Les inégalités de salaires entre les hommes et les femmes s'aggravent avec l'ancienneté

 |   |  605  mots
(Crédits : DR)
En dépit d'une plus grande participation des femmes au marché du travail, les inégalités de salaires sont encore plus criantes avec l'ancienneté. D'après une récente enquête de l'Insee, au bout de 11 ans de carrière, l'écart est d'environ 400 euros par mois, contre 100 euros en début de carrière.

Le fossé est loin de disparaître. Selon une enquête de l'Insee publiée ce mercredi 13 novembre, les écarts de salaires entre les hommes et les femmes ont tendance à s'aggraver avec l'ancienneté sur le marché du travail. Si l'accès des femmes à l'emploi s'est amélioré depuis plusieurs décennies, la parité est loin de s'appliquer au niveau des salaires malgré les efforts de communication déployés dans certains groupes et PME.

> Lire aussiLes inégalités femmes-hommes persistent chez les jeunes diplômé.e.s

410 euros d'écart au bout de 11 ans d'ancienneté

L'un des résultats marquants de ce travail est que l'évolution des salaires pour les hommes est bien plus marquée que celle des femmes après seulement quelques années d'expérience. L'étude explique par exemple que "l'écart de salaire mensuel net médian s'élève à 100 euros pour les débutants (1.400 euros pour les jeunes femmes contre 1.500 euros pour les jeunes hommes), il atteint 410 euros à partir de 11 ans d'ancienneté (1.590 euros contre 2.000 euros)".

Parmi les différents facteurs avancés par l'institut de statistiques figure la prépondérance du temps partiel chez les femmes. En 2018, 5 millions de personnes étaient à temps partiel. Sur ce total, les femmes étaient 3,8 millions. Autrement dit, les contrats à durée limitée pèsent énormément sur la persistance des écarts sur les salaires et les trajectoires professionnelles entre les hommes et les femmes. À titre d'exemple, l'écart de salaire médian est moindre chez les salariés à temps complet, passant de 70 euros entre 1 et 4 ans après la fin des études à 230 euros à partir de 11 ans d'ancienneté.

Chômage : un début de carrière plus favorable pour les femmes

Ces disparités de salaires sont d'autant plus frappantes que les femmes se retrouvent moins souvent au chômage que les hommes en début de carrière. Pour les jeunes actifs entre un et quatre ans sur le marché du travail, le taux de chômage chez les femmes (15%) est bien inférieur à celui des hommes (19%).

Ce phénomène est cependant récent. Les femmes font mieux que les hommes en raison d'une plus forte progression de diplôme chez les premières. "L'écart face au risque de chômage en début de vie active s'explique avant tout par le fait que, plus diplômées, les jeunes femmes sont globalement moins exposées au risque de chômage ; à niveau de diplôme donné, les écarts sont moindres, voire dans certains cas, inversés", souligne l'institut basé à Montrouge. Après 11 ans de carrière, la tendance s'inverse et le taux de chômage devient plus favorable pour les hommes.

Le taux d'activité se dégrade en milieu de carrière pour les femmes

L'autre facteur qui peut expliquer de tels écarts de salaires est la dégradation du taux d'activité pour les femmes avec l'âge. Depuis quatre décennies, la participation des femmes au marché du travail s'est fortement améliorée pour se rapprocher de celle des hommes. En 2018, 68% des femmes de 15 à 64 ans étaient actives, c'est toujours 9 points de moins que les hommes. À titre de comparaison, cet écart était de 31 points au milieu des années 1970.

Même si le taux de participation des femmes s'est amélioré depuis cette période, l'écart a tendance à se creuser au fur et à mesure des carrières. L'une des principales raisons demeure la maternité citée dans le document. "S'occuper des enfants devient une motivation importante de l'inactivité, mais quasi exclusivement pour les femmes, ce qui augmente l'écart d'activité entre femmes et hommes."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2019 à 13:34 :
Si je ne peux pas répondre à mon harceleur ou faire supprimer son trollage vous virez mon commentaire de base vous ne l'instrumentalisez pas.
a écrit le 14/11/2019 à 9:39 :
La soi disant inégalit de salaire n'en est pas une car, comme illustré dans l'article, elle provient avant tout de choix personnels.

En revanche il existe une réelle inégalité que tout le monde ignore c'est que les femmes sont aujourd'hui plus diplômées que les hommes en moyenne et qu'elles subissent moins le chômage. Cette véritable inégalité doit être traitée par l'État. Toute une génération d'hommes a été sacrifiée, aujourd'hui la place des hommes à l'université est aussi mauvaise que celle des femmes en 1960.
Réponse de le 14/11/2019 à 10:54 :
la roue tourne !!! ah ah ah ah et ce n’est pas illogique !!!

Comme cela nous pouvons mieux comprendre la chose, non?
Et terme discriminatoire, y compris lorsque l'on parle des hommes, pardons mais je ne me sent pas concerné, pour la simple raison que la discrimination sur l'origine est tellement plus puissante, que de parler de carrière pour ceux différents relève du fantaisiste.

Comme lorsque j'étais a pole emploi cadre, ou j'avais devant moi des gens qui ne m'aurait pour rien au monde laissé une chance, et qui se retrouve comme toi a 50 ans dans une souffrance qui n'était plus la mienne tellement l'habitude est la.

Alors finalement, c'est plutôt une bonne chose, car plus diplômées, c'est aussi normale qu'elles touchent plus, non?!

A nous homme de savoir s'adapter, cela change un peu. Et plus vous vous concentrez sur vous et plus vous comprenez que les schémas changent et que vous n'avez plus non plus intérêt un a un mode de vie consumériste, voila pourquoi pour moi c'est intéressant.

Le fait que l'homme devra chercher ses ressources avec plus de difficultés, lui fera prendre conscience que la tradition, le mariage, et le mythe qui entoure la femme est la aussi un mythe.

Ainsi il sera sans doute dans sa qualité première, celle de défricher sans tenter d'être un nabab, mais permettra une perspective de construction personnelle dépassant le besoin d'une femme (autrement dit argent et statut).

Plus créatif, plus indépendant, vous ne pouvez vous imaginez une fois que!!

L'homme retrouvera le sens commun ! Sans doute a mon avis la réplique du sens de la pensée des arts, et dont la capacité a être guidé par le physique, laissera place aux projets long terme qui ont du sens.
a écrit le 13/11/2019 à 19:58 :
Le titre devrait être : "Les inégalités de salaires entre les hommes et les femmes s'améliorent avec l'ancienneté". Si les médias continuent à être complaisants avec les mouvements féministes, les hommes finiront par avoir le même salaire que les femmes pour un même poste, est-ce vraiment ce que nous souhaitons?
a écrit le 13/11/2019 à 16:41 :
La seule comparaison valable est le taux horaire net car la paie n'est rien d'autre que le taux horaire multiplié par le nombre d'heures a travail et qualification égale bien entendue !Ou est l'injustice !Quand un responsable sollicite son personnel pour des heures sup ,qui repond le plus souvent !Les hommes et ça se comprend.Les meres de familles qui veulent rentrer tot chez elles aprés avoir récuperées les enfants à la garderie et faire des courses en passant sont nombreuses et c'est un choix de vie pour ne pas sacrifier sa famille ;Leurs hommes sont ou !Ils font des heures sup ou alors rentrés à la maison ils font rien ,la femme fait tout c'est une des principales causes de divorce mais ou est l'injustice salariale !Faudrait il qu'avec des heures de travail differentes les femmes gagnent autan que les hommes !Certaines feministes revendiquent cela mais c'est impossible en entreprise sinon à se mettre le feux ce qu'aucun directeur homme ou femme n'osera faire !Alors elle est ou l'injustice ,dans le partage du travail à la maison peut etre pour plus de temps de libre pour la femme pour des heures sup mais ça concerne la vie de couple pas la société ...............
Réponse de le 13/11/2019 à 18:28 :
"la femme fait tout c'est une des principales causes de divorce :

Pas que :

L'éjaculation précoce a déjà été un motif de rupture pour 1/3 des femmes
29 % des Françaises, 40 % des cadres, et 41 % des étudiantes se sont déjà séparées de leur partenaire masculin à cause de son éjaculation précoce.
a écrit le 13/11/2019 à 15:29 :
Je suppose qu'entre les chômeurs c'est un peu la même chose, non?
a écrit le 13/11/2019 à 13:55 :
Est-ce que les chiffres données ici veulent dire quelque chose ? Ne faudrait-il pas une analyse par niveau : ouvrier, technicien, cadre, cadre supérieur?
a écrit le 13/11/2019 à 12:34 :
Bonjour,
Encore renault, quand on sait que le President qui vient de Michelin, Mr Jean dominique SENARD je pense touche 150000 euros/an tandis que le DG Bollore 900000e/an;
pour faire des degats et en plus une indemnite d eviction de 2,4 Me: inadmissible sachant qu il obtiendra autant en actions renault sans oublier votre cher Carlos Gohn
avec ses fastes depenses....! C est INADMISSIBLE DANS LES TEMPS ACTUELS,
Sera t il impose? paiera t il des impots ? , touchera t il le chomage ? ; Et dire que le fosse se creuse entre les Riches et la classe moyenne et les pauvres!
Doit on encore acheter des renault quand on voit le salaire des dirigeants; QUE FAIT L ETAT Actionnaire? j eprouve un certain ecoeurement! Cordialement JCD
Réponse de le 13/11/2019 à 16:51 :
Vous n'avez pas compris une chose ,les entreprises appartiennent à leurs actionnaires qui decident seuls du salaires des PDG .L'état chez Renault est ultra minoritaire et si vous croyez que le PDG de chez Renault doit gagner 10 fois moins que les PDG concurrent vous avez tout faux .Vous vous placez sur quels plans !Renault c'est 180000 personnes ;Si on enleve 100000 €/mois au PDG ça fait combien de plus pour chaque salarié ?MOINS D UN € PAR MOIS ?La belle affaire !C'est donc de la jalousie,jaloisie qui vous étrangle pas quand on voit le salaire de certains sportifs artistes et autres ..........!
a écrit le 13/11/2019 à 12:13 :
Le mot inégalité est utilisé pour tout et n'importe quoi. Dans ce cas, le problème est que la femme a souvent une carrière professionnelle heurtée. Les arrêts de travail en raison de la naissance des enfants par exemple . Par ailleurs , on trouve beaucoup de femmes dans des secteurs ou elles sont largement majoritaires, l'enseignement, la fonction publique ou la santé. Des secteurs ou les salaires sont faibles. En fait, il s'agit plus de différence que d'inégalité dans le parcours de vie. Hélas, la tendance est à l'appauvrissement généralisé et les hommes comme les femmes, subissent une pression professionnelle permanente et des salaires qui ne permettent plus d'assurer les fins de mois.
a écrit le 13/11/2019 à 11:15 :
Les inégalités de salaires entre les hommes et les femmes s'aggravent avec l'ancienneté .. est un sujet connexe

le sujet principal,

c'est que la pauvreté et de la misère s'installe dans toutes les générations, des étudiants aux retraités
Réponse de le 13/11/2019 à 15:37 :
"c'est que la pauvreté et de la misère s'installe dans toutes les générations, des étudiants aux retraités"

C'est surtout la même couche sociale qui est concernée.
Réponse de le 13/11/2019 à 19:41 :
Merci d'effacer une nouvelle fois les injustices faites aux femmes.
Y en a marre des "les hommes aussi souffrent".
a écrit le 13/11/2019 à 9:57 :
Pour annuler le pb, pourquoi ne pas instituer un salaire max... Après tous ce qui plombe ces state ce sont les salaires des plus grand dirigeant comme Carlos Gohn, Peppi... Avec 15000€ ils devraient pouvoir bien vivre surtout qu'ils ont plein d'avantages comme voiture de fonction...
a écrit le 13/11/2019 à 9:52 :
L'education etant ce qu'elle est, perennise la transmission de ces tares. Les jeunes generations des lors que des "missions" leurs sont confiees adoptent les meme travers, voire les poussent a leurs extremes par peur de perdre le job, prets a toutes les bassesses. Le monde du travail est abominable aujourd'hui, demain il sera pire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :