essentiel (52 220 actions) à 58,41 euros l’unité, au cours du marché. Soit 1 920 932 euros à l’achat, et 3 049 966,54 euros à la revente. Bilan de l’opération : une plus-value immédiate de 1 129 034,54 euros» calcule le quotidien. Une bonne passe boursière qui tombait à pic pour Muriel Pénicaud qui a effectué cette opération tout juste après l’expiration du délai de quatre ans imposé par Danone avant de pouvoir revendre ses stock-options. La ministre du Travail les avait acquises le 23 avril 2009 au plus bas, juste après le krach boursier.Dans sa déclaration d’intérêts relative aux cinq années précédentes et publiée ce jeudi par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, Muriel Pénicaud indique avoir reçu de janvier 2012 à avril 2014, plus de 4,7 millions d’euros de rémunération pour son poste à Danone. Au cours de la même période, la ministre du Travail avait aussi touché près de 128 000 euros de jetons de présence en tant que membre du conseil d’administration d’Orange.


,
a écrit le 27/12/2017 à 11:40 :
pendant que les français souffrent(baisse des APL,droits au chomage supprimés),le président se pavane pour de pénultièmes vacances depuis son élection.c'est une faute de gout et de communication,tous les français ne peuvent pas se payer les sports d'hiver
a écrit le 27/12/2017 à 11:02 :
Votre gouvernement devrait envisagé de durcir le contrôle des employeurs et entreprises qui refusent d'embaucher des salariés de moins de 27 ans et de plus 43 ans !!!
a écrit le 27/12/2017 à 10:39 :
Les chercheurs d'emplois avec la difficulté aujourd'hui pour trouver un travail ne trouveront que la solution de ne pas être inscrit comme chômeur à Pôle Emploi ou partir dans une formation. Le Président Macron et son gouvernement n'apporte qu'un maquillage et un moyen nul pour réduire le nombre de chômeur en France. Il suffit de regarder chez nos voisins de l'UE qui ont imposé des contrôles résultats des gens en recherche d'emplois ne sont plus visibles des statiques...
a écrit le 27/12/2017 à 10:33 :
Le système d'Assurance a dérapé pour devenir un soutien social.. il n'y a aucun problème pour que des personnes ayant cotisé à un système d'assurance le fassent fonctionner quand les conditions sont remplies, et bien sûr, il faut traiter la question sociale: mais ces deux choses doivent être différentes; les assurances quand les versements aux ayants droits sont trop élevés, revalorise, c'est normal, les primes. le traitement social ne doit pas rejoindre, et c'est normal aussi, les conditions de ceux qui ont travaillé..
a écrit le 27/12/2017 à 10:29 :
les chômeurs de moins 25 ans et les plus de 50 ans qui n'arrivent pas à trouver du travail vont se désinscrire en masse de pôle emploi ce qui fera baisser les statistiques du chômage jupiter macron ne fait que mettre la poussière sous le tapis LE GOUVERNEMENT DEVRAIT DURCIR LES CONTRÔLES DES DÉPUTES SÉNATEURS FONCTIONNAIRES AVEC LEUR ABSENTÉISME RÉCURRENT LES ENSEIGNANTS DE L’ÉDUCATION NATIONALE AVEC SON PERSONNEL D’ÉCOLE LES HÔPITAUX BATTENT LES RECORDS D’ABSENTÉISME DE COMPLAISANCE OU MALADIE IMAGINAIRE
a écrit le 27/12/2017 à 10:18 :
Alors que ce sont les employeurs essentiellement qui abusent des CDD leur permettant de rémunérer leurs employés via les fonds publics pendant les temps morts, une fois de plus on va s'acharner sur le salarié qui devra donc chercher d'autres CDD qui se termineront plus tard que l'ancien lui faisant perdre au final son emploi.

Le serviteur des riches a encore frappé.
a écrit le 27/12/2017 à 9:40 :
"Le gouvernement envisagerait de durcir le contrôle des chômeurs"

Le gouvernement LREM composé de millionnaire envisagerait de durcir le contrôle des chômeurs.
a écrit le 27/12/2017 à 9:05 :
Ils sont quand même motivé pour créer du SDF et exiger qu'il n'y en ai plus dans les rue en hiver. Les milliards économisé avec ce genre de loi sera donné aux asso d'hébergement d'urgence.

On marche vraiment sur la tête...
a écrit le 27/12/2017 à 9:02 :
14% de fraude, c'est la réalité alors les commentaires sur Narcisse, chasse aux pauvres, traque ... sont à mourir de rire ! Si on cherche, on part en formation ... on aura aucunes embrouilles, je peux l'affirmer ! Mais bon il semble que beaucoup s'en tape des 14% qui sont responsables de cette situation, 14% de 3 Millions = 420 000 ! ça ne dérange personne ?!
Réponse de le 27/12/2017 à 18:22 :
Parce que le montant de la fraude que ça représente ne dépasse pas une centaine de millions d'euros. C'est en général une fraude de survie assez minable sur le plan comptable.

A comparer avec la fraude sur l'impôt sur le revenu ( entre 15 et 20 milliards d'euro), la fraude sur les impôts sur les sociétés (27 milliards), ou les fraudes portant sur les cotisations sociales (travail non déclaré) (20 milliards).

Ce qui fait contraste c'est l'adoption par Macron d'une législation qui ouvre droit "à l'erreur" au profit des plus gros fraudeurs potentiels et qu'en même temps il est implacable pour les fraudeurs de pacotille.
a écrit le 27/12/2017 à 8:53 :
Macron présenté comme moderne applique en réalité la solution libérale du siècle dernier: pression sur les chômeurs pour présenter des chiffres du chômage correct c'est uniquement de la com et le problème subsiste mais avec des médias en pamaison devant EM cela marche mais pour combien de yemps?!
a écrit le 27/12/2017 à 0:19 :
Sachant qu'un conseiller de pôle emploi peut s'occuper de 350 chômeurs....en plus de les contacter et de les recevoir il devra lire les 350 rapports sur l'activite de recherche de chaque chômeur....😁😂😂
a écrit le 26/12/2017 à 23:50 :
Quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage....
Narcisse est actuellement en montagne pour dévaler les pentes avec dame Brigitte puis en tant que premier de cordée gravir un sommet 😁 n'est ce pas formidable tout ce cirque?
Réponse de le 27/12/2017 à 6:32 :
le roi tellet soleil et sa clique caracolent dans les sondages....
les francais n'ont que ce qu'ils meritent...
a écrit le 26/12/2017 à 22:44 :
Personnellement je souhaite que les emplois peu qualifiés soient assurer par des chômeurs peu qualifiés plutôt que de recruter des travailleurs de l'Europe de l'Est .
En emplois peu qualifiés, je parle des travaux viticoles, maraichers, cueillette des pommes et tous les travaux du bâtiment, peintres, plombiers etc. Là je ne comprend pas cette aberration. Pourquoi chercher ailleurs ce que nous avons à portée de mains ? Une réforme est probablement utile mais encore faut-il partager le constat ?
Réponse de le 27/12/2017 à 8:50 :
Remarque de bon sens mais... Le pb est que certains emplois ont une mauvaise image du fait des agissements de certains mauvais employeurs. Ces mauvais employeurs vont préfèrer embaucher des travailleurs de l'est qui accepteront de travailler plus pour gagner autant et accepteront d'être mal loés cela pose donc le pb du contrôle. Les vendanges cela peut être un emploi sympa si l'on tombe chez un viticulteur correct (j'en ai fait pendant cinq ans mais c'était il ya quarante ans!) mais cela reste un emploi précaire!
Réponse de le 27/12/2017 à 10:50 :
les travailleurs de l'Europe de l'Est sont des détachés les employeurs français ne payent pas les charges pour dire simple cela revient à les rémunérés avec un salaire roumain ou bulgare de 400 euros alors que le smic français est de 1480 euros brut pour un salarié français même problème dans le bâtiment peut-on accepté dans une société comme la france que des compatriotes soient payé comme un chinois personnellement ce n'est pas ma conception d'une société moderne ou chacun doit pouvoir trouver sa place dans des conditions décentes
Réponse de le 27/12/2017 à 14:34 :
Quelle que soit son origine (chômeur français ou travailleur est-européen), quand j'ai besoin d'un peintre ou d'un plombier, je veux une personne qualifiée, réalisant un travail de bonne qualité.
a écrit le 26/12/2017 à 21:34 :
Le gouvernement envisagerait de durcir le contrôle des chômeurs ...

Les chômeurs devraient organiser une association pour effectuer un contrôle régulier, hebdomadaire du train de vie et de l'activité réelle des Députés, des assistants parlementaires et des fonctionnaires des différents ministères ;

Les résultats de ces contrôles seraient transmis aux journaux avec de véritables journalistes comme les équipes d'Elise LUCET sur Fance 2, du Canard enchainé, de Mediapart et autres wikileaks ...
Réponse de le 26/12/2017 à 22:51 :
Où j'habite les viticulteurs vont venir des ouvriers de l'Europe de l'Est pour les vendanges, pour cueillir les pommes, même constat, et pendant ce temps là, nous indemnisons des personnes inscrites à l'ANPE. Pouvez-vous me donner votre opinion sur ce constat; j'attends toujours une réponse de Mélenchon sur ce sujet. Merci
a écrit le 26/12/2017 à 20:32 :
Encore une belle fumisterie de la clique à Jupiter pour faire baisser le nombre de chômeurs( en radiant à la pelle)! je précise pour certains que je n'ai jamais été au chômage mais je ne suis pas dupe ,je connais beaucoup de personnes diplômées avec des compétences, en recherche d'emploi et quand je vois la galère pour elles de trouver un travail. Qu'on s'occupe déjà de réformer pôle emploi qui ne sert qu'à compter les chômeurs.
a écrit le 26/12/2017 à 20:22 :
Pourquoi faire ça ? La haine du pauvre est devenue chic ?
Retirons ce qu'il leur reste, qu'ils finissent par mourir à l'abri des regards ?

