Macron fut-il un bon ministre de l'Economie ?

Le ministre de l'Economie sera resté deux ans à Bercy. Quel est son bilan ? La loi sur la croissance, l'activité et l'égalité des chances reste son seul fait d'armes.
Fabien Piliu

4 mn

Le passage d'Emmanuel Macron à Bercy a-t-il été un succès ?
Le passage d'Emmanuel Macron à Bercy a-t-il été un succès ? (Crédits : © Robert Pratta / Reuters)

Emmanuel Macron fut-il un grand ministre de l'Economie ? La question taraude ceux qui suivent avec intérêt, ou avec regret, son parcours. Incarnation du virage libéral pris par François Hollande pour tenter de sortir l'économie française de la crise à coup de réformes structurelles, Emmanuel Macron, présente un maigre bilan. Pendant son passage,  le PIB a certes progressé mais pas assez pour faire reculer le nombre de demandeurs d'emplois. Pire, il a augmenté. Comment expliquer cette performance ?

Un passage rapide

D'une part, son passage fut assez court, ce qui permet de rappeler que l'Economie est un ministère très agité. A l'exception de Christine Lagarde, qui resta quatre années à Bercy avant de rallier Washington et le Fonds monétaire international (FMI), les ministres de l'Economie ne sont jamais restés très longtemps. Depuis 2012, Pierre Moscovici, également ministre des Finances, Arnaud Motebourg puis Emmanuel Macron ont occupé ce poste. Michel Sapin est le quatrième de cette longue liste. A titre de comparaison, Sigmar Gabriel, le ministre de l'Economie allemand est en fonction depuis décembre 2013. Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances est en poste depuis octobre 2009...

Nommé en août 2014 par le président de la République, Emmanuel Macron est donc resté deux ans à Bercy. Compte tenu des délais pour transformer des idées de réformes en avant-projet de loi, de rédiger ces textes, de les faire amender puis voter par le Parlement, ses initiatives marquantes sont peu nombreuses, même s'il a pris soin d'animer quotidiennement ou presque l'actualité.

La loi Macron, son seul fait d'armes

La plus célèbre ? Assurément, la loi sur la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, dite loi Macron, qui illustre parfaitement ce que d'aucun considèrent comme de l'inertie. Il aura en effet fallu huit mois au ministre de l'Economie pour faire adopter en août 2015 un texte qui ne ressemblait plus vraiment à l'original. Certaines mesures ont été supprimées. D'autres ont été ajoutées pour rendre le texte plus "socialiste", pour limiter la grogne des frondeurs. Résultat, après examen en commission spéciale, le texte ne comprenait  plus 106 mais 308 articles. A ces modifications se sont ajoutées celles provoquées par le vote d'une partie des 9.600 amendements déposés....

Lire aussi : Quel bilan pour Emmanuel Macron à Bercy ?

Que dit ce texte, inspiré des travaux de la Commission Attali dont Emmanuel Macron fut le rapporteur général adjoint en 2007 ? Il instaure une extension du travail le dimanche, que les maires jugent limitée et complexe, une réforme des prud'hommes, et la liberté d'installation des notaires. Il libéralise également le transport par autocars qui aurait permis de créer 1.500 emplois et généré 21,5 millions d'euros de chiffre d'affaires, selon une étude présentée fin juin par l'autorité des transports routiers Arafer. Depuis l'entrée en vigueur de cette mesure, 4 millions de personnes auraient voyagé en autocar.

Quant à la réforme de la carte des notaires, pour sa part, elle pourrait entraîner l'installation de 1.650 notaires libéraux d'ici 2018, comme le précise l'Autorité de la concurrence). La réforme du permis de conduire devrait pour sa part se traduire par l'ouverture de 2.000 centres d'examen et une baisse de coûts pour les usagers.

Sur le plan macroéconomique, un rapport de l'OCDE remis à Bercy en septembre 2015 estimait  à 0,3 point de PIB supplémentaire sur cinq ans les conséquences possibles de cette loi. " Sa loi en faveur de la modernisation de l'économie aura  peu d'impact sur l'économie réelle, certaines mesures comme celles sur l'ouverture dominicale des commerces n'étant pas, c'est le moins que l'on puisse dire, synonyme de simplification ", commente la CGPME.

La loi Macron 2 ou le désaveu

Sur sa lancée, Emmanuel Macron avait pour ambition de réformer le code du travail. Après le départ de François Rebsamen, il a même tenté de rapatrier le ministère du Travail dans le giron de Bercy. Mais après les remous provoqués par la loi Macron, adopté grâce au 49.3 en raison des dissensions au sein de la majorité, et compte tenu des ses déclarations sur les 35 heures et sur le travail à vie des fonctionnaires, François Hollande a préféré jouer la carte de la prudence en nommant Myriam El-Khomri rue de Grenelle et en lui confiant la mission de simplifier le code du travail.

Avec ce texte, Emmanuel Macron ambitionnait également de moderniser  le financement de l'économie et la fiscalité du capital. Là encore, il a subi une déconvenue, certaines de ses mesures ayant été intégrées à la loi sur la transparence de la vie économique portée par Michel Sapin, alors ministre des Finances, désormais seul maître à bord du paquebot Bercy.

Fabien Piliu

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 01/09/2016 à 1:00
Signaler
Macron futile ? Bien entendu ! comme tous les autres ...

à écrit le 31/08/2016 à 17:00
Signaler
quel role a t'il jouer au seins de la banque rot...dans l'evasion fiscale personne ne peut croire qu'il ne savait rien

à écrit le 31/08/2016 à 14:53
Signaler
Ministre de l'économie peut-être. Mais excellent marionnettiste. Pendant plusieurs années il a animait sa marionnette qui comme Pinocchio doit avoir le nez long après , Léonarda, le casque sur le scooter rejoignant etc..... Mais un artiste ne sépa...

à écrit le 31/08/2016 à 14:51
Signaler
comme il le dit lui même, il n'a pas tout réussi ou n'a pas su faire passer ses projets et idées. Pourtant qui se souvient des ministres précédents disons ces 20 dernières années? Puis lequel aura fait mieux et autant marqué? je me targue de suivre l...

à écrit le 31/08/2016 à 14:48
Signaler
En 2 ans il a fait plus que certains ministres en plusieurs passages ministériéls bien plus longs...et qui reviennent de façon récurrente. En France il est regrettable que les hommes politiques ne connaissent pas mieux le mot démissionner, cela fait...

à écrit le 31/08/2016 à 14:24
Signaler
C'est indéniable, il apporte un vend de nouveauté et de libéralisme au PS. "Libéralisme" est un gros mot pour la gauche, mais il serait temps que le parti se réveille pour se rendre compte qu'il est social libéral, c'est ça le socialisme français. ...

à écrit le 31/08/2016 à 14:20
Signaler
M.Macron fait partie de la caste qui ne paie pas d’impôts, ni ne cotise à la retraite et qui est au dessus des lois. Ou est la démocratie la dedans= Liberté ? égalité ? fraternité quand les contribuables de la classe moyenne paient pour tous les au...

à écrit le 31/08/2016 à 13:31
Signaler
Ce jour 31/08/2016 à 13H25, un superbe reportage télévié, sur la rentrée scolaire le 01/10/1955. Que de fraîcheur dans ce reportage en regardant ces enfants et enseignants à cette époque là. Cela fait chaud au cœur.

à écrit le 31/08/2016 à 13:10
Signaler
La ou les lois Macron sont en faits des coquilles de communication marketing. Les transports pour l'instant selon une étude présentée il y a moins d'un mois montre que les entreprises concernées ne sont pas rentables il faudra comme en Allemagne de l...

à écrit le 31/08/2016 à 12:39
Signaler
Macron fut-il un bon ministre de l'Economie ? Bon à rien, mauvais à tout...

à écrit le 31/08/2016 à 12:34
Signaler
A part nous avoir mis des cars, non rentables (donc financés par qui ?) sur les routes, et donc accentué la pollution routière, bilan proche de zéro

à écrit le 31/08/2016 à 12:22
Signaler
Macron n'a pas pu réformer , la majorité socialistes n'a pas la fibre libérale. Le PS reste coincé dans une idéologie du 20 ème siècle basée sur la lutte des classes. Macron a raison de quitter le navire. Le monde change et à droite comme à gauche, ...

à écrit le 31/08/2016 à 12:21
Signaler
L'humour du jour: Après Royale qui nous avait proposé le "tous ensemble, tous ensemble", je propose en slogan de campagne pour Macron "tous en bus, tous en bus"

à écrit le 31/08/2016 à 12:03
Signaler
Il n'aura pas pu démontrer grand chose, tant les obstacles auront été accumulés par la gauche et par la droite, par le Président lui-même soucieux de son "dialogue social".. Il garde le bénéfice du doute en ce qui concerne son efficacité (nous n'avon...

à écrit le 31/08/2016 à 12:03
Signaler
Si la presse se met au service d'un banquier , on comprends mieux que les patrons de presse soit des milliardaires !!! bonjour l'information on dirait qu'il ne se passe rien d'autre dans le monde, c'est assez lamentable, il leur faut sortir de l'exa...

à écrit le 31/08/2016 à 11:51
Signaler
bon ou pas bon le Macron, on le saura bientôt, en tout cas il représente du sang neuf !! Raz le bol de caciques, là depuis 20 ans ou plus.....au boulot Mr Macron !! faites bouger les lignes !

à écrit le 31/08/2016 à 11:18
Signaler
IL A PETIT BILANT ? MAIS IL A FAIS BEAUCOUP MARCHE L OPOSITION DANS LA RUE CE QUI A FAIS BEAUCOUP DE DEGAT CHEZ LES COMMERCANTS DANS LES RUES DES MNIFS SYNDICALES? IL Y A EU BEAUCOUP DE BLESSES ET FATIGUE BEAUCOUP LES C R S QUI ONT PETE LES PLONDS PA...

à écrit le 31/08/2016 à 11:13
Signaler
Demander à des bac+2 qui ne savent pas lire et écrire correctement si le ministre de l'économie a été compétent, c'est comme demander s'il a une bonne tête :-)

à écrit le 31/08/2016 à 10:36
Signaler
A t il été un bon ministre de l économie? En répondant à deux questions vous aurez la réponse 1° La dette a t elle diminuée ? 2° Combien de chômeurs de moins A+B+C+D ? Pronostic de % pour la présidentielle 10% , il pourra faire premier ...

le 31/08/2016 à 18:45
Signaler
bien sur que la dette a diminué:sous Sarko le déficit public était d'environ 5.5% du pib.aujourd'hui nous frolons les 3%et notre croissance est bien supérieure a celle des us.le chomage global s'écroule.Macron doit prendre sa part de ce bilan globale...

à écrit le 31/08/2016 à 10:32
Signaler
Il fait surtout beaucoup de jaloux et d'envieux !

à écrit le 31/08/2016 à 10:19
Signaler
Le départ du page du roi 1er fait des délices des médias français qui ne croient guère en sa possibilité d'accéder de l'Elysée. Et ses promesses au delà des clivages et à tout va font ricaner le Toile

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.