Les achats d'automobiles et d'équipements du logement bondissent

 |   |  332  mots
En février, les achats d'automobiles ont progressé de 3,1% sur un an
En février, les achats d'automobiles ont progressé de 3,1% sur un an (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
En février, les dépenses des ménages ont augmenté de 0,6% selon l'Insee. Sur un an, elles ont progressé de 1,8%.

Après avoir augmenté de 1,1% et de 1% en décembre et janvier, la consommation des ménages a progressé de 0,6% en février. Sur un an, elle affiche une hausse de 1,8%.

En attendant que la reprise de l'investissement se confirme, la consommation des ménages reste le principal moteur de la croissance tricolore. C'est le cas depuis le début des années 2000, période au cours de laquelle les entreprises ont commencé à sous-investir.

Reprise en vue dans l'immobilier et la construction ?

Si les achats d'automobiles augmentent sensiblement (+3,1% sur un an), les dépenses dans le domaine des équipements du logement explosent. Sur un an, elles signent un bond de 10,8%. Doit-on y voir un signe de la reprise du secteur de l'immobilier et de la construction ?

Sans surprise, la faiblesse actuelle des prix de l'énergie explique en grande partie cette résistance de la consommation. Selon l'institut Coe-Rexecode, le repli des prix de l'énergie a pesé à hauteur de 0,5 point sur l'inflation en 2015, ce qui représente une économie de l'ordre de 7 milliards d'euros pour les ménages. L'année dernière, le pouvoir d'achat a progressé de 1,7%, signant sa plus forte hausse depuis 2007.

En Allemagne, les ventes de détail bondissent

Cette résistance de la consommation n'est pas une exception française. De l'autre côté du Rhin, les ventes au détail ont fait un bond de 2% en février et de 5,4% sur un an selon Destatis, également stimulées par la faiblesse des prix de l'énergie mais aussi par une accélération des revenus.

Mais à la différence de l'Allemagne qui affiche régulièrement des excédents commerciaux - il s'est élevé à 248 milliards d'euros en 2015 -, cette progression des dépenses provoque le déséquilibre de la balance commerciale. Depuis 2003, la France affiche un taux de couverture négatif, les importations dépassant chaque année les exportations. L'année dernière, les Douanes ont enregistré un déficit commercial de 45,7 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2016 à 21:04 :
Je m'en tiens aux impots C.S.G Impots Locaux et et dépenses courantes et de subsistance du quotidien. Pour le reste je gèle mes projets en attendant la énième loi fiscale, qui suivra l'élection de l'an prochain, remplaçant les précédentes.
a écrit le 31/03/2016 à 14:58 :
Des achats mais avec quel argent, de la planche a billets semble- til.. vous nous faites rire.....
a écrit le 31/03/2016 à 13:38 :
Hollande persiste et signe. Seul contre tous ... si il gagnait sa ténacité en ferait le prochain président .
a écrit le 31/03/2016 à 13:36 :
La France décroche de plus en plus de l'Allemagne : les chiffres sont impressionnants. Laquelle Allemagne se désintéresse de plus en plus de cet ex-partenaire peu fiable. Les deux parties étaient les deux premiers partenaires l'un de l'autre. fin 2016 la France en sera le troisième Les Pays-Bas représentaient 167.6 milliards, La France 170 Milliards. Tous les Pays ont achevé leurs réformes. La France a tout à faire : pendant ce temps l'avance des pays réformés s'accroit. lA France EST UN PAYS FINI DECLASSE IRREVERSIBLEMENT. En campagne de réélection présidentielle le 1er jour du quinquennat : la campagne de 5ans empeche toute réforme. Mai de l'an prochain : entrée d'un " nouveau " président : campagne de 5 ans. Et si c'est Juppé, candidat préféré des syndicats : ils le connaissent si Bien, pour l'avoir toujours appeuré par les manifs, et l'avoir toujours fait reculer. Son programme est fictif : il ne sera jamais appliqué, les syndicats l'empêcheront. Rien dans son livre-interwiew en Economique et Social et réformes. A sa fin de mandat en 2022 pépé aura 77ans, la France aura plus encore reculé : par immobilisme. Cet homme serait un bon ministre des affaires étrangères ou garde des sceaux, certainement pas à l'intérieur, au social et travail et chomage ou éducation, ou économies et entreprises ou agriculture. Il lui faut un ministère sans réformes à réaliser.
a écrit le 31/03/2016 à 11:51 :
Février 2016 a eu 1 jour de plus. Le mois a donc 3,5% de jours en plus...
La consommation aurait donc du augmenter de 3,5% pour être stable vis à vis de 2015 à nombre de jours constants. Si on parle en jours non fériés, on passe de 24 à 25, soit 4,1% de jours en plus en 2016... En réalité la consommation par jour a baissé !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :