Cinq plans d'investissement majeurs : les projets de la France à la tête de l'UE sont-ils vraiment tenables ?

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire veut faire adopter les plans d'investissement sur les batteries électriques, les semi-conducteurs, l'hydrogène, la santé et le cloud pendant la présidence française de l'UE à partir du premier janvier prochain. Il a en outre affiché sa volonté de finaliser la taxe carbone aux frontières, la taxe minimum de 15% sur les multinationales et l'union bancaire. Autant dire une course contre la montre, à moins de quatre mois de la présidentielle. Pour la présidence de l'UE, la France veut faire passer 5 plans d'investissement : est-ce vraiment tenable ? Cloud, santé, hydrogène, semi-conducteurs, batteries électriques : les projets fous de la France à la tête de l'Europe
Grégoire Normand
Paris va investir au total huit milliards d'euros dans les projets importants d'intérêt européen commun, appelés PIIEC, au travers de cinq grands secteurs: les batteries électriques, les semi-conducteurs, l'hydrogène, la santé et le cloud, a affirmé Bruno Le Maire au cours d'une conférence de presse à Bercy.
Paris va investir au total huit milliards d'euros dans les projets importants d'intérêt européen commun, appelés PIIEC, au travers de cinq grands secteurs: les batteries électriques, les semi-conducteurs, l'hydrogène, la santé et le cloud, a affirmé Bruno Le Maire au cours d'une conférence de presse à Bercy. (Crédits : Reuters)

Tic-tac, tic-tac... à moins de trois semaines du début de la présidence française de l'Union européenne (PFUE), Bruno Le Maire sait que le temps est compté. "Je souhaite que cette présidence soit efficace [...] Je veux moins de discussions, plus de décisions", a affirmé sans détour le locataire de Bercy lors d'une réunion avec des journalistes ce vendredi 10 décembre. Il faut dire qu'entre le premier janvier prochain et le 10 avril 2022, date du premier tour de l'élection présidentielle, l'exécutif n'aura que trois mois pour tenter de mettre en oeuvre le copieux programme déroulé par le président de la République Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse au château de l'Elysée ce jeudi 9 décembre.

Surtout, la dégradation de la situation sanitaire dans toute l'Europe pourrait venir percuter l'agenda du président. Autant dire que le timing va être serré au regard du nombre de chantiers abordés. Avant de rencontrer lundi prochain le nouveau ministre allemand des finances Christian Linder issu des rangs du FDP, Bruno Le Maire a présenté son plan de bataille pour les semaines à venir. Les 26 et 27 février prochains, un conseil des finances EcoFin, qui regroupe les 27 ministres des finances, doit se tenir à Bercy.

Faire adopter cinq plans d'investissement sur les technologies critiques

L'un des grands objectifs annoncé par Emmanuel Macron devant une pléthore de journalistes et de ministres est de changer "le modèle de production de l'Europe".  Pour y parvenir, le ministre de l'Economie souhaite faire adopter cinq plans d'investissement durant les prochains mois autour de technologies dites "critiques". Il a listé par ordre de priorité les batteries électriques, les semi-conducteurs, l'hydrogène, la santé et le cloud. Si certaines usines sont déjà sorties de terre en France, la coordination entre les Etats européens sur tous ces sujets est loin d'être actée.

La pandémie a montré l'extrême dépendance de l'Europe à l'égard des pays asiatiques sur tous ces secteurs. "Il s'agit de développer de projets industriels en Europe pour faire jeu égal avec la Chine et les Etats-Unis. La France va mettre 8 milliards d'euros sur les fameux PIIEC", a déclaré Bruno Le Maire. En langage bruxellois, ces PIIEC correspondent aux projets importants d'intérêt européen commun lancés en 2014. Ils permettent notamment aux Etats de contourner le régime de droit communautaire en matières d'aides aux entreprises.

Faire aboutir la taxe carbone aux frontières

L'autre grand chantier que souhaite faire adopter le ministre de l'Economie pendant la présidence française de l'Union européenne est le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières. "Cela consiste à corriger le fait que nous allons demander des efforts, décarboner notre industrie, mais nous continuerons à importer des biens de régions qui ne font toujours pas le même effort. Nous compenserons à nos frontières ce différentiel", a expliqué Emmanuel Macron lors de son intervention jeudi. Là encore, le projet est loin d'être abouti. Beaucoup d'industriels extérieurs à l'Europe ont déjà fait savoir leur mécontentement sur ce mécanisme parfois jugé "discriminant".

Aboutir à un "consensus" sur le pacte de stabilité

Lors de sa présentation de plus d'une heure trente, le chef de l'Etat a affiché son ambition de vouloir réformer les règles budgétaires européennes jugé "dépassées". "Ce modèle de croissance et d'investissement supposera aussi des règles budgétaires et financières adaptées permettant de donner la priorité aux investissements nécessaires pour accompagner les transitions, en particulier climatique et numérique", a affirmé Emmanuel Macron sans vraiment dévoiler de méthodes.

Il faut dire que le sujet est brûlant en Europe. De son côté, Bruno Le Maire a indiqué qu'il n'avait pas "volontairement mis l'aboutissement des discussions sur la réforme du Pacte de stabilité et de croissance dans les objectifs concrets de la présidence française de l'Union européenne". La méthode selon le ministre est de parvenir à "un consensus" entre les Etats membres de l'Union européenne et que "ce consensus" peut prendre du temps.

Pour parvenir à son objectif, il faut partir des "faits". "Il y a un fait qui est frappant, c'est que les niveaux de dette des pays membres de la zone euro ont totalement divergé au cours des derniers mois. Et là où il pouvait y avoir 10 ou 20 points d'écart de dette, il peut y en avoir 100 [...] ce critère des 60% est caduc. Je ne dis pas le critère des 3%, c'est un critère qui permet de voir à partir de quand vous réduisez votre endettement public", a expliqué le locataire de Bercy. Le ministre français a déclaré avoir fait récemment une proposition pour réformer ces règles lors d'une réunion des ministres des finances européens. "Ce serait à chaque Etat de prendre la responsabilité de proposer lui-même sa trajectoire de réduction des dépenses publiques et de rétablissement de ses finances publiques et de désendettement, avec un certain nombre de réformes à la clé des Etats, un calendrier", a annoncé Bruno Le Maire.

Là encore, le gouvernement risque de trouver sur sa route de nombreux obstacles à commencer par les pays dit "frugaux". Cette alliance informelle d'Etats (Pays-Bas, Danemark, Suède, Autriche) avaient clairement montrer son opposition au moment de la mise en place du mécanisme de levée de dette commune au printemps 2020 pour financer le plan de relance de 750 milliards d'euros.

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 12/12/2021 à 10:31
Signaler
En plein covid, ils se permettent d'ignorer les pandémies futures et...; non nullement pensé a investir dans la prévention et santé des européens! On sent bien qu'il manque des cases!

à écrit le 12/12/2021 à 4:46
Signaler
Dette du pays France 2600 milliards. Epargne des francais un peu moins de 500 milliards. Le differenciel est consequent. Quand on possede un patronyme tel que le votre, on se doit de prendre de la hauteur.

le 13/12/2021 à 10:55
Signaler
Rectificatif : : l'épargne totale des français se monte à environ 5 000 milliards d'euros (livrets d'épargne, valeurs mobilières, assurance-vis).

le 14/12/2021 à 7:01
Signaler
@ Observateur. Okay, alors parlons donc des dettes cumulees. Montant total : Dette hors bilan : 332,9% = Soit plus de 5000 milliards. Consultez les vraies donnees disponibles sur le web.

à écrit le 11/12/2021 à 16:04
Signaler
L'U.E a besoin d'être réformée pour mieux fonctionner des petits pays arrivent a imposé des concepts pas en lien avec le développement de plus grands pays d'où le départ de l'Angleterre qui en avait vraiment plein le dos. Macron aurait dû reculer de ...

le 13/12/2021 à 8:05
Signaler
simplement nos dirigeants ont pour seul et unique vision celle depase de la mondialisation ignorant peuple et fontiere bon nombre d'entre eux se font remurer par les petits pays tres fortune

à écrit le 11/12/2021 à 10:36
Signaler
Bah! Face à un environnement de contraintes et de lourdeurs bureaucratique, une stratégie vieille comme le Monde : faire feu de tt bois, pour obtenir un minimum...

à écrit le 11/12/2021 à 9:37
Signaler
le spectre de l inflation est devenu le seul enjeu électoral pauvre France.

à écrit le 11/12/2021 à 8:34
Signaler
"sont-ils vraiment tenables" Il faut mettre le paquet sur tout ce qui peut dégager l'UE des impérialismes américains et chinois, America First et China First (Hong Kong et Cie). Peu importe que les objectifs soient tenables ou pas, il faut accélére...

le 11/12/2021 à 10:42
Signaler
Concernant la Nvelle Calédonie et son scrutin d'indépendance en cours, la Chine est son plus gros client pour ses mines de nickel...

le 13/12/2021 à 17:16
Signaler
@Fred06 L'Etat et Eramet ont suffisamment donné. L'usine de nickel d'Eramet à Sandouville avait lâché la SNL en 2017, pour s'orienter vers des approvisionnements nordiques. 2021, cette usine était en vente, l'affaire doit certainement être pliée ma...

à écrit le 10/12/2021 à 20:58
Signaler
@churchill: Par "population constante", vous entendez "population comparable", je suppose?

à écrit le 10/12/2021 à 19:40
Signaler
"Cloud, santé, hydrogène, semi-conducteurs, batteries électriques" Enfin sont ils importants surtout ? Alors qu'il faudrait privilégier d'abord et avant tout l'emploi, le protectionnisme, la démocratie, les libertés publiques, la souveraineté des nat...

le 11/12/2021 à 3:32
Signaler
Rien que la dépendance européenne à l'Asie pour les semi-conducteurs à elle seule,entraine une crise de l'industrie (automobile entre autre) !! C'est donc un sujet ultra-urgent si on veut un minimum d'indépendance ...

le 11/12/2021 à 3:35
Signaler
Pour la santé, l'expérience de la guerre des masques l'an dernier ne vous a pas suffit ? ... quand on constate que l'aspirine n'était même plus produit en France, sans parlez de l'absence de vaccins "covid" français, c'est une urgence absolue !

le 11/12/2021 à 3:37
Signaler
Les batteries sont le coeur des voitures électriques : sans cela, il n'y aura plus d'industrie automobile en Europe ! Comment mieux parler de protectionnisme et d'emploi qu'en s'attaquant à tous ces sujets !!!

le 11/12/2021 à 8:53
Signaler
Ce que vous ne comprenez pas vous autres européistes et c'est effrayant de manquer autant de lucidité franchement, vous êtes particulièrement inquiétant, c'est que sans les bases ça ne sert à rien, l'UE s'écroule face à ses concurrents qui nous humil...

le 11/12/2021 à 10:48
Signaler
Vive les emplois industriels européens de demain et d'après demain...Car la Chine, la Corée, le Japon...et même les US se mettent en ordre de bataille pour nous damer le pion et rendre la vieille Europe passéiste ultra dépendante, tt en l'appauvrissa...

le 11/12/2021 à 19:13
Signaler
@ fred06 C'est déjà fait nous sommes 27 nations normalement alliées et sommes incapables à nous tous de fabriquer un ordinateur performant. Je suis en train d'en chercher un et je ne vois que des marques américaines coréennes et chinoises Il sera...

à écrit le 10/12/2021 à 18:18
Signaler
la france dispendieuse qui a , a population constante, 50% de fonctionnaires en plus de l'allemagne, a encore plein d'idees de depenses, mais comme elle ne peut economiser a cote, elle a plein didees d'emprunts et de dettes!!!!!! he, reveillez vous l...

le 11/12/2021 à 8:49
Signaler
« La France dispendieuse » que vous évoquez est le fruit de choix politique droite comme gauche d y il y a 40 ans …. Ou l industrie était un gros mot . Vous confondez la situation de l état français et la richesse réelle de ces habitants qui détienn...

le 11/12/2021 à 8:53
Signaler
« La France dispendieuse » que vous évoquez est le fruit de choix politique droite comme gauche d y il y a 40 ans …. Ou l industrie était un gros mot . Vous confondez la situation de l état français et la richesse réelle de ses habitants qui détien...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.