Réforme code du travail : Philippe promet une "discussion" mais veut aller vite

 |   |  293  mots
Le premier ministre Edouard Philippe confirme que la réforme du code du travail sera appliquée via les ordonnances. Mais il assure que des discussions auront lieu avec les syndicats lors de rencontres bilatérales
Le premier ministre Edouard Philippe confirme que la réforme du code du travail sera appliquée via les ordonnances. Mais il assure que des discussions auront lieu avec les syndicats lors de rencontres bilatérales (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Dans un entretien au Journal du Dimanche, le Premier ministre confirme qu'il veut aller vite sur la réforme du droit du travail. Il rencontrera les organisations syndicales lors de réunions bilatérales.

Edouard Philippe assure que la réforme du code du travail, qui est "majeure", donnera lieu à "une discussion" avec les partenaires sociaux et le Parlement mais qu'il faudra ensuite "aller vite" pour la mettre en oeuvre, dans un entretien au Journal du dimanche.

"C'est une réforme majeure. Une bonne réforme est une réforme bien pensée, bien discutée, puis bien exécutée. La réforme du code du travail a été bien pensée. Nous allons désormais la discuter pour l'enrichir et l'expliquer. Cela veut dire une discussion avec les organisations syndicales, qui est indispensable, et une discussion parlementaire qui aura lieu à l'occasion du vote de la loi d'habilitation qui permettra au gouvernement de prendre des ordonnances dans le cadre défini par le Parlement",

Des rencontres bilatérales avec les syndicats

Il explique qu'avec la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, ils auront des rencontres bilatérales avec l'ensemble des organisations syndicales. Mais une fois que la discussion aura eu lieu, "il faudra aller vite". "On ne peut pas attendre deux ans pour achever cet exercice", prévient-il en affirmant qu'Emmanuel Macron "a entendu la colère des Français" et "sait aussi l'urgence de la transformation du pays".

La CFDT, notamment, ne veut pas se limiter à des rencontres bilatérales. Elle souhaite que l'ensemble des organisations syndicales et patronales se retrouvent autour de la table.

Face à l'inquiétude des syndicats, Edouard Philippe s'"engage dans cet exercice avec ouverture et bonne volonté" mais il souligne que "notre pays doit avancer" et "repartir". "Au fond, tous les Français le savent, et ils ne nous pardonneraient pas de ne rien faire. Nous devons avancer avec détermination, saisir ce moment et cet espoir", ajoute-t-il.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2017 à 14:17 :
Dans un entretien au Journal du Dimanche, le Premier ministre confirme qu'il veut aller vite sur la réforme du droit du travail dans la fonction publique et territoriale pour mettre fin au 32 heures dans les administrations publiques, CHU, Éducation nationale, Police, et territoriales,... afin de remettre au travail les fonctionnaires dont la productivité est inférieure au salarié du privé et de la moyenne européenne. Appliqué les 3 jours de carence pour abolir 90% de maladies imaginaires des agents de l'état qui coutent une fortune à notre pays. Il rencontrera les organisations syndicales publiques lors de réunions bilatérales pour leur dire que le syndicalisme professionnel pour accoucher 360 jours de grève comme à la SNCF et RATP c'est fini... Monsieur le premier ministre Edouard Philippe évitait vottre blabla la société civile veut de l'action et du courage c'est-à-dire faire accepté que la caste de nababs de 6 millions de fonctionnaires doit se réformer et doit pas simplement comme ces dernières années se reposer encore et encore sur le privé.
a écrit le 22/05/2017 à 14:15 :
La loi contraint à "discuter" avant de présenter les projets à l'Assemblée.. On "discute", mais en petits comités, et in fine pour respecter la Loi.. Tout le monde sait qu'entre syndicats et gouvernement, il n'y a pas consensus..(une perte de temps, nécessaire malheureusement, in fine).
a écrit le 22/05/2017 à 13:10 :
La "promesse d'une discussion" ça ne sent pas du tout la fumisterie mais alors pas du tout...
a écrit le 22/05/2017 à 12:35 :
LA QUAND ONT VOIS GATTAZ REPRESENTANT DEPATRONNAT DEMANDEZ A VOTEZ POUR LES CANDIDATS EN MARCHE ON A COMPRIS QU IL VEULENT SUPRIME LES DERNIERES DEFENCES DU MONDE DU TRAVAIL EN CASSENT LE CODE DU TRAVAIL ET EN COURSICUITENT LES SYMDICALISTES D ENTREPRISES? ILS PENSENT QU EN ENLEVANT LES SYNDICALISTES ILS VONT AMELIOREZ L EMPLOIES ? ALORS QUE LES ENJEUX SONT ALLIEURS ? FAIRE PAYE TOUS LES ACTEURS ECONOMIQUE SUIVENT LEURS DU BAISE L IMPOTS DES PAUVRES JUSQUA 2 FOIS LE SMIC EST PRENDRE L ARGENT ALLIEURS? DE PLUS ILS SAVENT BIEN OU PARSCEQUE SE SONT TOUS DES GENS FORME DANS LES GRANDES ECOLES? LES FRANCAIS ATTENDENT DEUX DU PROGRES PAS DE LA RECETION D ARRIERE GARDEAVEC DES VIELLES RECETTE DE LA FAMILLES GATTAZ???
a écrit le 21/05/2017 à 20:18 :
Après avoir obtenu une solide majorité au Parlement, objectif trouver un deal avec la CFDT, CGC et UNSA. Inutile de perdre du temps avec CGT, FO ou SUD, ils sont et seront toujours contre tout au niveau national.
Ce qui serait rigolo serait de rendre obligatoire d'être syndiqué pour bénéficier des accords dans les entreprises, la CGT représenterait plus rien ou presque.
a écrit le 21/05/2017 à 18:35 :
Au vu de la tambouille de la Macronerie,

Au vu des carambouilles LR-PS-LREM,

il faut bien comprendre que la France va connaitre une énorme régression salariale ET des ponctions majeures sur les retraites

et qu'il faut ANTICIPER en réduisant son train de vie pour faire des économies, mettre de l'argent de côté, si possible acheter des Francs Suisse et/ou de l'Or

plus généralement, il faut aussi envisager de réduire ses consommations, et limiter ses dépenses de vacances en restant chez soi,

la pauvreté et la misère vont se traduire par le chapardage dans les maisons cossues comme dans les logements des classes moyennes
Réponse de le 21/05/2017 à 19:55 :
Merci, vous me rajeunissez, je crois entendre certains lors de l'élection de François Mitterrand. La France allait devenir un pays communiste, certains sont partis avec des valises sous le bras en Suisse... Mitterrand est resté finalement 14 ans au pouvoir et à ma connaissance, la Terre ne s'est pas arrêtée de tourner.
Le plus drôle, c'est que lors du retour au pouvoir de Chirac puis Sarkozy, personne n'a bronché, la gauche n'était pas spécialement inquiète. Là, un des leurs est au pouvoir, plus proche du centre que Mitterrand, Jospin ou Hollande mais de gauche tout de même et le retour au 19ième siècle avec l'exploitation de la classe ouvrière et au début du 20ième avec le travail à la chaîne ... reviendrait d'après les gens de gauche. On ose pas imaginer ce qui se serait dit si Fillon avait gagné.
Réponse de le 21/05/2017 à 21:17 :
@ Harpagon le 21/05/2017 à 19:55 :

en 1980/81 le chômage était de 1390 000 chômeurs et les salaires étaient en croissance constance

les agriculteurs ne se suicidaient pas

la catégorie des travailleurs pauvres n'existait pas

après 15 ans des gouvernements PS UMP LR et leurs guignols 2017 déguisés en LREM de Macron, c'est la misère qui domine, l'esclavage nouveau est devenu la norme à l'embauche en particulier pour les étudiants et les diplômés bac +++ ,

pour sur, il faut économiser par priorité et faire des provisions,

le 1er Ministre va cogner dur, il aime ca taper à coups de poings, il s'en vante partout et ses ministres vont s'écraser comme des bouses.
a écrit le 21/05/2017 à 18:25 :
"Macron "a entendu la colère des Français"

Pas assez apparemment.
a écrit le 21/05/2017 à 18:20 :
"La réforme du code du travail a été bien pensée".

Par qui , le Medef, Bruxelles ?
Réponse de le 21/05/2017 à 19:31 :
par Robert Badinter et Antoine Lyon-Caen...
Réponse de le 22/05/2017 à 9:33 :
"Je salue l'initiative de ces deux grands personnages de gauche (l'aile droite du PS ), un grand ministre, M. Badinter et un grand spécialiste du droit du travail, M. Lyon-Caen", a affirmé le président du Medef, Pierre Gattaz à l'AFP lors de son point de presse mensuel. Ce texte procède "du principe du réalisme", a-t-il ajouté.
a écrit le 21/05/2017 à 17:57 :
Le lien causal douteux est une figure de rhétorique qui prend le lecteur pour une quiche : "Au fond, tous les Français le savent, et ils ne nous pardonneraient pas de ne rien faire" et au nom de ne pas rien faire on va mettre en œuvre ce qu'ils redoutent le plus.
Oui, la précarité fait baisser le coût global des salaires, organise l'intermittence du travail pour tout le monde, octroie les bénéfices des entreprises sans débouchés direct vers les grandes entreprise de 1er rang (comme elles ont mis la main sur le CICE...)

La flexisécurité à la danoise sera difficile à établir en France,
> personne ne voudra la payer (au fait combien de % du PIB dans les pays nordiques ?)
> cela fonctionne dans les pays peu peuplés, protestants de culture
Réponse de le 21/05/2017 à 19:37 :
de mémoire , le pourcentage de PIb en dépense publique est de un point seulement plus élevé au Danemark par rapport à la France et je ne vois pas en quoi le protestantisme change quelque chose...
a écrit le 21/05/2017 à 17:54 :
On discute de cette réforme depuis 30 ans
Les syndicats qui ne représentent qu'eux même son contre ok
Macron a fini 1 Er à la présidentielle et a été élu
Si le parlement est aussi d accord avec cette réforme les syndicats devront être mis au pas
Réponse de le 21/05/2017 à 19:23 :
@Y en a marre
"les syndicats devront être mis au pas"... Les syndicats ne sont pas hors la loi, pas plus la CGT, que FO, que la CFDT ou... le MEDEF.
C'est dans les dictatures que l'on met "au pas" les gens. Jusqu'à preuve du contraire, en France nous sommes dans une démocratie, et que vous le vouliez ou non, le droit de grève est ... un droit!
Le programme Macron est libéral, c'est une régression sociale et vouloir gouverner par ordonnance est quasiment anti-démocratique.
Inversion des normes, retraite par points... Je serai dans la rue....Et celui qui me mettra au pas n'est pas encore né.
a écrit le 21/05/2017 à 17:29 :
Je vais commencer à faire des réserves de pâtes et d'huile....
Réponse de le 22/05/2017 à 8:07 :
Ne pas oublier le sucre !
a écrit le 21/05/2017 à 17:28 :
Le programme de Macron était le plus avancé en matière de santé il suffit d'en prendre connaissance au lieu de déformer les faits. Idem pour la formation et tous les aspects essentiels nécessaires à traiter : https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/sante
a écrit le 21/05/2017 à 15:48 :
On peut espérer le même traitement avec la réforme sur l'assurance maladie. Augmenter la CSG des cadres et des retraités significativement pour proposer une assurance universelle bien moins avantageuse pour les salariés, c'est un mauvais deal.
Surtout que les artisans et professions libérales vont hériter d'une dette de 30 milliards d'euros du régime actuel. Ces professions ne cotisent pas à cette assurance, pas sûr qu'ils soient gagnants dans cette affaire.
Réponse de le 21/05/2017 à 19:12 :
Transférer le coût de l'assurance maladie sur la CSG, en quoi est-ce moins avantageux pour les salariés ? vous faites un étrange rapport de cause à effet ...
A moins que les non-salariés n'aient une protection bien moindre que les salariés et que cela rééquilibre les différents régimes sociaux : dans ce cas là, dites le clairement, que vous cherchez juste à protéger vos privilèges !!!
Réponse de le 21/05/2017 à 20:08 :
C'est moins avantageux pour les salariés si par hasard il deviennent chômeurs. La nouvelle assurance chômage sera nettement moins généreuse. Il faut relire Macron. Pour les privilèges, il s'agit juste de faire payer un retraité qui a une pension de 1500 euros par mois(le pied) 306 euros de plus d'impôt et donner au salarié qui gagne la même somme
2.,4% x 12 x 1500 =432 euros de plus par an de salaire. On déshabille Pierre pour habiller Paul., je ne sais pas si vous trouver cette acrobatie technocratique très juste. Les politiques aiment diviser les français , apparemment ça marche.
a écrit le 21/05/2017 à 15:41 :
Edouard Philippe est dans le droit fil du qualificatif de son ex-mentor Sarkozy, Edouard Philippe est le collaborateur de Macron,

avec un Sarkozy comme ex mentor puis un Macron comme nouvel ordonnateur, Edouard Philippe grand par la taille au cerveau gavé de certitudes prétentieuses va conduire la destinée de la France, vers encore plus de pauvreté de misère et de désordres sociaux, pour un effondrement fatal ;

Edouard Philippe sera le manuel Valls de Hollande, un fier à bras qui se servira des forces de l'ordre avec la plus extrême violence sanguine contre le Peuple de France ;

Ca ne peut finir que très très mal ... dans un bain de sang
Réponse de le 21/05/2017 à 17:24 :
Nous suivrons la destinée de la Grèce.........
a écrit le 21/05/2017 à 15:18 :
Bonjour
La nouveauté c'est le populisme professionnel de ces personnes : un populisme marketing made in usa .
Rien de nouveau sous le soleil hormis que c'est une première en France.
Pour le reste du vieux redesigne à l air du temps
a écrit le 21/05/2017 à 15:18 :
Le sacre du vide ...

Bruine ou éclaircies, les trottoirs restèrent désespérément vides. Vide la place Charles de Gaulle. Vide la place de l’Hôtel de ville, que montraient les impitoyables plans aériens. Mais la machine semblait ne pas les voir, ces trottoirs vides, qui criaient pourtant l’indifférence populaire à cette journée de Sacre. Toute une machine tournait à vide, et se voyait tourner à vide, car la machine a des yeux, et ces yeux voyaient comme les nôtres ces trottoirs vides. C’est un vrai talent, toute une journée, de parvenir à ne pas voir l’immanquable éléphant dans le couloir. ”
a écrit le 21/05/2017 à 13:40 :
Nous aussi, on va aller très vite pour contrarier tes plans foireux.
a écrit le 21/05/2017 à 13:35 :
en premier lieu il y a urgence de s occuper des gens qui travaillent !! comme les agriculteurs qui ne comptent plus leurs heures et laissé pour compte. voir abandonné
a écrit le 21/05/2017 à 12:53 :
Il ose faire parler les français qui lui demanderaient d'agir vite.

Plus de 50% a voté pour des candidats s'opposant à cette réforme.

Il n'a donc ni le mandat ni la légitimité pour la faire.

La rue risque aussi d'agir vite et fort.

En faisant cette réforme le gouvernement va casser la dynamique de croissance en faisant exploser le pays avec cette réforme inutile!
Réponse de le 21/05/2017 à 14:19 :
@ Gringo, La democratie ca se fait dans les urnes pas dans la rue. J'ai voté pour un candidat et une réforme du code du travail qui n'est pas assez flexible. Il n'est pas juste que vous vous opposiez au milliers de francais qui ont votés pour Macron et son programme. Vous vous basez sur quoi quand vous dites que cela va casser la croissance?
Réponse de le 21/05/2017 à 17:32 :
@Gina G - "....milliers de francais qui ont votés pour Macron...."
23% exactement.....
Réponse de le 21/05/2017 à 18:30 :
@Gina G

Tu dois ne pas être concerné par cette loi travail ou alors c'est du masochisme.
Réponse de le 21/05/2017 à 19:17 :
totalement d'accord avec vous : en quoi les 18% de Mélanchon seraient légitimes à bloquer le choix de la majorité des Français ??
La démocratie, n'en déplaise aux proches de Poutine comme aux proches de nicolas Maduro, c'est un vote, et celui qui obtient la majorité relative est élu pour appliquer son programme.Point barre!
NB: je n'ai pas vôté Macron au 1e tour présidentiel, mais je voterait pour lui donner une majorité aux législatives, parce qu'i y en a marre de ceux qui, lorsqu'ils sont battus aux élections, veulent tout bloquer !!!
Réponse de le 21/05/2017 à 19:30 :
@Réponse de Gina G

Tout est dit dans la réponse de Pepito: 23%.
Ce qui veut dire que 73% n'ont pas voté Macron au premier tour et voté pour lui par défaut au 2° tour pour faire barrage au FN.
N'oubliez pas que le Pen et Mélenchon ont totalisé 18 Millions de voix au premier tour. Tous ces électeurs ne se retrouvent pas dans le projet Macron.
Réponse de le 22/05/2017 à 18:19 :
"Gina G - je fais un constat et j'en tire les conséquences probables. Ceci nous vous permets pas de conclure que je suis un "insoumis"...vous me semblez assez binaire mais en politique ça ne marche pas comme cela.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :