Le "pass sanitaire intérieur" validé par l'Assemblée malgré le tir de barrage des oppositions

Dans un premier temps réservé aux déplacements internationaux, ce dispositif de lutte antipandémique contre les contaminations au Covid-19 sera imposé à l'intérieur du territoire national et conditionnera strictement l'accès à certains lieux ou à des grands rassemblements. Hier soir, cette mesure-phare du projet de loi de sortie de crise sanitaire a fait l'objet d'un tir de barrage des oppositions avec à la clef de longues discussions et de nombreux amendements rejetés.

4 mn

(Crédits : Reuters)

Dans son interview exclusive accordée le 29 avril dernier à la presse régionale et à une radio pour présenter le calendrier et les principales mesures du déconfinement progressif du pays, Emmanuel Macron avait annoncé que le pass sanitaire concernait les déplacements internationaux (les étrangers auront l'obligation de le présenter pour pouvoir visiter la France, première destination touristique mondiale) mais que l'application du dispositif aux Français, c'est-à-dire à la mobilité des personnes à l'intérieur de l'Hexagone, était clairement envisagée. Mais que, dans la mesure où les libertés publiques sont concernées, c'était le Parlement qui se saisira de la question.

Depuis hier soir, c'est chose faite. Dans la soirée du lundi 10 mai, lors de l'examen du projet de loi de sortie de la crise sanitaire du gouvernement, les députés ont validé la création d'un "pass sanitaire" pour l'accès aux grands évènements, malgré les sévères critiques des oppositions.

Lire aussi : Sortie de la crise sanitaire : "nous touchons au but", assure Jean Castex

Tir de barrage des oppositions

Cette mesure-phare du texte introduite par le gouvernement en commission des Lois a fait l'objet d'un tir de barrage des oppositions avec à la clef de longues discussions et de nombreux amendements rejetés, y compris des centristes du Modem.

"On nous dit que c'est un projet de loi pour gérer la sortie de cette crise sanitaire et on nous pond la mesure la plus coercitive de contrôle depuis le début de la crise du covid", a taclé Eric Coquerel (LFI). "Vous ouvrez la boîte de Pandore".

"C'est la condition de la liberté", a rétorqué le député LREM, Roland Lescure.

"Le pass sanitaire doit nous permettre de rouvrir des établissements recevant du public, des festivals, des lieux de rassemblement. Si nous avions pas le pass sanitaire, nous devrions attendre beaucoup plus longtemps", a prévenu le secrétaire d'Etat en charge du numérique Cédric O, ajoutant: "le pass sanitaire ne garantit pas qu'il n'y a aucun risque, il diminue les risques".

Le texte, jugé trop imprécis, fait douter même des "marcheurs"

L'outil d'abord réservé aux déplacements vers ou depuis l'étranger, subordonnera l'accès à des grands rassemblements ou de certains lieux à la présentation d'un résultat négatif d'un dépistage virologique, ou un justificatif de vaccination ou une attestation de son rétablissement à la suite d'une contamination.

"Le dispositif est entouré de garantie suffisante car il ne s'appliquera pas aux activités quotidiennes", a redit le rapporteur LREM Jean-Pierre Pont.

Une jauge à 1.000 personnes a été promise par le gouvernement mais sans l'inscrire dans le marbre de la loi.

Il faut "maintenir une forme de souplesse", a justifié M. Pont.

L'argument n'a pas convaincu le "marcheur" Pacôme Rupin ou le Modem Philippe Latombe qui ont dénoncé un "texte trop large" et "pas assez précis" quand d'autres députés de droite comme de gauche réclamaient davantage de "clarté dans les critères" (surface, densité, extérieur/intérieur), à l'instar de Philippe Gosselin (LR).

Agacement après l'interview de Jean Castex accordée au Parisien

La publication concomitante d'une interview au Parisien du Premier ministre n'a rien arrangé à l'affaire. Jean Castex y a en effet annoncé qu'au cinéma ou au spectacle, "la règle sera 1 siège sur 3, avec un plafond de 800 personnes par salle".

"Une situation plus que désarmante", a euphémisé M. Coquerel agacé.

Partisan du "pass", Olivier Becht (Agir) a plaidé:

"Le scandale n'est pas de demander de faire un test PCR, le scandale est de ne pas demander de le faire."

Le communiste Pierre Dharréville a dénoncé une "chantage contre-productif".

La discussion a été l'occasion d'une passe d'armes entre la députée Martine Wonner aux positions très controversées et le ministre de la Santé Olivier Véran lorsque celle-ci a fustigé "l'extorsion vaccinale".

"Des propos d'une gravité absolue", a balayé le ministre.

(avec AFP)

4 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 11/05/2021 à 22:00
Signaler
Si 1789 a ouvert le chemin des libertés on peut dire que 2021 ouvre la porte à toutes les aliénations sécuritaires. Bienvenu dans le monde sans rêve, mais en sécurité , on s en occupe pour vous !

à écrit le 11/05/2021 à 13:50
Signaler
Un "passe sanitaire" n'est qu'un résultat d’échec sur tout le reste et ce n'est pas la limitation de liberté qui augmentera l'immunité naturelle! Par contre, cela fera le bonheur des vaccins et brevet!

à écrit le 11/05/2021 à 13:09
Signaler
Déjà tout le monde n’a pas de portable, en plus tout le monde n’arrive pas avec les applications, moi j’ai essayé d’exporter un test dans l’application AntiCovid sans succès ! Faut un QR ou un code…nous faisons comment si le test de laboratoire...

à écrit le 11/05/2021 à 13:01
Signaler
"Le dispositif est entouré de garantie suffisante car il ne s'appliquera pas aux activités quotidiennes", a redit le rapporteur LREM Jean-Pierre Ponté" Pour le moment, mais Ils vont sûrement baisser ensuite la jauge de 1000 à 500, 200,100,10, et c...

à écrit le 11/05/2021 à 12:34
Signaler
Je me souviens de R BARRE parlant du petit monde politico médiatique; il est toujours là Des opppositions rien que pour emm....le gouvernement ; on attend toujours des LR qu'ils débloquent le vote sur la loi de séparatisme, qu'ils ne jouent pas sur...

à écrit le 11/05/2021 à 10:18
Signaler
Cela n'est pas du contrôle c'est une augmentation du nombre de clients pour les laboratoires pharmaceutiques, notre classe dirigeante est enfermée dans son idéologie cupide. Le contrôle ça fait belle lurette que nous le subissons et les inégalités on...

à écrit le 11/05/2021 à 9:46
Signaler
Et à la télévision, ils ont le culot de dire que ce n'est pas discriminant. Mais ça va se payer très cher, dans les urnes, en 2022

à écrit le 11/05/2021 à 9:38
Signaler
Même le déconfinement, qui devrait être un ensemble de mesures de soulagement et de libération, unanimement apprécié et qui aurait du rapporter des points au gouvernement, ils sont en train de le rater. Tout cela parce qu'ils ont une manie maladiv...

à écrit le 11/05/2021 à 9:34
Signaler
De quoi ajouter des problèmes à une situation sécuritaire qui est déjà passablement délicate. Pass, attestation, ça veut dire des contrôles, c'est l'accentuation des discriminations générales et inter âge. L'accumulation des contraintes, des restr...

le 11/05/2021 à 11:48
Signaler
C'est qu'on est re-habitués aux Ausweiss qui avaient disparu du pays depuis 1945.

le 11/05/2021 à 12:29
Signaler
Le Puy du fou vient d'annoncer qu'il restera fermé ne voulant pas faire de discrimination à l'entrée avec ce pass machin.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.