Actuellement sans emploi, j'envisage de passer une formation me permettant d'établir des enquêtes fiscales sur les membres du gouvernement.
Un ou une conseillère pour m'y aider ?

Le statut d'auto-entrepreneur a ruiné mes espoirs de CDI.
Merci M.Sarkosy

La chasse aux pauvres m’amènera d'ici 3 mois à vivre dans ma voiture.
Merci M.Macron
Réponse de le 27/12/2017 à 6:30 :
et vous avez vote pour qui????
a écrit le 26/12/2017 à 19:16 :
Ca semble évident et cela aurait du être fait il y a 20 ans ! Maintenant que la société c'est habituée ça va passer pour une révolution !
a écrit le 26/12/2017 à 19:10 :
Quand il y a 300 000 emplois non pourvu et en face 6 millions de chômeurs à temps plus ou moins partiel, ça change quoi que certains se découragent? Est ce que ça empêche les autres de trouver un job plus intéressant à occuper que celui d'affilé à pôle emploi?
Quel est le sens de cette répression qui consiste à sanctionner des gens à qui on impose de trouver des emplois qui n'existent pas? Et surtout quel est son efficacité ?

Ce que l'article ne dit pas c'est que 60% des 14% sanctionnés ne touchent plus aucune indemnisation, et que le coût induit est donc minime par rapport aux fraudes sociales et fiscales dont se rendent coupables la fraction la plus riche des contribuables et les entreprises les plus prospères.

On voit à quoi va ressembler la réforme de l'assurance chômage, ça fait envie... Macron prévoie de multiplier par 10 le nombre d'inspecteurs qui passeraient de 200 à 2000. Dans le même temps les effectifs des inspecteurs du ministère du travail chargés de réprimer les abus patronaux vont chuter de 10%. Idem pour les inspecteurs du fisc.

On voit où sont les priorités du gouvernement et leurs principes idéologiques.
Réponse de le 26/12/2017 à 22:56 :
Chez moi, il y a bien des emplois peu exigeants en terme de qualification ( vendange, travaux maraîchers, cueillettes des pommes etc) mais ils sont pourvus par des ouvriers d'Europe de l'Est. J'ai du mal à comprendre cet état de fait. Maintenant, vous avez peut-être une explication.
Réponse de le 27/12/2017 à 9:26 :
"Chez moi, il y a bien des emplois peu exigeants en terme de qualification... "

Êtes vous au courant que l'esclavage a été aboli ?

Dans les 14% comme le disent beaucoup une grande partie est hors système et ne touche aucune aide.
Pour les autres il faudrait une prise en charge complète avec reprise de formation et suivi psychologie complet sur plusieurs années.

L'Etat ferait mieux de renforcer le contrôle des employeurs qui fraudent le paiement des cotisations, à mon avis bien plus rentable que de s'en prendre à des gens à terre et qui au final ne coûtent pas grand chose.
Réponse de le 27/12/2017 à 11:57 :
Réponse à Benoit: je ne pense pas que les travailleurs détachés sont des esclaves car si tel était le cas, ils ne viendraient pas en France mais je vous accorde que des employeurs cherchent à minorer leurs salaires avec le logement quelque fois proposé. Mélenchon devrait se pencher sur ce problème. Votre propos sur l'esclavage n'est pas fondé . Il fait apparaître tout simplement un trait de votre pensée et / ou de votre caractère . OUI il y a des bons et mauvais employeurs comme de bons et mauvais salariés. Vous me dites que 14% sont hors système et ne touchent aucune aide; mais alors comment font-ils pour vivre? Si j'étais dans cette situation, je peux vous assurer que je prendrais ces travaux sans une hésitation malgré la pénibilité .
Réponse de le 27/12/2017 à 18:06 :
Europe de l'Est:

Facile à comprendre, en Pologne, qui n''est pas le moins disant, le salaire ouvrier agricole moyen varie entre 300 et 600 € mensuels. Sachant qu'il y a encore deux ans le chômage était à 14% de la population (mais 7% actuellement) il est facile de débaucher des travailleurs d'autant plus que la Pologne est encore très rurale.

Les emplois agricoles ne sont pas forcément exigeants en matière de qualification mais ce sont des emplois qui demandent une certaine dépense physique, de porter des charges, d'adopter des postures usantes, de supporter des conditions météorologiques changeantes et des horaires à rallonge au moment des récoltes. Toutes contraintes qui n'existent plus dans l'industrie ou le tertiaire.

Normalement toutes ces conditions devraient valoir une compensation financière, d'autant plus que ce sont des contrats à durée déterminée et incroyablement précaires. Vous n'êtes jamais sûrs des dates de début et de fin de campagne, des conditions d'hébergement, du montant des primes éventuelles liées aux rendements agricoles ou de la reconduction du contrat l'année suivante.

On comprend que ce ne soit pas incitatif pour un français qui doit se loger et vivre en France toute l'année, et comme il se trouve en concurrence avec des étrangers qui acceptent de travailler pour moins que le SMIC et de s'assoir sur ce qu'on considère en France comme le minimorun en matière de condition de travail, il est hors course.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :