Les inégalités de salaires entre les hommes et les femmes s'aggravent avec l'ancienneté

En dépit d'une plus grande participation des femmes au marché du travail, les inégalités de salaires sont encore plus criantes avec l'ancienneté. D'après une récente enquête de l'Insee, au bout de 11 ans de carrière, l'écart est d'environ 400 euros par mois, contre 100 euros en début de carrière.
Grégoire Normand
(Crédits : DR)

Le fossé est loin de disparaître. Selon une enquête de l'Insee publiée ce mercredi 13 novembre, les écarts de salaires entre les hommes et les femmes ont tendance à s'aggraver avec l'ancienneté sur le marché du travail. Si l'accès des femmes à l'emploi s'est amélioré depuis plusieurs décennies, la parité est loin de s'appliquer au niveau des salaires malgré les efforts de communication déployés dans certains groupes et PME.

> Lire aussiLes inégalités femmes-hommes persistent chez les jeunes diplômé.e.s

410 euros d'écart au bout de 11 ans d'ancienneté

L'un des résultats marquants de ce travail est que l'évolution des salaires pour les hommes est bien plus marquée que celle des femmes après seulement quelques années d'expérience. L'étude explique par exemple que "l'écart de salaire mensuel net médian s'élève à 100 euros pour les débutants (1.400 euros pour les jeunes femmes contre 1.500 euros pour les jeunes hommes), il atteint 410 euros à partir de 11 ans d'ancienneté (1.590 euros contre 2.000 euros)".

Parmi les différents facteurs avancés par l'institut de statistiques figure la prépondérance du temps partiel chez les femmes. En 2018, 5 millions de personnes étaient à temps partiel. Sur ce total, les femmes étaient 3,8 millions. Autrement dit, les contrats à durée limitée pèsent énormément sur la persistance des écarts sur les salaires et les trajectoires professionnelles entre les hommes et les femmes. À titre d'exemple, l'écart de salaire médian est moindre chez les salariés à temps complet, passant de 70 euros entre 1 et 4 ans après la fin des études à 230 euros à partir de 11 ans d'ancienneté.

Chômage : un début de carrière plus favorable pour les femmes

Ces disparités de salaires sont d'autant plus frappantes que les femmes se retrouvent moins souvent au chômage que les hommes en début de carrière. Pour les jeunes actifs entre un et quatre ans sur le marché du travail, le taux de chômage chez les femmes (15%) est bien inférieur à celui des hommes (19%).

Ce phénomène est cependant récent. Les femmes font mieux que les hommes en raison d'une plus forte progression de diplôme chez les premières. "L'écart face au risque de chômage en début de vie active s'explique avant tout par le fait que, plus diplômées, les jeunes femmes sont globalement moins exposées au risque de chômage ; à niveau de diplôme donné, les écarts sont moindres, voire dans certains cas, inversés", souligne l'institut basé à Montrouge. Après 11 ans de carrière, la tendance s'inverse et le taux de chômage devient plus favorable pour les hommes.

Le taux d'activité se dégrade en milieu de carrière pour les femmes

L'autre facteur qui peut expliquer de tels écarts de salaires est la dégradation du taux d'activité pour les femmes avec l'âge. Depuis quatre décennies, la participation des femmes au marché du travail s'est fortement améliorée pour se rapprocher de celle des hommes. En 2018, 68% des femmes de 15 à 64 ans étaient actives, c'est toujours 9 points de moins que les hommes. À titre de comparaison, cet écart était de 31 points au milieu des années 1970.

Même si le taux de participation des femmes s'est amélioré depuis cette période, l'écart a tendance à se creuser au fur et à mesure des carrières. L'une des principales raisons demeure la maternité citée dans le document. "S'occuper des enfants devient une motivation importante de l'inactivité, mais quasi exclusivement pour les femmes, ce qui augmente l'écart d'activité entre femmes et hommes."

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 14/11/2019 à 13:34
Signaler
Si je ne peux pas répondre à mon harceleur ou faire supprimer son trollage vous virez mon commentaire de base vous ne l'instrumentalisez pas.

à écrit le 14/11/2019 à 9:39
Signaler
La soi disant inégalit de salaire n'en est pas une car, comme illustré dans l'article, elle provient avant tout de choix personnels. En revanche il existe une réelle inégalité que tout le monde ignore c'est que les femmes sont aujourd'hui plus dip...

le 14/11/2019 à 10:54
Signaler
la roue tourne !!! ah ah ah ah et ce n’est pas illogique !!! Comme cela nous pouvons mieux comprendre la chose, non? Et terme discriminatoire, y compris lorsque l'on parle des hommes, pardons mais je ne me sent pas concerné, pour la simple raiso...

à écrit le 13/11/2019 à 19:58
Signaler
Le titre devrait être : "Les inégalités de salaires entre les hommes et les femmes s'améliorent avec l'ancienneté". Si les médias continuent à être complaisants avec les mouvements féministes, les hommes finiront par avoir le même salaire que les fem...

à écrit le 13/11/2019 à 16:41
Signaler
La seule comparaison valable est le taux horaire net car la paie n'est rien d'autre que le taux horaire multiplié par le nombre d'heures a travail et qualification égale bien entendue !Ou est l'injustice !Quand un responsable sollicite son personnel...

le 13/11/2019 à 18:28
Signaler
"la femme fait tout c'est une des principales causes de divorce : Pas que : L'éjaculation précoce a déjà été un motif de rupture pour 1/3 des femmes 29 % des Françaises, 40 % des cadres, et 41 % des étudiantes se sont déjà séparées de leur pa...

à écrit le 13/11/2019 à 15:29
Signaler
Je suppose qu'entre les chômeurs c'est un peu la même chose, non?

à écrit le 13/11/2019 à 13:55
Signaler
Est-ce que les chiffres données ici veulent dire quelque chose ? Ne faudrait-il pas une analyse par niveau : ouvrier, technicien, cadre, cadre supérieur?

à écrit le 13/11/2019 à 12:34
Signaler
Bonjour, Encore renault, quand on sait que le President qui vient de Michelin, Mr Jean dominique SENARD je pense touche 150000 euros/an tandis que le DG Bollore 900000e/an; pour faire des degats et en plus une indemnite d eviction de 2,4 Me: inadmi...

le 13/11/2019 à 16:51
Signaler
Vous n'avez pas compris une chose ,les entreprises appartiennent à leurs actionnaires qui decident seuls du salaires des PDG .L'état chez Renault est ultra minoritaire et si vous croyez que le PDG de chez Renault doit gagner 10 fois moins que les PDG...

à écrit le 13/11/2019 à 12:13
Signaler
Le mot inégalité est utilisé pour tout et n'importe quoi. Dans ce cas, le problème est que la femme a souvent une carrière professionnelle heurtée. Les arrêts de travail en raison de la naissance des enfants par exemple . Par ailleurs , on trouve bea...

à écrit le 13/11/2019 à 11:15
Signaler
Les inégalités de salaires entre les hommes et les femmes s'aggravent avec l'ancienneté .. est un sujet connexe le sujet principal, c'est que la pauvreté et de la misère s'installe dans toutes les générations, des étudiants aux retraités

le 13/11/2019 à 15:37
Signaler
"c'est que la pauvreté et de la misère s'installe dans toutes les générations, des étudiants aux retraités" C'est surtout la même couche sociale qui est concernée.

le 13/11/2019 à 19:41
Signaler
Merci d'effacer une nouvelle fois les injustices faites aux femmes. Y en a marre des "les hommes aussi souffrent".

à écrit le 13/11/2019 à 9:57
Signaler
Pour annuler le pb, pourquoi ne pas instituer un salaire max... Après tous ce qui plombe ces state ce sont les salaires des plus grand dirigeant comme Carlos Gohn, Peppi... Avec 15000€ ils devraient pouvoir bien vivre surtout qu'ils ont plein d'avant...

à écrit le 13/11/2019 à 9:52
Signaler
L'education etant ce qu'elle est, perennise la transmission de ces tares. Les jeunes generations des lors que des "missions" leurs sont confiees adoptent les meme travers, voire les poussent a leurs extremes par peur de perdre le job, prets a toutes ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.