Les Français sceptiques sur l'arrivée d'Élisabeth Borne à la Transition écologique

 |   |  933  mots
Elisabeth Borne conserve son portefeuille au ministère des Transports.
Elisabeth Borne conserve son portefeuille au ministère des Transports. (Crédits : Reuters)
6 Français sur 10 ne font pas confiance à la nouvelle ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne pour faire de la cause environnementale une priorité de son action selon le dernier baromètre BVA pour La Tribune, RTL et Orange.

La nomination d'Élisabeth Borne à la tête du ministère de la Transition écologique et des Solidarités est loin de faire l'unanimité. Selon le dernier baromètre réalisé par BVA pour La Tribune, Orange et RTL, 60% des Français interrogés ne font pas confiance à la nouvelle ministre pour faire de la cause environnementale une priorité de son action dans les prochains mois. À l'opposé, 39% des personnes expriment du soutien pour la nouvelle locataire de l'hôtel de Roquelaure. "Un résultat qui traduit sans doute une inquiétude de voir l'écologie reléguée au second plan, Elisabeth Borne conservant son portefeuille des Transports", explique l'organisme spécialisé dans les enquêtes d'opinion. Seulement quelques jours après la démission de François de Rugy à la tête de son ministère, les Français portent déjà un regard sévère sur cette ingénieure de formation.

> Lire aussi : Borne remplace de Rugy au ministère de la Transition écologique

80% des sympathisants de la France insoumise dans le doute

Dans le détail, les sympathisants de la France insoumise sont ceux qui expriment le plus de défiance (80%). Viennent ensuite les proches du Rassemblement national (73%), ceux du Parti socialiste (63%) et ceux des Républicains (51%). Même à la République en marche, ils sont 17% à ne pas lui exprimer leur confiance. À l'inverse, 83% des sympathisants du parti majoritaire font confiance à l'ancienne patronne de la RATP pour mener les prochains chantiers sur l'écologie à bien. Ils sont 51% à être sur la même position chez les Républicains, 37% au Parti socialiste, 27% au Rassemblement national et 20% à la France insoumise. Au niveau de sa cote d'influence, la nouvelle ministre en charge de l'Écologie pointe à la 29e place avec 15%. Pour BVA, ce faible score s'explique en grande partie par le fait qu'elle ne soit pas très connue du grand public.

L'exécutif limite la casse

Il y a presque un an, l'affaire Benalla avait plongé la Présidence de la République dans une crise inédite depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Élysée. La cote de popularité du chef de l'État avait perdu cinq points entre juillet et août passant de 39% à 34%. La crise des "gilets jaunes" à la fin de l'automne avait fini par plomber la popularité d'Emmanuel Macron pour de longs mois. Les conséquences du départ de l'ancien ministre de la Transition écologique et des Solidarités semblent plus limitées. En effet, la part des opinions favorables au Président de la République a seulement perdu un point entre juin et juillet passant de 35% à 34%. À l'opposé, la proportion d'opinions défavorables est passée de 65% à 66%. Le locataire du palais présidentiel gagne beaucoup de terrain chez les sympathisants du Parti socialiste (+12 points).

À l'hôtel de Matignon, la tendance est relativement similaire. La popularité d'Édouard Philippe est restée stable sur les deux derniers mois à 60% et demeure à un niveau supérieur aux scores recensés il y a un an (54%). Les opinions négatives sont en légère baisse (-1 point) passant de 40% à 39%.

Les Français approuvent fortement la démission de François de Rugy

Les Français approuvent avec une forte majorité (88%) le départ de François de Rugy de son poste de ministre. Cette décision est largement approuvée chez les sympathisants du Rassemblement national (92%), ceux des Républicains (91%) et du Parti socialiste (90%). Même chez les soutiens de la République en marche, ce départ est fortement approuvé (83%). À l'opposé, 11% des Français interrogés dans le cadre de ce baromètre considèrent que l'ancien député de Loire-Atlantique a eu raison de quitter ses fonctions.

Nicolas Hulot toujours en tête

Parmi les personnalités les plus plébiscitées pour avoir de l'influence sur la vie politique française, figure en première position Nicolas Hulot avec 45% d'opinions positives. L'ancien ministre de la Transition écologique qui a démissionné il y a un peu moins d'un an est suivi de Xavier Bertrand (30%) et Nicolas Sarkozy (28%). En bas de tableau, le candidat aux municipales de Paris, Gaspard Gantzer, occupe la dernière position avec seulement 6% de réponses favorables. Il est précédé du secrétaire national du Parti communiste français (PCF) Fabien Roussel (6%)

Europe-Ecologie-les-Verts au sommet

Bien qu'en perte de vitesse avec six points en moins par rapport au baromètre précédent, le parti des Verts domine toujours les autres formations. Ainsi, Europe Ecologie-Les-Verts (EELV) a collecté 55% d'opinions favorables en juillet contre 61% en juin. Depuis décembre 2018, EELV fait la course largement en tête et cette dynamique s'est traduite dans les urnes au moment des élections européennes. La formation pro-européenne est suivie de la République en marche (35%) et du MoDem (32%). Le Rassemblement national, qui est arrivé en tête aux dernières élections européennes en France, pointe à la quatrième place avec 27% d'opinions positives.

__

Méthode : enquête réalisée auprès d'un échantillon de Français interrogés par Internet du 17 au 18 juillet 2019. Le sondage est réalisé à partir d'un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage et de la personne interrogée, région et catégorie d'agglomération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2019 à 11:20 :
Il se pourrait, et ce serait une bonne nouvelle, qu'Elisabeth Borne mette un minimum de bon sens et de raison dans ce bazar absurde de la transition énergétique qui privilégie les EnR fatales, intermittentes, aux faibles facteurs de charge, tueuses de biodiversité ailée, sources de graves nuisances pour les riverains (éolien) et fort onéreuses de surcroît.
a écrit le 20/07/2019 à 18:50 :
Le CE a poussé à la signature et a signé le traité commercial CETA avec le Canada.Ce traité est très mauvais et aggrave le réchauffement climatique ,en permettant l'importation du pétrole issu des sables bitumineux de l'Alberta.Lextraction de ce pétrole est extrêmement polluante et provoque une production de CO2 4 fois supérieure à l'extraction d'un pétrole conventionnel.On peut rajouter la proposition de la CE de prolonger de 10 ans l'autorisation au glyphosate(ramenée à 5 ans sous la pression du parlement européen),l'assouplissement des règles pour l'agriculture bio en Europe,etc.,etc.Tout cela,montre clairement que la CE et l'union européenne,ne roulent pas en faveur de l'écologie et qu'ils roulent, pour la bonne marche des affaires(comme Macron et Borne),qui est antinomique de l'écologie.
a écrit le 20/07/2019 à 18:50 :
Le CE a poussé à la signature et a signé le traité commercial CETA avec le Canada.Ce traité est très mauvais et aggrave le réchauffement climatique ,en permettant l'importation du pétrole issu des sables bitumineux de l'Alberta.Lextraction de ce pétrole est extrêmement polluante et provoque une production de CO2 4 fois supérieure à l'extraction d'un pétrole conventionnel.On peut rajouter la proposition de la CE de prolonger de 10 ans l'autorisation au glyphosate(ramenée à 5 ans sous la pression du parlement européen),l'assouplissement des règles pour l'agriculture bio en Europe,etc.,etc.Tout cela,montre clairement que la CE et l'union européenne,ne roulent pas en faveur de l'écologie et qu'ils roulent, pour la bonne marche des affaires(comme Macron et Borne),qui est antinomique de l'écologie.
a écrit le 20/07/2019 à 8:31 :
L'Union européenne fait bien plus que les nations pour l'écologie. Sans elle bien des pays n'auraient jamais pris autant de mesures en faveur de l'écologie, du recyclage etc. Reprendre les slogans stupides, simplistes et erronés de Marine le Pen ne rend pas certains commentateurs intelligents ni cultivés.
a écrit le 20/07/2019 à 1:36 :
Jipibe29@.On est fatigués des anti-ecologistes primaires,qui assènent des pseudo vérités,pour attaquer les mesures favorables à l'écologie,à la transition énergétique et qui diminuent l'aggravation du réchauffement climatique.C'est des climatosceptiques,qui nient l'existence du réchauffement climatique dû aux activités humaines.Si on continue à ne rien faire,on aura atteint en 2031 ,l'objectif de limitation de l'augmentation de la température terrestre que la Cop 21de Paris, avait fixé pour 2100!.On va droit dans le mur! et vous continuez à affirmer que l'intermittence de la production d'électricité à partir du photovoltaïque ou de l'éolien,est insoluble.Des solutions existent et certaines ont déjà été mises en place,aux Usa,en Allemagne ou au Chili et ces solutions se développent rapidement .Pareil pour les affirmations sur l'augmentation de la production de CO2 en Allemagne depuis le début de la fermeture des centrales nucléaires en 2011.Ceci n'est pas vrai et en plus,le renouvelable vient de dépasser le charbon en 2018,dans la production d'électricité allemande.En 2038,on a programmé la fermeture de toutes les centrales électriques à charbon,avec en plus la fin du nucléaire qui se sera produite bien avant.Ça coûte cher,mais ça en vaut la peine.
a écrit le 20/07/2019 à 0:35 :
Si elle sait hocher de la tête en signe de oui-oui devant les représentants de l'union européenne, elle fera l'affaire.
a écrit le 19/07/2019 à 18:39 :
L’écologie préoccupe de plus en plus de Français. Cependant, la pédagogie qui est faite autour de ces questions est souvent très imprécise, notamment pour expliquer les contraintes auxquelles se heurtent ces questions dans le cadre de l’Union européenne.

En effet, l’Union européenne promeut le libre échange généralisé, comprenant la liberté de circulation des mouvements de capitaux et de marchandises, ce qui est anti-écologique par nature.
L’agriculture productiviste promue par les traités européens ainsi que les abus de position dominante des centrales d’achat des grandes surfaces créent une situation inextricable pour de nombreux agriculteurs. Cette étude montre les conséquences de cette situation avec une surmortalité par suicide chez les agriculteurs. Seul le programme présidentiel de François Asselineau, dans son chapitre consacré à l’agriculture, s’attaque à ces deux problèmes.

Borne ou pas, la susnommée en place se révèlera totalement ligotée et impuissante dans le cadre de l' UE qui a seule voix au chapitre sur ce sujet comme sur TOUS les autres..
Les négociations autour de l’accord entre l’UE et le Mercosur en sont d’ailleurs une nouvelle preuve.
a écrit le 19/07/2019 à 17:13 :
Elle porte bien sons nom bornes elle fait un peut dicta des futures impôts avec Macron riant et impossible ils vendrais mère au père ils vent Alstom aux américains pour la campagne électorale c est pas un président des riches c est plus un ripoux
a écrit le 19/07/2019 à 17:05 :
Que voulez vous qu'ils pensent d'un ministre qui oblige des trains à rouler même vides au seul prétexte de communication gouvernementale ?... Alors même que l'arrêt de cette ligne avait été décidée.

Au minimum que c'est une menteuse, qu'elle n'assume pas ses choix, qu'elle prend les gens pour des imbéciles et donc qu'elle n'a rien à faire dans la fonction publique au sens large, à ce niveau de responsabilité.
a écrit le 19/07/2019 à 16:05 :
On verra bien et à Très Grande Vitesse !
a écrit le 19/07/2019 à 15:59 :
Personnellement, je ne fais confiance en aucun sinistre, qui plus est, de l'écologie. Peut être que le jour où il y en a un, ou une, pragmatique et non dogmatique,comme tous les verts, je reverrais ma position.
a écrit le 19/07/2019 à 15:42 :
Ce n'est pas un obscur foncionnaire(ancien préfet),manifestement climatosceptique,qui fera quelque chose en faveur de l'écologie.Elle a été chef de cabinet de Royal,lorsque celle-ci était ministre de l'écologie,mais elle avait été mise là, par le secrétaire général de l'Élysée(Jouyet),pour surveiller et contrôler Royal.C'est de cette époque que date la loi qui oblige à installer le compteur intelligent Linky partout en France,alors que l'Europe n'oblige pas à le faire.La proposition de Royal de donner la gratuité aux voitures électriques dans les autoroutes (comme en Norvège),a été effacée d'un trait par son cabinet,sous des faux prétextes techniques.Cela date de la même époque.En fait,Borne est quelqu'un qui a toujours été sous la coupe des lobbies .
a écrit le 19/07/2019 à 15:05 :
Ecologie et consumérisme sont incompatibles. Consumérisme et ultra-libéralisme sont inextricables. Ultra-libéralisme et soumission par la dette sont inextricables. Dettes et consumérisme sont inextricables.

Il faut briser le cercle et ce n'est pas un pion comme Macron qui le fera, pas plus que les 90% de candidats à la course aux Homards gratuits
a écrit le 19/07/2019 à 14:58 :
miam, des bons sondages a la con!
je pense que si en guise d'apero a votre sondage vous posez les questions ' connaissez vous Élisabeth Borne?"
et si oui ' que pensez vous d'elle?', he ben vous allez avoir 95% de gens qui vont dire ' nan, c'est qui celle la ?'
alors faut relativiser les ' opinions'
a écrit le 19/07/2019 à 14:54 :
MOI je lui fais confiance : elle a bien plus de qualités , d'expérience et de connaissance de ses dossiers que les deux soi-disant écolos qui ont occupé ce ministère avant elle .
Réponse de le 19/07/2019 à 17:50 :
@leon 19/07/2019 14:54
Tout à fait d'accord avec vous. Madame E. Borne (X-Ponts) possède les capacités intellectuelles et techniques pour ce poste. Cela change des précédents titulaires.
Cordialement
Réponse de le 21/07/2019 à 0:52 :
Tout à fait d accord avec vous Mais que l on mette qui que ce soit Toujours de la critique
a écrit le 19/07/2019 à 13:21 :
Si c'est pour donner le ministère de l'écologie a des énarques, il vaudrait mieux qu'il n'y ait pas de ministère de l'écologie. Ça fera des économies qu'on pourra investir ailleurs pour continuer à polluer.
a écrit le 19/07/2019 à 13:11 :
Je pense qui manque l'industrie pour en faire un super ministère d'ingénieurs. On peut alors reconstituer le ministère de l'économie et des finances tel qu'il existait sous Pompidou. A cette époque tous les ministres étaient compétents.
a écrit le 19/07/2019 à 13:06 :
Mme Borne est tellement plus qualifiée que le homard et son copain Micron !
Réponse de le 21/07/2019 à 0:54 :
Pas très malin tout ça Pas étonnant que nous en sommes là
a écrit le 19/07/2019 à 13:04 :
Pour faire évoluer la SNCF, pas besoin d'être cheminot, pour initier une transition écologique, pas besoin (voire préférable de ne pas l'être, risque de porter des œillères) d'être écologiste. Y a des domaines techniques, pour déjà concilier les choses contradictoires.
Réduire le CO2 : interdisons toute vente de carburant carboné dès 2020, ça sera efficace, tous à vélo, pieds, en voiture électrique ou à cheval. Efficacité. Parfois y a des trajectoires trop ambitieuses(irréalistes, trop 'volontaristes'), résultat, ça piétine voire dérape.
a écrit le 19/07/2019 à 12:43 :
De toute façon, ils n'en ont cure de l'écologie. Il n'y a rien à attendre
a écrit le 19/07/2019 à 12:28 :
Notre pays se dit démocrate et son fonctionnement politique ne le démontre pas vraiment. Notre pays veut se donner une couche d'écologie depuis des décennies. Et depuis des décennies des verts plus ou moins rosés ont été nommés pour...ne rien faire. Là, nous avons une fonctionnaire - elle fut préfète- qui exécute les directives du big boss avec, plutôt des résultats. En cumulant la fonction camion et pollution, on va voir si les consignes du chef sont crédibles. C'est positif d'avoir une seule personne pour polluer et dépolluer, cela évitera une démission de sous-ministre avec le titre ronflant - mais vide - de ministre d'état. Mieux vaut un professionnel qui produit, plus qu'un opportuniste qui ne bosse pas et qui perd tous ses arbitrages...
a écrit le 19/07/2019 à 12:08 :
"Les Français sceptiques "

Comme l'inspecteur Lafosse.
a écrit le 19/07/2019 à 11:59 :
Il se pourrait, et ce serait une bonne nouvelle, qu'Elisabeth Borne mette un minimum de bon sens et de raison dans ce bazar absurde de la transition énergétique qui privilégie les EnR fatales, intermittentes, aux faibles facteurs de charge, tueuses de biodiversité ailée et de sources de graves nuisances pour les riverains (éolien) et fort onéreuses de surcroît.
a écrit le 19/07/2019 à 11:35 :
Quand on préfère la route et l'avion et on sabote le ferroviaire, l’Écologie a bon dos! Ces gens là ne sont pas au service des français, mais de ceux qui leur permettent de faire une carrière! Le R.I.C. ou la rue!
a écrit le 19/07/2019 à 11:26 :
L'écologie, ça n'est pas que la réduction de production de CO2. Sur ce dernier point, l'état français ne peut pas faire grand chose. C'est plutôt aux français eux-mêmes de faire des efforts.
Réponse de le 19/07/2019 à 16:05 :
L'écologie, ce n'est qu'une pourvoyeuse de taxe pour l'état, ça se vérifie tous les jours, pas autre chose et le Co2 à bon dos pour ça.
a écrit le 19/07/2019 à 10:03 :
Les politiques sont décidément des génies, ils sont capables de changer de poste , passer de l'agriculture à l'industrie, des armées au budget, du sport a la justice etc...
polyvalent on vous dit, les français ont de la chance.
a écrit le 19/07/2019 à 9:54 :
Plutôt que de faire peur aux français, quand leur dira t-on qu'ils ont un bon bilan Co2 comparé aux autres pays: 5 tonnes de Co2/an/habitant, 10 t. en Allemagne, USA 17t., Japon 10t., Chine 7,5t., Australie 15t., etc.
Réponse de le 19/07/2019 à 11:37 :
Ben non, car c'est pire, nous sommes négatifs car on oublie les dom Tom, (Guyane, terres australes etc) et l'énorme espace maritime français car les algues, le plancton ça bouffe quoi à votre avis, alors une ingénieure nulle maths, j'en suis mort de rire. Lol!
Réponse de le 19/07/2019 à 13:08 :
"bon" bilan vis à vis de la neutralité ou des pires élèves ? On se rassure par rapport à la référence qui nous fait plaisir, mais quand on nous dit que notre électricité est la moins chère d'Europe et qu'on peut donc l'augmenter de 20% d'un coup, pas grave, sera encore la moins chère, ça déplait fortement. :-) :-)
Ne pas oublier le CO2 qu'on génère par intermédiaire interposé, ce qu'on achète en Chine fait du CO2 français en Chine, il faut tout additionner (les norvégiens, avec leurs véhicules électriques en masse, polluent énormément, via le pétrole qu'ils nous vendent, CO2 à gogo mais externalisé)
Réponse de le 19/07/2019 à 15:03 :
Vous devriez inclure les externalités dans vos chiffres.... le bon résultat des FR est du au nucléaire d'une part mais surtout du désastre de la balance commerciale qui fait qu'on importe une immense part des biens manufacturés... dont on ne tient pas compte dans le calcul...

Bref, délocalisation de la pollution pour faire le paon
a écrit le 19/07/2019 à 9:53 :
La France est déjà un bon élève en matière d'émissions de CO2.

La France émet toujours presque 2 fois moins de CO2 par habitant que l'Allemagne.

En 2018, selon le bilan BP Review, la France a émis 302,7 millions de tonnes de CO2 du fait de la consommation d'énergie.

Si la France émettait autant de CO2 par habitant que l'Allemagne, en 2018, la France aurait émis 579,7 millions de tonnes de CO2. Soit presque le double.
a écrit le 19/07/2019 à 9:14 :
Il faut d'abord rappeler que les transports ont été souvent associés dans le même ministère de l'écologie. Même s'il s'agit d'une logique discutable, ce n'est pas la première fois que les deux fonctions se cumulent en un même ministère.
En ce qui concerne Elisabeth Borne, je ne vois pas ce qu'on peut reprocher à cette personne, d'origine socialiste comme la majorité des ministres, par rapport aux Ministres de l'Ecologie "politiques" qu'on a vu défiler au fil des années ; il faut rappeler que le poste de Ministre de l'Ecologie "politique" n'a jamais duré plus d'un an dans le passé ....
a écrit le 19/07/2019 à 8:44 :
Quand elle a débarqué ses premières paroles étaient résolument dirigées contre le transport routier puis quelques mois après plus rien. Autant de faiblesse politique du fait d'une vassalité envers les marchés financiers pollueurs par définition ne peut qu'inspirer de la méfiance.
a écrit le 19/07/2019 à 8:35 :
Après d’aussi belles performances au ministère des transports, effectivement on peut s’inquiéter de la suite à la transition écologique.
Encore une opportuniste arrivée dans ces fonctions on ne sait comment...
a écrit le 19/07/2019 à 8:26 :
C'est au pied du mur qu'on voit le maçon :..... bilan aux transports ???
Réponse de le 19/07/2019 à 16:09 :
Non, "c'est au pied du mur qu'on mieux le mur."..Bigard
Réponse de le 20/07/2019 à 5:23 :
0 Hassan Ceheffe. Bilan aux transports ????
Elle a organisé et dirrigé les Assises du transport aérien mais cela ne figure pas dans les CV diffusés par Elysée et Matignon.
Si c'est flou, il y a un loup.
a écrit le 19/07/2019 à 8:19 :
L'épisode De Rugy démontre combien Macron est dans la plus totale improvisation ;

Mme Borne n'a pas l'envergure pour les fonctions qu'elle a acceptées par pure GLORIOLE,

Mme Borne aurait du refuser au motif qu'il y a des conflits d'intérêts

L'Assemblée Nationale est souillée, entachée car il est évident que les Députés savaient ce qui se passait dans les ors de la République

les Députés se taisaient parce que chacun chacune d'entre eux / elles n'avaient que envie d'en profiter à leur tour, certains certaines Députés en ont certainement profité ...

Le gouvernement Philippe est de l'ancien monde, un gouvernement ringard qui devrait être limogé,

les Français ne font plus confiance à ces équipes de bras cassés, Macron a le devoir de dissoudre l'Assemblée Nationale et renvoyer les Députés à la maison
a écrit le 19/07/2019 à 8:03 :
Pour la remise en ordre de marche de ce mammouth de 40 000 fonctionnaires et qui nous coûte 35 milliards chaque année pour zéro résultat en diminution d'émission de CO2...
Réponse de le 19/07/2019 à 8:24 :
L'ostracisme sans distinction subi par le diesel (et corrélativement le retour en force de l'essence) est la cause de la hausse des émissions de CO2 en France. Ce qu'il fallait c'est sortir de la route en zone urbaine les très vieux diesel dépourvus de FAP et encourager fiscalement les diesel récents qui polluent à tous égards moins que les moteurs essence.
Réponse de le 19/07/2019 à 10:34 :
D'accord avec votre commentaire. On confond les problématiques "particules fines" en agglomération et CO2; Au surplus, en fonction du temps (de la pluie), la problématique "particules fines" peut être, ou pas, importante. Sans compter la question des différents produits issus du raffinage (plus ou moins lourds) que l'on souhaite tout de même valoriser. Dès lors, on aurait pu prendre des mesures spécifiques à Paris, Lyon, Grenoble, Strasbourg (les villes en cuvette),... et éviter de les étendre à la campagne bretonne..
Réponse de le 19/07/2019 à 11:48 :
@ mr Bruno,
Personne est obligé de rouler au diesel il y a 10 ans que je roule GPL, depuis 1 an au E85, et je pollue 40% de moins, sans fumée, quand au prix? Une Mondeo payée 800€ une puce à 100€, 10l aux 100_a 52 cmes en Vendée 62 ailleurs, quand à l'impact écologique 0, c'est du colza français.
a écrit le 19/07/2019 à 7:41 :
les Français ne font guère confiance a nos élus qui ont recours a des habiles subterfuges ! le libéralisme politique fait trop de dégat pour le bien de la minorité § bientot le tour a EDF
Réponse de le 19/07/2019 à 8:27 :
" guère " est de trop !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :