Loi Travail XXL : partagés, les Français appellent Macron à écouter les syndicats

 |   |  248  mots
Emmanuel Macron accueille le leader de FO Jean-Claude Mailly à l'Elysée, le 23 mai.
Emmanuel Macron accueille le leader de FO Jean-Claude Mailly à l'Elysée, le 23 mai. (Crédits : REUTERS/Philippe Wojazer)
Selon une enquête réalisée par Odoxa, deux personnes interrogées sur trois souhaitent que le président "tienne le plus compte possible des objections des syndicats quitte à revoir les réformes qu'il veut proposer"

Au lendemain de la réception par Emmanuel Macron des partenaires sociaux à l'Elysée, un sondage réalisé pour franceinfo dévoile le sentiment des Français sur la perspective d'une reforme du Code du travail. Selon cette enquête réalisée par Odoxa, deux personnes interrogées sur trois souhaitent que le président "tienne le plus compte possible des objections des syndicats quitte à revoir les réformes qu'il veut proposer". A l'inverse, 35% lui demandent de s'en tenir à ses projets "quitte à mécontenter les syndicats".

Plus d'un Français sur deux opposé à la réforme

En parallèle, les Français se  montrent très partagés quant à l'opportunité même d'"aller plus loin que la loi El Khomri" pour réformer le code du travail : 48% y sont favorables, 51% opposés. L'enquête a été réalisée auprès d'un échantillon de 1.014 personnes (méthode des quotas) interrogées par internet les 22 et 23 mai.

Mercredi après-midi puis lundi, c'est au tour d'Edouard Philippe de recevoir les dirigeants syndicaux à Matignon pour parler de ce dossier brûlant. Le Premier ministre avait déjà pris contact avec les partenaires sociaux jeudi, trois jours après sa nomination, lors d'appels téléphoniques avec les dirigeants syndicaux et patronaux. Alors que le manque de concertation avait été vivement critiqué pour le lancement de la controversée loi Travail, le nouvel exécutif entend démontrer qu'il veille au dialogue social pour ce nouveau texte.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2017 à 22:19 :
Concernant les lois d'emplois, existe-t-il une légalité de l'Etat mauvais payeur d'allocation ou mauvais gestionnaire de talents?
Peut-on cautionner un Etat qui ruine le niveau de vie des habitants au titre d'une inflation des prix qui fait un goulag social et une répression du travail comme étant un modèle tout en fabricant de l'évasion fiscale?
a écrit le 24/05/2017 à 17:23 :
A l'impossible nul n'est tenu.
Je ne sais pas si le gouvernement pourra contenter tout le monde. Cela relève des compromis, mais il ne faut pas négliger l'aspect "contradictoire" de ce que veulent les Français, dans le genre :
- on veut des services publics partout, mais aussi payer moins d’impôts,
- des entreprises qui font du profit, mais pas de patrons trop entreprenants ou d'investisseurs
- des emplois pour tous, mais bien payés et uniquement en CDI
- travailler longtemps, mais avec des emplois pour les jeunes
- de la protection sociale, mais par trop ou pas pour tous
- l'ouverture des marchés, mais uniquement dans un sens, à l’exportation
- du made in France, mais au même prix que ce qui est fabriqué en Asie
- etc...

Il faudrait beaucoup de psychologie et de pédagogie pour arriver à reformer.
Le temps de comprendre le pourquoi et le comment pour chaque Français, j'ai bien peur qu'il ne soit trop tard pour le pays.

Ce ne sont pas uniquement les discours et les dialogues qu'il faut mettre sur la table mais aussi les chiffres.
a écrit le 24/05/2017 à 14:06 :
La loi El Khomri était présentée comme le retour au temps de Zola, moyennant quoi jamais entendu personne qui en ait eu des conséquences négatives...

Toute façon à part ce qui permet d'adapter les entreprises avant qu'elle soit dans l ultra rouge, le reste c'est surtout avoir un effet quasi psychologique sur les entrepreneurs, qui sont le tissu économique de notre pays, pour qu ils osent embaucher.

95% des entreprises de notre pays c'est moins de 20 salariés, souvent dirigés par un homme ou une femme qui fait peu ou prou le meme taf que ses salariés+ tout le reste. S ils ont le sentiment que c'est facile d'embaucher et que ça mettra jamais en péril toute leurs structures (comme aujourd'hui) et bien c'est une baisse du chômage considérable que nous connaitrons.

Et la meilleure protection pour les salariés ça restera toujours le plein emploi (et la formation). Si son patron paye mal, impose de mauvaises conditions ou autres et bien on pourra changer sans se dire qu on va mettre sa vie en l'air.
a écrit le 24/05/2017 à 13:28 :
Avec les syndicats aucun risque de réforme, tout va bien, le chômage est au plus bas bas, surtout ne changeons rien et continuons ad vitam aeternam.
a écrit le 24/05/2017 à 11:25 :
L'état de grâce commence à avoir du plomb dans l'aile....
a écrit le 24/05/2017 à 10:47 :
Macron semble vouloir décider seul sur tous les sujets. Son programme bricolé à la hâte
pour se faire élire peut-être modifié sans que le monde s'écroule. Le droit du travail doit-être modernisé mais, il y a de la place pour le discussion. La même chose pour la réforme de l'assurance maladie. Est-ce vraiment intelligent de taxer les retraités et les cadres moyens pour financer cette réforme? Diviser pour régner, c'est vieux comme le monde , le dialogue c'est mieux.
Réponse de le 24/05/2017 à 14:09 :
taxer plus les retraités aisés c'est non seulement intelligent (niveau de vie bien plus élevé que les actifs et patrimoine sans comparaison) mais en plus juste. Ils ont profité à fond du système, laissez des dettes considérables, maintenant faut payer.
a écrit le 24/05/2017 à 10:45 :
Selon une enquête réalisée par les salariés du privé, trois personnes interrogées sur trois souhaitent que le président "tienne le plus compte possible des objections de la société civile c'est-à-dire faire les réformes de l'état et des administrations publiques et territoriales avec augmentations des heures de travail des fonctionnaires qui plafonnent à 30h contre 39h en moyenne dans le privé. Blocage de l'indice des salaires qui sont trop élevés si l'on compare les rémunérations du secteur marchand pour un ouvrier, employé, Diminution du sureffectif pour remettre au travail les agents territoriaux sans tâche de travail. Mettre les 3 jours de carence pour tous les agents afin de mettre fin à l’absentéisme record et repos de complaisance. Réformer les retraites spécifiques qui sont un vrais scandale dénoncés par le FMI et l'OCDE ainsi que tous avantages et privilèges injustifiés et inégalitaires avec le privé. Obligation d'objectif, de résultat et contrôle du travail réellement effectué des enseignants publics et fin du travail au noir... IL SERAIT TEMPS COMME DANS LE PRIVE QUE LE PRÉSIDENT MACRON ET LE COURAGE DE FAIRE LES REFORMES DE L’ÉTAT PUBLIQUE ET TERRITORIALE QU'ILS PARTICIPENT A L'EFFORT DU REDRESSEMENT DE NOTRE PAYS ET DE LA DIMINUTION DE LA DETTE. L'EFFORT NE REPOSANT QUE SUR LE PRIVE CELA SUFFIT RASLEBOL !!!
Réponse de le 24/05/2017 à 17:17 :
sans oublier la fonction hospitalière à part les urgences encombrés de patients qui n'ont rien à faire à l’hôpital mais orientés vers le médecin généraliste, les autres services c'est cool avec certains services en sureffectifs car la pathologie est déclinante mais attention pas touche aux personnels pour les mettre dans un autre service pour combler les absentéistes professionnels sinon le syndicat de la fonction publique hurle aux sacrilèges... triste constat...
Réponse de le 27/05/2017 à 8:36 :
c'est vrai, mais c'est du rêve! imaginez le tollé et la montée de protestations de tous ces gens à qui on demande de travailler en échange de leur salaire! eux sont pour une loi "travail" plus drastique, elle ne les concerne pas, et contre le revenu universel! qu'est-ce d'autre pourtant que de recevoir une rémunération sans obligation de résultat, sans même souvent être obligé de travailler?eux à qui on attribue des postes de complaisance aux fonctions indéchiffrables , tel"écoutant" ou "communiquant"! parcourez les annonces d'emploi de la fonction territoriale: c'est édifiant, pour ma part j'en suis resté pantois! quand aux publicités de la Casden , elles m'horripilent!
a écrit le 24/05/2017 à 10:07 :
Alors que démarrent les entretiens concernant la réforme du code du travail entre le président de la République et les représentants des organisations syndicales et patronales, la webradio webtv AWI livre sa chronique sur la situation des salariés et non-salariés en France sous le titre : " Une ministre expérimentée pour soigner le travail" . Cette chronique est consultable sur http://www.awi1.com
a écrit le 24/05/2017 à 9:48 :
Même en commandant un sondage favorable le résultat démontre que les français sont contre l'explosion du droit du travail. Malgré la gigantesque fabrique à opinion des médias de masse. Il semblerait quen ous soyons de moins en moins manipulables.

En tout cas vu que de toutes façon macron va l’exposer ce code du travail espérons que les allemands arrêtent de prendre l'europe en otage sinon ce sera le pen en 2022, à moins que le pc se renouvèle et change ses cadres, son organisation stalinienne et son oligarchie moyen ageuse... donc ce sera le pen en 2022 sûr.
a écrit le 24/05/2017 à 9:39 :
Ce que les Français veulent, c'est que les syndicats, CGT et FO pour ne pas les nommer, adoptent une attitude réformiste, et non pas conservatrice et campée sur les privilèges.
Sinon, ça montrerait que les dits syndicats n'ont rien compris à ce qui se passe en ce moment, et c'est le vrai peuple qui descendra dans la rue.
Pas leurs permanents et autres fonctionnaires de la manif' : on les a assez vu.
a écrit le 24/05/2017 à 9:38 :
"35% lui demandent de s'en tenir à ses projets "quitte à mécontenter les syndicats".

CSP+ et retraités aisés

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :