Réforme du Code du Travail : Macron ouvre le débat avec les syndicats

 |   |  1277  mots
Les leaders syndicaux et patronaux vont défiler mardi 23 mai dans le bureau d'Emmanuel Macron. Sur la table: le projet de réforme du code du travail. Chaque centrale syndicale va fixer la ligne rouge à ne pas franchir.
Les leaders syndicaux et patronaux vont défiler mardi 23 mai dans le bureau d'Emmanuel Macron. Sur la table: le projet de réforme du code du travail. Chaque centrale syndicale va fixer la ligne rouge à ne pas franchir. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Le président de la République va successivement recevoir mardi 23 mai l'ensemble des organisations syndicales et patronales pour évoquer la réforme du Code du travail. Les leaders syndicaux espèrent ainsi mieux connaître ses intentions.

Cette fois, c'est vraiment parti. Mardi 23 mai, Emmanuel Macron va successivement recevoir chacune des organisations syndicales et patronales. A l'ordre du jour, bien sûr, la réforme du Code du travail. On sait que le nouveau président veut aller vite sur ce sujet en employant la voie des ordonnances, dès lors qu'il aura une majorité pour voter la loi d'habilitation. Ce qui devrait être le cas car on ne voit pas les futures députés « Les Républicains » refuser au chef de l'Etat le droit de recourir aux ordonnances alors que François Fillon, s'il avait été élu, avait exactement le même projet.

A l'issue de ces rencontres bilatérales, on en saura sans doute un peu plus sur le contenu exact de la réforme qu'envisage Emmanuel Macron. Pendant la campagne, il avait évoqué son souhait de plafonner les dommages et intérêts alloués par les prud'hommes en cas de licenciement abusif. Il souhaitait aussi accorder au chef d'entreprise le droit de recourir au référendum d'entreprise en cas de « blocage » du dialogue social avec les syndicats. Il voulait également simplifier les institutions représentatives du personnel en les fusionnant. Plus généralement, Emmanuel Macron expliquait vouloir faire prédominer l'accord d'entreprise sur l'accord de branche. Mais où va-t-il placer les curseurs ? va-t-il aussi réformer la procédure du licenciement économique, voire le contrat de travail ?

De simples rencontres ou une vraie concertation?

On ne le sait pas encore. Aussi, les leaders syndicaux se montrent très prudents avant leur rencontre avec Emmanuel Macron. Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, a ainsi indiqué ce lundi 22 mai qu'il était dans un état d'esprit "ni naïf ni suspicieux".

"Je ne suis pas naïf parce que il y a une conception sur le fond qui est une conception économique libérale mais je ne suis pas suspicieux au départ non plus, on laisse une chance, on verra bien [...]. Ce sera l'occasion de voir exactement ce qu'ils veulent faire. Pour le moment il y a assez d'ambiguïtés volontaires je pense pour savoir ce que concrètement le gouvernement envisage sur la réforme du code du travail".

Ce que veulent en effet la CFDT et FO c'est une vraie concertation au-delà de simples rencontres bilatérales. Or, à ce stade rien n'est moins certain. Dans un entretien au Journal du Dimanche du 21 mai, le Premier ministre Edouard Philippe n'évoquait lui aussi que de simples rencontres bilatérales. La ministre du Travail Muriel Pénicaud, elle, ne s'est pas encore exprimée sur la question.

Car pour les deux syndicats ce n'est pas tellement la procédure des ordonnances qui pose problème mais plutôt de savoir ce qu'elles contiendront exactement et si leur avis sera écouté. « Après tout, la cinquième semaine de congés payés a bien été instituée par ordonnance en 1981 » aime à rappeler Jean-Claude Mailly.

La CGT diverge sur ce point. Dans le Journal du dimanche du 21 mai, le numéro un de l'organisation syndicale, Philippe Martinez, a de nouveau jugé "irrecevables" les ordonnances annoncées et affirmé qu'"assouplir" le Code du travail ne permet pas de lutter contre le chômage". Philippe Martinez a exhorté le gouvernement à "prendre le temps de discuter".

Bien évidemment, le Medef est d'un avis exactement inverse. Ainsi que l'a précisé sur France Inter, Thibault Lanxade, l'un de ses vice-présidents :

"On voit bien que la loi El Khomri a duré plus de six mois. Ca a été difficile, dans un contexte politique complexe [...]. Maintenant il y a une forme de maturité pour pouvoir réformer ce code du travail et aller vite parce que les entreprises attendent. Il faut faire en sorte que cela puisse être effectif le plus tôt possible car la croissance est là et maintenant on pourrait bénéficier de ce regain dynamique avec un code du travail plus flexible, plus souple."

Quelle place pour l'accord d'entreprise?

Sur le fond du dossier, les trois principales centrale syndicales (CGT, CFDT, FO) sont unies sur un point : il n'est pas questions de plafonner le montant des dommages et intérêts alloués par les prud'hommes en cas de licenciement abusif « c'est aux juges seuls de décider des montant en fonction du préjudice », estime Jean-Claude Mailly. De fait, on rappellera que les conseils de prud'hommes sont paritaires, avec le même nombre de représentants des salariés et des employeurs. Il faut donc une entente entre les deux parties pour fixer le montant des dommages-intérêts.

Sur le fait d'accorder à l'employeur le droit d'organiser un referendum d'entreprise, les trois centrales sont aussi a priori contre. Mais avec des nuances. Ainsi, la CFDT est prête à «  discuter » le fait que s'il y a eu une négociation d'entreprise avec les syndicats, qu'un texte existe mais qu'il est bloqué pour une raison ou une autre, alors sous certaines conditions, l'employeur pourrait éventuellement solliciter directement les salariés. En revanche, il n'est pas question pour la CFDT de permettre à un employeur de consulter directement les salariés s'il n'y a eu aucune négociation.

Jean-Claude Mailly, lui, sera très attentif au devenir des accords de branche. Il considèrerait que la ligne rouge serait franchie si l'on remettait en cause les six domaines ou l'accord de branche ne peut absolument pas être remis en cause à la baisse par un accord d'entreprise (classifications, salaires minima, garanties collectives complémentaires, etc.). Ce thème du degré de prépondérance de l'accord d'entreprise va en effet être central et va focaliser les débats. Il inquiète jusque dans les rangs patronaux. Ainsi, la CPME souhaite que l'accord de branche reste une sorte "d'ordre public professionnel" commun à toutes les entreprises d'un secteur pour éviter une forme de « dumping social » et, au contraire, assurer une concurrence loyale entre tous les professionnels d'une même branche.

Ce sont donc tous ces points que les organisations patronales et syndicales vont aborder lors de leurs rencontres respectives avec le président de la République. Elles vont tenter de savoir jusqu'où il compte déplacer les curseurs. On saura alors si l'on peut vraiment parler d'une nouvelle « loi travail XXL ».

Une véritable "task force" sociale

En tout cas, une chose est certaine Emmanuel Macron, Edouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud - elle-même une très bonne praticienne des relations sociales - se sont entourés de professionnels des relations sociales pour les assister sur ce dossier, et c'est un point positif sur une matière aussi technique et ardue.

De fait, le « Monsieur social » de l'Elysée n'est autre que Pierre-André Imbert qui fût directeur du cabinet de ... Myriam El Khomri au ministère du Travail et qui est aussi passé par le privé. Edouard Philippe, lui, a choisi Franck Morel, avocat reconnu en droit du travail et auteur de plusieurs ouvrages, ancien inspecteur du travail et ex directeur adjoint du cabinet de Xavier Bertrand quand celui-ci était ministre du Travail. Quant à Muriel Penicaud, elle a nommé comme directeur de cabinet, Antoine Foucher, ex directeur adjoint du Medef en charge des affaires sociales qui avait démissionné de son poste, reprochant à l'organisation patronale sa ligne trop « libérale », lui qui se définit comme "réformiste" et adepte du dialogue social. Tous ces hommes se connaissent très bien. Ils forment une véritable « task force » sociale très professionnelle et appréciée par de nombreux syndicalistes. Un atout pas inutile dans la partie très serrée qui s'annonce.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2017 à 12:21 :
Il faut enlever la gestion des retraites aux partenaires sociaux pour faire des économies et réguler les dépensent des caisses . Beaucoup trop d'argent dépensée dans (autres) que les pensions . Alors là on aura fait fait un grand pas vers la transparence .
a écrit le 23/05/2017 à 10:53 :
LA fussion des mandats comite d entreprise +comite d higiene et securite+ delegues du personnel EST UNE VASTE FUMISTERIE SOUHAITE PARS LE PATRONAT QUI VEUT LIMITE LE DROIT SYNDICAL DANS LES ENTRePRISES ? LE PATRO NA DE GATAZ SE FROTTE LES MAINS ET APPELLE MEME OUVERTEMENT A VOTE MACRON???
a écrit le 23/05/2017 à 10:27 :
Le président de la République va successivement recevoir mardi 23 mai l'ensemble des organisations syndicales des fonctionnaires. Les leaders syndicaux espèrent ainsi mieux connaître ses intentions pour remettre les agents de l'état au travail, mettre fin au 32 heures ainsi que les enseignants de l'éducation nationale avec leur 28h qui confond école et Club Med, mise en place de carence sur 3 jours pour en finir avec les repos de complaisance, fin du syndicalisme professionnel dans la fonction et entreprise publique avec leur grève permanente à l'année type sncf ratp chu... Alignement des retraites spécifiques sur le privé, fin du sureffectif,e Obligation d’objectif et de résultat et de qualité de service rendu aux clients contribuables, etc, etc, etc, etc,... Au boulot les fonctionnaires la paresse et le m'en foutisme c'est terminé !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 23/05/2017 à 14:39 :
L'éducation nationale qui réussit quand même à faire de toi, une personne de droite,comme quoi.
a écrit le 23/05/2017 à 10:00 :
"Pierre-André Imbert qui fût directeur du cabinet de ... Myriam El Khomri au ministère du Travail ".
On peut rappeler aussi que L’ex-conseiller de Myriam El Khomri Pierre Jacquemain a quitté le ministère du travail en mars 2016.
La raison ? :
Mais, parce que je suis profondément convaincu que cette réforme nous entraîne collectivement dans le mur, parce que j’ai la conviction qu’elle sert les intérêts politiques de quelques-uns et les intérêts économiques de quelques autres (privilégiés), enfin parce que je suis déterminé à ce qu’une autre voix pèse à gauche, j’ai assumé publiquement le désaccord qui m’opposait à la ministre. C’est déloyal diront certains. Je ne le pense pas.
Il s’agit d’attaquer sur le fond un texte droitier, une réforme libérale qui déshonore la gauche – pis, l’atomise, alors que cette gauche-là est en responsabilité. Et quelle responsabilité ! Comment peut-on avoir raison contre tous ? A quel moment et de quel droit pense-t-on avoir raison contre ses propres alliés ? Pour qui parlent-ils ? D’où parlent-ils ? Ils ont tué la gauche.Ce texte est un non-sens économique. Une aberration politique. Il résulte d’une équation terrifiante : d’une part, l’autoritarisme matignonnesque et, d’autre part, l’invasion, à tous les étages, de la technostructure. La technocratie aura-t-elle raison de la politique ? Le renouvellement générationnel de nos dirigeants n’est en vérité qu’une façade, une illusion. Un faux-semblant. Et je veux croire qu’une autre voie est possible.

Plutôt visionnaire ces propos ,non ?
Réponse de le 23/05/2017 à 12:12 :
@lachose a écrit le 23/05/2017 à 10:00
Fake News
Monsieur Paul Louis Imbert a été nommé Inspecteur des Finances le
1 septembre 2016. Il a donc échappé à la Loi qu'il a défendue en tant que chef de cabinet de madame El Khomri.
https://jo.toutelaloi.fr/JORFTEXT000032968162
A noter que ce monsieur avait travaillé auparavant pour Altedia (puis Alixio) propriété de monsieur R. Soubie, cabinet qui a conseillé de nombreux gouvernements de "droite".
Cordialement
Réponse de le 23/05/2017 à 12:13 :
@lachose a écrit le 23/05/2017 à 10:00
Fake News
Monsieur Paul Louis Imbert a été nommé Inspecteur des Finances le
1 septembre 2016. Il a donc échappé à la Loi qu'il a défendue en tant que chef de cabinet de madame El Khomri.
https://jo.toutelaloi.fr/JORFTEXT000032968162
A noter que ce monsieur avait travaillé auparavant pour Altedia (puis Alixio) propriété de monsieur R. Soubie, cabinet qui a conseillé de nombreux gouvernements de "droite".
Cordialement
Réponse de le 23/05/2017 à 14:12 :
@bernardino
Fake News ?

Il s'agit d'une phrase de cet article :

"De fait, le « Monsieur social » de l'Elysée n'est autre que Pierre-André Imbert qui fût directeur du cabinet de ... Myriam El Khomri au ministère du Travail".Sinon ,mon commentaire parle de Pierre Jacquemain.
Réponse de le 24/05/2017 à 9:10 :
@lachose le 23/05/2017 à 14:12

Au temps pour moi et veuillez m'excuser.

Vous avez cité les propos de Pierre Jacquemain, trotskiste de salon, et non pas ceux de Pierre-André Imbert.
Cordialement
a écrit le 23/05/2017 à 9:39 :
Le "programme" de cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles est en marche!
a écrit le 23/05/2017 à 2:00 :
Si dans le code du travail nous sommes bons depuis Napoléon, en économie ne sommes-nous pas des as depuis Colbert, Louis 14 et la funeste domestication de la noblesse ? Explique t on que la porte de Brandebourg à une forme d'orgasme viril pour dire que c'est le bonheur et la force qui font la prospérité ?
a écrit le 22/05/2017 à 19:36 :
Une perte de temps..seul le dialogue dans l'entreprise doit être engagé et soutenu. le reste est simplement facteur de couts, de blocage voire de détournements de fonds publics.
Réponse de le 22/05/2017 à 20:28 :
Mais certainement, mais ce dialogue, entre qui et qui?
a écrit le 22/05/2017 à 17:49 :
Macron l' Européïste Young Leader face au syndicats européïstes financés par l' Union européenne via le mécanisme du CES et comme le rappelle l' UPR, de qui se moque t-on en titrant ainsi, où est la réflexion, le recul, l' analyse ..?

https://www.youtube.com/watch?v=s-tsd32p9uQ
Réponse de le 22/05/2017 à 19:26 :
Pas étonnant que ce pays soit un ramassis de mous du bulbe qui préfèrent se scotcher sur Koh Lanta et ignorer les perversions du système qui a créé Macron, presse aux ordres des copains nantis, confiscation de toute vraie opposition, censure etc ...

Cf "un ex-soviétique parle de l'UE:"J'ai vécu dans votre futur et ça n'a pas marché"
https://www.youtube.com/watch?v=-5bdhn0IKKU
a écrit le 22/05/2017 à 17:23 :
Est-ce du niveau de la responsabilité du Président de la République de s'occuper de cette affaire ? Ce sont les rôles du Premier Ministre assisté par le Ministre du Travail.
La fonction présidentielle est abaissée.
Pendant les événements de 1968, qui a discuté avec les syndicats pour signer les "accords de Grenelle" ?
Cordialement
Réponse de le 23/05/2017 à 18:39 :
C'est la mère de toutes les batailles pour Macron.
S'il réussi à imposer sa réforme, que ce soit par la schlague ou le dialogue, il aura prouvé qu"il aura réussi là où tous les gouvernements ont échoué depuis 1995 et il aura un boulevard devant lui pour les 4 années à suivre.

Manifestement le dialogue pour macron n'aura qu'un temps très limité. Il veut faire passer la réforme pendant les vacances pour que les salariés ne puissent pas se mobiliser et nous mettre devant le fait accompli en septembre.
C'est un pari risqué.
Ce sont les lois Macron I et El Komhri qui ont plombé le quinquennat de Hollande. Si Macron n'arrive pas à convaincre , en septembre sa cote de popularité aura rattrapé celle de son mentor.
On jettera d es tomates pourries dans les rues sur les jeunes députés de REM si le chômage n'a pas reculé significativement.
a écrit le 22/05/2017 à 17:19 :
"on en saura sans doute un peu plus sur le contenu exact de la réforme qu'envisage Emmanuel Macron".

Il serait temps.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :