Médicaments : vers un taux unique de remboursement ?

 |   |  209  mots
Dominique Polton  évoque la création d'un remboursement dérogatoire temporaire, par exemple pour les médicaments rendant un service médical faible mais sans alternative thérapeutique.
Dominique Polton évoque la création d'un "remboursement dérogatoire temporaire", par exemple pour les médicaments rendant un service médical faible mais sans alternative thérapeutique. (Crédits : reuters.com)
Dominique Polton, présidente d'un groupe de travail chargé par le gouvernement d'évaluer les produits de santé, propose également de supprimer le taux de remboursement des médicaments de 15%.

Un big bang à venir dans le système de remboursement des médicaments ? Dominique Polton est la présidente d'un groupe de travail chargé par le gouvernement de "l'évaluation des produits de santé". Elle a émis plusieurs propositions présentées en juillet au groupe de travail. Celles qui seront retenues devraient être présentées au groupe de travail le 8 septembre. Voici les principaux scénarios envisagés.

  • Dominique Polton propose de supprimer le taux de remboursement de 15% appliqué à certains médicaments, révèlent Les Echos  jeudi 13 août. L'experte, conseillère auprès du directeur de la Caisse nationale d'assurance maladie propose notamment que les médicaments dont le service médical rendu est jugé "faible" ne soient plus remboursés à hauteur de 15% comme c'est le cas actuellement, annonce le journal.
  • Parmi les possibilités envisagées par Mme Polton figure également "un taux unique de remboursement" contre les trois existant aujourd'hui (15, 30 et 60%), dont le montant n'a pas été fixé.
  • Enfin, la responsable évoque la création d'un "remboursement dérogatoire temporaire", par exemple pour les médicaments rendant un service médical faible mais sans alternative thérapeutique, précise le quotidien qui a eu copie d'un document rassemblant ces pistes de réflexion.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/08/2015 à 18:15 :
Le Médiator était remboursé à 65%.
a écrit le 14/08/2015 à 18:47 :
La sécu rembourse déjà à la tête du client... un acte de radiologie normalement remboursé à 60% m'a été remboursé à 30 % sans la moindre explication. Service mortifère de l'état, servi par un personnel de plus en plus incompétent. Comme dans toutes les sphères de la fonction publique, on a embauché en CDI du personnel non formé, issu de la diversité, des gens qui prennent un malin plaisir à pourrir les dossiers des assurés, retraités et autres. Par contre, les copains on les arrose. J'imagine que les 30% manquant vont servir à un de leurs potes remboursé, lui, à 100%.
Croyez-moi les Dupont-Durand, ça n'est que le début!
Réponse de le 15/08/2015 à 11:20 :
Venez voir comment cela se passe dans les agences de Pôle Emploi avec des conseillères diplomées en histoire de l'art ou en géographie, (quand elles ont un diplôme )
Un rapport en 2014 de la Cour des Comptes, unautre rapport en 2015, probalement un rapport en 2016, un reportage dans l'émission "Enquête - investigation". Ca ne marche pas mais on continue avec les mêmes emplois de complaisance, le jemenfoutisme des agents.
a écrit le 14/08/2015 à 9:28 :
Rembourser au même taux des placebos ( pas de nom de labo ou de marque SVP ) que des médicaments qui ont démontré leur efficacité n'a pas de sens
a écrit le 14/08/2015 à 9:28 :
Rembourser au même taux des placebos ( pas de nom de labo ou de marque SVP ) que des médicaments qui ont démontré leur efficacité n'a pas de sens
a écrit le 14/08/2015 à 9:28 :
Rembourser au même taux des placebos ( pas de nom de labo ou de marque SVP ) que des médicaments qui ont démontré leur efficacité n'a pas de sens
a écrit le 14/08/2015 à 9:28 :
Rembourser au même taux des placebos ( pas de nom de labo ou de marque SVP ) que des médicaments qui ont démontré leur efficacité n'a pas de sens
a écrit le 13/08/2015 à 19:09 :
@roro
Combien coûte l'AME ?
Cordialement
a écrit le 13/08/2015 à 17:51 :
La solution:on augmente la GSG et on rembourse plus rien,le déficit va devenir rapidement un excèdent qu'on va pouvoir transférer ailleurs.
a écrit le 13/08/2015 à 17:25 :
les assures qui ont une complementaire vont encore recevoir le coup de massue avec les cotisations qui vont exolser! mais pour reduire le deficit de la secu pourquoi ne pas commencer par squpprimer l'AME qui coute une fortune et qui profite a des personnes qui n'ont jamais cotises un centime::
a écrit le 13/08/2015 à 15:07 :
Les grandes manoeuvres ne font que commencer ....à partir du 1 er janviers 2016 les 20 millions de salariés du privé et leurs familles bénéficieront d'une couverture complémentaire santé obligatoire d'entreprise..
A partir de là la sécu va progressivement se délester de certains remboursements : médicaments, lunettes, prothèses dentaires etc...sans réduire le montant de ses cotisations ce qui aura pour effet de réduire son déficit tout en refilant le fardeau aux assureurs et mutuelles qui par conséquence augmenteront leurs cotisations ......Et à terme nous aurons une privatisation -partielle- de la santé !!!!
a écrit le 13/08/2015 à 12:49 :
"les médicaments rendant un service médical faible mais sans alternative thérapeutique"
veinotoniques ? "service médical faible" donc sans utilité. Ah non ça serait "service médical nul".
Ces produits sont donc sans alternative thérapeutique mais à effet faible. Ils sont efficaces, incontournables ou "nuls" ? Ça fait oxymore. C'est 'peu' efficace mais ça va vous soigner (à forte dose ?). Donc c'est pas si inefficace que ça, bizarre, bizarre.
Le taux est 'facile' à déterminer : pendre la base de données de tous les médicaments remboursés une année, appliquer un taux donné, voir combien ça fait d'économies, et une fois atteint le chiffre désiré, c'est tout bon.
Les taux ne sont plus "codés" via les vignettes, mais par l'informatique du pharmacien, c'est facile de changer d'un claquement de doigts. Vive le progrès !
a écrit le 13/08/2015 à 12:37 :
chaque fois c'est la même chose , le taux de 15% est l'antichambre du déremboursement......La seule façon de régler les dépenses de la secu c'est de déremboursé. conséquence augmentation des prix de vente des labo et augmentation dans nos officines.... on se demande à qui cela profite vraiment...
Réponse de le 13/08/2015 à 15:27 :
pas au pharmacien ca c'st sur. Les labos preferent vendre a l'etranger plutot qu'en France d'ou des ruptures de medicaments et l'impression de se retrouver au tiers monde...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :