Loyers et transports vont pousser le coût de la vie étudiante à la hausse, dit l'Unef

 |   |  289  mots
Le syndicat demande au gouvernement de renoncer à la baisse controversée de cinq euros par mois à partir d'octobre de l'aide personnalisée au logement (APL). L'Unef réclame également une exonération de la taxe d'habitation pour les étudiants.
Le syndicat demande au gouvernement de renoncer à la baisse controversée de cinq euros par mois à partir d'octobre de l'aide personnalisée au logement (APL). L'Unef réclame également une exonération de la taxe d'habitation pour les étudiants. (Crédits : Flickr/Francisco Osorio. CC License by.)
Le coût de la vie étudiante devrait augmenter de plus de 2% à la rentrée 2017, la faute au logement et aux transports, selon une étude publiée dimanche par le syndicat, qui demande au gouvernement d'agir contre la "précarité étudiante".

Les dépenses des étudiants progressent de 2,09% cette année, "le triple de l'inflation", affirme l'Union nationale des étudiants de France dans une étude publiée dimanche 20 août. Elle avait annoncé des hausses de 1,1% en 2015, puis 1,23% en 2016, à chaque fois bien plus soutenues que les progressions des prix à la consommation en général.

En cause à nouveau en 2017: une augmentation des loyers ou des tarifs des transports en commun, voire de ces deux postes de dépenses. Les étudiants devront débourser davantage à la fois pour se loger et pour se déplacer à Paris, Evry, Lyon, Strasbourg, Nancy, Clermont-Ferrand, Angers, Mulhouse, Nîmes, Rennes et Rouen.

Des loyers un peu plus chers malgré l'encadrement des prix

Le syndicat demande au gouvernement de renoncer à la baisse controversée de cinq euros par mois à partir d'octobre de l'aide personnalisée au logement (APL). L'Unef réclame également une exonération de la taxe d'habitation pour les étudiants, la mise en place de "demi-tarifs" dans les transports publics, et un effort sur les bourses. Elle exige enfin l'encadrement des loyers dans toutes les villes universitaires.

Selon le syndicat, à Lille, "unique ville en région ayant fait (ce) choix politique", les loyers des petites surfaces s'affichent en baisse de 0,33%.

Ces mêmes loyers augmentent au contraire de 2,23% à Paris, bien que la capitale applique également ce dispositif. L'encadrement des loyers devait à l'origine concerner plus d'un millier de communes, mais il n'a finalement été imposé qu'à Paris. Dans une enquête publiée cette semaine, la Confédération des familles s'était penchée sur le coût de la rentrée scolaire, concluant qu'elle serait moins onéreuse au primaire et au collège, mais plus chère au lycée.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2017 à 19:40 :
Trop de pseudo etudiants qui vivent au crochet du contribuable. Sélectionnez
a écrit le 20/08/2017 à 18:04 :
Il est normal que les usagers des transports en commun paient le service: actuellement, seulement 25% du coût réel.
a écrit le 20/08/2017 à 15:53 :
Pourquoi ne pas revenir à un système de dortoir auquel participerait chaque étudiant en fonction des revenus de la famille ? Avec évidemment une cantine et des parties communes. Avec ce système plus de frais de transport non plus puisque l'établissement serait proche du lieu d'enseignement :-)
Réponse de le 20/08/2017 à 16:40 :
Le plus simple est de réavancer l'idée du revenu universel : un logement à 15 euros le m2 et un repas à 3 euros, ça fait à peu près 500 euros par adulte...et effectivement il est alors possible d'imposer des campus comprenant le logement.
Réponse de le 20/08/2017 à 17:37 :
@Théophile: je suis absolumemnt contre toute allocation versée sans contrepartie. Quand on prétend faire partie de la société dans laquelle on vit, on participe au lieu d'en profiter :-)
Réponse de le 21/08/2017 à 10:02 :
@patrickb : sur le revenu universel, je suis également tout à fait contre. Ce serait un destructeur sociétal, avec d'un côté ceux qui travaillent et payent (trop) et ceux qui profitent (trop)... J'ajoute que cette idée baroque et irresponsable pénètre déjà largement la société avec un fort ressentiment social de ceux qui s'en estiment victimes, les classes moyennes. En ce sens, la perte du lien fiscal direct par l'exonération de l'IR et de la taxe d'habitation, la gratuité totale des soins et de l'éducation ne sont pas de bonnes choses. On devrait instituer une Contribution civique minimum, très basse pour les faibles revenus, mais quand même. Appartenir à une société, c'est y contribuer.
a écrit le 20/08/2017 à 15:50 :
Curieux quand même que les deux domaines où les prix sont sous contrôle de l'Etat ou des collectivités, sont les domaines de plus forte augmentation d'une année sur l'autre...
Réponse de le 21/08/2017 à 10:04 :
Très juste...
a écrit le 20/08/2017 à 14:15 :
C'est bizarre, pour les étudiants , il y a de l'inflation, hausse des transports, des assurances, des loyers etc... en revanche, d'après le gouvernement, il n'y a pas de hausse de prix susceptible d'augmenter les pensions des retraités , idem pour les salariés. En revanche , Macron va augmenter la CSG ce qui va faire baisser le pouvoir d'achat des retraités, des fonctionnaires , des cadres sup et moyens et des artisans.
Réponse de le 20/08/2017 à 19:37 :
Et supprimer les cotisations sociales des salariés!
Réponse de le 20/08/2017 à 20:11 :
@ba : j ajoute à votre commentaire que Macron va augmenter la CSG sur les loyers, hausse des taxes foncieres du fait de la suppression de la taxe habitation et qui peut croire qu en augmentant la fiscalité sur l immobilier les loyers baisseront ? Mais pire il faut s attendre dans les annees à venir â une baisse de l offre pour plus de locations saisonnieres ..chacun comprendra pourquoi .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :