Les députés votent la suppression de l'ISF

 |   |  684  mots
Les 100 premiers contributeurs à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) payent actuellement 126 millions d'euros, a affirmé le ministre des Finances Bruno Le Maire à l'Assemblée nationale, alors que la gauche réclame l'impact chiffré de la réforme voulue par l'exécutif.
Les 100 premiers contributeurs à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) payent actuellement 126 millions d'euros, a affirmé le ministre des Finances Bruno Le Maire à l'Assemblée nationale, alors que la gauche réclame l'impact chiffré de la réforme voulue par l'exécutif. (Crédits : Regis Duvignau)
Les députés ont voté vendredi, par 77 voix contre 19, la mesure la plus controversée du projet de budget 2018: la transformation de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune immobilière (IFI).

La majorité LREM-MoDem, mais aussi LR et les Constructifs ont voté pour, tandis que les trois groupes de gauche ont voté contre. L'ISF, payé aujourd'hui par 350.000 foyers au patrimoine net supérieur à 1,3 million d'euros, sera remplacé par un nouvel impôt, au même seuil et même taux mais réduit au patrimoine immobilier (sans les actions, obligations, etc).

Les 100 premiers contributeurs payent 126 millions d'euros, selon Le Maire

Les 100 premiers contributeurs à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) payent actuellement 126 millions d'euros, a affirmé le ministre des Finances Bruno Le Maire à l'Assemblée nationale, alors que la gauche réclame l'impact chiffré de la réforme voulue par l'exécutif.

Le ministre, qui avait "déjà indiqué que les 1.000 premiers contributeurs payent 400 millions d'euros d'ISF", a déclaré que "les 100 premiers contributeurs à l'ISF payent 126 millions d'euros".

"Les chiffres tombent au compte-goutte. 100 plus gros contribuables à l'ISF vont économiser 1,260 million/an soit 6,3 millions (sur le) quinquennat", a alors tweeté la députée PS Christine Pirès-Beaune.

Toutefois, le patrimoine immobilier de ces contribuables pourra être soumis au nouvel impôt sur la fortune immobilière (IFI) remplaçant l'ISF.

Par ailleurs, "les 100 premiers patrimoines payent 73 millions d'euros d'ISF", a ajouté M. Le Maire, y voyant la preuve que "l'ISF est non seulement inefficace mais injuste, parce que les plus gros patrimoines ne payent pas l'ISF et arrivent, par l'optimisation fiscale, à y échapper".

"Nous allons supprimer l'ISF" pour "libérer plus de 3 milliards d'euros qui, nous le pensons, iront vers l'économie productive", a poursuivi le ministre (LREM, ex-LR), vantant le "nouveau monde fiscal".

"Deuxième lame du budget des riches la semaine prochaine"

Les députés socialistes avertissent que "la deuxième lame du budget des riches" arrive la semaine prochaine, avec l'examen par l'Assemblée du projet de budget de la Sécurité sociale, dans un communiqué diffusé vendredi .

"Avec le projet de loi de finances pour 2018, il constitue un ensemble cohérent donnant la priorité aux ménages les plus aisés", considère le groupe Nouvelle gauche, mené par Olivier Faure.

Selon ses membres, notamment ceux de la commission des Affaires sociales, "la cordée promise par le président de la République est très élastique. Il y a ceux qui grimpent et ceux qui restent en bas. La suppression de l'ISF et la mise en place d'une flat tax pour les 'premiers de cordée', c'est tout de suite. La revalorisation des allocations, la suppression des cotisations salariales ou de la taxe d'habitation pour les 'premiers de corvée', c'est plus tard."

Et d'asséner:

"Les promesses tenues, c'est pour les plus aisés. Les promesses non tenues, c'est pour les plus pauvres: la prime d'activité ne sera pas augmentée de 50%, les heures supplémentaires ne seront pas défiscalisées, les prothèses dentaires et auditives ne seront pas remboursées à 100%."

"L'Etat s'apprête à piller les caisses de la Sécu"

Mesure phare du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), l'augmentation de la CSG va faire 8 millions de perdants, ont calculé ces députés, selon qui la suppression de la taxe d'habitation étalée sur trois ans ne viendra pas compenser cette hausse. Au prix d'économies dans le domaine de la santé, le PLFSS, dans l'hémicycle à partir de mardi, prévoit que le déficit de la Sécu doit être réduit à 2,2 milliards d'euros en 2018, un niveau inédit depuis 17 ans.

D'après Nouvelle Gauche, "les 'poches de productivité' à l'hôpital ou dans les EHPAD (maisons de retraite), qui auront par ailleurs à souffrir de la réduction du nombre des emplois aidés, sont aujourd'hui épuisées". Et "les personnels de santé et les patients devront subir les conséquences de cette impasse".

Enfin, "l'Etat s'apprête à piller les caisses de la Sécurité sociale, étouffant progressivement notre modèle social", relèvent ces parlementaires, au vu de la programmation des finances publiques. "A la fin du quinquennat, ce sont 25 milliards d'euros dont seraient privés les régimes sociaux", déplorent-ils.

(Avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2017 à 11:39 :
""Les promesses tenues, c'est pour les plus aisés. Les promesses non tenues, c'est pour les plus pauvres: la prime d'activité ne sera pas augmentée de 50%, les heures supplémentaires ne seront pas défiscalisées, les prothèses dentaires et auditives ne seront pas remboursées à 100%.""

C'est comme "mon ennemi c'est la finance" hein, bref tous les politiciens mentent sur leurs promesses pour les plus pauvres et finissent tous par enrichir les plus riches.

Élections piège à gonds
a écrit le 22/10/2017 à 8:32 :
vote a l'unanimite ???? je croyais que l'on avait elu plus de 500 deputes!!!! de qui se moque t on
a écrit le 21/10/2017 à 14:38 :
@bruno_bd : OK, j'aime bien vos commentaires, plus intelligents que ceux de la gauchosphere... Sur le sujet, d'accord, mais c'est déjà un bon pas en avant !! Sur le fond, j'ai été pauvre et même misérable...je n'ai jamais jalouse personne et a force de travail, ma femme et moi, nous sommes arrivés quelque part autour d'une bonne aisance. Nous aidons les moins-riches par nos impôts et du bénévolat, mais il y a 2 choses que je n'admettrai jamais : 1/ me faire arnaquer, et 2/ me faire cracher dessus... Et c'est ce que fait, ou ce que veut, la gauche constamment...
a écrit le 21/10/2017 à 14:19 :
Dans un an ,le conseil d'état ou constitutionel aura prouvé l'illégalité de cette mesure,et les riches devront rembourser rétroactivement le manque a gagner
a écrit le 21/10/2017 à 11:23 :
On se demande pourquoi tant de commentateurs, de politiciens , s'agitent sur les plateaux TV . Un seul homme dirige le pays , les députés En Marche sont hors sol , l'opposition inexistante. L'ISF passe, la CSG même chose. Vaut mieux fermer le poste TV et le rouvrir dans 5 ans.
a écrit le 21/10/2017 à 11:20 :
L IFS tant célébrée par nos gauches en manque de projets a t elle supprimée le déficit public? La dette ? Le déficit du commerce extérieur? Le chômage? Un tigre en papier pour bobos de gauche en déroute.
a écrit le 21/10/2017 à 10:41 :
les élites se révoltent contre le peuple ? le regain d optimisme va etre éphémere en France
a écrit le 21/10/2017 à 10:37 :
une réforme en demi teinte, en effet en maintenant un isf sur l'immobilier l'état incite les investisseurs à ne plus investir dans l'immobilier, il sera donc judicieux alors d'investir ailleurs qu'en France en matière immobilière.
Par ailleurs si MACRON reste logique, il devrait arrêter les incitations fiscales dans l'immobilier (PINEL ETC.) qui coutent plusieurs milliards d'euros et contribuent à la hausse de l'immobilier. Supprimer toutes les niches fiscales immobilières dont les travaux bénéficient du taux réduit de tva et d'un crédit d'impôt (ici accumulation de 2 avantages fiscaux !)
MACRON fait une erreur il fallait donc supprimer complètement l'ISF et la compenser par une taxe sur le trading. Aujourd'hui acheter une action et la revendre le même jour n'est pas soumise à la taxe sur les transactions financières alors que si vous gardez ne serait-ce qu'une journée les actions vous êtes soumises à cette taxe sur les transactions financières et sur l'achat et sur la vente en la ramenant à 0.15 %.
L'orientation de cet épargne vers la bourse va engendrer (ou plutôt alimenter) une bulle financière qui finira par exploser et lèsera les épargnants riches ou pas
a écrit le 21/10/2017 à 9:56 :
"Nous allons supprimer l'ISF" pour "libérer plus de 3 milliards d'euros qui, nous le pensons, iront vers l'économie productive", a poursuivi le ministre (LREM, ex-LR), vantant le "nouveau monde fiscal".

Ah oui et comme ce sera pas le cas ,on revient à l'ancien monde ?
a écrit le 21/10/2017 à 9:51 :
Taxer la pauvreté est, effectivement, bien plus efficace....😁
a écrit le 21/10/2017 à 5:30 :
il serait plus juste de dire : "a peine plus de 100 députés ont voté ..... "
OU étaient les 350 autres ? : c'est vraiment le grand changement !
a écrit le 21/10/2017 à 5:11 :
Bravo vous l’avez fait, la France redevient un pays normal , on va pouvoir travailler maintenant
Réponse de le 21/10/2017 à 7:57 :
Bravo également, malgré le torrent de démagogie "a deux balles",vous l'avez fait, et enfin ,au moins, vous avez limite cet impôt spoliateur et stupide. Arrêter de voler les "riches", ce n'est pas leur faire un "cadeau", ni non plus voler les "pauvres" !!
Réponse de le 21/10/2017 à 8:09 :
Travailler? 577-77-19; ce ne semble pas être le souci de nos élus fainéants!
Réponse de le 21/10/2017 à 8:44 :
Bravo, mais il faut aller beaucoup plus loin. L'IFI va imposer le maintien d'une administration dédiée pour son recouvrement et son contrôle. Et les revenus du patrimoine restent à l 'évidence trop taxés en France par rapport à ceux du travail.
a écrit le 20/10/2017 à 22:42 :
Il faut aller beaucoup plus loin dans cette direction : suppression de l'IFI et de l'imposition des successions.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :