Borne remplace de Rugy au ministère de la Transition écologique

 |   |  516  mots
Elisabeth Borne et François de Rugy lors de la passation de pouvoir au ministère de la Transition écologique et solidaire, mercredi 17 juillet.
Elisabeth Borne et François de Rugy lors de la passation de pouvoir au ministère de la Transition écologique et solidaire, mercredi 17 juillet. (Crédits : Reuters)
Elisabeth Borne remplace François de Rugy au ministère de la Transition écologique suite à la démission de ce dernier. L'Elysée l'a annoncé dans un communiqué, mardi 16 juillet dans la soirée. Elisabeth Borne occupait jusqu'ici le poste de ministre des Transports dont elle va toutefois conserver le portefeuille.

La vacance au ministère de la Transition écologique et solidaire aura été de courte durée. Elisabeth Borne remplace François de Rugy, qui a présenté sa démission mardi 16 juillet, au ministère de la Transition écologique. L'Elysée l'a annoncé dans un communiqué, diffusé hier dans la soirée. Elisabeth Borne, qui occupait jusqu'ici le poste de ministre des Transports, va toutefois cumuler deux fonctions puisqu'elle conserve également ce portefeuille sans pour autant prendre le titre de ministre d'Etat de son prédécesseur, a précisé l'Elysée. La passation de pouvoir a eu lieu ce mercredi 17 juillet à 13h30.

 "La confiance que m'accordent le Président de la République et le Premier ministre est un immense honneur", a réagi sur Twitter Mme Borne.

Une technicienne au ministère de l'Écologie

M. de Rugy a démissionné mardi après-midi de son poste, après une série de révélations portant notamment sur des dîners fastueux lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale. La nomination de Mme Borne, dont le portefeuille était déjà placé sous la tutelle du ministère de la Transition écologique, "est une évidence", a commenté la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

Lire aussi : François de Rugy a démissionné, Emmanuel Macron dit "respecter (sa) décision personnelle"

Ancienne directrice de cabinet de Ségolène Royal au ministère de l'Ecologie en 2014, Mme Borne est aussi "une femme de terrain", après avoir été préfète de la Région Poitou-Charentes et préfète de la Vienne, fait valoir une source gouvernementale. "Elle a construit une relation avec les élus locaux à travers les différents textes qu'elle a eu à défendre, elle connaît très bien ses secrétaires d'Etat", Brune Poirson et Emmanuelle Wargon, et "est opérationnelle tout de suite pour défendre la loi énergie-climat" actuellement au Sénat, souligne cette même source.

Directrice de 2015 et 2017 de la RATP, Mme Borne n'incarne pas spécialement les sujets écologiques, à l'inverse de M. de Rugy ou de l'ancien titulaire du poste au début du quinquennat, Nicolas Hulot. Mais "quand on parle de réchauffement climatique, la clé est dans les transports", souligne le même conseiller de l'exécutif. Au ministère des Transports, Mme Borne a notamment oeuvré à la réforme de la SNCF avant d'élaborer la loi d'orientation des mobilités (LOM), qui doit revenir en nouvelle lecture à la rentrée à l'Assemblée et au Sénat.

(Avec AFP)

______

Revivez l'intervention d'Elisabeth Borne Ministre des Transports en juin dernier lors du Paris Air Forum 2019 organisé par La Tribune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2019 à 11:58 :
Mais bien sûr, on nous prend pour qui? C'est comme demander à un boucher d'assurer la transition vers le tout vegan ou à un libraire/écrivain d'assurer la transition vers une population sans instruction et analphabète. Elle a quelles compétences pour ce poste? Elle connaît quoi à l'écologie? Elle a fait quelles études pour être qualifiée? Elle a quelle expérience dans le domaine? Si c'est ça, je vais postuler pour devenir directeur financier.
a écrit le 18/07/2019 à 11:45 :
Ses compétences sont maintenant élargies à l'ensemble de l'écologie et plus seulement du transport : elle va donc pouvoir mettre en perspective les sanctions (il n'y a pas d'autre mot) contre le secteur aérien qui représente 2.5% de la production de CO² : peut-être qu'elle predra conscience que le secteur du numérique représente 4% de la consommation d'énergie, avec une croissance exponentielle !!!
Le secteur aérien s'est engagé à compenser ses émissions carbone, ett ce, au niveau mondial !!! . . . . quels sont les engagements pris par le secteur numérique ? néant !!! . . . . . alors Mme BORNE, on s'attaque au plus polluant, ou on reste sur des actions "anti-riches" absurdes et contreproductives, et on démoli AirFrance pour le plaisir ?? . . . .
Un simple exemple: regarder un film pendant 1 heure sur son smartphone consomme l'équivalent de la consommation d'énergie d'un réfrigérateur.. pendant un an !!! Je suis certains que les mêmes bobos-écolo qui hurle pour une taxation aveugle et contreproductif du secteur aérien sont les mêmes qui ont leur smartphone vissé à la main !
a écrit le 18/07/2019 à 8:08 :
Une fourmi en remplace une autre.
a écrit le 18/07/2019 à 4:04 :
Super la photo. Les mediocres qui s'auto-congratulent. Decadence de la politique.
a écrit le 18/07/2019 à 3:31 :
Une climatosceptique ministre de l'écologie!.On aura tout vu avec ce gouvernement.
a écrit le 18/07/2019 à 0:25 :
On peut mettre ce que l on veut au poste sera critiqué Ceux la eux même seraient incapable d en faire autant pauvres gens pauvre France
a écrit le 17/07/2019 à 23:10 :
Ses résultats comme ministre des transports sont limités: situation lamentable de la SNCF et RATP, état précaire d'Air France, routes dégradées ... Alors on récompense les mauvais ?
a écrit le 17/07/2019 à 21:16 :
comme l'a dit une éditorialiste du P---t , E. Borne a le charisme d'une ... borne kilométrique . mais c'est surtout une haute fonctionnaire fidèle à sa mission et aux ordres de sa hiérarchie (Macron via le 1er ministre ) .
sa nomination est un signal pour tous les "écologistes " politiques , la réal-politique l'emporter sur tout le reste ; discours écolo sans engagement : oui , régulation économique écologique :non .
a écrit le 17/07/2019 à 18:24 :
Un ministère qu'il va falloir rendre efficace, car pour l'instant, 40 000 fonctionnaires et une dépense annuelle de 35 milliards se traduisent par zéro résultat sur ce qui est -fort consensus- la première de ses missions: la réduction des émissions de CO2. Il faut être fou pour dépenser sans aucun résultat tangible (35 milliards, c'est tout de même le coût de deux EPR par an, et là, on verrait sur le CO2 des résultats!).
a écrit le 17/07/2019 à 17:03 :
On peut toujours rêver.
J’espere qu’Elisabeth a bon appétit. Elle va doublement se régaler.
a écrit le 17/07/2019 à 17:01 :
Macron et son entourage vivent dans un monde qui sent à plein nez la concussion et la corruption en tout genre. Cette impression, de plus en plus répandue dans la population, est encore renforcée par le bradage massif et injustifiable du patrimoine public auquel se livre l’exécutif, contre le souhait de l’écrasante majorité des Français.

Cette évolution putride n’est au fond que logique : à part peut-être quelques naïfs, ce sont principalement des cyniques, des Rastignac sans foi ni loi, des tricheurs, des voleurs et des menteurs éhontés qui peuvent accepter d’entrer dans un gouvernement placé sous tutelles étrangères, qui consent sciemment à détruire la France, et qui manipule sans cesse le peuple français, avec la complicité des médias de masse, pour l’empêcher de comprendre ce qui se passe et de se rebeller.

Il faut enfin prendre un peu de recul et ne pas être dupe. François de Rugy a fait, à l’évidence, l’objet d’un règlement de compte politique et / ou personnel, comme le montre le calcul minutieux de la scansion des révélations en plein été, avec un calendrier particulièrement médité.

Comme pour la destruction orchestrée de la candidature de François Fillon à l’élection présidentielle de 2017, la vraie question est de savoir qui est derrière ce règlement de compte de type mafieux, et pour quelles raisons..
F Asselineau président de l' UPR ce jour..
Réponse de le 18/07/2019 à 0:30 :
Cherchez pas il y a un certain monsieur Hollande qui a fait même chose pour Fillon et Sarko. Hollande le très très copain du monde, mediapart , le canard enchaîné tou en dessous
a écrit le 17/07/2019 à 16:41 :
Mme Borne,serez-vous la ministre qui réussira à mettre les camions sur des trains?
Surtout ceux qui traversent la France du nord au sud ,d'Est en Ouest et inversement.
Pollution maximum,le plein fait hors France et qu'on trouve même le week-end sur les autoroutes,voir les nationales.Donc ,apport économique nul ,nuisances maximum et détérioration des routes aux frais du contribuable.
Voilà une piste de réflexion !
a écrit le 17/07/2019 à 16:23 :
Mme Borne est la parfaite représentante de cette classe politique, un CV quantitatif sur le plan des postes occupés mais jamais assez longtemps pour mesurer sa compétence. Un poste dans le privé (chargée des concessions!!!) chez Eiffage qui comme toute ces grandes entreprises accueillent en cours de arrière un politique en attente d’une nouveau poste ou en attente d’un changement de majorité. Les entreprises de BTP sont en général celles qui ont les bras les plus ouverts pour caser des politiques. Dans son poste actuel le premier ministre a du voler à son secours dans le changement de statut de la SNCF car elle était débordée et comme toute personne ayant connu principalement la haute fonction publique, arrogance et difficulté pour ne pas dire plus à passer en méthode négociations. M. Macron a choisi dans la personne de Mme Borne la haute fonction publique, discipline, lisse sans aucune vibration pour enthousiasmer l’écologie. Traverser maintes fois la rue n’est pas un gage de compétences au contraire, plus un gage d’instabilité. La valse des ministres montre les difficultés de M. Macron et M. Philippe a choisir les bons éléments aux bons postes. Je note également que les deux secrétaires d’état sont plus la pour faire le job ou de la figuration que pour une reconnaissance de leur engagement pour l’écologie. Des deuxièmes couteaux bien mal remercier. M. Macron est devenu un vrai politicien avant d’être un chef d’état. Il a bien vendu son discours en 2017 heureusement j’ai pu exprimer ma première sanction en mai 2019, j’attends une autre occasion car sa politique n’est pas au niveau de la « vente » de 2017.
a écrit le 17/07/2019 à 14:59 :
Notre visionnaire remplace un trop peu clairvoyant suspecté de se gaver à l’œil par une Borne.
Pas sûr qu'on y voit plus clair.
a écrit le 17/07/2019 à 14:37 :
si son ambition est de faire à l'écologie ce qu'elle a fait pour la SNCF, on peut craindre le pire.

2h30 d'attente à un guichet pour obtenir un billet pour un trajet de 45 min.... balèze la réforme !

Je pense que c'est de toutes manières une ministre d'attente. Macron a été pris de court par la démission de FDR et n'a aucun candidat sous la main. Mais on connait sa capacité à recruter des traitres un peu partout.

Surtout que le poste de ministre de l'écologie sous Macron c'est beaucoup de com. Comme expliqué par Hulot (avec justesse), il est impossible de faire cohabiter une écologie efficace et le libéralisme économique. Et Macron a choisi (CETA, MERCOSUR...).
Réponse de le 17/07/2019 à 16:02 :
"2h30 d'attente à un guichet pour obtenir un billet pour un trajet de 45 min.... balèze la réforme !"

Le but de ce gouvernement qui suit les directives europeennes à la lettre sur la SNCF est de liquider ce service public par tout les moyens y compris de dégrader intentionnellement les services aux usagers ,histoire ensuite de les faire râler pour qu'ils finissent par d'accepter ,les réformes et le privé comme une évidence .Un classique des liberaux.
Réponse de le 17/07/2019 à 21:09 :
Elle va pouvoir s'en donner à coeur joie.

Son ministère chapeaute l'énergie, le transport et le logement. Ne lui manque que l'industrie.

La privatisation partielle de Engie doit faire partie de s feuille de route. C'est le seul moyen de sauver la filière nucléaire de la faillite et de faire avaler de gré ou de force le programme "tout électrique" du gouvernement.
a écrit le 17/07/2019 à 14:19 :
Borne qui remplace Derugy, il fallait bien trouver une solution "bancale" de plus pour le remplacer ;

Le seul FAIT NOTOIRE de Madame Borne de ces derniers actes héroïques, elle ferme des lignes SNCF pour mettre plus de camion DIESELS sur la route ...

Drôlerie hypocrite que de lui confier l'écologie !!!

Macron est un homme seul, esseulé, il n'a pas de base politique et encore moins de compétences autour de lui, il est entouré de lobbyistes malveillants dont ceux que De Rugy a régalé dans les dîners secrets, sur le dos des "citoyens qui ne sont rien" sauf pour payer les impôts et taxes prolifiques

Philippe arriviste de l'ex UMP LR n'a pas non plus de troupes en réserve, à part traîner les quelques incompétents notoire qu'il a emmené avec lui ... et une bardée d'autres lobbyistes qui doivent aussi aimer festoyer sous les ors de la République aux frais des contribuables

Les Modem Udi se sont fait pincer dès leurs premières "sorties" du gouvernement Macron Philippe

ces équipes de bras cassés précités constituent le troupeau de fric frac et bric broc qui vident les poches des Français,
a écrit le 17/07/2019 à 13:56 :
un habile subterfuge . depuis 2012 la nomination de 9 ministres de l écologie pour peu de résultat... maitenant moins de camions et du ferroutage ?
a écrit le 17/07/2019 à 13:56 :
un habile subterfuge . depuis 2012 la nomination de 9 ministres de l écologie pour peu de résultat... maitenant moins de camions et du ferroutage ?
a écrit le 17/07/2019 à 13:52 :
Il vas rembourser ???
a écrit le 17/07/2019 à 13:34 :
"Directrice de 2015 et 2017 de la RATP"

Effectivement ,Élisabeth Borne ministre des transports connait bien ce secteur ,elle y a travaillé avec un salaire de 26.955 euros par mois en 2016 en tant que directrice générale de la RATP. Mais il faut dire que sa collègue du gouvernement Florence Parly, ministre des Armées et ex-directrice générale chargée de SNCF Voyageurs a touché 52 569 euros mensuels…
Quand ils vous disent que les cheminotes sont des privilégiés..
Réponse de le 17/07/2019 à 14:27 :
Si vous en avez les capacités présentez-vous à ces postes.
Réponse de le 18/07/2019 à 5:36 :
@marc469 le pb de ces politiques n'est pas le nombre, ni le niveau de diplômes pour les évaluer mais le temps passé dans chaque poste dans lequel ils ont été nommés, en général moins de 2/3 ans dans des postes importants comme par exemple la direction de la RATP et des postes de secondes "mains" comme responsables des concessions dans un grand groupe de BTP. Mme Borne est elle compétente impossible à dire puisque ce qu'elle a pu engager dans ces multiples fonctions n'a jamais été d'une durée suffisante pour en faire un bilan. La question reste posée a t elle été compétente dans les postes qu'elle a pu occuper impossible à savoir car aucune évaluation, la quantité n'a jamais été un signe de qualité, heureusement d'ailleurs pour la majorité des politiques.
a écrit le 17/07/2019 à 12:53 :
les Français ne veulent plus des elus. magouilleurs et menteurs
qui ne pense qu'a leurs intérêts personnel
comme Cahuzac et fillon la main dans le panier de crabe il nie
quand vont il comprendre qu'il sont au service de la nation
et des Français mais en aucun cas pour se goinfrer
au cas ou certain souhaite faire fortune il y a la creation d'entreprise
mais la il faut vouloir travailler et ne pas vivre au crochet des peuples

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :